Archive(s) de décembre 2010

Recette de la bûche de la paix

Publié dans COUPS DE COEUR | Comments Off on Recette de la bûche de la paix

Recette de la Bûche de la Paix


A consommer sans modération en buvant le verre de l’amitié

En cette fin d’année, nous vous proposons une recette « spéciale Noël »

pour préparer une bûche de la paix.

Cette recette est très facile à réaliser – les débutants peuvent se lancer  –

et elle est surtout très peu coûteuse.

Prendre un saladier de générosité.

Y mettre une cuiller à soupe d’accueil.

Casser dessus une demi-douzaine de bonjour,

de s’il vous plaît, de merci, d’au revoir….
Mélanger le tout avec votre spatule de sourire.

Ajouter un peu de parole et beaucoup d’écoute.

A ce moment, introduire délicatement quelques grammes de levain d’amour.
Laisser reposer un bon moment.

Détendre ensuite la pâte avec un demi-litre d’aide et un demi-litre de soutien.

Bien mélanger.

Ajouter ce qu’il faut de tolérance pour rendre votre pâte homogène.

Mettre à four chaud en surveillant avec attention.

Si en gonflant, le contenu déborde du plat, piquer avec une dose de pardon.

Quand votre pâte vous paraît bien cuite, roulez-la sur une toile de tendresse,

puis remplissez-la d’une crème de calme et de sérénité…

Saupoudrez d’une pincée d’humour et de compassion.

Votre bûche de Noël est maintenant prête à être partagée avec tous ceux qui sont autour de vous !

(auteur inconnu)

Les différents modes de transmission de l’écriture

Publié dans ARTICLES D' ELEVES | Comments Off on Les différents modes de transmission de l’écriture

Dans le cadre de l’option Littérature & Société; nous avons tiré au sort un sujet qui fut: le codex et le volumen; voici donc le fruit de notre travail durant quelques semaines..

LE  CODEX

Un codex est un livre manuscrit de même taille que celui utilisé pour les livres modernes avec des pages reliées ensemble et sa couverture. Il fut inventé par les Romains.

Le codex est un livre parallélépipédique qui est le résultat de l’assemblage de différents manuscrits, d’abord en parchemins à partir du I Ier et du II ième siècle pendant l’Empire Romain, puis en papier depuis le XIII ième siècle. Sa forme est historiquement issue de l’ancien rouleau et du volumen horizontal.

Il est principalement caractérisé par la reliure des feuillets qui le constituent par la marge.

L’imprimerie n’a pas fait disparaitre les codex, contrairement a ce que l’on pourrait imaginer.

Cet ouvrage est étudié par une science spécifique : La codicologie.

Son format dépend de la façon dont est plié son feuillet.

Quelques codex occidentaux:

-Le Codex Alexandrinus

-Le Codex Argenteus

-Le Codex Laud

-Le Codex Borgia

-Le Codex Atlanticus

LE VOLUMEN :

Le volumen est une bande de matière support d’une écriture, qui le plus souvent à partir de papyrus lequel s’enroule naturellement. La longueur d’un rouleau peut être de quelques mètres tandis que sa hauteur est de trente à quarante centimètres. Il a d’abord été vertical, son début est dans le rouleau supérieur, puis sa fin dans son rouleau inférieur , le texte étant écrit et se déroulant en une suite continue. Ensuite il s’est déroulé horizontalement en tenant la partie du rouleau qui correspond au début du texte dans la main gauche, la fin dans la main droite, le texte écrit par blocs qui se suivent a l’horizontal. Le Codex de parchemin à commencé à remplacer le volumen qui avait pour inconvénient d’obliger à une lecture séquentielle des différents textes placés a la suite les uns des autres.

http://cerig.efpg.inpg.fr/ICG/Dossiers/Avenir_imprime/chapitre2.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Volumen

http://fr.wikipedia.org/wiki/Codex

Julie.D ; Maxence T ; Charly H.

Les Huns Primeurs….

Publié dans ARTICLES D' ELEVES | Comments Off on Les Huns Primeurs….

dans le cadre de l’enseignement d’exploration « littérature et société », un groupe d’élèves de seconde a créé un blog !

Cliquez ici !

l’imprimerie clandestine du XIXe

Publié dans ARTICLES D' ELEVES | Comments Off on l’imprimerie clandestine du XIXe

Voici une petite histoire de l’imprimerie clandestine rédigée dans le cadre de l’option littérature et société. Retour en arrière,au  XIXe siècle , l’ère de l’alphabétisation et de l’industrialisation..

 

-Un peu d’histoire !

  1. -la Révolution industrielle a joué un enjeu important dans l’avenir de l’imprimerie et de la littérature. Elle provoque l’arrivée de nouvelles technologies et donc un énorme progrès mécanique avec l’introduction de la machine à vapeur de James Watt, l’apparition du gros tirage, de nouvelles presses et des « rotatives » ( révolution physio-chimique grâce aux travaux du physicien Nicéphore Niepce – 1765-1833) et de l’inventeur de la photographie Jacques Daguerre . Aloïs Senefelder découvre la lithographie qui consiste à utiliser une pierre de calcaire comme imprimante et de l’encre grasse mélangé à de l’eau. Les vitesses de productions s’accroissent sans cesse, la composition manuelle des textes disparaît et laisse place au linotype (composition au clavier). Le livre entre pour la première  fois de l’histoire dans la production industrielle, la diffusion d’œuvre clandestine est donc facilitée.

La censure pousse à la clandestinité!

-En effet , le décret de Napoléon Ier en 1810 rétablit officiellement la censure, et exige donc le brevet d’imprimeur qui se lègue de père en fils à être remis à l’ordre. Une censure est rétablie par l’église et l’index des livres interdits refait son apparition, de nombreux auteurs populaires comme Balzac , George Sand, Hugo et Flaubert sont présents sur cette liste. Leur littérature est considérée comme immorale et choque le milieu bourgeois, des sanctions comme le procès intenté contre Flaubert contre son roman  » Madame Bovary » pour cause de  » Offense à la morale publique et à la religion » peuvent être prises en compte.

 

– » Imprimer , s’informer , payer, diffuser, répression »

-La censure pousse donc à la clandestinité littéraire qui concerne les livres mais aussi la presse , qui est un animateur et un régulateur de la vie politique du XIXe ( ex: Jozef Pitsudsk et son journal clandestin). Les nouveaux modes de transports ( train ) et les modes de communications ( télégraphe) aident à la diffusion des œuvres clandestines.a contrefaçon d’œuvres religieuses, des lumières sont les plus répandues, » la physiologie du mariage » d’Honoré de Balzac est certainement la plus courante. Les lieux de productions sont très variés, on peut trouver de nombreuses imprimeries en Belgique, en Hollande mais également au Royaume-uni et en Irlande

Imprimerie hollandaise

Sources :

http://cerig.efpg.inpg.fr/dossier/impression-numerique/page01.htm

artezia.net

« Sang d’encre »