Le CDI des matagots

S'Informer Découvrir Echanger Apprendre

Brevet/Français : l’autobiographie

on


I. Les caractéristiques du genre
Quelques éclaircissements
On définir l’autobiographie comme un genre littéraire dans lequel l’auteur fait le récit de sa propre vie ou d’un épisode de sa vie. L’auteur raconte – il est donc aussi le narrateur – ce
qu’il a vécu – il est donc aussi le personnage principal.
C’est cette identité auteur-narrateur-personnage qui constitue l’autobiographie.
Un pacte de sincérité
L’écrivain ou autobiographe noue un « pacte » avec son lecteur, posant par là une règle implicite de vérité. Lejeune, grand spécialiste du genre définit ainsi cette règle dans Le
Pacte autobiographique : « Malgré la difficulté du souvenir, l’auteur se donne pour but d’être le plus sincère possible, afin que le lecteur se sente concerné par un témoignage
authentique. »
Ce souci d’authenticité, comme garant de la valeur du texte, est d’ailleurs très prégnant dans les incipits autobiographiques.
Rousseau considérait d’ailleurs, au 18e siècle, dans ses Confessions qu’il formait « une entreprise qui n’eut jamais d’exemple » en promettant la vérité – ce qui fut d’ailleurs
largement remis en cause par les spécialistes depuis…-.
Une situation dénonciation particulière
Le « je »
Le narrateur, adulte, rapporte ses souvenirs à la 1ère personne.
Il convient alors d’être très prudent face aux « je » du texte et de se demander pour chacun s’il renvoit au « je » de l’auteur adulte ou au « je » de l’auteur enfant. En d’autres termes, cette double énonciation amène bien souvent des difficultés d’interprétation dont il faut tenir compte.
Le système des temps
Souvent organisé de façon chronologique, le texte autobiographique part de la petite enfance et se termine au moment où l’auteur écrit.
Les temps qui renvoient au moment du souvenir sont souvent au passé simple ou à l’imparfait – l’énoncé est coupé de la situation d’énonciation. On peut également trouver des présents de narration.
En revanche, les réflexions fournies par le narrateur adulte se font au moment de l’écriture, c’est-à-dire au présent d’énonciation ou au passé composé – l’énoncé est dit ancré.
Les allers et retours permanents entre ces deux systèmes temporels est une des caractéristiques fondamentales de l’autobiographie.
Si l’auteur choisit de ne parler que d’une partie de sa vie et non de l’intégralité, il se place alors davantage dans une perspective de témoignage et non d’autobiographie.

II. Les enjeux de lautobiographie
Un regard sur soimême
Le récit autobiographique est un projet littéraire dans lequel l’auteur souhaite donner une cohérence à sa vie en prenant un certain recul et en restituant émotions et pensées. Ecrire permet alors d’analyser sa propre évolution. C’est ce que fait Nathalie Sarraute dans Enfance.
Un témoignage pour autrui
Ecrire, c’est aussi laisser une trace de sa propre vie, l’auteur étant la matière de son œuvre. En écrivant son autobiographie, il transmet une expérience qui pourra être utile à d’autres.
Certains veulent informer, et le texte prend alors un intérêt documentaire, d’autres souhaitent dénoncer, et le récit témoigne alors d’un engagement.
Autant dire qu’il est fort difficile de bien saisir tous les enjeux d’une autobiographie, tant ils sont mêlés et multiples, avoués ou cachés. De la justification d’actes passés à la réminiscence de moment de bien-être, de la mise à distance de moments douloureux par l’écriture à la nécessité de se retrouver, le texte autobiographique reste une manière de défier le temps qui passe.

III. Quelques titres phares...
Les Confessions de J.J. Rousseau : l’enfance et la jeunesse de Rousseau dont on découvre « la vraie nature »
Mémoires d’une jeune fille rangée de S. de Beauvoir
Le Premier homme d’A. Camus
Le champ de personne de D. Picouly : une enfance pauvre mais heureuse en banlieue parisienne.
Si c’est un homme, de P. Lévy : un regard dur sur les années terribles des camps de la mort
Enfance de N. Sarraute
Maus (BD) de Art Spiegelman : l’horreur des camps formidablement exprimée dans une bande-dessinée qui reçut d’ailleurs le prix Pulitzer en 1972.

IV. Les genres voisins
La biographie
Un narrateur biographe raconte la vie d’une autre personne.
Les Mémoires
Le texte est lié à un moment historique dont l’auteur est témoin.
Ce fut le genre préféré de militaires comme Bonaparte ou De Gaulle.
Le journal intime
Ecrit au jour le jour, non destiné à être lu, l’auteur y privilégie la sincérité et l’analyse immédiate des sentiments.


Laisser un commentaire