Ça swingue au lycée !

Animations culturelles, Grands événements au lycée 5 commentaires Image de prévisualisation YouTube

Chacun a en mémoire des souvenirs d’écoliers et les plus marquants sont souvent liés à ce qu’il se passait pendant les cours de récréation. A ce titre, la « cloche » était attendue avec impatience pour aller se défouler. Pour les plus vieux d’entre nous, cela voulait dire aller sauter à l’élastique (pour ceux qui ne connaissent pas le jeu, il s’agit d’utiliser un élastique de mercière et de s’en servir pour exécuter un certain nombre d’acrobaties), jouer aux billes ou aux osselets, etc. Maintenant, c’est un peu dépassé. Les écoliers attendraient plutôt ce moment pour téléphoner avec leurs portables aux copains, pour jouer à la game-boy, etc. Mais il n’empêche que le point commun, c’est toujours se divertir, se reposer, cesser les cours.

Le timbre de la « cloche » est obligatoirement associé à quelque chose d’agréable aussi était-il paradoxal que jusqu’à juillet dernier, au lycée, une horrible sonnerie qui arrachait les oreilles donnait le signal de la fin de la leçon. C’était pire que les vieux réveils de grands-pères dont le bruit est si désagréable au saut du lit qu’on aimerait les jeter par la fenêtre ! Et puis, voilà, le mécanisme est tombé en panne (ô joie !) et alors on a pris conscience qu’il était possible de rythmer le temps autrement ! Il y a eu quelques essais et puis finalement il a été décidé qu’il n’y aurait plus de « sonnerie », mais comme une invitation à « swinguer » avec un air de trompette joué par Louis Armstrong intitulé Saint Louis Blues. Cette musique fait référence à la ville de Saint Louis située dans Le Missouri Le verbe « swinguer » veut dire « balancer » et est composé à partir du nom commun anglais « swing » qui est un terme musical lié au jazz . Il est associé à ce que l’on appelle en musique « un moment de grâce » quand « la musique décolle« . Les minutes de détente qui succèdent à l’apprentissage ne sont-elles pas justement les bienvenues ?

Les non-initiés vont se demander le lien précis avec notre lycée . Eh bien, c’est simple, son adresse postale est :

Lycée des Métiers Jean Monnet
12 rue Louis Armstrong
87065 LIMOGES CEDEX

Chacun a maintenant fait le rapprochement entre les coordonnées postales et ce musicien.

Louis Armstrong (1901-1971)

Louis Armstrong évoque la Nouvelle-Orléans, le jazz, la culture afro-américaine. Pour en savoir plus, je vous invite à consulter : http://www.louisarmstronghouse.org/index.php . Il y a également un article sur les origines de la musique américaine dans le numéro de « Today in English » de juillet 2009 et bien entendu on y trouve un article sur celui que l’on surnommait familièrement «  Satchmo « .

Par ailleurs, très souvent, le jazz est associé à l’hébergement. Il suffit de penser aux cafés-concerts comme « Le Bataclan » dont voici le lien : http://www.le-bataclan.com/content/index.php . Il rappelle les cabarets, les music halls. En un mot, un lieu qui mêle avec bonheur gastronomie et culture et n’est-ce pas le cas de notre lycée ?

Tags : , , , , , , ,

Que d’événements aujourd’hui !

Animations culturelles, Ecologie, Economie, Gastronomie, Grands événements au lycée, musique, Pays, Pédagogie, Société 6 commentaires

      Regardez d’abord votre calendrier et constatez que nous sommes le 21 juin. Eh oui, nous changeons de saison ! Nous rentrons dans l’été et en général chacun s’en réjouït puisque cela veut dire que les « grandes vacances approchent » ! A nous le soleil, la plage, les loisirs ! Enfin, façon de parler, parce que la crise économique et sociale limite bien la réalisation de nos désirs !

    Est-ce bien tout au niveau du calendrier ? Eh bien non parce que nous sommes le troisième dimanche de juin et donc c’est aussi la fête des pères ! Si vous consultez http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_des_P%C3%A8res , vous constatez d’une part que cette date n’a pas de caractère universel mais que, d’autre part, c’est tout de même le troisième dimanche de juin qui rassemble le plus de pays! Nos amis argentins, canadiens et japonais vont honorer les Papa en même temps que nous.

     Je ne sais si vous avez des idées de cadeaux pour votre Papa mais un enfant japonais ne devrait pas avoir de difficulté puisque dans son pays l’emballage des paquets est une tradition ! Au Japon, cette activité est considérée comme un art et en tout cas tout vendeur débutant doit commencer par apprendre à emballer les paquets. C’est une question d’esthétique avec la régularité des angles du paquet et la netteté du ruban disposé bien à plat . Tout peut s’emballer et, lorsqu’il s’agit de nourriture, la subtilité est que « l’enveloppe » est elle-même mangeable ! Ainsi les bonbons sont souvent enveloppés dans une feuille translucide « d’agar » qui est elle-même comestible . Il s’agit d’un produit gélatineux obtenu à partir de poudre.

                                        

   Les Japonais utilisent des téguments de jeunes bambous pour envelopper les « sushi » de maquereau salé. Tout produit doit être ainsi « couvert » de telle sorte que l’emballage le rende plus joli et un peu mystérieux bien que la forme du « cadeau » permette tout de suite de savoir de quoi il s’agisse.  Il est en effet très facile de déterminer le contenu d’un paquet-cadeau car à chaque objet correspond un type d’emballage spécifique. Les cadeaux ne sont jamais véritablement des surprises mais le contenant a auant sinon plus d’importance que le contenu. On peut définir cela par du raffinement . Les différentes techniques de pliages sont expliquées à http://raffa.grandmenage.info/post/2006/11/17/Eco-emballer_les_cadeaux#tissu.  L’art d’emballer s’appelle le « furoshiki » . On estime que la tradition vient du fait que pour aller au bain public les Japonais utilisaient une sorte de baluchon fait à partir d’une serviette éponge dans laquelle ils rassemblaient tout ce qui serait nécessaire à leur toilette. A partir de là, tout emballage a porté ce nom. Mais le « furoshiki » n’a pas seulement d’importance dans les relations amicales, je veux dire dans le cadre de cadeaux offerts à l’occasion, par exemple, d’un anniversaire, il a des implications dans le domaine de la vente puisque chaque magasin peut ainsi utiliser cette technique pour se définir. Cela relève donc du domaine publicitaire.

    Mais, si vous êtes un enfant japonais, vous pourrez aussi combler votre père en lui offrant une composition florale . L‘ilebana est l’art de la composition florale et c’est dans cette technique que le raffinement japonais se note le plus. Très prisés à la cour durant l’époque Heian (VIIIe – XIIe siècle) les concours de composition florale se sont ensuite considérablement développés. C’est au cours d’un voyage en Chine que le moine japonais Ono No Imoko a été très impressionné par les arrangements floraux « rikka » (vertical) des temples bouddhistes. De retour dans son pays, il a introduit les bouquets dans les cérémonies religieuses. Toute réalisation florale doit respecter un principe de base fondamental que l’on nomme « ten-chi-jin » et que l’on peut résumer par la trinité « ciel-terre-homme ». Dans toute composition florale, le ciel est représenté par la branche supérieure, l’homme par les branches du côté droit et la terre par les branches les plus basses et celles du côté gauche.

                                        

                                         

                          La réalisation d’un bouquet réside dans l’observation attentive de la qualité de la fleur, sa forme générale, sa tige et son feuillage. Il faut absolument éviter d’associer dans un bouquet le même genre de fleurs et il faut, au contraire, rechercher les contrastes. Ainsi, voici quelques conseils de base :

-Association de fleurs légères avec des fleurs lourdes (gypsophile et dahlia, alstroémère et rose de Noël)

                                                         

                                                      

                                                        

                                                      

-Association de fleurs en épi avec des fleurs en boule (delphinium et pivoine, ixia et coréopsis, muscari et primevères)

                                                    

                                               

                                               

                                                

                                                

                                                  

-Association de fleurs mousseuses, en ombrelles, vaporeuses, avec des fleurs aux contours précis (lilas et lis, nérine et oeillet, iris et tulipe)

                                                    

                                                    

                                                

                                                     

                                            

                                                          

-Association de fleurs composées  avec de fleurs à corolle lisse (gerbera et rose)

                                         

                                        

-Association de fleurs « nettes » avec des branches mouvementées (camélia et corylus « contorta », arum et saule)

                                          

                                        

                                        

                                          

-Association de fleurs fragiles avec du feuillage à texture souple fine (pois de senteur et capillaire, orchidée et fougère)

                                              

                                              

                                                

                                                

-Association d’un feuillage brillant avec du feuillage mat (magnolia grandiflora et acer palmatum)

                                              

                                              

-Association de feuillage vert bleuté avec du feullage rouge (hosta et prunus)

                                         

                                           

-Association d’un feuillage vert clair avec un feuillage vert foncé (Cornus alba et laurier-cerise)

                                        

-Association d’un feuillage vert-jaune avec du feuillage vert bleuté (bambou et cèdre)

                                   

                                     

              Il s’agit d’une première initiation à l’art floral japonais. Ceci m’a paru d’autant plus important d’aborder ce sujet que les élèves de notre lycée sont sensibilisés à la présentation d’une table de restauration sur laquelle des fleurs sont souvent posées.

           Enfin, si vous regardez à nouveau la date du calendrier, vous verrez que ce premier jour d’été correspond à la fête de la musique dont voici le programme en France et à l’étranger : http://fetedelamusique.culture.fr/ Il faut tout de même rappeler que cette idée est née en France et qu’il s’agit de la vingt-huitième édition. L’inspirateur en est l’ancien ministre de la Culture Jack Lang , sous la présidence de François Mitterrand.

       

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,