Site de recherche

Articles récents

Commentaires récents

Archives

octobre 2019
L M M J V S D
« Août    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

693353 visiteurs

Site de recherche

octobre 2019
L M M J V S D
« Août    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Categories

Tags

Une nouvelle typologie d’erreurs et sa méthode de correction orthographique

C’était le sujet de mon mémoire professionnel en 2001. Avec ma collègue Rachel Gay, à l’IUFM de Brest, nous avions décidé de travailler sur l’orthographe. Nous avions le projet d’évaluer, non pas l’état de l’orthographe des élèves à un temps T, mais leur progression dans ce domaine. Car nous avions fait le pari qu’ils progresseraient, en grande partie grâce à une méthode de correction exigeante qui les faisait réfléchir sur leurs erreurs. De fait, ils avaient pour la plupart progressé, mais surtout parce que, lassés de rendre des pages de correction orthographique, ils faisaient bien plus attention dans l’ensemble… J’ai toujours eu foi en cette typologie, passée de 17 à 18 erreurs différentes, pour autant ou presque de façons différentes de les corriger du coup ; je l’ai toujours utilisée, laissant de côté l’évaluation de la progression, une idée pourtant essentielle, car bien trop chronophage.

Quand je corrige une rédaction ou une dictée, je souligne les erreurs et inscris sous chacune le numéro correspondant au type d’erreur faite (les élèves ont sauté des lignes). À force, j’ai vite intégré mes 18 types d’erreurs et c’était relativement rapide, même s’il n’y a pas que cela à observer dans une rédaction notamment… Les élèves devaient ensuite corriger chaque erreur, dans l’ordre des numéros pour rassembler les erreurs de même nature, en respectant la méthode à la lettre. Celle-ci les obligeait à retrouver le raisonnement, la règle qui induisait la bonne graphie.

Aujourd’hui, grâce à mon travail estival avec Carole, qui a participé à un stage orthographe (Anne Bervas-Leroux, Dafpen, Académie de Versailles) et m’en a fait part, je remets en question cette lourde typologie et méthode de correction ; c’est le choc de simplification ! Les élèves qui m’ont eue les années précédentes et qui me retrouveront l’année qui vient vont être soulagés !

Le principe de base reste le même, mais je suis passée à 7 types d’erreurs ! La présentation de la méthode est plus claire et aérée, sous la forme d’un tableau.

Voici ce que ça donne : Améliorer son orthographe

Ainsi qu’un exemple de mise en pratique pour que les élèves voient ce que j’attends d’eux : Ex de mise en pratique

Reste à réfléchir sur l’évaluation de la progression orthographique pour chaque élève, de façon plus simple et moins chronophage que notre mémoire professionnel ne le proposait. J’ai, pour point de départ ?, ce tableau qui permet de récapituler au fur et à mesure le nombre d’erreurs dans chaque catégorie. Il n’est pas adapté à ma nouvelle typologie mais permet de voir toutes les erreurs auxquelles nous avions préalablement pensé : Fiche individuelle de progression orthographique

Ecrire un commentaire

Vous devez vous connecter pour pouvoir poster des commentaires!