02 Jun
2012

RENCONTRES MONUMENTALES AU GRAND PALAIS

     Mercredi 30 mai, l’équipe de rédaction de Cass’Info s’est rendue, avec Mme Magaud-Pichonnier, professeur d’arts plastiques, au Grand Palais de Paris, visiter l’exposition Monumenta 2012, Excentrique(s) de Daniel Buren.

     Cette exposition consiste en d’immenses panneaux translucides de couleurs rouge, jaune, vert et bleu, vissés en hauteur sur des poteaux rayés noirs et blancs. Elle s’étend sur les 13500m2 du Grand Palais. Même la verrière est au couleurs de Buren ! Sur le sol, des grands miroirs permettent de jouer avec les couleurs et les panneaux. On pourrait presque imaginer la nef comme un vaisseau spatial venant atterrir sur les cercles colorés !

     Les dimensions, les couleurs, les formes… tout cela est très impressionnant, et c’est d’ailleurs l’avis du slameur Grand Corps Malade qui visitait l’exposition en famille et qui a bien gentiment voulu répondre à nos questions. Il trouve que cette « œuvre monumentale est vraiment belle et surtout ludique : (s)on fils aime jouer entre les couleurs, à passer d’un cercle à l’autre ! ».

Lise, journaliste à Cass'Info et grande fan de Grand Corps Malade

Toute l’équipe, comme le fils de Grand Corps Malade, s’amusait circuler d’un espace coloré à l’autre quand Mme Magaud-Pichonnier a reconnu une personnalité dans la foule : Monsieur Daniel Buren en personne ! Lui aussi a bien voulu répondre en exclusivité à nos questions.

 Comment vous est venu l’idée de cette œuvre in-situ ?

Vous commencez par la question la plus difficile ! C’est un ensemble d’éléments… J’ai voulu construire à partir de l’air et de la lumière pour créer une impression de volume et remplir ainsi la nef imposante du Grand Palais.

 Qu’est ce que ça représente ?

Ce que vous voyez : des cercles de couleurs !

 [Mme Magaud-Pichonnier nous a, après, expliqué que l’objectif artistique de Daniel Buren est de transformer notre vision des choses, des lieux, en jouant, comme ici, avec les couleurs et les jeux de miroirs.]

 Comment avez-vous choisi les couleurs ?

Tout simplement car ce sont les seules couleurs disponibles dans l’entreprise qui a fabriqué les cercles !

 Combien de temps avez-vous mis pour l’installer ?

Sept jours complets. Nous n’avions que peu de temps à cause des autres expositions. D’ailleurs nous n’aurons que trois jours pour tout démonter !

 Que va devenir cette œuvre après avoir été démontée ?

Rien n’est récupérable … c’est impossible de stocker une telle quantité de matériaux. Elle n’a été créée que pour cet espace.

Mme Magaud-Pichonnier et M Daniel Buren

 Visiter une exposition et y rencontrer son créateur :

quelle chance !

Sandro Malthey, photographies personnelles

Posté dans Sortons de notre bulle | Aucun Commentaire »

22 Mar
2012

UNE PLASTICIENNE AU COLLEGE

Le collège d’Athis de l’Orne va bientôt inaugurer une installation artistique dans le patio du self. L’artiste se nomme Marie Hélène Richard, elle est plasticienne.

Marie Hélène Richard en plein travail

Son œuvre, Nourritures Terrestres, est composée de bois, de papier, de terre, de sable, de gravier, de pieds de maïs… Mme Duhoux, gestionnaire, trouve que l’œuvre exposée est très intéressante car «l’artiste a utilisé des objets, des végétaux du coin, un vrai témoignage de notre bocage ! ».

La venue de Mme Richard dans nos murs est le résultat d’une collaboration entre l’association Vaertigo et le collège. Vaertigo est une association basée à Athis dont l’objectif est de faire entrer l’art contemporain dans le milieu rural (http://www.vaertigo.com/). Pendant une semaine, Mme Richard a travaillé, en résidence, son œuvre au collège et a reçu plusieurs classes accompagnées par le professeur d’arts plastiques, Mme Pichonnier.

Nourritures Terrestres est une œuvre in situ (dans le site), c’est le moyen d’expression que l’artiste préfère. D’ailleurs elle a déjà en tête sa prochaine œuvre qui sera exposée à Paris : des allumettes géantes déposées contre un arbre dont la forme fera penser à une baguette de sourcier.

Mme Plantier, principale, et Mme Richard au milieu des "Nourritures Terrestres"

Marie Hélène Richard, qui pense « avoir poursuivi le rêve de (son) père car lui aussi était un créateur puisqu’il aimait faire des maquettes de bateaux », a commencé à créer dès l’enfance, vers 12 ans. Ensuite, elle a étudié dans un lycée artistique. Sa première vraie œuvre était à base de pain multicolore.

Avec humour, elle admet ne rien savoir faire d’autre que de l’art ! Tant mieux pour nous élèves qui pouvons admirer son travail !

 Si vous êtes intéressé par le travail de Marie Hélène Richard, vous pouvez consulter son blog ou son site.

http://www.mhr-artinsitu.blogspot.com

http://www.mhr-artinsitu.com

 Sandro Malthey, Jean-Marc Remande (photographies personnelles)

Posté dans Le collège | Aucun Commentaire »