Combien de « 11 septembre » ?

13:57 Animations culturelles, Cinéma, Grands événements au lycée, Littérature, Pays, Pédagogie, Personnages, Santé, Société

            Il y a maintenant 8 ans, le monde entier avait les yeux tournés vers les Etats-Unis où, pour la première fois de l’histoire de ce pays, ou tout au moins directement sur son territoire, un symbole de sa puissance était détruit. Oui, c’était l’effondrement des célèbres « tours jumelles » qui ont toujours fait la gloire de New-York ! Qui plus est, cette destruction se situait dans le cadre d’un attentat d’Al-Quaida  dont le célèbre Oussama Ben Laden serait le chef.  Depuis, pour marquer sa réprobation de cet acte, sa solidarité avec les victimes, la date du 11 septembre est devenue un fait marquant la planète entière. Il y a un peu partout des commémorations dont une exposition en Haute-Vienne, exactement au Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane : http://www.oradour.org/ 

   Il est question de construire un mémorial sur l’emplacement du drame : http://www.linternaute.com/savoir/grand-chantier/photo/le-memorial-du-11-septembre-au-world-trade-center/world-trade-center-un-memorial-pour-les-victimes-du-11-septembre.shtml?f_id_newsletter=1595  . Son inauguration est prévue pour le 11 septembre 2011.

                                                               Les tours du World Trade Center en pleine destruction               

     Beaucoup d’initiatives autour du 11 septembre 2001. Or, il existait un autre « 11 septembre » qui pouvait tout autant provoquer l’indignation du monde entier. Seulement, il est un peu tombé dans les oubliettes : 11 septembre 1973 . De quoi s’agit-il ? Au Chili, le président, Salvador Allende (dont un des boulevards de Limoges porte le nom) est renversé par une junte militaire dont le chef est Augosto Pinochet. C’est ce que rappelle Le monde diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-09-11-L-autre-11-Septembre

                                                                 Salvador Allende

                                                                 Augusto Pinochet

         C’est seulement le 25 avril 1990, c’est-à-dire en fait 17 ans plus tard que le rapport Rettig appelé en fait « Rapport de la Commission nationale Vérité et Réconciliation » mettra à jour toutes les atrocités commises durant ce régime militaire. Ces faits ont été dévoilés dans le cadre d’une « réconcialiation nationale » voulue par Patricio Aylwin qui succède à Pinochet en tant que Président. Alors, sont mises à jour les autodafés, les tortures aux opposants et surtout les nombreuses disparitions de personnes.

                                                                 Patricio Aylwin,président du Chili élu à 1989 et en mandat jusqu'à 1994

                   La junte militaire chilienne pratique l'autodafé

        Une vidéo de Ken Loach sur le 11 septembre 1973 parle de tous ces disparus et tous les crimes commis : http://www.dailymotion.com/video/xghdk_11-septembre-ken-loach

      Depuis mars 2006, le Chili est gouverné par Michelle Bachelet dont les ancêtres étaient des vignerons de Bourgogne. Ses liens avec la France ne peuvent que nous faire encore plus compatir pour cette période douloureuse qu’a connue ce pays.

                                                   Michelle Bachelet

             Véronique Massenot dont j’ai déjà eu l’occasion de parler dans un commentaire relatif à un billet de ce blog écrit le 10 juin 2008 et intitulé « Illustres illustrateurs » a écrit « Lettres à une disparue »  et cette fiction évoque « les disparues » d‘Argentine suite à un coup d’Etat militaire mais le sort de ces personnes ne différe en rien des « disparues » du Chili ou d’un autre pays dans lequel la démocratie a disparu. Ce livre est disponible au CDI et les élèves de Madame Parneix vont prochainement l’étudier dans le détail.

                                   "Lettres à une disparue " de Véronique Massenot

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

9 commentaires

  1. notreprof :

    Je me souviens bien de cette attaque terroriste. Ce jour-là, le 11 septembre 2001, j’étais devant une classe d’élèves. J’enseignais une leçon de français comme tous les jours. J’ai entendu des cris dans le couloir mais personne ne savait exactement ce qui s’est passé parce que le proviseur du lycée nous a interdit d’allumer les télévisions en classe. Il ne voulait pas effrayer les élèves. Alors, ce n’était que pendant le déjeuner que j’ai pu regarder les reportages et j’ai appris la vérité. C’était tout à fait incroyable. Je me souviens de l’horreur des morts et de l’héroïsme des secouristes et des passagers du vol 93 qui s’est écrasé en Pennsylvanie. Après, tous les vols aux Etats-Unis étaient interdits. En quelques heures, il me semblait que la face du monde a changé. L’administration de George Bush a declaré la “croisade américaine contre le terrorisme.”

    Chaque année, à “Ground Zero” à New York, on lit les noms des 2,752 morts pendant une cérémonie de commémoration. Au crepuscule, deux immenses colonnes de lumière symbolisant les tours jumelles illuminent le ciel de Manhattan. Dans toutes les écoles, on rend hommage aux victimes en observant quelques minutes de silence à l’heure où le premier avion s’était écrasé sur la première tour. Cette année, j’ai parlé de ces événements avec mes élèves. Ils ne se souviennent pas bien parce que à cette époque-là, ils n’avaient que 7 ou 8 ans.

    Tu parles de la construction d’une mémorial sur l’emplacement du drame, mais il y a toute une polémique qui entoure le projet. Il y en a qui pensent que ce mémorial ne sera pas prêt pour le dixième anniversaire en 2011.

  2. cdilyceemonnet :

    Il y a aussi un autre élément qui fait polémique à propos du 11 septembre 2001: elle porte sur « qui sont les victimes ». En effet, faut-il « seulement » (mais le mot est faible) prendre en considération les personnes mortes lors de l’attentat ou bien y ajouter celles (et ce sont souvent des secouristes) qui ont respiré les poussières d’amiante que contenaient les deux tours démolies ? Beaucoup ont maintenant des cancers du poumon et protestent pour être indemnisées en étant assimilées à des « victimes ». Un reportage à la télévision française a montré les manifestations de ces « malades du 11 septembre ». Aux Etats-Unis ces revendications vont bien au-delà des commémorations du 11 septembre 2001 puisqu’elles font aussi un lien avec la réforme du système de santé souhaitée par le Président Obama.

  3. cdilyceemonnet :

    De nombreux périodiques de septembre 2009 consacrent la vedette au Président américain. Ainsi « Speakeasy  » dresse-t-il le portrait de l’administration d’Obama tandis qu' »Easy Street » présente les deux filles, Malic, 11 ans, et Sasha 8 ans. On parle même de leur chien Bo. Naturellement toutes ces revues se trouvent au CDI.

  4. vchauveau :

    moi aussi, j’ai vécu ce 11 septembre dans le lycée avec des mini-news qui tombaient en rafale sur mon mobile…. j’ai passé la soirée et la nuit devant la télé avec mon fils ainé (15 ans à l’époque).

    Ce week-end, je suis allé à Oradour avec mes fils les plus jeunes (5 et 9 ans) : c’est une visite non seulement instructive mais nécessaire…

  5. cdilyceemonnet :

    Merci pour ce commentaire. Le centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane se veut un lieu pédagogique ouvert sur l’actualité.

  6. saveursetcouleurs :

    Moi aussi je me souviens bien de ce jour-là, regardant au fur et à mesure les informations à la TV. L’horreur en direct !

  7. cdilyceemonnet :

    Il y avait l’horreur mais aussi la stupéfaction parce qu’en quelques heures l’un des symboles de la puissance américaine a été détruit. Comment imaginer cela parce que les Etats-Unis, qui se voulaient « le gendarme du monde », se montraient très vulnérables! Je pense que c’est cette sorte de « honte » qui peut expliquer les excès de George Bush dans son désir de « croisade contre le terrorisme » dont nous a parlé Debra dans son commentaire.

  8. cdilyceemonnet :

    Un article sur l’exposition à Oradour-sur-Glane consacrée au « 11 septembre 2001 » dans le numéro 43 de « Pays du Limousin » pour lequel le CDI a souscrit un abonnement.

  9. cdilyceemonnet :

    A propos des « disparus » d’Argentine, je vous conseille de lire « La Perrita » d’Isabelle Condou. Ce roman évoque la didacture argentine de 1976 à 1983 avec notamment les enlévements d’enfants. A l’aspect historique s’ajoute une réflexion sur la maternité.

Laisser un commentaire

Votre commentaire