L’imagination au pouvoir

7:41 Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages

      C’était l’un des slogans de mai 1968. Cela voulait dire qu’il fallait remettre les habitudes en question et proposer du neuf, de l’inédit, de l’inoui. Imaginer un monde nouveau, c’est se référer à l’utopie.

     Ce mot est en fait créer à partir de « utopia » nom utilisé par Thomas More dans son livre dans lequel il définit ce que doit être « la cité studieuse ». En Utopia, il n’y a ni riches ni pauvres, chacun travaille six heures par jour, même les loisirs sont éducatifs. La propriété privée y est abolie ainsi que la monnaie. Tous les garçons et les filles y reçoivent une instruction.

   Mais Thomas More n’a pas été le seul à rêver d’un monde parfait. Souvenez-vous de « Fais ce qui te plaira » de Rabelais avec son abbaye de Thélème. Les  socialistes de la fin du XIX ème siècles ont aussi imaginé des sociétés idéales : Charles Fourier, Saint Simon, etc 

     Parfois, les sociétés imaginées n’ont rien « d’idéal » mais sont inquiétantes. Relisez Aldous Huxley ou bien George Orwell.  Et puis pensez à  The Truman Show avec Jim Carrey, le personnage vivant dans un décor de cinéma sans qu’il le sache.

     Si vous voulez encore plus réfléchir ce qu’est exactement l’utopie, reportez-vous à ce site qui propose aussi des animations pédagogiques : http://expositions.bnf.fr/utopie

Tags : , , , , , , , ,

Un commentaire

  1. cdilyceemonnet :

    http://www.cndp.fr/tice/teledoc/mire/teledoc_fahrenheit451.pdf est un dossier consacré à Fahrenheit 451 d’après le roman de Ray Bradbury . Il s’agit d’une société dans laquelle des pompiers brûlent des livres.

Laisser un commentaire

Votre commentaire