J’ai lu : Genesis Alpha, de Rune Michaels

11 01 2019

Genesis Alpha

Rune Michaels

Résumé : Max et Josh sont deux frères. Ils sont plus que ça même, Josh lui a sauvé la vie. Quand il était petit, Max était gravement malade, il avait le cancer. Josh est né pour le sauver, c’est ce qu’on appelle un bébé-médicament. Depuis ce jour, ils sont en symbiose, particulièrement quand ils jouent à Genesis Alpha, un jeu en ligne particulièrement prenant. C’est le lien qui les unit depuis que Max a quitté la maison pour l’université. Josh aime son grand-frère, c’est son idole. Mais un jour, leur vie à tous les deux bascule : Max est accusé d’avoir tué quelqu’un. Tout l’accuse ! Est-il vraiment le monstre que tout le monde décrit ? A-t-il vraiment commis ce crime affreux ? Et lui, Josh, le bébé-médicament ? N’est-il pas aussi responsable d’avoir sauvé la vie d’un présumé meurtrier ? C’est pourtant ce qu’affirment les médias et Rachel, la sœur de la victime. Josh ne sait plus quoi penser. Ce drame le fera plonger au plus profond de lui-même et découvrir des secrets qu’il aurait préféré ne jamais mettre en lumière.

Mon avis : Ce roman est très bien écrit et aborde des sujets douloureux avec justesse. L’auteure a vraiment la capacité de bien cerner le personnage principal. C’est Josh le narrateur, il raconte tous les événements tels qu’il les perçoit, tels qu’il les ressent. Le roman est surtout centré sur lui, on voit tout de son point de vue à lui. Tous ses questionnements sont incroyablement réalistes. Vraiment, je me suis plongée dans l’histoire mais pourtant, elle est très dérangeante. Elle aborde des thèmes tels que le statut des bébés-médicaments, qui ne naissent au final que pour sauver quelqu’un d’autre. Ont-ils une existence à part entière ? Et quand le bébé-médicament a sauvé la vie de quelqu’un qui sera accusé de meurtre des années plus tard, à qui la faute ? Toute l’histoire tourne autour de cette confusion. Josh est complètement perdu : il veut croire en son frère qu’il adule, mais tout l’accuse ! Et lui, dans tout ça, a-t-il vraiment joué un rôle dans ce qui s’est passé ? S’il n’avait pas sauvé Max en naissant, la victime serait probablement encore en vie. C’est ce que quasiment tout le monde s’accorde à croire, notamment Rachel, la petite sœur de la victime. Il est vrai que les discussions entre les deux personnages sont assez dérangeantes, notamment parce qu’on sent bien que Rachel est fragile psychologiquement, mais aussi parce que le sujet en lui-même est dérangeant. Rachel veut à tout prix démontrer à Josh que Max est un monstre et Josh a du mal à le défendre. Il a du mal à se défendre lui-même. Un petit bémol tout de même : Rachel et Josh ont quasiment le même âge, 14 et 13 ans et parfois j’ai trouvé que leurs réflexions étaient un peu trop poussées, trop philosophiques pour des ados de cet âge.

Franchement, cet ouvrage est très bien écrit, l’histoire est prenante, mais le thème est vraiment sombre. Je n’ai pas passé un bon moment à le lire, mais je ne regrette pas de l’avoir lu.

Extrait : « _ Josh, comment te sens-tu ?

C’est tout lui. Son fils aîné est en prison, accusé du plus horrible des crimes et c’est à moi qu’il propose une séance de thérapie.

_ Je vais bien.

Il se penche pour ramasser le journal. Il le pousse vers moi. Juste sous mon nez. je suis bien forcé de voir les deux photos, Max et moi, côte à côte.

_ Tu es d’accord avec ce qu’ils disent là-dedans ?

Je jette un coup d’œil vers les gros titre.

_ Que c’est ma faute, c’est ça ? Mais Max n’a rien fait, donc la question ne se pose pas.

Il me fixe droit dans les yeux, comme il sait si bien le faire. Je suis incapable de détourner mon regard.

_ D’accord, mais si un jour, il commettait quelque chose de grave, que se passerait-il ? Crois-tu que, parce que tu lui as sauvé la vie, tu te sentirais responsable ?

La question essaie de s’insinuer dans mon esprit, mais je l’arrête en chemin. Elle n’a aucune raison d’être. Max n’a rien fait de mal.

_ Parce que je t’assure que ce serait absurde, Josh, reprend papa. Il y a une grande différence entre se sentir responsable de ses propres actions, et prendre sur ses épaules la responsabilité d’un acte qu’on n’a pas commis et qu’on ne pouvait ni prévoir ni empêcher. Tu le sais, au moins ?

Je murmure :

_ Je pense que oui.

Je replonge la tête dans ce qui me reste de céréales, pour éviter un nouveau débat philosophique avec papa. Je suppose qu’il a raison. Mais pourquoi cette différence dont il parle me semble-t-elle si difficile à concevoir ? »

 

Tags : , , , , , , , , , , ,

Actions

Informations

Laisser un commentaire