Bonne année 2009 à tous !

Animations culturelles, Cinéma, Collection, Gastronomie, Grands événements au lycée, Humour, Pays, Pédagogie, Personnages, Société 20 commentaires

    Personne ne sera sans doute surpris par le titre de mon billet puisque nous sommes en janvier et que nous commençons une nouvelle année. Vous l’auriez été avant 1564 date à laquelle le roi Charles IV décida, par l’Edit du Roussillon, que l’année cesserait de commencer au printemps, mais en janvier ! Sachez que le nom des mois n’avait pas été choisi au hasard, ainsi « septembre » indiquait nettement qu’il s’agissait du septième mois de l’année, « octobre » du huitième, « novembre » du neuvième, « décembre » du dixième. Quand Charles IV a changé l’organisation civile de l’année, il n’a pas pour autant « revu » l’appelation des mois ! Maintenant, l’étymologie du mot n’est plus en adéquation avec son sens : « septembre » est le neuvième mois de l’année, « octobre » le dixième , « novembre » le onzième et « décembre » le douzième ! Devant un tel chamboulement et surtout un tel manque de logique, certains se rebiffèrent et c’est ainsi que naquît la « tradition » du poisson du 1er avril: puisqu’il n’était plus possible de se dire « bonne année », eh bien, on allait faire des blagues aux voisins !

     Outre les voeux adressés le plus souvent par le biais de cartes postales selon la tradition anglaise, les premiers jours de janvier se caractérisent par les étrennes. Il s’agit d’un présent que l’on fait le premier jour de l’année.  Le mot « étrenne » vient du latin « strena » qui signifie « bon présage » ou   » présent de bonne augure ». L’habitude des étrennes se perpétua et se développa beaucoup sous l’Empire romain. En France, au Moyen-Age, elles reçurent dans certaines provinces le nom d' »aguignettes » ou d’aguilaneuf« . Il s’agit d’une déformation de l’expression « au gui l’an neuf » car on considère que le gui porte bonheur. En Normandie, les « aguignettes » étaient en fait des pâtisseries feuilletées que les enfants allaient chercher de porte en porte en entonnant une chanson. Vous pouvez obtenir la recette des « aguinettes » en consultant : http://magene.chez-alice.fr/recette1.html#aguignettes

    C’est cette idée d’échange de cadeaux qui est reprise dans deux traditions qui ont lieu le 6 janvier : en France l’Epiphanie, en Italie la Befana. La « fête des rois » ou « Epiphanie » est une fête païenne très ancienne puisqu’elle se pratiquait déjà chez les Romains qui tiraient au sort avec des fèves pour savoir qui serait le roi du festin. Depuis, le christianisme a consacré cette fête à la commémoration de la visite des trois Rois Mages, Melchior, Gaspard et Balthazar, venus porter des présents à l’enfant Jésus. Aujourd’hui la tradition veut que pour le « jour des Rois », on partage un gâteau appelé « galette« . Selon la région, il s’agit d’un gâteau feuilleté ou brioché.

  La fève d’origine est aujourd’hui remplacée par un petit personnage que prennent plaisir à collectionner les favophiles qui se sont regroupés en association : http://www.fabophiles.fr/ . Certaines fèves valent très cher.

  En Italie, c’est la sorcière Befana qui porte des gâteaux. Son nom est en fait une déformation du mot « Epiphanie ». Elle « intervient » dans la nuit du 5 au 6 janvier. Les enfants accrochent une chaussette non loin de la cheminée pour que Befana dépose des chocolats et des caramels. Si les enfants n’ont pas été sages, Befana leur glisse des boulets de charbon. Il existe des pâtisseries en l’honneur de la Befana : ce sont les  » befaninis ». Vous en saurez plus sur la légende et les gâteaux en consultant ce site fort intéressant : http://www.theatredelasource.qc.ca/francais/befana/bef_recette.html

     Un début d’année est souvent l’occasion de faire un bilan sur les événements passés et parfois on se souvient avec nostalgie d’antan. La crainte de voir devenir surannés certains acquis sociaux fait jaillir un pincement au coeur. Les annuités, en particulier, risquent d’être revues à la hausse ! Combien faudra-t-il d’anniversaires pour prétendre à la retraite ? La durée de travail sera-t-elle annualisée ?  De façon quasi annuelle ou bisannuelle, des réformes chamboulent notre mode de vie. Ne nous a-t-on pas annoncé une « annus horribilis » dans l’espoir que l’expression latine choque moins nos esprits que l’usage du français : une « année horrible » fait davantage trembler ! Aurons-nous pourtant de nouvelles « années folles » avec l’influence culturelle nord-américaine que fait naître l’élection de Barack Obama ? Il y aura aussi la Biennale de Venise avec son fameux « Lion d’Or ». Le 26 janvier prochain, les Chinois rentreront dans « l’année du boeuf » que l’on annonce plutôt prospère. Tout cela va rentrer dans les annales de 2009 et fera la joie des annuaires ou des almanachs.  Je vous présente donc tous mes voeux et que chacun de vos souhaits se réalise.

Tags : , , , , , , , , , , ,

Fête des morts

architecture, Grands événements au lycée, Littérature, Pays, Personnages, Société 30 commentaires

Nous sommes en vacances depuis vendredi 24 octobre et ce jusqu’au 6 novembre. Nous avons l’habitude de dire que ce sont « les vacances de Toussaint« . Comme ce type de congés scolaires n’existe pas dans les pays avec lesquels notre réseau de blogs scolaires nous a mis en relation, il me semble intéressant de préciser un certain nombre de faits.

La Toussaint est une fête catholique qui, comme le nom l’indique, consiste à rendre hommage à tous les Saints. Sa date est fixée au 1er novembre et il s’agit d’un jour férié. Il y a de plus en plus confusion entre « la Toussaint » et  » le jour des morts » qui, lui, a lieu le 2 novembre et qui, lui, n’accorde aucun repos particulier. Je dis qu’il y a amalgame parce qu’en fait, depuis plusieurs années, les gens se recueillent dans les cimetières, fleurissent les tombes pour Toussaint et non le lendemain comme il se devrait. Cette « pratique  » vient du fait que le jour des morts n’étant pas chômé, il n’y a pas d’autre choix. Les chrysanthèmes sont les fleurs les plus choisies pour poser sur les caveaux, de même que les arbres qui bordent le plus les cimetières sont le plus souvent des cyprès ou des ifs.

Le cimetière du Père Lachaise, à Paris est connu, même hors période de Toussaint, comme un « haut lieu touristique », mais auriez-vous aussi l’idée, en venant à Limoges, de programmer la visite du cimetière de Louyat? Il faut savoir que « Louyat » désigne le domaine. Notre cimetière est parmi l’un des plus grands de France. Il s’étend sur plus de 35 hectares, comporte 40 000 sépultures et environ 200 000 défunts y reposent. Ce site funéraire posséde aussi une particularité : des plaques en porcelaine indiquent le nom des défunts ! Il faut bien entendu voir un lien entre l’usage de la porcelaine et le fait qu’il s’agisse de Limoges. De nombreuses personnalités sont enterrées dans ce lieu : quelques maires de Limoges , David et Charles Haviland dont les noms sont associés à la porcelaine, Adrien Dubouché, généreux mécène du musée de céramique, Camille Vardelle, jeune homme tué lors des émeutes ouvrières de 1905 à Limoges. Vous aurez encore plus de détails sur ce cimetière en venant emprunter au CDI Pays du Limousin n°37 du 15 octobre 2008. Le cimetière de Limoges n’est pas le seul en Limousin à avoir des plaques funéraires en porcelaine. Le cimetière de Linards en a aussi et voici un lien pour voir comment se présentent ces « décorations mortuaires » : http://linards.ifrance.com/histoire/plaques/plaques.htm

Puisque ce blog se veut ouvert « sur l’étranger », je vais aussi vous parler d’autres cimetières. D’abord du cimetière de Staglieno à Gênes (Italie) que j’ai eu l’occasion de visiter avec mes parents il y a de nombreuses années. Il est considéré comme une curiosité touristique à cause des tombeaux . Des stèles monumentales font de lui comme un musée. Le site officiel permettra d’avoir plus de renseignements : http://www.cimiterodistaglieno.it/

Suite au commentaire de Cristolinette, je rajoute donc une photo du cimetière d’Hammamet en Tunisie ainsi qu’une autre représentant la tombe de Bettino Craxi dans ce même cimetière. Je la remercie pour ce don.

Je n’ai pas visité le cimetière Bellu de Bucarest ( Roumanie) mais sa réputation dépasse son pays. Aussi je sais qu’il abrite de nombreuses personnalités dont le célèbre architecte Ion Mincu

L’Argentine a été fortement marqué par la personnalité d’ Eva Duarte de Perón qui a été la femme du président argentin. La chanteuse Madonna a interprété le rôle d' »Evita » au cinéma . Le cimetière de La Recoleta à Buenos Aires laisse reposer de nombreuses personnalités dont Eva Perón. Ce site, en espagnol, donne des explications complémentaires sur ce cimetière : http://www.info-recoleta.com/cementerio_recoleta.htm

Au Canada, plusieurs cimetières sont célèbres mais le plus grand est celui de Notre-Dame-des-Neiges à Montréal (Québec) , cimetière catholique qui jouxte justement le cimetière anglophone et protestant du Mont-Royal.

Ce lien donne encore plus de détails sur les différents cimetières du monde : http://www.landrucimetieres.fr/spip/ . Pour que vous ne trouviez pas mon article trop macabre, je voudrais ajouter qu’il y a en fait plusieurs façons de fêter les morts : se recueillir sur les tombes mais aussi faire la fête avec Halloween. J’ai remarqué que nos amis de Georgie préparait un petit article à ce sujet , alors je vous invite à aller y jeter un coup d’oeil : https://lewebpedagogique.com/wiesendanger/ , rubrique « Les questions » . Outre les déguisements , la citrouille est au coeur de cette tradition . Elle décore les maisons et s’accompagne de symboles mortuaires.

La citrouille d\'Halloween est appelée Jack O\' Lantern

Pour rester, disons, dans le « ton », je vous propose quelques expressions plus ou moins familières que l’on utilise quand quelqu’un est mort : « il a cassé sa pipe« , « il mange les pissenlits par la racine« , « il est ressorti les pieds devant« , « il a fermé son parapluie« , « il a passé l’arme à gauche« , « ses dents ne lui font plus mal« . En connaissez-vous d’autres ?

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Voyages, voyages

Pays, Pédagogie, Personnages 12 commentaires

    L’été favorise la visite d’autres pays ou bien d’autres villes. Vous n’avez peut-être pas les moyens financiers d’assurer des dépenses de voyages. Alors je vous propose de découvrir d’autres lieux tout en restant chez vous.

   Partez à la découverte de la Rome antique avec une reconstitution en 3 D :  http://www.romereborn.virginia.edu/

    Allez faire un tour à Paris mais voyez la capitale française telle qu’elle était vers 1870

  Découvrez tout ce qu’il y a de français en Amérique avec : http://gallica.bnf.fr/FranceAmerique/fr/default.htm

  Partez  prestement en Nouvelle-France avec Samuel de   Champlain  http://www.champlain2004.org/index2.html

Tags : , , , ,

Paris parie de bien vous documenter

Animations culturelles, Cinéma, Littérature, Pédagogie, Personnages, Société 14 commentaires

                 J’aime fréquenter la BFM de Limoges et ses annexes, cependant il faut avouer que parfois l’objet des recherches est très complexe et nécessite la lecture d’ouvrages spécialisés.  Peut-être aimez-vous flâner dans la capitale pour « faire les magasins » comme on dit et que finalement vous ne connaissez pas toutes les possibilités offertes. Il existe, à Paris, de nombreuses bibliothèques spécialisées dont vous trouverez la liste précise  en consultant : http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=6369&document_type_id=5&document_id=15317&portlet_id=14344

             Leurs grandes  spécialisations sont définies à http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=7974 et sachez qu’il est possible, depuis chez vous, d’avoir accès à une recherche sur catalogue. Parions que vous allez aimer cela!

Tags : , , , , , , ,

« Comme l’opéra serait merveilleux s’il n’y avait pas les chanteurs » Gioacchino Rossini

Animations culturelles, musique, Pédagogie 1 commentaire

     La collègue qui gère « mon blog partenaire » (cf ma « blogoliste ») adore la musique classique. Sur un de ses blogs elle parle de Bach, aussi m’a-t-elle un peu influencée pour rédiger cet article. Mais, bien entendu, cette note (c’est le cas de le dire pour parler musique!) est pour tous les visiteurs. Mon texte s’inspire du TDC n°956 du 15 mai 2008 pour lequel le lycée a souscrit un abonnement.

   Sans doute la boutade de Giacchino Rossini qui compose mon titre doit-elle vous interpeler . Le nom de ce grand compositeur italien  se rattache à l’opéra qui est justement une oeuvre destinée à être chantée sur scène. Il composait les airs musicaux. Parmi ses créations, on peut citer Le Barbier de Séville, Tancredi, La Cenerentola. Ce sont tous des opéras mais ils n’appartiennent pas au même genre. En effet, il y a « l’opéra buffa » dont le registre est comique et  » l’opéra seria » dont le registre est sérieux et le style grave. L’opéra est né en Italie vers 1600 et c’est pour cela que le vocabulaire est très « italianisant ».

    L’Opéra Garnier de Paris jouït d’une très belle réputation. Si vous allez sur ce site http://www.operadeparis.fr/, les amateurs trouveront toute une sélection de vidéos de mises en scènes faites aussi bien à l’opéra Garnier qu’à l’opéra Bastille. Le mot « opéra » désigne aussi bien le type de chant que le bâtiment. Si vous voulez connaître l’histoire de l’Opéra Garnier, vous aurez tous les détails grâce à http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article115

   

   Depuis 1991, l’Opéra de Paris et les académies de Paris Versailles Créteil  ont signé un partenariat dans l’espoir de désacraliser la fréquentation de ce lieu et faire que chacun pense pouvoir y trouver sa place. Un projet pluridisciplinaire a été monté à partir de ce thème au collège Jean-Lurçat de Sarcelles : http://www.faurymusic.com/opera2/index.htm  Les cinq rubriques du menu sont absolument remarquables et je voudrais attirer votre attention sur le fait qu’il y a même été réalisé des fiches sur les métiers de l’opéra, celui de cuisinier y figurant même.

Tags : , , , , ,

Billets suivants »