Le CDI des matagots

S'Informer Découvrir Echanger Apprendre

Pierre Bottéro est mort…


Les mondes, les personnages et les lecteurs de Pierre Bottero

sont orphelins : l’auteur des sagas d’Ewilan, du Pacte des MarchOmbres et

encore de L’Autre est mort lundi 9 novembre dans un accident

de moto.

pierre bottero

Grand amateur de littérature fantastique, convaincu du pouvoir de l’Imagination et des Mots, il a toujours rêvé d’univers différents, de dragons et de magie.


« Enfant, je rêvais d’étourdissantes aventures fourmillantes de dangers mais je n’arrivais pas à trouver la porte d’entrée vers un monde parallèle ! J’ai fini par me convaincre qu’elle n’exisatait pas. J’ai grandi, vieilli, et je me suis contenté d’un monde classique… jusqu’au jour où j’ai commencé à écrire des romans. Un parfum d’aventure s’est alors glissé dans ma vie. De drôles de couleurs, d’étonnantes créatures, des villes étranges…
J’ai trouvé la porte. »

Pour retrouver un peu de son univers, rendez-vous sur le site ci-dessous:

accueil.asp?cd_univers=AUTRE

« – Que deviennent les rêves qui se brisent ?
– Les rêves ne se brisent pas.
– Que deviennent les rêves qui se brisent ?
– Le terreau des rêves à venir. »

Ellana la Prophétie

2 Comments »

Fabrice Colin : trois nouveaux livres au CDI

Trois nouveaux livres de l’auteur  Fabrice Colin sont désormais à votre disposition au CDI…

Le Livre des Monstres :

.

Détails sur le produit

Je m’appelle William, j’ai dix-sept ans et je suis le fils d’une humaine et d’un loup-garou. Dans ce livre, je vais réunir toutes les descriptions de monstres que j’approcherai durant mon voyage. Frankenstein, Dracula, Lucifer, ogres et zombies, autant de créatures terrifiantes qui livreront leurs secrets. Si je reviens vivant du Monde noir… Peut-être, j’en ai l’espoir, je retrouverai aussi la trace de mon père, disparu il y a douze ans. Il est temps ! je dois partir maintenant…

La Malédiction d’Old Haven :

Détails sur le produit

L’heure est venue pour Mary de quitter l’orphelinat de la Sainte Charité, ce couvent où les soeurs l’ont recueillie 17 ans auparavant. A elle maintenant de prendre sa vie en mains. Partie pour Boston, la jeune fille s’arrête à Old Haven, vieux village dont elle a l’impression de connaître les paysages. C’est là que fut brûlée vive une sorcière du nom de Lisbeth Wickford. En digne descendante de cette lignée, Mary se révèle une sorcière puissante. Epaulée par la Fraternité d’York, communauté de sorciers désireux de rétablir la liberté, elle fuit l’empereur despotique de cette Amérique de 1723. Sous les ordres de ce derniers, les inquisiteurs font régner la terreur, servant ses projets de grandeur suprême qui mettent le monde en danger. Capturée par des pirates puis enfermée à la cour du tyran, Mary se retrouve au coeur du conflit qui oppose deux magies.

La Fin du Monde :

Détails sur le produit

Lorsque la première bombe atomique explose au-dessus de San Francisco, Jim Thompson veut croire qu’un avenir existe encore. Hélas! Aux quatre coins du globe, une guerre nucléaire totale se propage. L’un après l’autre, tous les pays sont rayés de la carte : le pire des scénarios est devenu réalité. Chine, Egypte, France, Etats-Unis… Séparés par des milliers de kilomètres, quatre adolescents aux destins mystérieusement liés s’efforcent d’échapper à l’inéluctable et de rallier une base secrète du Groenland. Mais peut-on survivre à la fin du monde ?

L’auteur :

Fabrice Colin

D’abord rédacteur de jeux de rôles, pigiste puis collaborateur de la revue Casus Belli, il publie son premier roman Neuvième cercle en 1997 sous l’impulsion de Stéphane Marsan. Il s’est depuis illustré dans de nombreux domaines des littératures de l’imaginaire (trois fois lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire), écrivant pour les enfants (Les enfants de la lune, Projet oXatan, La Malédiction d’Old Haven) aussi bien que pour les adultes (Dreamericana, Or not to be, Kathleen, etc.) Il est également scénariste de BD et auteur de pièces radiophoniques. Son œuvre, en pleine mutation, a déjà été saluée par de nombreux prix littéraires.

No Comments »

Classe écriture: Rencontre avec Annick Combier

Les élèves de la classe écriture (6ème5) reçoivent de jour un auteur de littérature de jeunesse Annick Combier pour un atelier autour de l’élaboration de Haikus.

Annick Combier anime des Ateliers d’écriture créative.

L’atelier est ce lieu où l’écriture devient un art, mêlant inspiration et apprentissage “Parce que l’art est un chemin privilégié qui ouvre à la dimension intérieure sans laquelle toute organisation humaine est vaine” .

Quelques mots sur l’auteur:

Une enfance dans le Sud, l’amour des histoires, la rencontre avec des livres, des images et des voix, dont celles des Mille et Une nuits, la musique avec des études de flûte traversière, un premier long voyage en Indonésie à l’âge de 20 ans mêlant écriture, portraits et paysages avec un ami photographe devenu depuis l’homme de sa vie, un passage à Paris, le choix de travailler ensemble auprès des jeunes et des enfants de la rue à Calcutta, à nouveau à Paris, puis en Afrique de l’Ouest (en Mauritanie et au Mali) et enfin à Manille. Un itinéraire qui lui révèle l’importance de l’expression et de l’art, au cœur même de cette lutte pour la survie que mènent les oubliés de la planète.

Vingt ans plus tard, trois enfants, un livre et d’autres voyages plus loin, de retour en France, en Provence, elle écrit et anime des Ateliers d’Ecriture et de Poésie avec des enfants et des adultes, Après avoir suivi les cours de l’université de Provence pour devenir formatrice en atelier d’écriture, puis obtenu le Master de médiation interculturelle et religieuse à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix en Provence afin de creuser cette rencontre avec l’Autre dans sa différence.

Très sensible à la beauté présente dans le monde des livres « pour enfants » petits et grands devenus, à la force poétique des mots, des images et des histoires, des contes, de l’imaginaire et du merveilleux lorsqu’ils croisent le réel et le magnifient, elle continue d’espérer que les chemins vers la beauté ouvrent la porte du coeur…

Définition du mot « Haiku »:

Le haïku est une forme japonaise de poésie permettant de noter les émotions, le moment qui passe et qui émerveille ou qui étonne.

C’est une forme très concise, dix-sept syllabes en trois vers (5-7-5).

La classe écriture a composé à cette occasion une série de haikus, qu’ils nous offrent sur un arbre de printemps.

No Comments »

Un auteur à découvrir au CDI au travers de ses livres…Anne-Laure Bondoux

Pleins feux sur…. Anne-Laure Bondoux ! Ses livres sont au CDI !

Ma vie:

Je suis née à Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine, en avril 1971, mais j’ai passé mon enfance et mon adolescence à Marly-le-Roi, dans les Yvelines.

Occupations favorites d’enfant : jouer au foot avec les garçons, rouler à fond la caisse sur mon vélo, me prendre pour Zorro ou un cow-boy, lire, dessiner, écouter des histoires, des poèmes, ou les disques de Georges Brassens et d’Anne Sylvestre, jouer avec ma sœur…

Occupations favorites d’adolescente : me disputer avec ma sœur, jouer au basket, écrire dans mon journal intime, lire des romans classiques, aller au cinéma, faire du théâtre, écrire de longues lettres à mes amies, me promener seule dans Paris les jours d’hiver, cultiver mon blues, m’ennuyer sur un banc, rêver à ma vie d’adulte…

Vers 15-16 ans, j’ai commencé à formuler l’idée que je voulais devenir écrivain. J’ai participé à de nombreux concours de nouvelles, sans gagner une seule fois. C’était vexant, mais formateur !

À 18 ans, j’ai fini mon premier roman, entièrement tapé sur la vieille machine à écrire mécanique de mon père. Ça faisait mal aux doigts.
Je l’ai envoyé à une dizaine de maisons d’édition, qui l’ont refusé. C’était vexant, mais formateur !

Après mon Bac (littéraire), j’ai entamé une licence de Lettres Modernes.

Entre 20 et 25 ans : petits boulots, naissance de ma fille, rédaction de deux autres romans refusés (vexant et formateur…), obtention de ma licence, échec

au concours d’entrée de la Fémis, naissance de mon fils, écriture de chansons et de pièces de théâtre, dont certaines ont été chantées ou jouées sur de vraies scènes devant de vrais spectateurs…

À 25 ans, je suis entrée comme rédactrice chez Bayard presse. J’ai participé à la création et au lancement d’un magazine de lecture (Maximum devenu Dlire), et découvert l’univers de la littérature jeunesse.
J’ai commencé à publier dans les revues (Astrapi, Belles Histoires, J’aime Lire), j’ai fait du rédactionnel publicitaire, et un premier petit texte est paru aux éditions Syros.

J’ai quitté Bayard en janvier 2000 pour pouvoir consacrer tout mon temps à l’écriture.

Aujourd’hui, j’ai publié huit romans et je me demande ce qu’est devenue la vieille machine à écrire de mon père. J’ai un bel ordinateur. Je ne me dispute plus du tout avec ma sœur. Mes enfants me dépassent. J’ai repris le basket (très doucement !), je m’ennuie rarement, j’aime toujours aller au cinéma ou me promener dans Paris en hiver… et je rêve à une foule de projets.

Mes livres:

.

No Comments »