La troisième d’une famille qui compte cinq filles et un garçon.

7:35 Littérature, Pédagogie, Personnages

     Non, le titre ne renvoie pas à ma situation familiale ! Je veux faire référence à Charlotte Brontë.  Le pasteur irlandais du nom de Patrick Brontë est arrivé en 1821 à Harworth et il a eu la douleur de perdre sa femme et deux de ses enfants. Il lui en restait tout de même quatre : Branwell, Emily, Charlotte et Anne  dont les noms sont devenus célèbres dans le monde entier.

    Les soeurs Brontë et leur frères vécurent pourtant des vies étranges et malheureuses. Charlotte, née en 1816, mourut à 39 ans à peine et se maria, un an avant sa mort, avec le pasteur Arthur Bell Nicholls. Emily, née en 1818, mourut à 30 ans et Anne, née en 1820, mourut à peine à 29 ans. Quant à Branwell, il mourut à l’âge de 31 ans, alcoolique et drogué. Dans leur enfance, Charlotte et Branwell avaient créé un monde engendré par leur imagination appelé Angria. Ils composaient des poèmes, des romans, etc. Emily et Anne s’étaient inventé un royaume fantastique : celui de Gondal.

    Charlotte est connue pour avoir une imagination très fertile.  A 13 ans ,elle est déjà fermement décidée à devenir écrivain. En 1846, avec Emily et Anne, elle publie, à compte d’auteur, un volume de poèmes signé Currer, Ellis et Acton Bell, des pseudonymes masculins. Ce choix illustre combien, à l’époque, les frustrations envers les femmes étaient importantes en leur offrant si peu de perspectives. Peut-être est-ce pour cela que dans Jane Eyre (1847) Berthe Mason, la première femme de Rochester qu’il a épousée à la Jamaïque dans le cadre d’un mariage convenu par les familles, est devenue folle. Elle est enfermée dans un grenier et pousse des cris effroyables.  Vous pouvez voir un extrait de l’adaptation cinématographique de ce roman en visionnant : http://www.youtube.com/watch?v=bSrpvMSuhPM ou http://www.bbc.co.uk/drama/janeeyre/

   Charlotte Brontë a également écrit Shirley (1849). Il s’agit d’une sorte de roman historique. Robert Moore, un industriel, essaie d’introduire de nouvelles machines dans ses usines, ce qui provoque la colère de ses ouvriers. Villete a été écrit en 1853 et comprend de nombreux éléments autobiographiques. En septembre 2008, aux éditions Mille et une nuit va paraître pour la première fois en France Devoirs de Bruxelles qui date de 1842.

  Il existe un musée Brontë que l’on peut visiter de façon virtuelle à  http://www.bronte.org.uk/ Et il y a même un blog « Brontë » en anglais, http://www.bronteparsonage.blogspot.com/ , et un autre en français http://jane.eyre.over-blog.com/categorie-599935.html

Tags : , , , , ,

7 commentaires

  1. Aude :

    Bonjour Bernadette,
    Merci d’avoir cité mon blog en illustration sur les Brontë!
    J’espère que beaucoup d’élèves découvriront Jane Eyre au CDI du lycée et apprécieront ce livre.
    Très bonne idée que ce « blog du CDI » en tout cas!

  2. cdilyceemonnet :

    La littérature de jeunesse est très attirante et je pense qu’il est impératif de la faire connaître. Cependant, selon moi, il ne faut pas négliger « les classiques » mais les présenter …de façon moderne!

  3. Cryssilda :

    Je viens de découvrir ton blog, très sympa le Blog CDI !! A mon époque, les bibliothécaires des CDI n’étaient pas aussi sympa…
    Oui, les soeurs Brontë sont à découvrir!

  4. cdilyceemonnet :

    Et aussi elles n’avaient pas de blog! En fait, on dit « professeur-documentaliste » et non « bibliothécaire du CDI ».La fonction est rattachée à l’enseignement et à la gestion d’un espace documentaire, tandis que les bibliothécaires, même si elles travaillent de plus en plus avec les professeurs d’écoles, de collèges et de lycée, ne sont pas elles-mêmes des enseignantes.

  5. cdilyceemonnet :

    Le numéro de Septembre 2009 de « Easy going » présente les soeurs Brontë

  6. cdilyceemonnet :

    « Jane Eyre » paraît sous forme de bande dessinée dans « Easy going » de Février 2010

  7. cdilyceemonnet :

    Le numéro de septembre 2009 d' »Easy going » fournissait queques éléments biographiques sur la famille Brontë

Laisser un commentaire

Votre commentaire