Site de recherche

Articles récents

Commentaires récents

Archives

novembre 2020
M T W T F S S
« Aug    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

738785 visiteurs

Site de recherche

novembre 2020
M T W T F S S
« Aug    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Categories

Tags

La rentrée

Même s’il est un peu tôt (pas pour les grandes surfaces rayon papeterie par contre… !), je réponds par cet article à un appel à contribution du Web pédagogique, co-auteur d’un sujet avec Le Monde.fr. Il s’agit d’évoquer des souvenirs de rentrée, de donner quelques conseils aux jeunes professeurs.

Rentrée rime avec… se questionner

Avant chaque rentrée, une foule de questions se bousculent :

–        Quel va être mon emploi du temps ? Respectera-t-il au mieux mes vœux ?

–        Aurai-je « ma » salle, et uniquement elle ? Avec ses deux armoires, son TNI, son rétroprojecteur et son chariot poste de télévision-magnétoscope-lecteur de DVD, elle me manque cruellement lorsque je n’y suis pas. De plus, si je lui étais « attitrée » (car c’est bien dans ce sens que cela se conçoit…), je pourrais installer les tables et les chaises comme bon me semble, sans gêner les collègues, ni retrouver la salle en cours magistral…

–        Comment seront les nouveaux collègues ? Jeunes, dynamiques, innovants, prêts à travailler en équipe, en interdisciplinarité ? Je me retiens souvent de les « harceler » dès le jour de la prérentrée ; mais mes collègues en place qui me connaissent bien le font parfois pour moi ! « Tu es la nouvelle prof documentaliste ? Il faut que tu voies Mme Rousseau, prof de Lettres, elle aime travailler avec le C.D.I. et monter des projets ! » Seront-ils TZR ou encore contractuels, sur plusieurs établissements ? Difficile alors d’être assez motivés pour s’investir… Plus simplement, seront-ils de bonne compagnie ? L’ambiance au collège est plutôt sympa, pas envie que ça s’écroule…

–        Quels élèves vais-je avoir en classe ? Nous nous précipitons toutes et tous sur les listes et nous demandons mutuellement quelques renseignements, impressions sur ceux que nous ne connaissons pas encore.

–        Comment sera la classe dont je vais être professeur principal ? Mes collègues me « sauteront »-t-ils dessus tout au long de l’année ? « Ta 4e est insupportable, il faut faire quelque chose ! »

–        Quelle sera l’atmosphère générale de notre conseil d’enseignement Lettres ? Tensions ? Oserai-je proposer ne serait-ce qu’une progression commune en langue, sans craindre les soupirs et/ou les évitements ?

–        Vais-je réussir à tenir le cap ? Le cap de mes engagements ici et là, le cap du sacro-saint programme, le cap d’une discipline à la fois ferme et juste qui ne soit pas en contradiction avec ma nature profonde, le cap des corrections de copies qui s’accumulent facilement… Vais-je réussir à évaluer moins mais mieux ?

Avant chaque rentrée, je fais le fameux cauchemar d’un cours où rien ne va : je ne connais pas mon sujet ou je me fais déborder par les élèves ou j’arrive très en retard ou une collègue me tombe dessus avec virulence ou… tout ça à la fois ! Pourtant, mise à part la dernière proposition, cela ne m’arrive jamais en réalité !

Rentrée rime avec… écouter, parler, échanger

Dire bonjour à tout le monde.

Écouter la Principale et la CPE en réunion plénière de prérentrée.

Échanger avec les collègues de façon informelle puis plus formelle.

Donner les consignes aux élèves, écouter leurs questions, inquiétudes et tenter d’y répondre.

Prendre le temps de les observer, de retenir leurs prénoms, d’être disponible.

Se retenir de trop parler en cours, les laisser parler eux, dans les règles et pertinemment, afin qu’ils soient en situation d’apprentissage actif.

Proposer des projets interdisciplinaires.

Continuer à apprendre pour mieux apprendre à apprendre !

Rentrée rime avec… lire, réfléchir et travailler

Je passe une bonne partie de mes vacances à lire des ouvrages pédagogiques, prendre en notes de nouvelles idées, réfléchir à la façon de les mettre en place, travailler sur les nouveautés du programme et refaire la plupart de mes chapitres.

La rentrée, c’est aussi et surtout en amont que cela se passe !

Rentrée rime avec… s’organiser

Comme je passe du temps également sur la planification annuelle de mon travail en amont ! Pourtant, elle subit inexorablement pas mal de changements en cours de route… mais tant mieux ! Car il faut s’adapter aux situations et ne pas tenter de calquer désespérément ce qu’on avait prévu au risque de laisser la moitié des élèves de côté ou de les perdre de lassitude…

Cependant, planifier à l’avance, tout en gardant de la souplesse et en sachant improviser, me semble très important et a de nombreux avantages :

–        On oublie moins de choses…

–        Les cours sont mieux construits, ont plus de cohérence ; on en est plus satisfait.

–        On peut prévoir longtemps à l’avance les lectures, les évaluations et les exposés afin de prévenir les élèves. Ils auront tout le temps de réaliser le travail demandé, tout en apprenant à gérer ce temps, à devenir autonomes et organisés.

–        On peut d’ores et déjà réserver des créneaux au C.D.I. pour les recherches documentaires et autres projets.

–        On peut se caler sur le programme d’Histoire pour ne pas générer d’incohérence chronologique dans les études de textes et pour créer des ponts entre les disciplines.

–        On peut se rendre compte de la masse de travail à effectuer dans le temps imparti et se résoudre ainsi à des choix. Un conseil : se fixer au minimum des dates butoir de fin de chapitre, afin de ne pas accumuler trop de retard, ni d’ennuyer les élèves (et soi-même !) avec des chapitres qui traînent…

–        On peut même préparer les documents qui seront à photocopier et commencer les photocopies pour les premières semaines dès la prérentrée ! Ça évite d’être bloqué dans la file d’attente de l’unique photocopieuse, alors que ça a déjà sonné et que les élèves attendent, impatiemment cela va sans dire, leur sujet d’évaluation !

Plus je suis organisée, mieux j’aborde les journées. Sérénité et satisfaction sont alors plus facilement accessibles.

 

Je me souviens de ma première rentrée face à des élèves. J’étais stagiaire et avais en responsabilité une classe de 4e. J’avais en tête le conseil n°1 : « Ne souris pas, sois ferme dès les premiers moments, tu lâcheras du leste plus tard si ça va… » Je n’ai pas tenu plus de 10 secondes et j’ai ainsi affiché un grand sourire tout au long de l’année tant j’étais heureuse d’être enfin professeur, d’avoir « mes » élèves ! Cela s’est très bien passé. Il faut préciser que j’ai eu la chance d’être affectée dans un petit collège sympa à tous points de vue.

Depuis, je souris toujours, un sourire moins « banane » mais j’affiche d’emblée le sentiment sincère d’être contente de rentrer, de revoir le collège, mes collègues, les élèves.

 

Je me souviens de ma première rentrée en tant que néo titulaire TZR dans un lycée professionnel : c’était un établissement difficile, je ne connaissais pas le programme (le concours pour enseigner en lycée professionnel n’étant pas le même que pour les collège, lycée général et technologique) et n’avais que 3 ans de différence d’âge avec certains de mes élèves !

Mais j’ai tout de suite été très bien accueillie par les collègues, qui m’ont passé des cours et proposé leur aide. L’ambiance était chaleureuse et, quand j’ai été affectée en face, au lycée général, en fin d’année, je continuais à déjeuner avec mes collègues du professionnel.

Quant aux élèves, ce fut beaucoup plus difficile, mais j’ai eu l’impression, à la fin de ce remplacement presqu’annuel, que je pouvais désormais enseigner dans n’importe quel établissement, en face de n’importe quels élèves ! J’y ai appris l’improvisation et la prise de distance. Pourtant, face à des garçons à peine plus jeunes qui me demandaient l’autorisation (refusée bien entendue) de me prendre en photographie avec leur téléphone portable à la fin du cours, j’ai essayé de vouvoyer mes élèves. Peine perdue, j’ai mélangé le « tu » et le « vous » dès les premières phrases et fini par adopter le tutoiement, bien plus naturel chez moi. Quand on n’entre pas dans le jeu de certains élèves et qu’on sait garder tout aussi naturellement la bonne distance, cela fonctionne bien.

Commentaires

Comment de anniedimartino
Heure à

Un bien joli teste Caroline. Tu m’en avais parlé, j’avais compris qu’il était en préparation. Mais non, il était écrit!
Tu oublies de préciser que, pour toi, la rentrée dure un mois: tout le mois de Juillet pendant lequel tu lis, réfléchis, écris.
Ne pourrais-tu nous présenter les ouvrages pédagogiques que tu as actuellement entre les mains STP? Un jour bien sûr, pas forcément tout de suite. tes lecteurs serainet peut-être intéressés?

Comment de anniedimartino
Heure à

Oups, encore « la dyslexie des doigts »!
« tes lecteurs SERAIENT » …

Comment de carorourou
Heure à

Merci Ani !
Effectivement, je travaille beaucoup en amont. Si seulement ça me faisait moins travailler en cours d’année…
Je vais me mettre sérieusement à la tenue d’un journal de bord et aux compte-rendus de lectures pédagogiques.
Bon mois d’août à toutes et tous !
Caroline

Ecrire un commentaire

Vous devez vous connecter pour pouvoir poster des commentaires!