Addiction et addition de faits

9:04 Littérature, Personnages, Santé, Société

          Vous savez que je regarde peu la télévision, par contre mon loisir favori est la lecture. Ainsi, je suis un rat de bibliothèque ! Je dévore les livres et les revues. Cette « dépendance » n’est pourtant pas, que je sache, assimilée à une « addiction« , elle est même généralement bien vue. Elle est axée sur un besoin un peu immodéré de connaissance et c’est donc considéré comme quelque chose de positif. Donc, ces jours-ci, alors que je me trouvais à la BFM de Limoges, j’ai remarqué une revue dont j’ignorais avant l’existence. Il s’agit de Addictions, magazine de prévention en alcoologie et addictologie. C’était le numéro 21 de cette revue et il datait de mars 2008.

       Il s’agissait d’une analyse des raisons pour lesquelles l’alcool, la cigarette et les jeux d’argent ont été banalisés, presque valorisés au point de maintenant représenter des fléaux sociaux. Ils relévent du problème de la psychiatrie puisque ce sont des troubles du comportement.

      L’auteur de l’article parlait de l’influence qu’ont eu les émissions de « télé-réalité« , les participants, se sachant filmés 24 heures sur 24, consommaient, bien entendu devant la caméra, de l’alcool de façon à tenter d’inhiber leur timidité, leur « panique » de se savoir espionnés. Comme la plupart des « lofteurs » étaient des fumeurs, il ne leur était pas possible de s’arrêter de consommer des cigarettes. Non seulement les spectateurs les voyaient fumer, mais ils les entendaient réclamer du tabac ! Et puis, là-aussi l’effet de « décontraction  » était recherché. La seule chose qui a été interdite est que le nom de la marque de cigarette soit trop vu!

     L’auteur poursuivait ensuite à propos des jeux d’argent.  Autrefois, la vision qui était offerte était celle de tripots, de bas-fonds. Il y avait aussi l’image accablante en littérature du Joueur de Dostoievski, celle dont parle Stevenson dans ses romans. Mais maintenant Patrick Bruel, très respectable apprend à jouer au poker!

    Des successions de faits, disons ces « additions », ont, selon l’auteur, favorisé le développement de l’addiction. Qu’en pensez-vous ?

Tags : , , , , , , , , ,

6 commentaires

  1. Tania :

    Plutôt que l’addition, je dirais que c’est la fréquence qui crée insinueusement la dépendance – quand on ne peut plus s’en passer.
    Une télé ou un ordinateur en panne… et on prend aussitôt conscience du manque !

  2. cdilyceemonnet :

    La revue se concentrait sur l’alccol, les cigarettes et les jeux d’argent, mais il est évident que l’ordinateur (et surtout son usage avec l’accès à Internet) peut provoquer une « addiction ».
    On dit que parfois ce moyen de communication peut en fait empêcher la communication avec les êtres familiers. On va alors rechercher dans le « virtuel » une « conversation » que l’on aurait pas « pour de vrai » comme disent les enfants.
    Et il y aussi les jeux vidéos qui sont source de dépendance.
    La cigarette, l’alcool et l’appât du gain « facile » me semblent tout de même être les « addictions » les plus graves.

  3. cdilyceemonnet :

    Un dossier sur « Drogues : comment s’en sortir , » dans le numéro 228 de « Science&vie junior » de septembre 2008

  4. cdilyceemonnet :

    A regarder ce soir à la télévision « Les vauriens » sur France 3 à 20h55. Ce téléfilm lève le voile sur l’existence des bagnes pour enfants. En 1933, le petit Loulou, dix ans, qui n’a pas commis de crime mais a été abandonné par ses parents, est incarcéré à la colonie pénitentiaire de Belle-Ile en Mer.

  5. cdilyceemonnet :

    A noter que Françoise Sagan est aussi connue pour avoir consommée de la drogue, surtout après l’accident de voiture qu’elle a eu en 1957

  6. cdilyceemonnet :

    Le CDI vient de faire l’acquisition de « Boire un petit coup jusqu’à la biture » de Maurice Robert dans lequel l’auteur limousin analyse la fonction sociale de l’alcool et les dangers qui en découlent.

Laisser un commentaire

Votre commentaire