Bonnes vacances !

Grands événements au lycée, Humour, Pédagogie, Société 8 commentaires

    Si l’on s’en réfère à l’étymologie du mot « vacances« , il faut se reporter au latin « vacans, -antis » qui veut dire « qui est vide« . Et effectivement le lycée sera « vidé » de ses professeurs et de ses élèves à partir de ce soir. Il n’empêche que cela fera un grand vide jusqu’à la rentrée car nous nous étions bien habitués à nos rendez-vous quotidiens. A noter que l’expression n’est pas vide de sens car cela fera un pincement au coeur. Mais nous ne partirons pas à vide parce que nous nous sommes beaucoup enrichis pendant cette année scolaire, nous avons beaucoup appris et surtout nous avons fait plus ample connaissance par le biais des différents blogs existants dans ce lycée. Non, ces espaces n’ont pas tourné à vide : preuve en est le succès de nos élèves aux examens car cette nouvelle manière d’apprendre les a hautement stimulés.

   Bien sûr, maintenant, il nous faut nous reposer, mais cette pause nous permettra d’avoir encore plus d’énergie pour la rentrée prochaine. A ce titre, je vous propose un tableau comparatif des vacances scolaires dans les différents pays européens : http://www.hautes-alpes.net/vacances-scolaires.html . Il faut tout de même relativiser la conclusion à laquelle on pourrait aboutir, à savoir que les enseignants et les élèves français ont beaucoup plus de vacances! En effet, « un jour de classe » en Italie, en Allemagne ou dans les autres pays présentés n’a pas le même sens que « un jour de classe » en France, je veux dire par là que le nombre d’heures de cours n’est pas le même. Nos élèves travaillent beaucoup plus, non seulement en temps passé dans le bâtiment scolaire mais aussi avec les devoirs qu’ils ont à faire à la maison. Sans en faire une référence, regardez l’enquête faite par ce syndicat concernant le temps de travail des élèves : http://www.sgen-cfdt.org/actu/article1205.html  Il devient alors évident que les enseignants français sont finalement plus sollicités que ceux ailleurs en Europe puisqu’il faut qu’ils préparent plus de travail à fournir à leurs élèves.     

    Je vous invite aussi à lire les messages parus sur ce forum dont l’objet de discussion était « Les enseignants sont-ils des privilégiés ? ». Il y est question des enseignants de « disciplines » (maths, français, etc) agrégés qui passent 15 heures par semaine au lycée et aussi de ceux qui sont certifiés et qui ont donc 18 heures de cours par semaine à effectuer dans leurs établissements scolaires.  Lisez donc attentivement  http://forum.orange.fr/liremessages.php?idsection=1110&thread=705899  et ensuite imaginez que la réflexion se soit poursuivie en prenant aussi en considération les professeurs-documentalistes qui ont 30 heures de présence par semaine dans le CDI + 6 heures ailleurs consacrées « à des recherches »  ( comprendre « lire, aller dans les bibliothèques, les librairies, faire de la veille documentaire, etc » et donc, en vérité, ces 6 heures ne suffisent pas et deviennent parfois le double!), vous seriez sans doute encore plus surpris car peu de personnes savent exactement en quoi consiste ce métier.

    A l’heure des « réformes scolaires », il me semblait important de vous proposer quelques pistes de réflexion à méditer pendant l’été pour être totalement en forme lors de la reprise.

     A bientôt donc et merci pour vos passages, vos commentaires, etc. En principe, il n’y aura pas de nouveaux billets avant la rentrée, mais rien ne vous empêche d’indiquer votre avis  à propos de ceux qui sont déjà écrits. J’y répondrai et si besoin « j’alimenterai » en informations complémentaires les rubriques qui existent déjà.

Tags : , , , ,

Le corps en vrac

humeur, Humour, Littérature, Pédagogie, Santé 15 commentaires

          C’est la fin de l’année scolaire et nous nous sentons épuisés. Nous avons l’impression d’avoir les jambes en coton.  Il ne faut pas traiter cette lassitude par-dessus la jambe car l’âge moyen de l’équipe pédagogique du lycée prouve bien que nous n’avons plus nos jambes de vingt ans et qu’il serait alors mal venu de nous tenir la jambe de trop longues années encore avant de nous accorder la retraite.

     Oui, nous commençons à tirer la jambe et aimerions prendre nos jambes à nos cous pour aspirer au repos. Cela vous fait une belle jambe semble-t-il !  Vous faîtes des ronds de jambe pour essayer de justifier encore quelques jours de travail avant de pouvoir nous reposer.  Mais bientôt vous devrez vous rendre à l’évidence et vous en retourner honteusement la queue entre les jambes : nous traînons la patte et nos jambes sont en manches de veste !

   Ce qui nous fait gonfler les chevilles et les mollets, c’est cette fierté du travail bien fait accompli depuis tant d’années. Vous ne nous arriverez pas à la cheville car nous n’avons pas un poil dans la main. Nous ne sommes pas des têtes de linottes et saurons bien réclamer notre du. N’essayez pas de mettre votre nez  avec votre visage en lame de couteau dans nos affaires. Gardez la tête sur les épaules et nous, nous garderons notre sang froid !

   J’espère que vous connaissez le sens de toutes ces expressions très imagées. J’ai beaucoup parlé de « jambe » et, comme vous le savez elle se compose de la cuisse et du mollet. Peut-être n’aviez-vous  jamais fait de lien de sens entre « mollet » et l’adjectif « mou« . En fait « mollet » veut dire « un peu mou », sous entendu « charnu ». Seulement, pour les gens du Moyen-Age, le « mollet » n’était pas la saillie que font les muscles de la partie postérieure de la jambe, entre la cheville et le pli du genou. C’était le lobe de l’oreille ! Ensuite, au XVII ème siècle, le mot « mollet » a désigné la partie charnue de la paume de la main puis l’expression « le mollet de la jambe »a été utilisée pour signifier « le gras de la jambe ». A partir de là, le mot « mollet » ne s’est plus appliqué qu’à cet endroit anatomique. Il n’empêche que ces changements de sens et d’emplacement m’ont permis de rédiger le corps de mon article !

Tags : , ,

Soltice d’été : un peu de vocabulaire

Littérature, Pédagogie, Personnages 7 commentaires

« Tout luit, tout bleuit, tout bruit,

Le jour est brûlant comme un fruit

Que le soleil fendille est cuit »

          Anna de Noailles Chaleur extrait de Le coeur innombrable (paru en 1901)

         Ainsi s’exprime la poétesse pour nous parler de l’époque de l’année où le soleil textuellement « s’arrête » car c’est le sens étymologique du mot « solstice« .  Cela m’amène à vous rappeler qu’Hélios était le dieu grec du soleil et de la lumière. Ainsi un hélianthe est l’autre appelation du tournesol, l’héliothérapie est un traitement médical qui utilise les bienfaits de la lumière et de la chaleur solaires, l’héliodore est une pierre fine de couleur jaune et ce mot signifie textuellement « don du soleil ».

       Puisque le soleil évoque « les grandes vacances » et donc en quelque sorte « août« , j’aimerais attirer votre attention sur les particularité de ce mot. Il se prononce « oût » avec ignorance totale du « a » initial et pourtant il convient de dire « aoûtat » (parasite sévissant durant l’été) en faisant ressortir le « a » !  Quant à « aoûtiens « , non seulement le « a » s’entend mais le « t » se prononce comme deux « s » ! Et après on dira « le français, c’est facile » ! Qui va dire « exact » ? A propos, pour une fois, on a le choix, pour « exact » de faire entendre ou  non le « t » !

 PS : Entre nous, cet article est pour faire un appel au soleil car nous en avons assez de la pluie !

Tags : , , , , , ,