Carnaval à Gualeguaychú (Argentine) : un spectacle théâtral en plein air

21:43 Animations culturelles, Métier, musique, Pays, Pédagogie, Société, Théâtre

     En Argentine, on célèbre de moins en moins le carnaval. Cependant, surtout dans les villages, il y a des clubs qui organisent encore des corsos et/ou des bals populaires. Le plus important carnaval  qui réunit une foule de touristes est celui qui a lieu à Gualeguaychú . Il s’agit d’un spectacle estival en plein air qui a lieu pendant les mois de janvier, février et mars et qui s’inspire beaucoup du théâtre.

    Cette ville se trouve dans la province de Entre Rios qui veut dire textuellement « Entre fleuves ». En effet, les limites géographiques sont déterminées par des cours d’eaux : à l’ouest et au sud le « Rio Paraná« , à l’est le « Rio Uruguay », au nord les rivières « Río Guayquiraró » et « Río Mocoretá » . Gualeguaychú est la ville la plus importante de cette province.

    C’est une tradition qui date du dix-neuvième siècle. Les spectateurs regardaient défiler, installés dans des tribunes qui recouvairent les trottoirs, les différents chars qui empruntaient en particulier la « Calle 25 de Mayo« . Cette manifestation culturelle se déroulait l’après-midi en raison de l’absence d’illumination électrique.  Mais il y avait énormément de serpentins et de confetti sur tout le trajet et les chars avaient du mal à avancer et c’était particulièrement génant parce qu’avec le temps leur nombre devenait de plus en plus grand. Aussi, vers 1930, sous l’impulsion d’Abelardo Devoto, un passionné de musique et de thèmes classiques, on fit construire une énorme passerelle en bois que l’on a appelé le « corsodrome »  et qui délimite bien le passage à utiliser pour cette manifestation. Pour parler de l’aspect théâtral, il y avait un char représentant l’empereur romain Néron avec des guerriers et quelques deux cents participants ainsi que des chevaux blancs. Il est connu sous l’appellation « Comparsa de Nerón « 

        C’est une fête de couleurs, de joie, d’amusement et de danses. Il y a souvent environ 800 figurants que nous appellons ici « comparsas« . C’est un mot qui appartient au domaine du théâtre et signifie « troupe de gens masqués » ou « mascarade ». Cette année 2009, il y a trois grands groupes qui essaient d’obtenir la meilleure place. Ce sont :  « Papelitos« , « Marí-Marí » et « Kamarr » Le premier s’adresse avec nostalgie à ceux qui aimaient le carnaval et qui sont partis, à ceux qui ne peuvent plus danser et encore à ceux qui ont fait grandir le carnaval. Voici un extrait par le biais d’une vidéo : http://video.google.fr/videosearch?q=gualeguaychu&hl=fr&source=vgc&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv# Mari Mari s’est placé dans une perspective historique concernant le présent et le futur des peuples américains. Vous pouvez les admirer en train de danser : http://video.google.fr/videosearch?q=gualeguaychu&hl=fr&source=vgc&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#q=gualeguaychu+mari+mari&hl=fr&emb=0 Quant à Kamar, il a repris le mythe de l’existence d’une ville lumière où tous les mots peuvent se guérir : http://video.google.fr/videosearch?q=gualeguaychu&hl=fr&source=vgc&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#q=gualeguaychu+kamarr&hl=fr&emb=0 . J’ai sélectionné seulement quelques séquences pour vous donner une idée de l’expression de la joie collective et de toutes les teintes chatoyantes des costumes et des chars.  Je vous ajoute  quelques liens pour une documentation complémentaire :

 http://www.temas.cl/enero/viajes/18.html , http://www.gualeguaychuturismo.com/principal_carnaval_infogral.htm , http://www.carnavaldelpais2009.com.ar/carnaval_historia.htm

http://kamarr.com/2009/ (sur le groupe d’inspiration orientale Kamarr, avec de magnifiques photos)

                                                             

    Ce texte a été écrit en collaboration avec notre amie argentine Graciela qui se prépare à débuter une nouvelle année scolaire le 4 mars et qui compte bien poursuivre les échanges avec nous. Je la remercie beaucoup .

Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre commentaire