Le corps en vrac

humeur, Humour, Littérature, Pédagogie, Santé 15 commentaires

          C’est la fin de l’année scolaire et nous nous sentons épuisés. Nous avons l’impression d’avoir les jambes en coton.  Il ne faut pas traiter cette lassitude par-dessus la jambe car l’âge moyen de l’équipe pédagogique du lycée prouve bien que nous n’avons plus nos jambes de vingt ans et qu’il serait alors mal venu de nous tenir la jambe de trop longues années encore avant de nous accorder la retraite.

     Oui, nous commençons à tirer la jambe et aimerions prendre nos jambes à nos cous pour aspirer au repos. Cela vous fait une belle jambe semble-t-il !  Vous faîtes des ronds de jambe pour essayer de justifier encore quelques jours de travail avant de pouvoir nous reposer.  Mais bientôt vous devrez vous rendre à l’évidence et vous en retourner honteusement la queue entre les jambes : nous traînons la patte et nos jambes sont en manches de veste !

   Ce qui nous fait gonfler les chevilles et les mollets, c’est cette fierté du travail bien fait accompli depuis tant d’années. Vous ne nous arriverez pas à la cheville car nous n’avons pas un poil dans la main. Nous ne sommes pas des têtes de linottes et saurons bien réclamer notre du. N’essayez pas de mettre votre nez  avec votre visage en lame de couteau dans nos affaires. Gardez la tête sur les épaules et nous, nous garderons notre sang froid !

   J’espère que vous connaissez le sens de toutes ces expressions très imagées. J’ai beaucoup parlé de « jambe » et, comme vous le savez elle se compose de la cuisse et du mollet. Peut-être n’aviez-vous  jamais fait de lien de sens entre « mollet » et l’adjectif « mou« . En fait « mollet » veut dire « un peu mou », sous entendu « charnu ». Seulement, pour les gens du Moyen-Age, le « mollet » n’était pas la saillie que font les muscles de la partie postérieure de la jambe, entre la cheville et le pli du genou. C’était le lobe de l’oreille ! Ensuite, au XVII ème siècle, le mot « mollet » a désigné la partie charnue de la paume de la main puis l’expression « le mollet de la jambe »a été utilisée pour signifier « le gras de la jambe ». A partir de là, le mot « mollet » ne s’est plus appliqué qu’à cet endroit anatomique. Il n’empêche que ces changements de sens et d’emplacement m’ont permis de rédiger le corps de mon article !

Tags : , ,

Sans le sou

Animations culturelles, Collection, Humour, Littérature, Pays, Pédagogie, Personnages, Société, Théâtre 15 commentaires

     Les vacances approchent et alors vous commencez à bâtir des projets de vacances. Tiens, vous iriez bien quelques jours en Espagne ou alors en Suède. Mais voilà, votre porte-monnaie est vide ou presque ! Essayez au moins de racler vos fonds de tiroirs pour aller jusqu’à Paris visiter le Musée de la monnaie. Déjà, en consultant ce site vous aurez une petite idée de ce qui vous attend : http://boutique.monnaiedeparis.fr/musee/visite.htm# . Mais n’oubliez pas non plus la pièce pour le guide.

   Ensuite, pour ne pas être déçu de « vous contentez » de ce musée dans la capitale (mais, sincérement, ce n’est déjà pas si mal !), rêvez devant tous les billets du monde : http://www.baudelet.net/monnaies/index.htm . Ne vous transformez pas en Picsou au point d’avoir envie de vous coucher sur un « lit » de billets ! A la rigueur, devenez numismate et consultez ce site pour débuter votre collection : http://multicollec.net/

  Enfin, dîtes vous que la richesse de l’esprit est un atout et lancez-vous dans la lecture ou re-lecture de livres ayant un rapport avec l’argent.  Commençons par Les faux-monnayeurs d’André Gide (regardez éventuellement ce site pour voir l’impact de l’argent dans cette oeuvre : http://lettres.ac-rouen.fr/francais/fx_gide/gideset1.html ), poursuivons avec Gobseck et Eugènie Grandet d’ Honoré de Balzac. Reprenez La curée d’Emile Zola, sans oublier L’avare de Molière ou bien Perrette et le pot au lait de Jean de La Fontaine.

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Cow-boys et Indiens

Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages, Société 5 commentaires

        J’ignore ce que vous ferez cet été, mais, si vous vous trouvez à Marseille, n’oubliez surtout pas de vous rendre au Centre de la Vieille Charité pour y voir une exposition consacrée à la Mythologie de l’Ouest. A travers quelques tableaux et sculptures, il s’agit de comprendre les étapes de la découverte de l’Amérique et de définir les éléments constitutifs du mythe fondateur de cette Nation.  Autrement dit, l’exposition vise à montrer l’importance de la contribution des artistes dans la définition des « valeurs américaines ». Parmi eux, on compte George Catlin (1796-1872), Charles Marion Russell(1865-1926) et Albert Biertstadt (1830-1902).

     Si vous ne pouvez aller à Marseille, reportez-vous à la référence de ce site : http://www.marseille.fr/vdm/cms/culture/musees/pid/4156 Vous verrez qu’il vous sera déjà possible de télécharger des dossiers parfaitement exploitables pour vos cours à partir de septembre, et pas seulement si vous êtes professeurs d’anglais ! Ainsi vous en saurez plus sur Samuel Colt (l’inventeur du revolver) , sur Géronimo, Buffalo Bill, Calamity Jane et bien d’autres.

     A propos de « cow-boys », j’aimerais vous informer qu’ Annie Proulx qui est l’auteur de Brokeback Mountain qui a été adapté au cinéma et a obtenu un lion d’or vient de sortir un nouveau roman intitulé C’est très bien comme cela . L’action se passe à nouveau dans le Wyoming aux paysages magnifiques. Allez, ça fera peut-être un de vos livres pour l’été.

Tags : , , , , ,

Soltice d’été : un peu de vocabulaire

Littérature, Pédagogie, Personnages 7 commentaires

« Tout luit, tout bleuit, tout bruit,

Le jour est brûlant comme un fruit

Que le soleil fendille est cuit »

          Anna de Noailles Chaleur extrait de Le coeur innombrable (paru en 1901)

         Ainsi s’exprime la poétesse pour nous parler de l’époque de l’année où le soleil textuellement « s’arrête » car c’est le sens étymologique du mot « solstice« .  Cela m’amène à vous rappeler qu’Hélios était le dieu grec du soleil et de la lumière. Ainsi un hélianthe est l’autre appelation du tournesol, l’héliothérapie est un traitement médical qui utilise les bienfaits de la lumière et de la chaleur solaires, l’héliodore est une pierre fine de couleur jaune et ce mot signifie textuellement « don du soleil ».

       Puisque le soleil évoque « les grandes vacances » et donc en quelque sorte « août« , j’aimerais attirer votre attention sur les particularité de ce mot. Il se prononce « oût » avec ignorance totale du « a » initial et pourtant il convient de dire « aoûtat » (parasite sévissant durant l’été) en faisant ressortir le « a » !  Quant à « aoûtiens « , non seulement le « a » s’entend mais le « t » se prononce comme deux « s » ! Et après on dira « le français, c’est facile » ! Qui va dire « exact » ? A propos, pour une fois, on a le choix, pour « exact » de faire entendre ou  non le « t » !

 PS : Entre nous, cet article est pour faire un appel au soleil car nous en avons assez de la pluie !

Tags : , , , , , ,

C’est bientôt l’été.

Animations culturelles, musique, Pédagogie, Peinture 3 commentaires

  Nous allons bientôt changer de saison et être en été. Ah oui, je sais, on ne dirait pas avec ses pluies abondantes et incessantes. Pourtant c’est bien en juin la date officielle. Dans notre hémisphère, cela correspond à la période de l’année la plus ensoleillée et la plus généreuse en fruits et légumes. Peintres et musiciens ont aimé ainsi à célébrer les différents moments de l’année.

    Giuseppe Arcimboldo, peintre italien du XVIème siècle , a réalisé des tableaux anthropomorphiques de saisons.  En ce qui concerne la saison estivale, son portrait est composé de cerises, de figues, de prunes, de concombres, etc.  Chaque fruit ou légume est positionné de façon très réfléchie de telle sorte que nez, pommette, front et autres caractéristiques humaines se reconnaissent bien et que l’ensemble forme un visage vu de profil. Une vidéo présente toute l’oeuvre de ce peintre manièriste  si célèbre  et finalement si moderne :  http://www.dailymotion.com/video/x311fl_arcimboldo

  Antonio Vivaldi, violoniste et compositeur italien né en 1678, a composé les fameuses Quatre saisons. En écoutant, grâce à http://fr.wikipedia.org/wiki/Antonio_Vivaldi  L’été, vous pourrez imaginer la végétation luxuriante, le chant des oiseaux, les rayons de soleil, bref, tous les charmes de cette période de l’année. Si vous choisissez http://video.google.fr/videosearch?hl=fr&q=Vivaldi&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#q=Vivaldi%20l’%C3%A9t%C3%A9&hl=fr&sitesearch pour écouter l’extrait vous aurez même la possibilité de visiter le château de Rambouillet qui illustre bien tous les plaisirs possibles durant l’été. J’en profite pour vous donner le lien pour une visite, sans musique, de l’ancienne demeure des souverains français : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Rambouillet

Tags : , , , ,

La vie d’antan

Animations culturelles, Pédagogie 15 commentaires

         Les techniques évoluent si vite que l’on a tendance à oublier comment se passait le quotidien il y a seulement quelques années. Le musée Albert et Félicie Demard situé à Champlitte (Franche-Comté) propose un voyage dans le temps de façon à partir à la découverte des vieux métiers comme le forgeron, l’horloger, le potier, etc. Ces types de travail sont replacés dans le contexte de la société dans laquelle ils se concevaient.

        Ainsi il devient presque émouvant de voir une laiterie ou une épicerie tellement il est fréquent maintenant de voir tous les produits alimentaires, les vêtements, les livres, etc, tous ensemble dans une grande surface. Le petit commerce n’a plus tellement cours.

      Il y a aussi toute une réflexion possible sur l’évolution d’un lieu de vie. Ainsi autrefois « la pièce à vivre » réunissait-elle toute la famille, alors que maintenant, dans la mesure des moyens financiers, chaque membre de la famille a sa chambre avec, à l’intérieur, sa télévision, son ordinateur et sa chaîne hi-fi ! La société est-elle devenue plus individualiste ?

       Que dire de l’évolution de la médecine ? Iriez-vous encore voir un « barreur » (sorte de guérisseur qui « barre » le passage aux maladies) bien que je ne sache pas si sa consultation rentrerait bien dans le parcours médical autorisé pour vous faire rembourser par la sécurité sociale ? Et iriez-vous finir vos (vieux ?) jours dans un hospice où vos draps de lits  seraient d’une couleur correspondant à vos croyances religieuses ? Il n’empêche qu’à l’époque personne ne songeait à imposer un « jour de solidarité » envers les personnes âgées, alors, ça devait sans doute être mieux!

      Allez, avant de faire vos valises pour partir à Champlitte, jetez au moins un oeil sur le site correspondant car il faut vous préparer à ce grand « déconditionnement » par rapport à votre quotidien actuel : http://www.cg70.fr/decouvertes/musee/artstraditions/indexartstradmuseefr.htm

Tags : , , , , , , , , , , , ,

Changement de décor

Animations culturelles, architecture, Grands événements au lycée, Pédagogie, Personnages, Théâtre 4 commentaires

             Mon billet d’hier attirait votre attention sur l’esthétique et le côté fonctionnel d’un bâtiment. Comme les conditions de vie changent au fur et à mesure des époques, on est en droit de s’imaginer que les constructions doivent être « recyclables », évolutives.

           Je vais donc vous parler de l’ancienne caserne du quartier Villars à Moulins (Allier), désertée par les militaires, mais qui, classée « monument historique » est devenue le Centre National du Costume de scène et de la Scénographie en juillet 2006.

            Les architectes Jean-Michel Wilmotte et Jacques Brudin ont rénové et agrandi le bâtiment initial. Disons qu’ils ont frappé les trois coups et qu’ensuite le spectacle a pu commencer! En effet, le CNCS conserve une prestigieuse collection de 8 000 costumes de scène et de décors de théâtre. L’ensemble provient de la Bibliothèque Nationale de France, de la Comédie-Française  et de l’ Opéra National de Paris. De nombreux costumes sont signés Christian Lacroix et Jean-Paul Gautier. Certains ont été portés par la cantatrice Maria Callas ou le danseur russe Rudolf Noureev.

          Ce centre national a fait peau neuve, tel un caméléon. Sa seconde vie lui promet un brillant avenir. En attendant d’aller réellement visiter ce musée, découvrez-le de façon virtuelle : http://www.cncs.fr/ . Un lieu où devraient sans doute aimer à aller nos élèves de 3ème DP6 qui nous ont fait une excellente prestation théâtrale jeudi après-midi en mettant en scène, aidés en cela par le comédien Philippe Lopes de la compagnie théâtrale limousine  O’ Navio   à propos de laquelle on peut plus amplement  s’informer sur   http://www.onavio.com/leech/menu.htm ou http://www.myspace.com/onaviotheatre , des saynettes qu’ils ont eux-mêmes rédigées (dont une en anglais !) . Le spectacle était suivi d’une présentation de diaporamas reprenant, sous forme de bandes dessinées accompagnées d’un fond musical en rapport, les textes qu’ils avaient, quelques minutes auparavant, mis en scène. Bravo les élèves. Félicitations! Merci à toute l’équipe pédagogique dans laquelle on compte le CDI, d’avoir contribué à assurer ce succès.

Tags : , , , , , , , , , ,

Dis-moi où tu habites, je te dirai qui tu es !

Animations culturelles, architecture, Personnages 15 commentaires

     Le « boom » natal de l’après-guerre 1945 et surtout les importantes démolitions dues au conflit, ont imposé la construction rapide d’habitations. A Marseille, par exemple, Le Corbusier, de son vrai nom Charles-Edouard Jeanneret a réalisé La cité radieuse. En choisissant une telle appelation, l’architecte voulait signifier son profond désir que cette cité soit un lieu agréable à vivre et beau. Mais l’aspect de ce bâtiment n’a pas enthousiasmé les critiques qui ont parlé de « cages à lapins » pour présenter les 337 logements conçus comme un ensemble dans une sorte de village comportant des commerces, des bureaux, un hôtel et une bibliothèque. Il est possible de visiter cette cité classée « Monument historique » et toujours habitée : http://www.marseille-citeradieuse.org/ 

     En fait, il existe plusieurs « cités radieuses » car le modèle de Marseille a été reproduit à Rezé (Loire Atlantique) (dossier à http://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3%A9_Radieuse_de_Rez%C3%A9 ) , à Firminy (Loire) (dossier à http://fr.wikipedia.org/wiki/Unit%C3%A9_d%27habitation_de_Firminy-Vert  et à http://www.sitelecorbusier.com/fr/, à Briey (dossier à http://www.ville-briey.fr/site/decouvrir_tourisme_cite.php ) . Il y a même une « cité radieuse » à Berlin, en Allemagne : http://berlin.equipier.com/architecture/cite-radieuse.php

    Mais l’imagination des architectes n’a pas perdu de sa verve. Preuve en est le projet de Jean Nouvel en ce qui concerne l’aménagement de Paris : http://www.tour-signal-ladefense.com/  Cet édifice serait à la fois un lieu de loisirs et de travail, au centre de la capitale. Avant même la construction de la Tour Signal, il y a déjà des critiques en ce qui la concerne : sa hauteur, sa surface, l’absence  de mixité sociale, son prix, etc. Ce bâtiment devrait être achevé en 2013 ou 2015.

Tags : , , , , , , , , , ,

Ne pas lâchez les fauves !

Animations culturelles, Pédagogie, Peinture 5 commentaires

     Le mot « fauve » a plusieurs sens. Il désigne une couleur tirant sur le roux donc très « flamboyante ». Puis, ce terme renvoie à un animal dont le pelage tire sur le roux et qui est sauvage, souvent cet adjectif se rapporte aux félins. La couleur rousse  et le côté sauvage apportent une connotation péjorative parce que ce sont des caractéristiques trop contraires à une certaine sagesse. Le mot » fauve » est aussi à rattacher à un mouvement pictural : le fauvisme. Comment a-t-on pu faire un rapprochement  avec la peinture ?

    A l’automne 1905, à Paris, des peintres se sont réunis dans une salle du Salon d’automne. Parmi eux figurent Matisse, Derain et Vlaminch. Au milieu de la pièce d’exposition se trouve une sculpture très classique qui fait contraste avec le jaillissement de couleurs très vives des tableaux. Aussi l’un des critiques, Louis Vauxcelles, compare-t-il la sculpture à une oeuvre du sculpteur italien de la Renaissance Donatello et écrit « C’est Donatello dans la cage aux fauves« . « Les fauves  » sont bien sûr les peintres qui osent employer  de telles audaces chromatiques. Dans l’esprit du critique il s’agissait de dévaloriser ce mode pictural. Cependant, à la manière des impressionnistes qui ont voulu utiliser les arguments de leurs adversaires pour affirmer leurs succès (souvenez-vous que le terme « impressionniste » était au départ une sorte d’insulte pour mettre l’accent sur l’aspect non fini de Impression, soleil couchant de Monet et qu’ensuite les impressionnistes ont revendiqué cette manière de faire), ces peintres ont repris cette idée pour, au contraire, en faire un atout.

     Les « fauves » aiment à peindre le Sud de la France illuminé de soleil, d’où les couleurs si vives. Ils n’apprécient pas les teintes trop douces, selon eux, des impressionnistes. Il est possible de voir quelques tableaux à http://www.peintre-analyse.com/fauvisme.htm et d’avoir des renseignements complémentaires avec http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761551606/fauvisme.html.

    En ce moment et jusqu’au 20 juillet 2008 se tient au musée du Luxembourg une exposition consacrée à Maurice de Vlaminck (1876-1958) qui a appartenu à ce mouvement, mais seulement ses toiles de la période 1900 à 1915 car ensuite cet artiste a évolué vers le cubisme : www.museeduluxembourg.fr . Il y a aussi un dossier très complet sur ce peintre dans : http://www.lemondedesarts.com/Dossiervlaminck.htm

Tags : , , , , , , , , , , ,

Illustres illustrateurs : 2ème partie

Animations culturelles, Littérature, Pédagogie, Personnages 12 commentaires

      Parmi les personnalités qui ont oeuvré au développement de l’illustration dans les livres de jeunesse, on compte Beatrix Potter. Wikipedia consacre un long article à la biographie de  cette femme. Il est visible à : http://fr.wikipedia.org/wiki/Beatrix_Potter En 2006, un film réalisé par Chris Noonan, retrace la vie de cette illustratrice anglaise née en 1866 et créatrice des histoires de Pierre Lapin. Le CRDP consacre toute une étude sur ce film : http://www.cndp.fr/actualites/question/misspotter/pdf/misspotter.pdf . Le monde de Pierre Lapin (accessible en anglais, américain, allemand, français et japonais) présente mieux le personnage créée par Beatrix Potter : http://www.peterrabbit.com/fr/

     Un autre nom ne peut qu’être mentionné, celui d’Arthur Rackham. Là-aussi je vous renvoie à Wikipedia qui produit un article très riche sur ce brillant dessinateur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Rackham . Et puis, j’ai déjà eu l’occasion d’en parler sur ce blog, vers 1930, Paul Faucher, un libraire passionné par les questions d’éducation. Il crée les Albums du Père Castor. Le castor a été choisi comme emblème par référence à sa réputation de grand constructeur. De la même manière, dans l’esprit de Paul Faucher, les enfants devaient « se construire » à travers la lecture.

   L’éditeur Robert Delpire publie en 1967 le chef d’oeuvre de Maurice Sendak, Max et les Maximonstres. Une explication vous est fournie à http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Sendak . Il s’agit des aventures imaginaires d’un petit garçon, Max, qui est furieux d’avoir été envoyé dans sa chambre sans manger. Les images surréalistes du livre de Patrick Couratin, Chut, paru chez  Harlin Quist en 1974 ont fasciné les jeunes lecteurs. La maison des illustrateurs fournit des renseignements précieux sur les techniques utilisées : http://www.lamaisondesillustrateurs.com

 Le musée Tomi Ungerer est le premier musée consacré à l’histoire de l’illustration.  Il se trouve à Strasbourg. Il doit son nom à Tomi Ungerer né à Strasbourg en 1931 et connu dans le monde entier pour ses illustrations. Pour plus de renseignements, on peut consulter : http://www.musees-strasbourg.org/F/musees/tomi/tomi.html

 

Tags : , ,

« Billets précédents Billets suivants »