Il y a 90 ans …

Animations culturelles, Cinéma, Grands événements au lycée, Littérature, Pays, Pédagogie, Personnages, Société 28 commentaires

     Au niveau de l’espérance de la vie d’un homme, quatre-vingt dix ans représentent beaucoup. Et pourtant c’est un peu moins qu’un siècle et donc finalement on peut dire que « c’était hier » par rapport à l’histoire de l’humanité.  Le nom commun « humanité » a plusieurs sens et l’un d’entre eux est : « sentiment de bienveillance : compassion, bonté ». Comment ne pas y voir un paradoxe quand on songe aux horreurs associées à la première guerre mondiale dont le 11 novembre prochain on va célèbrer la fin il y a 90 ans ?

     Je viens de terminer de lire Cheval de guerre de Michael Morpugo . Il s’agit de la vision la « Grande Guerre » par un cheval prénommé Joey qui participe de force aux combats, qui, comme les combattants, affronte les obus, les barbelés et tous les dangers de la guerre. C’est le second livre que Michael Morpugo consacre à cette période de l’histoire. Le premier est Soldat Peaceful dans lequel l’auteur fait référence à la hiérarchie militaire anglaise qui abuse  de son autorité auprès des jeunes recrues. Ce sont des ouvrages de « littérature de jeunesse » qui, à travers des fictions, offrent un témoignage historique.  D’autres romans plus « classiques »  comme Le feu de Henri Barbusse, Les croix de bois de Roland Dorgelès, l’équipage de Joseph Kessel. Orages d’acier de Ernst Jünger, Education héroïque devant Verdun d’Arnold Zweig, La randonnée de Samba Diouf de Jérôme et Jean Tharaud proposent aussi une vision apocalyptique de ce l’on a appelé « la der des ders » et qui malheureusement ne l’a pas été puisqu’il y a eu un second conflit mondial. Ce sont « les gueules cassées » que le livre puis le film La chambre des officiers mettent en scène.  Ce sont de pauvres hommes aux visages déformés, mutilés après avoir reçu des gaz axphyxiants ou des lance-flammes. Cette vidéo, http://video.google.fr/videosearch?hl=fr&q=%2014%2018&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#, montre le quotidien des soldats  et l’émission C’est pas sorcier  qui est reprise sur   http://video.google.fr/videosearch?hl=fr&q=c’est%20pas%20sorcier%201914&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#  insiste sur les enjeux de conquête de territoires au grand mépris des hommes envoyés se battre et pris pour de la simple « chair à canon ». Mais Jean Jaurés avait mis le monde en garde en s’élevant contre le début des hostilités, appelant à la grève et au refus des combats. Ce militant pacifiste a alors été assassiné le 31 juillet 1914.

       Ni les soldats français ni les soldats allemands ne voient dans « l’autre » un ennemi. Ils se sentent proches, solidaires, tous victimes de la folie de dirigeants politiques avides de pouvoir. On se souvient du film Joyeux Noël dont une analyse figure sur ce site : http://www.zerodeconduite.net/blog/index.php?itemid=1118 Et les combats deviennent si violents, si meurtriers et en même temps si inutiles que certains désertent ou se mutinent. En France, l’honneur de ces hommes n’a été sauvé qu’en 1998 quand, dans un discours, Lionel Jospin les a  réhabilités sinon, jusqu’à cette date, officiellement, ils étaient « des traitres ».

        Les « poilus » souffraient chaque jour un peu plus pour une cause belliqueuse voulue par des dirigeants. Et ce conflit devenait mondial par le jeu des alliances, réquisitionnant des soldats d’ Afrique noire (Sénégal, Burkina Faso, Bénin, Mali, Niger) et d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc, Mauritanie),  de Madagascar de Chine, d’Indochine,  des Antilles et de Guyane. Il y avait environ sont 600 000 soldats en provenance des « colonies » qui, en période de paix, n’avaient droit qu’à du mépris. Beaucoup y ont laissé la vie sans pratiquement de reconnaissance.

    Depuis la disparition de Lazare Ponticelli le 12 mars 2008, il n’y a plus de « poilu », en France, pouvant porter témoignage de cette époque. Comment faire pour que la mémoire se perpétue ?

Lazare Ponticelli à 110 ans, dernier poilu en France

 Cette année les manifestations se succèdent parce que ce sont les 90 ans. Il y a les « Paroles de poilus  » qui se multiplent comme celle visible sur  http://www.lemonde.fr/1914-1918-90-ans-apres-l-armistice/portfolio/2008/10/31/la-guerre-de-14-18-racontee-en-photos_1112556_736535.html . Il y a les diverses expositions dont celle qu’organise la BFM de Limoges ( http://www.bm-limoges.fr/agenda.html?eve=463#eve463 ) , les reportages télévisés ( France 5 le 10 novembre à 20h40, France 2 le 11 vovembre à 20h50, Arte le 12 vovembre à 21 h). Mais que faire les années suivantes pour que le devoir de mémoire se poursuive ? Comment atteindre les consciences, comment faire pour que ce ne soit pas qu’une simple date qui donne droit à un jour férié et que ce soit vraiment l’occasion de se pencher sur le passé de la France et du monde pour qu’une telle folie de conquêtes n’existe plus et ne débouche sur une pugnacité exterminant des innocents ?

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Quelques douceurs vous feraient-elles plaisir ?

Animations culturelles, Cinéma, Gastronomie, Pédagogie, Personnages 6 commentaires

       Les vacances d’été sont finies depuis plus d’un mois et vous en éprouvez une certaine nostalgie. Comme ce serait bon de pouvoir encore rester sur une chaise-longue et lire son roman préféré ! Hélàs, ce temps est fini et le rythme scolaire a repris.  Heureusement les vacances de Toussaint seront à la fin du mois mais cela suppose encore patienter ! Cependant,  avez-vous remarqué que quand le moral n’est pas bon, souvent on se tourne vers les sucreries ? Aussi, pour vous consoler et parce que ça peut aider vos élèves ou vous-même dans le cadre des cours, je vais vous indiquer des lieux gastronomiques à connaître.

           Le saccharophile sera charmé par le musée du sucre et du chocolat qui se trouve à Cordes-sur-Ciel (Tarn). Yves Thuriès, grand maître pâtissier, expose toutes les possibilités artistiques et professionnelles du sucre. Rendez-vous à http://www.thuries.fr/ et vous verrez des merveilles.

       On attribue des qualités aphrodisiaques au chocolat. Il est qualifié de croquant, craquant, fondant, moelleux. Aussi je pense que vous apprécieriez dans un premier temps la visite virtuelle de son musée à l’adresse suivante : http://www.planetemuseeduchocolat.com/ . Ensuite vous serez tellement charmé que vous aurez réellement envie d’aller sur place, à Biarritz (Pyrénées Atlantiques). Des détails sur la fabrication du chocolat sont donnés à http://chocolat0.chez-alice.fr/memoire%20chocolat.htm, ainsi qu’à http://www.chococlic.com/index.php et vous pouvez suivre, étape après étape, la fabrication d’un bonbon au chocolat à : http://www.confiserie-gumuche.fr/fabricationchocolats.htm

     Souvenez-vous de votre enfance et des bonbons que vous suciez avec délice. Un nom vous vient … à la bouche : Haribo ! Vous avez d’ailleurs beaucoup vu ce mot dans le cadre des Jeux Olympiques de Pékin . Que signifie-t-il ? A l’origine de la marque, il y a Hans Riegel né en 1893. C’est lui qui a inventé ce nom dont je vais vous expliquer l’origine : HA pour Hans, RI pour Riegel et BO pour Bonn en Allemagne. Les fraises Tagada, les chamallows, les bonbons à la réglisse  vous font saliver, eh bien, c’est très simple, faîtes une visite virtuelle à http://www.haribo.com/planet/fr/info/frameset_musee.php?musee=1&frame=musee puis allez à Uzès (Gard)

     Le sucre d’orge est un bonbon particulier inventé en 1638 par les religieuses de Moret-sur-Loing (Seine-et Marne). La cour du Roi Soleil est séduite mais c’est le déclin et même la disparition avec la Révolution de 1789. En 1853, avec l’Empire, soeur Félicité redonne vie à la production. Mais en 1972, soeur Marie-Andrée donne le secret de fabrication au confiseur Jean Rousseau dont ses fils ont maintenu la tradition  http://www.visite-virtuelle.net/moret-sur-loing-musee-sucre-orge.asp

     N’oubliez pas le miel délicieux que l’on associe aussi bien à la confiserie et pâtisserie qu’à la fabrication d’hydromel et de vinaigre de miel. Pour ce faire, n’omettez pas une visite à http://www.musee-du-miel.com/ dont l’adresse postale est à Gramont (Tarn-et-Garonne). Vous aurez également des renseignement sur l’apiculture.

   Le pain d’épice est parfois appelé « kugelhopf« , « bretzel » ou « lebkueche » en Alsace. Il a des formes variées. Vous saurez quelques détails en visitant son musée  à http://www.paindepices-lips.com/ dont l’adresse postale se trouve à Gertwiller (Bas-Rhin). Vous aurez l’historique du pain d’épice et quelques recettes à http://fr.wikipedia.org/wiki/Pain_d’%C3%A9pices

Tags : , , , , , , , , , , ,

Cow-boys et Indiens

Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages, Société 5 commentaires

        J’ignore ce que vous ferez cet été, mais, si vous vous trouvez à Marseille, n’oubliez surtout pas de vous rendre au Centre de la Vieille Charité pour y voir une exposition consacrée à la Mythologie de l’Ouest. A travers quelques tableaux et sculptures, il s’agit de comprendre les étapes de la découverte de l’Amérique et de définir les éléments constitutifs du mythe fondateur de cette Nation.  Autrement dit, l’exposition vise à montrer l’importance de la contribution des artistes dans la définition des « valeurs américaines ». Parmi eux, on compte George Catlin (1796-1872), Charles Marion Russell(1865-1926) et Albert Biertstadt (1830-1902).

     Si vous ne pouvez aller à Marseille, reportez-vous à la référence de ce site : http://www.marseille.fr/vdm/cms/culture/musees/pid/4156 Vous verrez qu’il vous sera déjà possible de télécharger des dossiers parfaitement exploitables pour vos cours à partir de septembre, et pas seulement si vous êtes professeurs d’anglais ! Ainsi vous en saurez plus sur Samuel Colt (l’inventeur du revolver) , sur Géronimo, Buffalo Bill, Calamity Jane et bien d’autres.

     A propos de « cow-boys », j’aimerais vous informer qu’ Annie Proulx qui est l’auteur de Brokeback Mountain qui a été adapté au cinéma et a obtenu un lion d’or vient de sortir un nouveau roman intitulé C’est très bien comme cela . L’action se passe à nouveau dans le Wyoming aux paysages magnifiques. Allez, ça fera peut-être un de vos livres pour l’été.

Tags : , , , , ,

Un prince qui sort.

Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages 4 commentaires

                Parmi les romans de littérature de jeunesse très prisés au CDI, il y a  la série  Le monde de Narmia. L’auteur en est Clive Staple Lewis, Irlandais né à Belfast en 1898. Il affirme devoir sa grande imagination à sa nourrice qui lui contait des légendes, le fascinait avec les mythes et les contes de fées. Il devint professeur de littérature anglaise à l’université de Cambridge et fut un des proches amis de  John Ronald Reuel Tolkien.  Il est à noter, au passage, que J.R.R. Tolbien est né à Bloemfontein en Afrique du Sud où demeure Daleen qui intervient sur « mon blog partenaire » (cl blogoliste).Les deux écrivains se caractérisent par le genre « fantasy » au niveau de la production livresque.

              Le monde de Narmia comprend sept tomes mais ils n’ont pas été écrits dans l’ordre de leur numérotation en tomes. Ainsi, le tome 1, Le neveu du magicien a-t-il été rédigé en 1955, le tome 2, Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique en 1950, le tome 3, Le cheval et son écuyer en 1954, le tome 4, Le prince Caspian en 1951, le tome 5 L’odyssée du passeur d’aurore en 1952, le tome 6 Le fauteuil d’argent en 1953, le tome 7 La dernière bataille date de 1956. C’est le respect d’ordre d’écriture qui a été privilégié par les studios Disney qui ont adapté au cinéma cette série. C’est pourquoi, le 21 décembre 2005 est sorti sur les écrans Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique et qu’à la fin du mois, les spectateurs pourront voir Le prince Caspian.

 Pour profiter au maximum de ce monde fantastique, je vous livre quelques références de sites en relation :

http://www.lemondedenarnia.com/

http://blog.narnia.ch/fr/ 

 http://crdp.ac-paris.fr/narnia/dossier-pedagogique.php

Tags : , , , ,

Paris parie de bien vous documenter

Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages, Société 14 commentaires

                 J’aime fréquenter la BFM de Limoges et ses annexes, cependant il faut avouer que parfois l’objet des recherches est très complexe et nécessite la lecture d’ouvrages spécialisés.  Peut-être aimez-vous flâner dans la capitale pour « faire les magasins » comme on dit et que finalement vous ne connaissez pas toutes les possibilités offertes. Il existe, à Paris, de nombreuses bibliothèques spécialisées dont vous trouverez la liste précise  en consultant : http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=6369&document_type_id=5&document_id=15317&portlet_id=14344

             Leurs grandes  spécialisations sont définies à http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=7974 et sachez qu’il est possible, depuis chez vous, d’avoir accès à une recherche sur catalogue. Parions que vous allez aimer cela!

Tags : , , , , , , ,

Je veux bien être pendu si …

Cinéma, Jeu, Littérature, Pédagogie 4 commentaires

      Vous connaissez l’expression. Elle signifie bien entendu que celui qui la dit est absolument sûr de ce qu’il avance, de ce qui va se passer. Elle engage sa responsabilté. La pendaison a longtemps été un « moyen de justice » pour ceux qui avaient commis des malfaits ou des actes identifiés comme tels par rapport aux « codes  » de la société dans laquelle ils vivaient. Souvenez-vous de La ballade des pendus du poète François Villon  :

    »  Se frères vous clamons, pas n’en devez
     Avoir dédain, quoique fûmes occis
     Par justice. Toutefois, vous savez
     Que tous hommes n’ont pas bon sens rassis.
     Excusez-nous, puisque sommes transis,
     Envers le fils de la Vierge Marie,
    Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
    Nous préservant de l’infernale foudre.
    Nous sommes morts, âme ne nous harie,
   Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! »

      Et il y a aussi l’image fréquente du western dans lequel le cow-boy « fautif » finit au bout d’une corde.  Ce sont des visions négatives, encore que la légende de la mandragore vienne apporter un côté « merveilleux » à ces histoires macabres. La mandragore passe pour une herbe poussant au pied des gibets et fécondée par le sperme des pendus. Cette particularité donnait des pouvoirs extraordinaires à celui qui en possédait une.

    Pour rester sur une note disons « optimiste », j’ajouterai que « le pendu » est un jeu qui consiste à proposer des lettres de façon à trouver le mot choisi. C’est le cas de le dire, il ne faut pas rester sur la corde,  sous peine de subir la sentence. Sur le site  http://www.pendu.learningtogether.net/   vous trouverez, pour vos élèves  (français ou étrangers) ou pour vous-mêmes toute une série de propositions de thèmes pour enrichir son vocabulaire et son orthographe

Tags : , , , , ,

L’imagination au pouvoir

Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages 1 commentaire

      C’était l’un des slogans de mai 1968. Cela voulait dire qu’il fallait remettre les habitudes en question et proposer du neuf, de l’inédit, de l’inoui. Imaginer un monde nouveau, c’est se référer à l’utopie.

     Ce mot est en fait créer à partir de « utopia » nom utilisé par Thomas More dans son livre dans lequel il définit ce que doit être « la cité studieuse ». En Utopia, il n’y a ni riches ni pauvres, chacun travaille six heures par jour, même les loisirs sont éducatifs. La propriété privée y est abolie ainsi que la monnaie. Tous les garçons et les filles y reçoivent une instruction.

   Mais Thomas More n’a pas été le seul à rêver d’un monde parfait. Souvenez-vous de « Fais ce qui te plaira » de Rabelais avec son abbaye de Thélème. Les  socialistes de la fin du XIX ème siècles ont aussi imaginé des sociétés idéales : Charles Fourier, Saint Simon, etc 

     Parfois, les sociétés imaginées n’ont rien « d’idéal » mais sont inquiétantes. Relisez Aldous Huxley ou bien George Orwell.  Et puis pensez à  The Truman Show avec Jim Carrey, le personnage vivant dans un décor de cinéma sans qu’il le sache.

     Si vous voulez encore plus réfléchir ce qu’est exactement l’utopie, reportez-vous à ce site qui propose aussi des animations pédagogiques : http://expositions.bnf.fr/utopie

Tags : , , , , , , , ,

Edith est éditée !

Cinéma, Littérature, Personnages 1 commentaire

        Connaissez-vous Edith Wharton ? Vous devriez parce que cette romancière américaine a tout de même obtenu le prix Pulitzer pour Le temps de l’innocence en 1921. Ce roman a été adapté au cinéma par Martin Scorsese. L’intrigue repose sur le choix que doit faire Newland Archer entre Mary Welland à laquelle il est fiancé et la cousine de cette dernière, Ellen Olenska dont il tombe follement amoureux. Faut-il, au nom d’un sentiment, rejeter les conventions mondaines ?

      Ce thème du livre refléte assez bien l’état d’esprit dans lequel a vécu Edith Wharton. Elle est née en 1862 et est morte en 1937. New-Yorkaise, elle a pourtant été élevée en France mais dans une famille puritaine aux règles très rigides. Elle a épousé Edward Robin Wharton avec qui elle n’avait rien de commun et finalement elle a divorcé pour essayer de trouver, sans succès d’ailleurs, un homme dont elle pourrait être amoureuse.

      Mais Edith Wharton n’est pas seulement une femme qui parle de « passions », c’est une militante. Lors de la première guerre mondiale, elle a contribué à convaincre l’opinion politique américaine de la nécessité d’aider les forces alliées. Elle a d’ailleurs reçu la légion d’honneur pour avoir créer les American Hostels for Refugees. La chanteuse Céline Dion vient de la recevoir ces jours-ci, mais pour d’autres raisons.

    

Tags : , , , , ,

Cannes fait son cinéma

Animations culturelles, Cinéma, Pédagogie, Personnages 4 commentaires

      Sean Penn est le président du Festival de Cannes 2008. Cette personnalité  américaine est connue pour ses prises de position politique contre la guerre en Irak. L’idée de cette manifestation cinématographique appelée initialement « Festival International du Film » date de 1939. Il s’agissait d’une proposition de Philippe Erlanger et de Jean Zay et le premier président du jury fut Louis Lumière. Mais, en raison de la seconde guerre mondiale, la première édition n’a véritablement eu lieu que le 20 septembre 1946. Cannes a été choisie en raison de son cadre ensoleillé. Durant la période de cette festivité, la ville passe de 70 000 à 250 000 habitants. La plus prestigieuse des récompenses est appelée la Palme d’or. En 2007 Cristian Mungiu l’a obtenue avec 4 mois, 3 semaines et 2 jours. A qui le tour cette année ?

     Pour avoir une idée, reportez-vous à http://www.festival-cannes.fr/fr.html . N’oubliez pas de consulter aussi http://crdp-nice.net/cannes2008/ pour avoir une information sur les métiers du cinéma, les liens du festival avec l’éducation nationale. Ce site se présente comme un blog donc vous pouvez y laisser vos commentaires qui seront publiés au jour le jour.

Tags : , , , ,

Petit écran

Cinéma, Pédagogie, Personnages 6 commentaires

      Je regarde très peu la télévision. Cependant je dois reconnaître que lorsque je le fais, c’est que, selon moi, ça vaut la peine ! Aujourd’hui 10 mai est une date dans l’Histoire : il s’agit de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. L’initiative en revient à Christiane Taubira . Ce crime contre l’humanité ne doit pas être oublié mais il semblerait que rien ne soit prévu au niveau de la télévision pour rappeler ce fait. Cependant, pour ceux qui aiment l’Histoire ou qui aiment à comprendre l’actualité, je dois tout de même leur dire de retenir des soirées pour la semaine du 10 au 16 mai 2008. 

     Sur Arte, un film sur la Yougoslavie des années 1950 (cela vous permettra peut-être de comprendre la proclamation d’indépendance du Kosovo le 17 février dernier) et un autre sur le Général de Gaulle (et on en parle beaucoup en ce moment à cause des 40 ans de 1968).  Sur M6, un reportage sur les relations entre Israël et la Palestine (un anniversaire là-aussi : les 60 ans d’Israël).

     Si vous ne pouviez vous libérez pour ces moments, sachez qu’il existe aussi des dossiers à ce sujet à voir sur :  http://www.cndp.fr/tice/teledoc/  Et puis, si au contraire vous étiez disponibles, pensez aux plateaux télé pour être bien installés dans votre fauteuil, bien en face, mais pas trop près, de ce cher petit écran !

   

Tags : , , , , ,

« Billets précédents Billets suivants »