Site de recherche

Articles récents

Commentaires récents

Archives

décembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

699302 visiteurs

Site de recherche

décembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Categories

Tags

Remédiation orthographique

Mon mémoire professionnel, réalisé avec une collègue à l’IUFM de Brest (bonjour Rachel, si tu me lis !), s’intitulait « Remédiation individuelle et évaluation de la progression en orthographe ».

Au départ, j’avais envie de travailler sur l’interdisciplinarité, mais aucun(e) de mes collègues n’y songeait ; j’ai pensé alors à ce problème qui nous semble à tous terrifiant et insurmontable : Comment amener les élèves à faire moins d’erreurs orthographiques dans leurs écrits ? Vous avez remarqué que je n’ai pas l’audace de prétendre à une absence quasi-totale des fautes, mais seulement à une amélioration…

Nous avons beaucoup travaillé sur ce mémoire, pour mettre en place une méthode de correction orthographique et une grille d’évaluation personnalisée notant la progression d’un devoir d’écriture sur l’autre, afin de l’appliquer à nos classes de 4ème respectives. En effet, les programmes préconisent pour l’instant de « valoriser les graphies correctes plutôt que de sanctionner systématiquement les erreurs » (cela va peut-être changer avec la réforme sur l’enseignement de la grammaire…).

1ère étape : Les élèves classent leurs fautes (préalablement soulignées dans la copie par le professeur) dans une grille typographique qui les oblige à comprendre leurs erreurs.

2ème étape : Les élèves corrigent leurs fautes selon une méthode précise, rigoureuse et retraçant le raisonnement pour bien orthographier chaque type d’erreur.

Le classement et la méthode de correction feront l’objet des articles suivants.

3ème étape : Le professeur note la correction et repère les erreurs les plus commises pour chaque élève. Il en conçoit une fiche de progression qui indique quelles erreurs seront comptabilisées au prochain devoir d’écriture.

Les grilles de notation progressive représentaient en réalité un travail titanesque pour le professeur ; mais des progrès significatifs ont été observés dans nos deux classes d’expérimentation (surtout parce que la correction représentait un travail titanesque cette fois pour la plupart des élèves , et qu’ils étaient beaucoup plus attentifs au second devoir…).

Aujourd’hui, je continue cette méthode ; mais uniquement au niveau de la correction car, avec quatre classes au lieu d’une, il ne m’est plus possible matériellement parlant d’aller jusqu’à la notation de la progression.

J’ai tout de même établi une progression :

1er devoir d’écriture : Le professeur corrige lui-même les erreurs sur la copie ; et l’élève recopie ensuite son devoir correctement.

2ème devoir : Le professeur souligne les erreurs en notant dans la marge de droite (je leur fait tracer une marge à droite de 3-4 carreaux, et ils écrivent entre les deux marges) la « catégorie » à laquelle elle appartient (voir tableau de classification des erreurs) ; et l’élève corrige chaque erreur en suivant la méthode imposée et le plan du tableau, sur une autre copie, EN CLASSE.
3ème devoir : Le professeur souligne les erreurs, sans autre indication ; et l’élève les corrige, de la même façon, EN CLASSE.

4ème devoir : Le professeur souligne les erreurs ; et l’élève les corrige, A LA MAISON.

Ils ont bien sûr à leur disposition dictionnaires et bescherelles.

Commentaires

Comment de ché
Heure à

est-il efficace de corriger des ereurs déjà commises ? A quoi sont dues les erreurs d’orthographe ?

Comment de carorourou
Heure à

Je répondrai d’abord à la deuxième question : les erreurs d’orthographe sont évidemment dues à de multiples causes, mais je retiendrai les suivantes : la non maîtrise des classes grammaticales (si un élève ne sait pas reconnaître un nom d’un verbe, il pourra écrire « ils apprennes leur leçon », le « s » étant pour lui la marque du pluriel) ; une quasi absence de lecture (la lecture régulière permet de fixer certaines orthographes, d’acquérir des automatismes) ; et un certain « je-m’en-foutisme » (à quoi sert l’orthographe, mes parents n’en ont pas eu besoin pour réussir…).
Pour la première question, j’affirme que oui, il est nécessaire et efficace de corriger ses erreurs orthographiques pour les comprendre et en diminuer le nombre, tout simplement. Les élèves progressent ainsi, chacun à leur rythme, et reprennent confiance : l’orthographe n’apparaît plus entièrement comme une fatalité ; ils y ont quelques prises en revoyant des règles et en en testant leur efficacité.

Comment de Christelle
Heure à

Je travaille en remédiation orthographique depuis 1 an avec la méthode d’Anne-Marie Gaignard « Orthographe Autrement ». Elle utilise la gestion mentale. J’accompagne des dysorthographique sévères. Succès garanti!

Ecrire un commentaire

Vous devez vous connecter pour pouvoir poster des commentaires!