Je veux bien être pendu si …

Cinéma, Jeu, Littérature, Pédagogie 4 commentaires

      Vous connaissez l’expression. Elle signifie bien entendu que celui qui la dit est absolument sûr de ce qu’il avance, de ce qui va se passer. Elle engage sa responsabilté. La pendaison a longtemps été un « moyen de justice » pour ceux qui avaient commis des malfaits ou des actes identifiés comme tels par rapport aux « codes  » de la société dans laquelle ils vivaient. Souvenez-vous de La ballade des pendus du poète François Villon  :

    »  Se frères vous clamons, pas n’en devez
     Avoir dédain, quoique fûmes occis
     Par justice. Toutefois, vous savez
     Que tous hommes n’ont pas bon sens rassis.
     Excusez-nous, puisque sommes transis,
     Envers le fils de la Vierge Marie,
    Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
    Nous préservant de l’infernale foudre.
    Nous sommes morts, âme ne nous harie,
   Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! »

      Et il y a aussi l’image fréquente du western dans lequel le cow-boy « fautif » finit au bout d’une corde.  Ce sont des visions négatives, encore que la légende de la mandragore vienne apporter un côté « merveilleux » à ces histoires macabres. La mandragore passe pour une herbe poussant au pied des gibets et fécondée par le sperme des pendus. Cette particularité donnait des pouvoirs extraordinaires à celui qui en possédait une.

    Pour rester sur une note disons « optimiste », j’ajouterai que « le pendu » est un jeu qui consiste à proposer des lettres de façon à trouver le mot choisi. C’est le cas de le dire, il ne faut pas rester sur la corde,  sous peine de subir la sentence. Sur le site  http://www.pendu.learningtogether.net/   vous trouverez, pour vos élèves  (français ou étrangers) ou pour vous-mêmes toute une série de propositions de thèmes pour enrichir son vocabulaire et son orthographe

Tags : , , , , ,