Atelier film suédé

Avec M. Vey, dans le cadre des actions complémentaires du dispositif lycéens au cinéma, les élèves de l’atelier cinéma ont réalisé une version suédée* d’une scène culte de Star Wars. Ils étaient encadrés par Charlie Rojo, réalisateur. Le résultat est bluffant.

Image de prévisualisation YouTube

*Remake d’un film tourné avec les moyens du bord.

Sur écoute

Lundi 26 janvier, les 3èmes, les élèves de l’atelier cinéma, et les journalistes des 400scoops, se sont rendus aux enfants du Paradis, à Chartres, pour voir le second film de la programmation Lycéens au cinéma 2014-2015.
Le point commun de ces 5 courts-métrages était l’utilisation du son.

Quelques minutes avant la séance, Benjamin et quelques élèves de l’atelier cinéma.

Le premier court-métrage, un dessin animé, intitulé ain’t she sweet, est ce qu’on appelle une « screen song ». Les personnages prennent vie grâce à la musique, il y a une synchronie parfaite entre l’image et le son, à tel point qu’on croit réellement que les personnages jouent des instruments à l’écran. La chanson de la fin, avec les paroles et la « bouncing ball », est l’ancêtre du karaoké. A l’époque du dessin animé (1933), les spectateurs chantaient dans la salle. Regarder ci-dessous :

Image de prévisualisation YouTube

Le second, Je sens le beat qui monte en moi, est basé sur le rythme. Les deux personnages sont d’abord en désaccord rythmique : l’homme a littéralement le rythme dans la peau, tandis que la femme ne maîtrise plus ses mouvements dès qu’elle entend une musique. C’est une source de nombreux gags. A la fin, ils finissent par trouver un rythme commun. Voir la bande-annonce ci-dessous :

Image de prévisualisation YouTube

Le troisième, En pleine forme, se situe dans la tradition burlesque des Temps Modernes. Il raconte l’histoire d’un personnage qui aspire à un retour au calme et à la nature, mais qui est forcé d’aller s’installer dans un camping qui ressemble étrangement à une prison. Les bruitages ajoutés à l’image ont une fonction de gag et sont destinés également à se mettre dans l’ambiance, à faire exister l’image. Il est visible sur youtube (qualité moyenne) :

Image de prévisualisation YouTube

Le quatrième, Plot Point, mélange des images documentaires et des images de fiction, extraites de Heat. La musique a un pouvoir évocateur, donne une impression de malaise, on attend un événement qui n’arrive pas. Les images ont été filmées en caméra cachée dans les rues de New York. Voir un extrait ci-dessous :

Image de prévisualisation YouTube

Le dernier court métrage, Lisboa orchestra, est intéressant du point de vue du montage. Le réalisateur a filmé divers bruits et musiques de la ville de Lisbonne, et les a superposés, mélangés, coupés, pour en faire une musique. Un extrait est disponible sur le site du réalisateur, Guillaume Delaperriere. Cliquez ici.

Voir aussi la fiche distribuée aux élèves pour aller plus loin (source : ciclic)