Classe de STG

La compréhension de l’écrit (10 points au demi-point près) est évaluée à partir d’un texte emprunté à des œuvres littéraires ou à la presse écrite, qui renvoie à telle ou telle des notions du programme culturel de la classe terminale sans exiger des connaissances trop spécifiques. Ce texte peut être narratif, descriptif ou argumentatif ; il peut comporter du dialogue. Il est rédigé dans une langue accessible sans lexique spécialisé. Sa longueur n’excède pas 50 lignes (ligne s’entend au sens de 70 signes environ y compris les blancs et ponctuations).
Les tâches demandées au candidat, diversifiées et graduées, visent à vérifier son aptitude :
L.V.1
L.V.2
– à identifier le sujet ou la thématique générale du texte ;
– à repérer dans le texte une information importante concernant un thème ou une problématique donnés ;
– à comprendre les événements ou informations essentiels présents dans le texte.
(niveau A2 du C.E.C.R.L.)
– à identifier le sujet ou la thématique générale du texte ;
– à repérer dans le texte une information importante concernant un thème ou une problématique donnés ;
– à comprendre les événements ou informations essentiels présents dans le texte.
(niveau A2 du C.E.C.R.L.)
– à comprendre les liens logiques ou chronologiques entre les informations ou événements relatés dans le texte ;
– à comprendre les motivations et réactions des personnages, du narrateur ou de l’auteur quand elles sont clairement exprimées ;
– à comprendre les conclusions d’une argumentation.
(niveau B1 du C.E.C.R.L.)
– à comprendre les liens logiques ou chronologiques entre les informations ou événements relatés dans le texte ;
– à comprendre les motivations et réactions des personnages, du narrateur ou de l’auteur quand elles sont clairement exprimées ;
– à comprendre les conclusions d’une argumentation.
(niveau B1 du C.E.C.R.L.)
– à comprendre les détails significatifs d’un document informatif ou factuel ;
– à percevoir l’implicite dans le texte (par exemple le point de vue adopté par l’auteur).
(niveau B2 du C.E.C.R.L.)
 

L’expression écrite (10 points au demi-point près) est évaluée à l’aide d’une ou plusieurs tâches correspondant aux niveaux de compétence suivants :

L.V.1
L.V.2
À partir des indications données, le candidat rédige un ou plusieurs textes simples et construits, prenant appui sur des événements, des faits ou des prises de position qu’il aura identifiés dans le texte servant de support à l’évaluation de la compréhension.
Est évaluée essentiellement l’aptitude du candidat à rédiger, dans une langue correcte et directement compréhensible, un ou des textes cohérents et clairement articulés à l’aide de connecteurs logiques et chronologiques simples et courants.
(niveau B1 du C.E.C.R.L.)
À partir des indications données, le candidat rédige un ou plusieurs textes simples et construits, prenant appui sur des événements, des faits ou des prises de position qu’il aura identifiés dans le texte servant de support à l’évaluation de la compréhension.
Est évaluée essentiellement l’aptitude du candidat à rédiger, dans une langue correcte et directement compréhensible, un ou des textes cohérents et clairement articulés à l’aide de connecteurs logiques et chronologiques simples et courants.
(niveau B1 du C.E.C.R.L.)
Le candidat construit une argumentation personnelle à propos d’un thème en relation avec le texte servant de support à la compréhension de l’écrit.
Est évaluée essentiellement l’aptitude du candidat à exprimer de façon nuancée et argumentée une opinion ou un avis, en présentant clairement, dans une langue correcte, aussi précise et riche que possible, les avantages ou les inconvénients d’une proposition, les points forts et les limites d’une prise de position.
(niveau B2 du C.E.C.R.L.)
 
2 – Évaluation de l’expression orale (durée 10 minutes, préparation 10 minutes) – Notée sur 20 points