Noël au balcon : en Afrique du Sud avec Daleen

Gastronomie, Langues, Pays, Pédagogie, Santé, Société 11 commentaires

Les décorations de Noël :

    On voit déjà les décorations de Noël dans les magasins dès la deuxième moitié de novembre. Surtout dans les centres commerciaux il y a des guirlandes de papier et des guirlandes électriques, mais on orne la maison qu’au début de décembre, ou un peu plus tard. Dans certaines des rues, il y a également des guirlandes électriques, illuminées tous les soirs de décembre. Et dans les centres commerciaux on n’entend que de la musique de Noël, bien sûr pour améliorer les ventes !

     Dans les maisons, traditionnellement on a un sapin orné des guirlandes électriques et des boules luisantes, ou parfois orné de petits cadeaux, ou de petits gâteaux. Cela te semble très pas très original , n’est-ce pas ? Oui, c’est parce que l’on partage une histoire européenne. Mais il y a aussi (souvent !) une tournure (« twist ») africaine. On sélectionne un arbre indigène et on l’orne d’ articles africains, même dans le jardin, car il fera chaud ce temps-là. Maintenant c’est à la mode de prendre comme sapin une structure fabriquée en fil de fer et de l’orner de guirlandes électriques.

                                                     

     Il y a souvent une crèche dans un coin des centres commerciaux, ou un « Père Noël » (en costume traditionnel) qui se promène partout dans les allées du magasin pour « écouter les vœux des petits ». Nous n’avons pas de St. Nicolas ou de calendrier de l’avent. Pourtant, la communauté allemande et les gens de l’église luthérienne conservent le calendrier de l’avent. Pour avoir une idée de nos décorations, je joins la photo d’une guirlande accrochée à la porte d’entrée. Elle est fabriquée  avec du foin, des rubans en coton et de petites fleurs sauvages.

 L’organisation sociale

         Chez nous le Noël se passe en été et oui, les écoles, les universités et beaucoup d’ entreprises ont leurs vacances annuelles à cette époque de l’année.  Ainsi la reprise scolaire se fera-t-elle fin janvier, début février. Ce sont « nos grandes vacances d’été » et une nouvelle année scolaire débutera au retour, avec de nouveaux élèves. Souvent les entreprises  ferment le 24 décembre et n’ouvrent que le 3 ou 4 janvier ou plus tard. Les centres commerciaux ne sont pas fréquentés. Donc, beaucoup de personnes partent pour le bord de la mer. Les uns qui ont de la chance d’être propriétaire d’une maison secondaire passent souvent leur fête la bas. Mais en tout cas, c’est une fête familiale. On voyage pour assister à ces grandes fêtes. Moi, je vais aller  rendre visite à ma mère qui vit dans une maison de retraite et nous allons y déjeuner ensemble.

 

 L’importance de la religion

      Pour l’église catholique la messe est importante. Je suis protestante, donc nous n’avons pas de messe de Noël. A l’église protestante il y a bien un office tôt le matin. Mais je ne sais pas pour les juifs, les autres communautés et les religions africaines. Chez nous « Douce nuit » est nommée « Silent night » ou en afrikaans : « Stille nag ». Il y a beaucoup de chants bien connus, mais presque tous sont hérités de la tradition européenne. Je me souviens, quand je travaillais à FARMOVS,  une entreprise pharmaceutique, nous avons eu une soirée de chants aux alentours de Noël et tout le monde a chanté « Silent night » dans son propre langue. On ne pouvait pas arriver à comprendre les mots, mais la mélodie était la même. Nous avons surtout les mélodies des chants qui viennent de l’Europe, mais les paroles  diffèrent d’une langue à une autre. Il y a aussi des chants de Noël qui sont nés ici, par exemple, « Somer Kersfees » (« Noël d’été », librement traduit). La tradition anglaise de la musique de Noël est encore forte dans ce pays, parce que nous étions une colonie anglaise auparavant. Pour dire « Joyeux Noël » en afrikaans, on dit : « Geseënde Kersfees ». Cette expression contient aussi un peu la tradition chrétienne parce que « Geseënde » veut dire : « béni » Nous n’avons pas de chants d’enfants qui parlent de Noël.

 

 Le menu typique

      Bien qu’il fasse très chaud, il y a encore des gens qui mangent un traditionnel repas chaud : du jambon, de la dinde. Ces dernier temps, il est de plus en plus courant  de préfèrer un repas froid : des viandes froides et des salades et pour le dessert de la glace. Et si on fête le Noël au bord de la mer, le repas est souvent moins cérémonieux. Mais en tout cas, les repas (et les réunions) sont organisés méticuleusement ! Souvent toute la famille se réunit autour de la table pour un grand repas traditionnel, ou parfois autour le feu d’un barbecue. La fête au dehors, en plein air est souvent privilégiée. Il y a aussi très peu de restaurants ouverts le Noël pour servir un repas assez traditionnel.

Nous n’avons pas 13 desserts et quel dommage ! Normalement nous avons du « trifle » comme dessert (Vous pouvez vous documenter sur ce gâteau venu d’Angleterre à  http://fr.wikipedia.org/wiki/Trifle ) .Cela contient du gâteau, de la gelée, de la chantilly etc. – encore  un témoignage de notre héritage anglais. Quand j’étais encore mariée, j’ai travaillé tout le 24 décembre pour préparer une vraie fête de Noël, c’est-à-dire un repas chaud. Mais maintenant je suis seule et je vais déjeuner chez ma mère. Nous ne sommes que les deux. Pourtant je vous souhaite à tous un « joyeux Noël » et après le repas de Noël une bonne sieste !

Merci beaucoup à Daleen pour l’envoi de cet article accompagné des photos. Il y a maintenant quasiment un an que notre amie d’Afrique du Sud collabore à la rédaction des blogs scolaires du lycée. Mon voeu pour 2009 sera donc la poursuite de cette étroite alliance dans la découverte de nos pays recpectifs.

Tags : , , , , , , , , ,

Noël au balcon : au Brésil avec Marieta

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Littérature, musique, Pays, Pédagogie, Société 5 commentaires

 

      Au Brésil, Noël est traditionnellement une fête de famille. On prépare des plats comme la dinde rôtie, la “farofa”, diverses types de salades et de  viandes , des desserts ( il n’y a pas de desserts spécifiques de Noël comme en Europe)…La nuit de Noël on sert un repas abondant et même dans les familles moins favorisées il y a toujours un dîner plus soigné, le “dîner de Noël”…Le chocolat et les oranges ne sont pas importants. On échange des cadeaux qui sont mis au pied du sapin de Noël (artificiel), bien décoré.

 

        

       À minuit on se rend à l’église pour la messe du coq (missa do Galo). Après les prières, on participe à des bals, parfois costumés, mais ce n’est pas une tradition dans toutes les régions, car chacune a ses particularités, par exemple “A dança das Pastorinhas”, dans le nord du pays. Il y a les “Presépios” (crèches) dans toutes les villes et elles font partie de la décoration traditionnelle de Noël. Les chants de Noël sont “Noite Feliz” (Douce nuit”) et d’autres d’origine européenne et américaine.

 

                   

   

 Au Brésil, le Père Noël arrive par la fenêtre, car les cheminées y sont rares: c’est surtout le climat qui fait la différence entre le Noël européen, nord-américain ou japonais  et celui de notre pays. L”écrivain Monteiro Lobato, dans les années 1930 a essayé de créer un Papa Noël indien; dans les années 1950, Joracy Camargo et Heckel Tavares ont conçu un personnage noir appelé “Papai João”( Père Jean) pour remplacer la figure du Père Noël, pourtant aucune de ces  tentatives n’a eu de succès et nous voyons aujourd’hui un Père Noël chaudement vêtu dans les centres commerciaux, dans les rues, dans les maisons…

     Ici, les vacances scolaires ont commencé le 12 décembre et finiront le 12 février, mais il n’y a pas de vacances de Noël spécifiques. La photo qui suis a été  prise le  vendredi 12 décembre dans mon école. On peut voir sur le mur quelques dessins faits par des élèves Junior de 12- 13 ans .  Les éléves qui sont avec moi sur cette photo sont ceux qui ont déjà fini le cours d’espagnol et vont maintenant commencer le niveau intermédiaire du français, ils ont fini le B5 ( dernier semestre du niveau débutant) avec moi. 

 

 

 

“JOYEUX NOËL”, C’EST “FELIZ NATAL “ en portugais…

    Merci beaucoup à Marieta pour nous avoir apporté un peu de chaleur du Brésil dans nos paysages d’hiver français. Merci pour cet article et ces photos. Bonnes vacances …d’été.Bonne année 2009. A bientôt

 

 

 

 

Tags : , , , , ,

Noël aux tisons : en Pologne avec Urszula

Animations culturelles, Gastronomie, Grands événements au lycée, Langues, Pays, Pédagogie, Société 7 commentaires

  
 
La fête de Noël en Pologne c’est la fête favorite et la plus attendue de toute l’année.  Les quatre semaines qui précèdent Noël c’est l’avent, la période de préparation. Les enfants reçoivent des calendriers de l’avent. Le 6 décembre qui est la fête de Saint Nicolas, Miko?ajki en polonais, très aimée par les enfants on se donne de petits cadeaux.. Ça peut être de tout, par exemples des mascottes, des friandises en chocolats. (Pas de « manelles », ni de pains d’épices

     

 

 

Les ménagères préparent les maisons en lavant les vitres, changeant le voilage, nettoyant les tapis parce que tout doit être propre. Début décembre, les magasins et les rues sont déjà décorés par des lampes en couleurs, guirlandes, Père Noël acrrochés etc. Les gens achètent des cadeaux, choisissent des cartes de Noël. On envoie des cartes aux proches souvent avec « op?atek » – le pain azyme, symbole de l’union, de l’amitié, de la bienveillance et de la conciliation, pour le partager le 24.12.

      Les petits enfants écrivent des lettres au Père Noël appelé en polonais « ?wi?ty Miko?aj » (ce qui est une traduction de Saint Nicolas) pour lui dire ce qu’ils voudraient recevoir pour Noël. Dans toutes les villes au marché on vend des décorations de Noël, des jouets, des sapins, naturels ou artificiels, et des carpes souvent vivantes se trouvant dans de petites piscines. Certaines personnes décorent l’arbre de Noël le jour du réveillon, les autres quelques jours avant. L’arbre de Noël  typique est coloré et garni avec des décorations à la mode ou bien faites à la main par les enfants, les mamies. Il faut encore décorer la maison avec du gui portant bonheur.

 

        Il y a la tradition de faire des crèches dans les églises (parfois vivantes, à l’école, dans mon lycée il y en a une chaque année, c’est une sorte de spectacle) et dans beaucoup de familles. A Cracovie mi-décembre, chaque année il existe un concours des plus belles crèches qui sont exceptionnelles parce qu’elles doivent avoir des éléments de l‘architecture cracovienne. Après, elles sont déposées au musée.

 

Cette année, à l’école nous travaillons jusqu’au 19 décembre et nous rentrerons le 5 janvier. D’habitude, nous rentrons déjà le 2 janvier Comme le 2 janvier 2009 c’est vendredi, on a préféré travailler un autre jour avant cette date pour pouvoir ne revenir que le lundi. Les travailleurs ont 2 jours fériés : le 25 et le 26 décembre parce que la fête de Noël en Pologne se compose de 2 jours : le 26.12 c’est la fête de Saint  Etienne. Le 24 la plupart travaillent jusqu’à midi. Les supermarchés sont ouverts jusqu’à 16 h. Beaucoup de personnes prennent congé le 24 et après Noël. 

     Le 24 décembre à minuit beaucoup de personnes vont à la messe où elles prient et chantent des chants de Noël. Le nombre et la diversité des cantiques sont énormes. Evidemment on chante Douce nuit,  Gloria …Après la messe on ne mange plus.Le 25 et le 26 on se repose et on va aussi à l’église qui pendant la fête est pleine. On rend et on reçoit des visites, on passe beaucoup de temps à table. Au menu il y a de differentes viandes : canard, oie, dinde.

    Pourtant le plus important c’est le 24 décembre – la veille de Noël , Wigilia en polonais. Souvent dès le matin, les maîtresses de maisons polonaises préparent des plats traditionnels pour le dîner c’est-àdire le Réveillon (Wieczerza Wigilijna). Le menu c’est surtout le poisson avec la carpe et hareng dans plusieurs plats différents, les champignons, les légumes et les fruits (produits des eaux, des forêts, des champs et des vergers).  Toute la famille participe à la préparation des plats ce qui crée déjà l’ambiance exceptionnelle. Le repas traditionnel du réveillon doit être sans viande car il est question de jeûne et sans alcool.

       Pour respecter la tradition il faut préparer 12 plats différents et goûter à chacun. Le nombre des plats correspond au nombre des apôtres. La table doit être joliment  décorée avec une nappe blanche et comporter autant de couverts que de convives, plus un pour un membre de la famille qui ne peut plus être avec nous ou un visiteur inattendu. Sous la nappe on met un tout petit peu de foin ou de paille. Cela nous rappelle les origines du Jésus, né dans une étable et permet d’avoir une bonne chance toute l’année. Sur la table il est nécessaire de mettre op?atek (le pain azyme). La tradition veut que tous se réunissent autour de la table dès l’apparition de la première étoile dans le ciel. Juste avant, la famille fait une prière. Dans ma famille nous commençons le réveillon après 17 h. Et quelqu’un de la famille lit un fragment de la Bible qui parle de la naissance de Jésus. Avant de se mettre à table on partage le pain azyme qu’on casse en morceaux et qu’on mange en se présentant mutuellement des voeux et en s’embrassant. Les 12 plats varient un peu selon les familles et les régions, mais beaucoup de plats se ressemblent.

 

 

 

 

Cette année, moi et ma famille passons le Réveillon chez ma soeur et les siens. Il y aura aussi nos parents. On partage la préparation des plats. Chacun apportera quelque chose :

Il y aura:

  1. de la soupe aux betteraves rouges (borstch ), « barszczyk czerwony z uszkami »  avec de petits raviolis farcis de la choucroute et de champignons (ces raviolis ont la forme de petites oreilles). Certaines familles préparent de la soupe aux champignons secs.
  2. de la carpe frite, ou de la truite
  3. du poisson  frit avec des légumes  (ce qu’on appelle chez nous « poisson à la grecque »)
  4. de la carpe en gelée
  5. des harengs avec de l’huile, du citron et des oignons
  6. de la choucroute cuite avec des pois blancs cassés
  7. des champignons cuits à l’huile avec de l’oignon
  8. du gruau d’orge cuit à l’eau  (au-dessus on met du beurre fondu)
  9. des pois blans cassés
  10. du pain
  11. de la compote aux fruits secs
  12. de la kutia (mélange de grains de blé, miel, raisins, pavot, noix)

 

Après avoir mangé on attend l’arrivée de ?wi?ty Miko?aj – Père Noël avec des cadeaux ou bien là où il n’y a pas de petits enfants on trouve des cadeaux sous le sapin. On chante des cantiques. Chez moi, après on débarasse la table pour y mettre des gâteaux, des oranges des mandarines, des pommes, des chocolats.

Les gâteaux traditionnels de Noël sont:

         gâteau au pavot (makowiec)

         gâteau au fromage blanc (aussi à la viennoise) (sernik)

         pain d’épices (piernik)

         gâteau aux fruits secs, noix, raisins (keks)

 

Les superstitions liées à Noël:

La veille de Noël est une journée unique. Les gens superstitieux croient que tout ce qui arrive ce jour-là peut avoir une influence sur toute l’année à venir. Par exemple, si ce jour-là on demande quelque chose à manger on aura faim pendant toute l’année.

Il ne faut pas emprunter de l’argent ce qui pourrait entraîner la perte des biens.

Tous les travaux à la maison doivent être terminés avant midi, le reste de la journée est passé à préparer des plats et à décorer la maison.

Il ne faut pas s’allonger pendant la journée pour ne pas attirer les maladies.

 La nuit du 24 au 25 est une nuit des miracles: cette nuit les animaux savent parler comme les humains donc il faut leur donner aussi du pain azyme.

Le pavot est le symbole du bonheur.

La pomme – de la beauté et d’une bonne santé.

 

JOYEUX NOËL en polonais se dit WESO?YCH ?WI?T

 

BONNE ANNEE                          SZCZ??LIWEGO NOWEGO ROKU

        Merci beaucoup à Urszula pour tous ces détails sur le Noël polonais. Merci beaucoup pour les photos jointes. Je souhaite aux élèves polonais et à leur enseignante un Joyeux Noël. L’année 2009 permettra d’approfondir notre amitié naissante.

Tags : , , , ,

Email et courriel

Animations culturelles, Grands événements au lycée, Langues, Littérature, Peinture, Société 1 commentaire

       Vous connaissez nos « cousins » québécois et savez combien ils estiment important d’empêcher la suprématie de la langue anglaise en « francisant » les expressions. Ainsi, ils ne font pas du « shopping », mais ils « magasinent ». Mais c’est surtout dans le domaine informatique qu’ils veulent développer un vocabulaire français . Ainsi,  ils n’écrivent pas des « emails » mais des « courriels » (sous-entendu « courriers électroniques »), ils n’ont pas de « spam » mais des « pourriels » (courriers électroniques pourris, c’est-à-dire indésirables).

       Il n’empêche que Lorraine Bouchard, artiste québécoise, viendra à Limoges pour parler  » Email » que l’on traduit en anglais par « enamel »! Eh oui, je fais un jeu de mots, je veux parler de sa venue Boulevard de la Cité, à Limoges, à la Maison de l’émail qui s’est ouverte fin 2007. A ce sujet, la revue Pays du Limousin, à laquelle le CDI est naturellement abonnée   et dans laquelle le Conseiller Principal d’Education du lycée, Fabrice Varieras, rédige quelques articles,  titrée dans son numéro 31 du 15 octobre 2007 (p 28  à 31) : « Maison de l’émail, un nouveau bijou à Limoges ». L’article était signé Clémentine Perrin et comportait de magnifiques photos. Le Maison de l’émail se trouve au 18-20 boulevard de la Cité à Limoges et est gérée par l’Association Professionnelle Pour l’Email de Limoges.

         Je vous donne des liens en direction de sites en relation avec mes propos :

 http://www.enamel-house.com/ (maison de l’émail à Limoges)

http://www.ville-limoges.fr/Limoges/weblimog.nsf/Tous%2Bdocuments/Z98 (Limoges, ville d’Art)

http://lorrainebouchard.com/accueil/index.html  (Le travail de Lorraine Bouchard).

Tags : , , , ,