La somnambule

4 04 2014

Durant le printemps 1974, à Boston, Marian Tansey est employée d’une boutique de brocante.. Une femme trentenaire autant séduisante que  seule . Elle loue une chambre chez Ruth. Or ses souvenirs les plus anciens ne remontent pas au-delà de deux ans, sa mémoire s’est comme volatilisée. Hormis les images cauchemardesques qui surgissent régulièrement comme des flashs dans la nuit ou même en étant éveillée. Rien ou presque ne lui rappelle son ancienne vie qu’elle sent pourtant se rapprocher chaque jours.

C’est une adaptation BD mis en images par Jean-Louis Thouard et mis en scène par Stéphane Michaka du roman d’Helen McCloy.

L.10EBBN001617.N001_LaSOMNAMB_C_FR




Rencontre avec Hoai Huong Nguyen

4 04 2014

 

 

L’auteur de « L’ombre douce », est une femme d’origine Vietnamienne qui est née en France et qui est professeur à l’IUT d’Orléans.

 

Ses débuts dans le monde de la littérature :

 

Dans ses débuts, Hoai Huong Nguyen s’est lancée dans la poésie. Elle avait commencé un recueil mais elle a vite abandonné son idée faute d’imagination. Son projet tournait en rond. Elle a donc continué sa vie de maman. Elle avait très envie de faire un roman depuis très longtemps, mais elle ne trouvait pas l’histoire qui pouvait sortir de l’ordinaire. Et puis, cette écrivain en herbe, fit un petit séjour en Bretagne et c’est là que son inspiration est arrivée. Elle trouvait que la Bretagne ressemblait étrangement au Vietnam. « Cela peut paraitre paradoxal » disait-elle. Elle a donc imaginé cette histoire d’amour entre une Vietnamienne et un Breton. L’idée de la guerre d’Indochine était pour elle un moyen de créer la rencontre des deux personnages qui sont si loin l’un de l’autre. Elle a alors cherché un lien entre le Vietnam et la Bretagne et elle a trouvé cette fameuse guerre. Hoai Huong Nguyen avait trouvé son histoire…

Pour trouver des informations sur la guerre d’Indochine, elle n’a pas eu besoin d’interroger des anciens soldats, elle s’est beaucoup appuyée sur des livres d’histoire, des films, des reconstitutions pour réussir à écrire un roman suffisamment réaliste pour que le lecteur se fonde dans cette bataille.

            « L’ombre douce » :

 

                Au début, « L’ombre douce » devait s’appeler Vertes épines car au commencement de l’histoire, Yann vit une plante avec des épines et c’était le dernier souvenir qu’il avait avant de partir au front. Mais l’auteur s’avérait beaucoup aimer les poètes Aragon et Verlaine. L’ombre douce est le dernier mot qui apparait dans un des poèmes d’Aragon et pour lui rendre hommage, elle l’appela ainsi. Pour ce qui est de Verlaine, elle trouvait que ses poèmes parlaient beaucoup de l’innocence. Elle a donc créé Yann et Mai qui sont innocents en amour. Elle voulait rendre hommage à Verlaine

                Dans ce livre, on a pu apercevoir une certaine ressemblance avec une pièce de théâtre de Shakespeare, Roméo et Juliette. Hoai Huong Nguyen s’est en effet inspirée de cette tragédie pour son roman. Elle voulait beaucoup s’appuyer sur le fait que le destin de ces deux personnages, que tout oppose, est déjà tout tracé et que les deux amants ne pourront pas y échapper. L’histoire était déjà écrite pour eux.

                Par rapport à la mort des personnages, l’auteur s’est encore inspirée de la réalité et des traditions Vietnamiennes. Il y a une tradition au Vietnam qui dit qu’au 31 Janvier, si pendant cette journée il ne nous arrivait que de la chance, on aurait de la chance pendant toute l’année ; et au contraire, de la tristesse ou de la malchance. Le lien avec la mort des personnages et surtout Mai, est que dans le roman, elle va rendre visite à Yann qui était à ce moment là à l’hôpital un 31 Janvier. Le père de la jeune Vietnamienne refuse qu’elle aille le voir un jour comme celui-ci, sinon son année ne serait que maladie, tristesse et mort. La jeune femme désobéit à son père et va voir l’amour de sa vie. C’est d’ailleurs cette année là que Mai meurt. Pour Yann, Hoai Huong Nguyen ne voulait pas qu’il meurt dans d’atroces souffrances comme les soldats qui avaient été appelés pour aller au front. Elle voulait pour lui une mort douce comme son roman.

                        Le début d’une carrière :

 

                Pour l’écriture de son roman, l’auteur s’est organisée du mieux entre sa vie de maman, de professeur et d’écrivain. Le temps qu’elle trouvait pour écrire son histoire était son temps libre, les week-ends (parfois) et surtout les vacances. Sinon, elle continuait sa vie normale.

                Vertes épines fut envoyé à plusieurs maisons d’éditions. Mais les réponses qu’elles recevaient n’étaient pas favorables à son projet. Elle a donc décidé de revoir son roman, son titre,… de penser autrement. L’éditeur qui a accepté de la publier, elle l’a trouvé dans un journal. La maison d’édition est principalement composée de femmes. « Des femmes charmantes » comme nous le précise l’auteur.

                Sa fascination pour l’eau vient notamment du poète Aragon, mais aussi car l’eau est un élément qui peut se présenter sous différente forme. On peut apercevoir l’eau au début de l’histoire avec Yann qui regarde l’horizon et aussi à la fin avec la mort de Mai.

               

                Hoai Huong Nguyen prépare actuellement son deuxième roman. Elle n’a pas divulgué plus d’information que ça. « J’ai plusieurs projets en cours ». Dans tous les cas, merci pour cette interview qui m’a donné envie de lire le roman plus en profondeur.

 




Une famille pleine de secrets.

4 04 2014

         Dans la Forêt est une BD de Lionel Richerand. Elle raconte l’histoire d’une petite fille nommée Anna qui est appelée à rejoindre la forêt suite au kidnapping de sa poupée prénommée Rose. Au cours de l’histoire, Anna, alors petite fille au début de la BD, se transforme en femme mature. Lors de son départ dans la forêt, elle est guidée par des crapauds pour retrouver sa petite Rose. Mais va- t-elle la retrouver ? Nous vous invitons donc à lire cette BD pleine de surprises et d’enjeux.

Nous avons particulièrement apprécié cette œuvre car elle est pleine de surprises et de secrets. Et surtout n’oubliez pas de consulter à la fin de votre lecture les planches figurants à la fin du livre.

   La « fin » de cette histoire nous a surprises car on ne sait pas ce qu’il se passe par la suite. C’est une fin ouverte,  cela est d’ailleurs un peu dommage selon nous.

 

 

 

 

Laurine et Justine.




Sur la route du passé

4 04 2014

La Somnanbule est une bande dessinée de  Stéphane Michaka, illustrée par Jean-Louis Thouard.  C’est la reprise du roman d’Helen McCloy.

Elle raconte l’histoire de Marian, une jeune femme amnésique dont la voiture se déplace mystérieusement la nuit. S’en suivra une enquête faite de doutes et de flash-back.

Jusqu’au bout, les auteurs gardent le secret  sur l’identité du conducteur nocturne et sur le passé douloureux de Marian, ce qui nous incite à poursuivre la lecture.

Nous n’aimons pas les dessins fortement inspirés des comics et les couleurs dominantes sombres, mais les auteurs nous ont expliqué qu’ils ont fait beaucoup de recherches pour que les planches soient similaires à celles des années 70. Nous avons malheureusement eu du mal à nous identifier au personnage de Marian.

En revanche, nous recommandons cette BD puisque l’intrigue est prenante.

Audrey , Marjorie

 

 

 




~ La forêt des secrets ~

4 04 2014

« Dans la forêt », une bande dessinée mystérieuse de Richerand Lionel , dans laquelle une mère et sa fille se retrouvent confrontées au passé.

C’est l’histoire d’une petite fille, Anna, qui ne peut pas échapper au destin que lui ont imposé ses parents dès sa naissance. Ces derniers ayant bien du mal à concevoir un enfant, firent appelle à « La Grande Boueuse », la prêtresse de la forêt. Mais celle-ci leur demanda de lui livrer le premier enfant qu’ils allaient obtenir, Anna. Mais le père ne respecta pas le marché convenu et il lui donna le deuxième enfant. C’est ainsi qu’un jour, les disciples de « La Grande Boueuse » vinrent chercher la petite fille.

Les planches de Lionel Richerand nous offrent un peu de sa personnalité, sa technique lui est propre et on le reconnait surement à sa tendance à s’appliquer énormément sur les paysages, les décors… Il y a beaucoup de détails au second plan.

Léa




Dans la forêt aux mystères

4 04 2014

Dans la forêt est un album de bande dessinée, de Lionel RICHERAND. Dans cette BD l’auteur nous parle de l’histoire d’une petite fille nommée Anna qui après avoir perdu sa poupée Rose part à sa recherche dans la forêt. Cette perte va la mener à une découverte extraordinaire sur le secret qui rôde autour de sa naissance.

C’est un livre très sombre avec beaucoup de passages difficiles à comprendre, qui nous emmène dans un monde imaginaire assez effrayant. Dans cette BD les planches sont très sombres,  ce qui peut à première vue nous faire émettre un jugement négatif. Mais de page en page l’histoire devient de plus en plus intrigante et donc oblige le lecteur à poursuivre l’aventure…

Les personnages dans cette BD sont mystérieux, fantastiques comme avec l’exemple du jumeau qui ressemble à une espèce de loup ou encore un extraterrestre. De plus avec la sorcière qui est vue comme un démon dévorateur, elle est mi-mère mi-serpent.

Nous avons tout de même apprécié la bande dessinée car malgré que tout soit sombre l’auteur fait passer un message: les secrets se découvrent tôt ou tard.

Nabintou et  Fatmata ?




Deux identités, le jour, la nuit…

4 04 2014

La BD la Somnambule est l’histoire d’une jeune femme, Marian, qui emménage dans un appartement, et va acheter une voiture. Or elle rencontre un homme, Dick, qui sera son concubin à la fin de l’histoire.  Toutes les nuits un individu emprunte la voiture. Cette personne fume, car quand Marian récupère sa voiture le lendemain matin, elle retrouve des mégots de cigarettes dans le cendrier de sa voiture. Ignorant qui lui emprunte la voiture la nuit, elle accuse tout le monde pour trouver le coupable. Elle décide donc de fermer son garage mais l’individu arrive quand même à pénétrer chez elle et à prendre son véhicule. Elle ne se doute pas que cette personne peut être aussi proche d’elle…

 

Cette BD  m’a plus ou moins plu car l’auteur nous fait rapidement rentrer dans l’histoire de Marian mais lorsque la fin de la BD arrive, nous ne savons pas quoi penser de la situation finale du personnage principal. Les illustrations sont beaucoup trop sombres car la plupart des péripéties se déroulent plus particulièrement la nuit. C’est une histoire aux caractères tragiques et pathétiques au moment où un personnage meurt… Nous vous conseillons de lire cette BD si vous aimez le genre d’histoires policière où il y a à la fois de l’action, de l’amour, de la peur, et de la crainte.

Malaurie et Allison.




Mais qui est la somnanbule ?

4 04 2014

Le récit est celui de Marian Tansey, jeune femme amnésique. Elle n’a aucune mémoire de sa vie au-delà de deux ans, à son arrivée dans cette ville ( Boston), accueillie par la propriétaire d’une boutique de brocante associative pour laquelle elle travaille maintenant. Toutefois, elle se retrouve mêlée à un meurtre, lorsqu’elle se rend compte que la voiture qu’elle vient de s’offrir est » empruntée » la nuit. Des questions l’assaillent ! Sur elle-même, sur son entourage ! Qui sont ces nouveaux arrivants à l’étages au-dessus de la brocante où elle vit ?

Alors si vous aimez les Polars psychologiques à l’ambiance oppressante, dont le suspense monte crescendo, je vous conseille de lire cette Bande dessinée qui répondra à vos attentes !

J’ai particulièrement aimé cette ambiance sombre, peu développée il est vrai quant à son rôle dans l’intrigue, mais bien mise en valeur par l’illustration. Ces illustrations du récit sont une réussite. Elle paraît brutale, le trait et les coloris sont agressifs au premier abord.

Ce livre est une adaptation de J.L THOUARD & S. MICHAKA.

Améline




Une plume pleine de rencontre

6 02 2014

Une plume pleine de rencontre :

Le Mardi 14 Janvier 2014 , nous avons accueilli notre deuxième auteur Madame Hoai Hung Nguyen l’auteur de « L’ombre Douce » dans nos studios de BAC FM 106.1 , auparavant nous avons aussi accueillis Stéphane Michaka qui a adapté le texte de Helen McCloy intitulé « La Somnambule » et Jean-Louis Thouard l’a mis en images et en bulles.

Trois élèves de la classe de 2ndE :  Edanur Sahin , Céline Ozdal et Elora Xiong ont interviewé l’auteur de ce merveilleux roman. Cette rencontre a été organisée par M Dumont le documentaliste du CDI de Raoul Follereau et par la professeur de littérature Mme Dutour . Une émission spéciale appelée « Des Livres Et Nous » a été mise en place . Le prix littéraire est financé par le Conseil de Bourgogne , dans ce projet chaque élève devra choisir un roman et une BD parmi les 10 ouvrages proposés . Un prix sera accordé à un seul auteur de roman et un auteur de BD . Le prix sera le résultat des votes des lycées et apprentis de Bourgogne et sera remis lors d’une cérémonie officielle à l’Auditorium de Dijon début Juin 2014 .

L’ombre Douce est une histoire d’amour impossible entre un soldat Français blessé et une jeune Vietnamienne pendant la guerre d’Indochine en 1954 . Cette histoire d’amour nous a fait penser à une pièce de théâtre écrite par Shakespeare en 1597 intitulé « Roméo et Juliette » .

Mme Nguyen nous précise que c’est l’histoire de Yann et de Mai qui sont representés par l’eau et le feu et ne peuvent pas se rencontrer . Elle a voulu rendre hommage à Verlaine et Aragon avec les paroles écrites dans un poème qu’elle a apprécié d’où vient le titre de ce roman .

Le podcast de l’émission radio est disponible sur le site http://www.bacfm.fr/podcasts/ dans la rubrique Des Livres Et Nous .

Edanur , Céline et Anissa




Compte-rendu de l’interview de Hoai Huong Nguyen

6 02 2014

L’auteur de « L’ombre douce », est une femme d’origine Vietnamienne qui est née en France et qui a pour profession : professeur à l’IUT d’Orléans.

 

            Ses débuts dans le monde de la littérature :

 

Dans ses débuts, Hoai Huong Nguyen s’est lancée dans la poésie. Elle avait commencé un recueil mais elle a vite abandonné son idée faute d’imagination. Son projet tournait en rond. Elle a donc continué sa vie de maman. Elle avait très envie de faire un roman depuis très longtemps, mais elle ne trouvait pas l’histoire qui pouvait sortir de l’ordinaire. Et puis, cette écrivain en herbe, fit un petit séjour en Bretagne et c’est là que son inspiration est arrivée. Elle trouvait que la Bretagne ressemblait étrangement au Vietnam. « Cela peut paraitre paradoxal » disait-elle. Elle a donc imaginé cette histoire d’amour entre une Vietnamienne et un Breton. L’idée de la guerre d’Indochine était pour elle un moyen de créer la rencontre des deux personnages qui sont si loin l’un de l’autre. Elle a alors cherché un lien entre le Vietnam et la Bretagne et elle a trouvé cette fameuse guerre. Hoai Huong Nguyen avait trouvé son histoire…

Pour trouver des informations sur la guerre d’Indochine, elle n’a pas eu besoin d’interroger des anciens soldats, elle s’est beaucoup appuyée de livres d’histoires, de films, de reconstitutions pour réussir à faire un roman suffisamment réaliste pour que le lecteur se fonde dans cette bataille.

 

« L’ombre douce » :

 

Au début, « L’ombre douce » devait s’appeler Vertes épines car au commencement de l’histoire, Yann vit une plante avec des épines et c’était le dernier souvenir qu’il avait avant de partir au front. Mais l’auteur s’avérait aimer beaucoup les poètes Aragon et Verlaine. L’ombre douce est le dernier mot qui apparait dans un des poèmes d’Aragon et pour lui rendre hommage, elle l’appela ainsi. Pour ce qui est de Verlaine, Elle trouvait que ses poèmes parlaient beaucoup de l’innocence. Elle a donc crée Yann et Mai qui sont innocents de leur amour. Elle voulait rendre hommage à Verlaine

Dans ce livre, on a pu apercevoir une certaine ressemblance avec une pièce de théâtre de Shakespeare, Roméo et Juliette. Hoai Huong Nguyen s’est en effet inspirée de cette tragédie pour son roman. Elle voulait beaucoup s’appuyer sur le fait que le destin de ces deux personnages, que tout oppose, est déjà tout tracé et que les deux amants ne pourront pas y échapper. L’histoire était déjà écrite pour eux.

Par rapport à la mort des personnages, l’auteur s’est encors inspirée de la réalité et des traditions Vietnamiennes. Il y a une tradition au Vietnam qui dit qu’au 31 Janvier, si pendant cette journée il nous arrivait que de la chance, on aurait de la chance pendant toute l’année ; et au contraire, de la tristesse ou de la malchance. Le lien avec la mort des personnages et surtout Mai, est que dans le roman, elle va rendre visite à Yann qui était à ce moment là à l’hôpital un 31 Janvier. Le père de la jeune Vietnamienne refuse qu’elle aille le voir un jour comme celui-ci, sinon son année ne serait que maladie, tristesse et mort. La jeune femme désobéit à son père et va voir l’amour de sa vie. C’est d’ailleurs cette année là que Mai meurt. Pour Yann, Hoai Huong Nguyen ne voulait pas qu’il meurt dans d’atroces souffrances comme les soldats qui avaient été appelés pour aller au front. Elle voulait pour lui une mort douce comme son roman.

 

Le début d’une carrière :

 

Pour l’écriture de son roman, l’auteur s’est organisée du mieux entre sa vie de maman, de professeur et d’écrivain. Le temps qu’elle trouvait pour écrire son histoire était son temps libre, les week-ends (parfois) et surtout les vacances. Sinon, elle continuait sa vie normale.

Vertes épines fut envoyé à plusieurs maisons d’éditions. Mais les réponses qu’elles recevaient n’étaient pas favorables à son projet. Elle a donc décidé de revoir son roman, son titre,… de penser autrement. L’éditeur qui a accepté de la publier, elle l’a trouvé dans un journal. La maison d’édition est principalement composée de femmes. « Des femmes charmantes » comme nous le précise l’auteur.

Sa fascination pour l’eau vient notamment du poète Aragon, mais aussi car l’eau est un élément qui peut se présenter sous différente forme. On peut apercevoir l’eau au début de l’histoire avec Yann qui regarde l’horizon et aussi à la fin avec la mort de Mai.

 

Hoai Huong Nguyen prépare actuellement son deuxième roman. Elle n’a pas divulgué plus d’information que ça. « J’ai plusieurs projets en cours ». Dans tous les cas, merci pour cette interview qui m’a donné envie de lire le roman plus en profondeur.

Cloé