Journée de mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité

24 01 2020

 

Le 27 janvier est la Journée de mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité.

Cette journée de souvenir est l’occasion d’engager une réflexion sur les génocides et les crimes contre l’humanité qui ont eu lieu au XXème siècle, de rappeler les valeurs humanistes qui fondent la démocratie. Il s’agit d’aborder les valeurs fondatrices de l’humanisme : la dignité de la personne et le respect de la vie d’autrui.

Pourquoi le choix du  27 janvier ? Journée de la mémoire est célébrée chaque année, le 27 janvier, à la date anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau. 

Retrouvez au CDI une sélection de documents qui permettent d’entretenir cette mémoire, de mener et d’approfondir cette réflexion essentielle.

Des documents en ligne sont également consultables depuis le portail Netvibes du CDI dans l’onglet Histoire-Géo : : https://www.netvibes.com/cdifoucauld#HISTOIRE_GEO

 

 

 

 

 » title= »




Dans les yeux d’Anouch, de Roland Godel

19 11 2019

Résumé :  Eté 1915 , Anouch, 13 ans, vit en Arménie, dans une famille très nombreuse. La nuit où le chef de la police fait irruption chez eux et brandit un ordre de déportation, la vie insouciante de la jeune fille bascule d’un coup. Elle s’embarque alors dans un périple long et périlleux. Pour Anouch et les siens, c’est le début d’un terrible exode : il faut dormir dans des camps, subir les violences des soldats, et surtout, il faut vaincre sa peur. Mais sa rencontre avec Dikran, un jeune garçon de son âge, donne à Anouch une raison d’espérer. Les deux adolescents promettent de faire tout leur possible pour se retrouver s’ils viennent à être séparés.

Inspiré d’une histoire vraie, ce roman retrace la vie des déportés arméniens en 1915, lors du tragique génocide arménien.

Mon avis  : J’ai trouvé cette histoire émouvante. L’histoire d’amour entre Dikran et Anouch est touchante. Malgré la période compliquée qu’elle traverse, Anouch sait garder le sourire, et c’est ce qui m’a plu chez elle. Le fait en plus que l’histoire soit inspirée d’une histoire vraie ajoute une réalité à la fois horrible, car les Arméniens sont plus d’un millions à être tués en 1915, mais également incroyable, car Anouch réussi à survivre et à vivre avec le sourire malgré les sombres évènements qui marquent sa vie. La capacité qu’a Roland Godel à écrire une histoire marquée par des évènements tragiques de la guerre de 14-18, tout en suscitant l’émotion du lecteur m’a impressionnée et beaucoup plu.

Cote R GODE