Est-ce que ça vous démange ?

7:33 Humour, Littérature, Personnages, Santé, Société

    L’été est la saison des vacances, mais elles peuvent vite être gâchées par la présence d’insectes totalement indésirables. Parmi eux, il y a donc les aoûtats dont je vous ai parlés il y a peu. Cette larve rouge, que l’on appelle aussi « trombidium« , pique dans les plis de votre peau et cela entraîne d’importantes démangeaisons. Cette affection survient surtout en août d’où le nom. Parmi les autres parasites, on compte la puce qui se nourrit de votre sang. Elle adore aussi fréquenter le pelage de votre chien ou de votre chat. Elle n’ est guère appréciée, sauf dans l’expression « avoir la puce à l’oreille » qui signifie « se douter de quelque chose » ( voir à ce sujet l’explication de lien de cause à effet avec les « vraies » puces  dans http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/22/avoir-la-puce-a-l-oreille/ ).

      Connu aussi pour piquer, le moustique que l’on appelle parfois « cousin » et que nos « cousins » (ce ne sont pas les mêmes!) Québécois nomment « maringouins« . En été, il y a également le nombre impressionnant de mouches et c’est particulièrement dérangeant quand elles vont se poser sur les aliments que vous êtes sur le point de manger.

   A ce propos, savez-vous ce qu’est un gobe-mouche » ou bien un « gobemouche » car les deux écritures sont acceptées ? Ce mot est apparu pour la première fois au XVIème siècle sous la forme « Gobemousche » comme étant le surnom donné à un personnage très bout-entrain. Puis, au XVII ème siècle, le mot a désigné un oiseau qui se nourrissait d’insectes tout en volant. A partir du XVIII ème siècle , le mot « gobe-mouche » a défini un homme nigaud car, dans la pièce écrite par Charles-Simon Favart, La soirée des boulevards, mettait en scène un certain Gobemouche particulièrement naïf. Le mot « mouche » apparaît dans d’autres expressions. Pensez  « être la mouche du coche » qui veut dire s’attirer tous les honneurs alors que l’on n’a pas fait grand chose (à mettre en relation avec la fable de La Fontaine dont on peut voir le texte à http://www.dinosoria.com/fable_07_08.htm ). Il y a aussi « la mouche » qui désigne le faux grain de beauté que les marquises se mettaient sur le visage pour en faire ressortir la blancheur.

  Enfin, durant l’été, les abeilles, les guêpes et les bourdons sont très nombreux. Il est là-aussi intéressant de parler des expressions liées à ces insectes : une taille de guêpe (fine), avoir le bourdon (ne pas avoir le moral).  Et n’oubliez pas la fourmi qui non seulement pique, mais aussi s’invite dans vos repas ! Consolez-vous de ces mauvaises actions en lisant la série littéraire de Bernard Weber dont voici le site officiel http://www.bernardwerber.com/ et le blog http://www.bernardwerber.com/blog/

Tags : , , , ,

8 commentaires

  1. cdilyceemonnet :

    http://www.flat33.com/bzzzpeek/index1.html# vous permet d’entendre 25 onomatopées en 9 langues étrangères. Ce sont les cris que poussent les vaches, les coqs, etc

  2. cdilyceemonnet :

    http://www.abacq.net/insecta/accueil.htm est un site sur lequel on aime à papillonner. Très joliment illustré.

  3. cdilyceemonnet :

    http://www.nhm.ac.uk/nature-online/life/insects-spiders/bug-forum/?q=gallery permet d’identifier des insectes sur le site du Musée d’Histoire Naturelle de Londres (en anglais)

  4. cdilyceemonnet :

    http://www.mnh.si.edu/education/insect_zoo.htm permet une approche du second étage du muséum d’Histoire Naturelle de Washington consacré aux insectes (en anglais)

  5. cdilyceemonnet :

    Je ne résiste pas à reproduire le poème d’Emile Verhaeren (1855-1916) intitulé « Insectes » et extrait de « La multiple splendeur ».
    Sur la glycine en fleur que la rosée humecte,
    Rouges, verts, bleus, jaunes, bistres, vermeils,
    Les mille insectes
    Bougent et butinent dans le soleil.
    O la merveille de leurs ailes qui brillent
    Et leur corps fin comme une aiguille
    Et leurs pattes et leurs antennes
    Et leur toilette quotidienne
    Sur un brin d’herbe ou de roseau!
    Sont-ils précis, sont-ils agiles!
    Leur corselet d’émail fragile
    Est plus changeant que les courants de l’eau;
    Grâce à mes yeux qui les reflètent
    Je les sens vivre et pénétrer en moi
    Un peu;
    O leurs émeutes et leurs jeux
    Et leurs amours et leurs émois
    Et leur bataille, autour des grappes violettes!

  6. cdilyceemonnet :

    Superbe aussi cette description du papillon faite par Alphonse de Lamartine (1790-1869)dans « Nouvelles méditations » :
    Naître avec le printemps, mourir avec les roses :
    Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur;
    Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
    S’énivrer de parfums, de lumière et d’azur;
    Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
    S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles :
    Voilà du papillon le destin enchanté …

  7. cdilyceemonnet :

    Le numéro 210 de Science & Vie junior (mars 2007) consacre une page ( la 49) à parler des fourmis et en particulier de celles que l’on appelle « les ouvrières ».

  8. cdilyceemonnet :

    Dans « La solution finale » de Michael Chabon (Edition Robert Laffont, Collection Pavillon), les animaux ont une place déterminante. En effet, d’une part,il s’agit de la quête d’un perroquet volé à la suite d’un meurtre, d’autre part le vieux policier qui participe à l’enquête a une passion pour l’apiculture. Michael Chabon fait même référence au « guide pratique de l’apiculture » écrit en 1943 par J.G. Digges. Les sites Internet suivants donnent des renseignements complémentaires sur l’art d’élever des abeilles :
    http://www.beekeeping.com/articles/fr/apimondia_ireland.htm et http://www.fastonline.org/CD3WD_40/VITA/BEEKEEP/FR/BEEFR.HTM

Laisser un commentaire

Votre commentaire