Eclairez donc ma lanterne !

9:29 Gastronomie, Grands événements au lycée, Métier, Pays, Pédagogie, Société

    Il y a des expressions qui sont à prendre au sens figuré mais qui, dans certaines circonstances, prennent une tournure particulière. Ainsi « éclairez donc ma lanterne » veut dire, au sens figuré, « informez-moi« , « expliquez-moi« . Cependant cette façon de s’exprimer n’est pas anodine en ce lundi 2 février : c’est la « chandeleur » ! Etymologiquement, il s’agit de « la fête des chandelles » car on allumait des bougies en signe de purification, quarante jours après la Noël et il y avait une procession aux chandelles en l’honneur de la présentation de Jésus au temple et de la Sainte Vierge. Certains y voient aussi une allusion au fait qu’au début de février la clarté naturelle du jour a tellement progressé que justement l’usage des candelabres pour éclairer les intérieurs de maison se raréfie. Mais les chandeliers sont aussi associés à l’idée de fête, souvenez-vous de l’expression « un dîner aux chandelles » pour évoquer une soirée qui sorte de l’ordinaire et souvent dans le cadre d’un repas qui se veut intime et en même temps somptueux. Il y a de nombreuses  expressions qui contiennent les mots « chandelle »  ou « chandelier » :

– « Faire des économies de bouts de chandelle » pour dire qu’en fait les restrictions qui sont faites ne sont pas vraiment utiles

-« Brûler la chandelle par les deux bouts » pour dire, au contraire, être très dépensier et aussi trop fêtard

-« Devoir une fière chandelle à quelqu’un » pour dire lui être reconnaissant (l’expression renvoit étymologiquement au fait qu’en signe de remerciement la personne aidée allait faire brûler un cierge)

-« En voir trente-six chandelles » pour dire être abasourdi après un coup violent

– « Le jeu n’en vaut pas la chandelle » pour dire que ça ne sert à rien

– « Monter en chandelle » pour dire que l’on fait des progrès de façon très rapide

– « C’est une chandelle qui s’éteint » pour dire qu’une personne très âgée vient de mourir

– » Souffler sa chandelle » pour dire qu’une personne meure

– « La chandelle brûle » pour dire que le temps presse

– « Tenir la chandelle » pour dire qu’une personne est compromise dans une affaire de galanterie

– « Etre placé sur le chandelier » pour dire qu’une personne occupe un poste important

– « Mettre la lumière sur le chandelier » pour dire que toute la vérité sera dite, rien ne sera caché

– « Il faut voir cela à la chandelle » pour dire il faut attendre avant de se prononcer

– « Il n’y a si petit saint qui ne veuille sa chandelle » pour dire que chacun s’attend à une certaine reconnaissance pour ce qu’il a fait.

– « Moucher la chandelle » pour parler d’un coït interrompu

– « Venir se brûler à la chandelle » pour dire sortir d’un endroit sûr pour s’exposer à des dangers

– « Porter une chandelle à Saint Michel et l’autre à son serpent » pour dire que l’on ménage les méchants en honorant les bons

– « Porter sa chandelle à un autre saint » pour dire qu’on ne peut rendre le service demandé et qu’il faut voir avec quelqu’un d’autre

« Etre réduit à la chandelle bénite » pour dire qu’on est à la dernière extrémité

-« Brûler une chandelle d’un liard à chercher une épingle dont le quarteron ne coûte qu’un denier  » se dit pour dépenser beaucoup d’énergie pour avoir une babiole

– « Brûler une chandelle en plein midi » pour dire faire une dépense inutile

-« La chandelle qui va devant éclaire mieux que celle qui va derrière » pour dire, au sens propre, que le porteur de lumière doit être placé devant pour éclairer le cortège. Au sens figuré, l’expression a plus ou moins le même sens que « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras »

–  » La chandelle se brûle » pour dire il faut hâter le pas si on veut arriver avant la nuit

– « Cacher la chandelle sous le boisseau » pour dire cacher ou supprimer un talent qui se fait jour

– « Moucher des chandelles avec les doigts » pour dire être très téméraire

 

          A la Chandeleur, selon la tradition, il s’agissait de terminer au plus vite toutes les provisions qui ne pourraint être consommées pendant la Carême et donc, forcément, il fallait manger des plats riches avant cette période de jeûne. En effet, à l’origine, ce sont les quarante jours qui précédent Pâques. A partir du « Mercredi des Cendres« , il fallait presque s’en tenir à la xérophagie (absorption limitée au pain et aux fruits secs). Le « Mardi gras »  ou le « Jeudi gras » (en Pologne et en Allemagne) portent bien leur nom car  ce sont des jours où l’on fait bombance et grande ripaille. Cette année, le mardi gras sera le 24 février et le « mercredi des cendres » le lendemain.

       L’abstinence alimentaire durant cette période de carême consistait (maintenant, même chez les chrétiens les plus stricts ces pratiques se sont amoindries) donc à refuser de consommer de la viande, des œufs et des laitages. Alors, bien sûr, on comprendra la confection des crêpes faites à partir d’oeufs et de lait et qui peuvent être mangées nature ou bien garnies de sucré ou de salé.   Certains voient dans la forme circulaire et la couleur de la pâte  une allusion au soleil qui, lui-aussi, est associé à l’idée de lumière. En suivant ce lien vous aurez quelques suggestions de savoureuses  recettes de crêpes fourrées avec divers ingrédients  : http://www.linternaute.com/femmes/cuisine/magazine/dossier/crepes/recettes/1.shtml . La plus célèbre des crêpes sucrée est bien entendu la crêpe Suzette inventée par Auguste Escoffier  A noter que, grâce à la patience  et à la compétence pédagogique de leurs  deux professeurs de biotechnologie, les élèves de CAP APR sont devenus des experts de l’art de faire des galettes (autre nom des crêpes, surtout lorsque le contenu est salé). Venez donc le lundi et le mardi manger au « Monnet Express » ! .

         

 

    La tradition de la Chandeleur veut l’on lance la crêpe en l’air en tenant d’une main la poêle et, dans l’autre main que l’on serre très fort un louis d’or (ou une autre pièce) tout en formulant un voeu de richesse. On dit aussi que la première crêpe faite doit être jetée si haut qu’elle doit atterrir en haut d’un placard où elle devra rester jusqu’au 2 février de l’année suivante !  Ce serait un gage de prospérité et de bonheur ! Ah, les superstitions ! Mais sans doute faut-il y voir un lien avec les expressions « retourner quelqu’un comme une crêpe » qui veut dire lui faire changer facilement d’opinion et « laisser tomber comme une crêpe » qui veut dire abandonner très vite quelqu’un.

        Il est à noter que tout au long de l’année, en Limousin, nous consommons des « galetous » appelés aussi « tourtous« . Ce sont des galettes à base de farine de sarrasin ou de « blé noir ». Elles remplacent plus ou moins le pain, peuvent être mangées nature, tout au long du repas en accompagnement aussi bien de l’entrée que du plat de résistance que du dessert, ou même encore fourrées avec de la charcuterie ou bien du fromage blanc ou encore de la confiture. En Corrèze, il y a aussi les « pompes« , crêpes de blé noir et de froment.

     A l’étranger, il existe d’autres traditions pour la Chandeleur. Ainsi, au Canada, dans la province de Saguenay, on propose des « cretons de la Chandeleur »  dont on peut voir la recette à http://www.saveursdumonde.net/recettes/cretons-de-la-chandeleur/ . En tout cas, bon appêtit à tous et surtout, autour de ces crêpes, n’allons pas …nous crêper le chignon ! Cette expression veut dire « se disputer », « se battre ».

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

7 commentaires

  1. cdilyceemonnet :

    Un article intéressant sur le blog de nos amis espagnols avec une recette spécifique des Canaries : « tortitas de Carnaval »

  2. cdilyceemonnet :

    Une chanson illustrant la Chandeleur : http://bmarcore.club.fr/Tine/E799.html

  3. cdilyceemonnet :

    Une documentation sur la Chandeleur en provenance de l’Académie de Toulouse :
    http://pedagogie.ac-toulouse.fr/culture/religieux/carnachandeleur.htm

  4. saveursetcouleurs :

    La chandeleur… 40 jours après Noël… Les crêpes : un aliment que j’adore… Je préfère pourtant mardi-gras (sans doûte pour les traditions de carnaval…)

    L’hiver commence à se faire oublier…

    « Violette de la Chandeleur,
    Perce, perce, perce-neige,
    Annonces-tu la Chandeleur,
    Le soleil et son cortège
    De chansons, de fruits, de fleurs ?
    Perce, perce, perce-neige
    A la Chandeleur. »

    Robert Desnos

    Au lycée les élèves n’ont pas mangé de crêpes mais une variante du « pain perdu » (recette mise sur notre blog).

    Bonne journée Bernie.

  5. cdilyceemonnet :

    Aux Etats-Unis, le 2 février est « le jour de la marmotte » ou « Groundhog Day « . On considère qu’à compter de cette date l’hiver est fini et le printemps va arriver
    Cela va un peu dans le même sens que ton texte

  6. collegehcoandabc :

    Nous sommes de retour de nos courtes vacances et pour rattraper le temps passé, nous allons organiser notre Chandeleur cette semaine. A vrai dire, ce n’est pas une fête qui nous soit propre, mais, cette année nous avons pensé à l’emprunter, car tout le monde aime les crêpes. En matière de fêtes, nous n’avons pas non plus de Carnaval…et le Mardi Gras (ou plutot son équivalent) n’est jamais aussi spectaculaire. Cependant nous avons une célébration particulière du printemps et nous allons en parler au mois de mars.

  7. cdilyceemonnet :

    Parler de « viande » en période de début de Carême ! Eh oui, c’est le salon de l’Agriculture : http://www.civ-viande.org/index.html et http://dico.civ-viande.org/

Laisser un commentaire

Votre commentaire