Le CDI des matagots

S'Informer Découvrir Echanger Apprendre

Brevet/Histoire-Géographie : Réussir son paragraphe argumenté


Votre paragraphe argumenté doit comporter une introduction, un développement en deux ou trois parties selon les thèmes des documents et d’une conclusion.

1/ Jai lu attentivement et étudié les documents
Vous l’avez fait en répondant aux questions.

2/ Jai compris le sujet à traiter:
-j’ai repéré le sujet à traiter dans l’énoncé du devoir.
-j’ai transformé(au brouillon) ce sujet en question(s).

3/Je construis un plan:
-je classe mes idées et je fais des colonnes pour chacune des questions que je viens de me poser sur le sujet. Mes réponses constituent l’ossature de mes parties.

4/Je rédige lintroduction au brouillon, puis je la recopie:
-elle présente le sujet en donnant le contexte historique du thème à aborder (qui est au pouvoir à ce moment là? après quel événement cela se passe…) Ou en présentant le pays s’il s’agit d’un sujet de géographie sur un pays (population, importance dans le monde).
-elle pose des questions auxquelles vous répondrez dans votre développement.

5/Je rédige un développement:
-Je reprends le contenu de mes donnes en mettant UNE PHRASE PAR IDEE.
-Je fais des phrases COURTES et CLAIRES.
-J’explique les MOTS CLEFS ou les notions relatifs au sujet.
-Je mets en relation les documents et mon cours(ma leçon étudiée en classe).
-J’utilise mes connaissances mais uniquement celles qui sont en rapport avec le sujet posé.
-J’utilise des mots clefs pour faire des transitions entre mes parties( tout d’abord, dans un
premier temps dans un second temps, ensuite, dans un troisième temps, enfin…)
-J’utilise des mots de conjonction à l’intérieur de mes parties (mais, néanmoins, en revanche, cependant, nonobstant, en effet, c’est pourquoi, donc, par conséquent, force est de constater, en fait, au demeurant, effectivement ).

6/ Je rédige une conclusion au brouillon; puis je la recopie:
– elle tire un bilan de votre développement .
– elle élargit le débat: je pose une question rattachant le sujet à un problème d’actualité ou à une question plus générale.

No Comments »

Apprendre à apprendre

Que ce soit au travail ou à l’approche des examens, vous aimeriez gagner en efficacité et apprendre mieux. Pourtant, malgré tous vos efforts, impossible de retenir tout ce que vous devez connaître ! Si vous trouvez que votre mémoire est capricieuse, apprivoisez-la !

Difficile souvent de retenir des informations ou d’apprendre de nouvelles méthodes ou de nouveaux enseignements. Pourtant, il est possible d’apprendre à apprendre !

Découvrez votre type de mémoire

Pour certains, il suffit de lire un texte pour le connaître et être capable de le répéter. Pour d’autres, il faut l’entendre. Une troisième catégorie encore préfère l’écrire pour le mémoriser. Les premiers ont une mémoire visuelle, les seconds, une mémoire auditive, les troisièmes, une mémoire scripturale. En fait ces trois formes de mémorisation peuvent être utilisées tour à tour, même si chacun d’entre nous en privilégie généralement une. Et lorsque vous vous sentez rebelle à un apprentissage, n’hésitez pas à mélanger les techniques : lisez à haute voix, recopiez, regardez. A force d’insister, vous triompherez de la difficulté !

Prévoir pour apprendre

Chacun a expérimenté un jour ou l’autre à quel point la mémoire immédiate se montre efficace : une leçon dont on prend connaissance juste avant d’avoir à la réciter est sue sur le bout du doigt au moment voulu… mais oubliée l’instant d’après ! Car le cerveau n’a pas le temps de fixer l’information. C’est donc une technique à n’utiliser qu’exceptionnellement !

Une leçon lue, copiée ou parlée, le soir, juste avant de se coucher, semble se mémoriser toute seule pendant le sommeil : le matin, on s’en souvient dans les moindres détails ou bien on l’apprend plus facilement que d’habitude. Donc, même lorsque l’on est fatigué et que l’on n’a plus la force de travailler, il peut être judicieux de préparer l’apprentissage du lendemain de cette façon là.

Mieux vaut comprendre ce que l’on veut retenir, plutôt qu’apprendre mécaniquement. Pourtant, n’hésitez pas à utiliser les réflexes « pavloviens » : dans certains cas, c’est la répétition de formules ou de phrases jusqu’à l’automatisme, qui permet de fixer définitivement une information.

Respecter vos rythmes biologiques

Certains ne travaillent bien que le matin, d’autres sont en pleine forme le soir et la nuit : bien sûr, les épreuves scolaires, et notamment les examens, ne peuvent s’adapter au rythme individuel, mais, durant la préparation, suivez vos préférences ! Au-delà des choix personnels, cependant, quelques remarques s’imposent :

* Le milieu de la matinée jusqu’à l’heure du déjeuner correspond à un pic de qualité dans les apprentissages. Le matin est sûrement le meilleur moment pour étudier.
* Juste après le repas de midi, l’attention est moins bonne. Lorsque c’est possible, n’hésitez pas à faire une courte sieste ! Quelques minutes d’assoupissement permettent de récupérer énergie et concentration.
* Vers quinze heures, l’attention revient. Bien entendu, mieux vaut ne pas trop charger le repas de mi-journée de peur d’encourager la somnolence !
* Les noctambules ont certainement, eux aussi, repéré certaines plages horaires où ils se concentraient davantage : généralement après minuit, lorsque la majorité des gens dorment, ils ressentent un pic d’excitation qui leur permet d’être plus performants.

Entretenez le physique !

Une alimentation saine permet de meilleurs résultats. Evitez la consommation de sucres rapides (bonbons, gâteaux, pain blanc …); les sucres lents (pain complet, pâtes, riz, céréales complètes…), par contre, sont bénéfiques à la mémoire !

Un corps mal oxygéné apprend mal : ne restez pas confiné des journées entières au milieu de vos livres ! Mieux vaut prendre l’air, faire du sport. Le temps que vous « perdrez » dehors, vous le regagnerez en efficacité dans votre travail. Après une heure d’étude, pensez aussi à faire une pause : votre attention n’en sera que meilleure à la reprise !


No Comments »

Que manger pendant les examens ?

Pendant vos examens, pour booster vos neurones et mettre toutes les chances de votre côté, il est indispensable de soigner le contenu de votre assiette.

Voici les conseils de Doctissimo pour éviter à la fois les trous de mémoire et les petit creux à l’estomac.

Le brevet approche, c’est la dernière ligne droite pour vos révisions. Pour mettre toutes les chances de votre côté, ne faites pas d’erreur dans votre assiette !

Des apports réguliers

Que manger pendant les exams ?En période de révisions et d’épreuves, il ne faut zapper aucun repas. Les besoins énergétiques sont importants et s’ils ne sont pas assurés, l’organisme est moins performant. Petit-déjeuner, déjeuner, dîner et éventuellement goûter sont des repères à conserver. Non seulement ces repas qui structurent la journée permettent de découper le temps de travail affecté à chaque matière, mais ils assurent au cerveau une régularité dans les apports. Or c’est capital : en effet, si l’alimentation ne fournit pas aux cellules grises tout ce dont elles ont besoin, elles vont aller chercher ce qui leur fait défaut dans d’autres organes ; au risque de les affaiblir.

Des repas diversifiés

Le cerveau a besoin d’une quarantaine de substances différentes pour bien fonctionner : des vitamines, des minéraux, des oligo-éléments, des acides aminés, des acides gras essentiels… Or un seul aliment ne peut contenir tous ces éléments. Pour les trouver, il faut diversifier le plus possible son régime alimentaire. Concrètement, ça signifie que pendant la semaine des révisions, il faut tâcher de manger différemment à chaque repas. Le régime « pizza-pâtes » pendant une semaine ou 10 jours, parce qu’on n’a pas de temps, est à proscrire. Si vous n’habitez plus chez vos parents ou que votre maman n’a pas le temps de vous préparer des bons petits plats, optez pour les surgelés qui proposent une grande variété d’aliments et de mets. Même si la préparation du repas requiert un peu de temps, prenez-le comme une pause qui vous permettra de repartir du bon pied et d’être plus efficace dans votre travail.

Evitez les coups de pompes

Au repos, le cerveau est déjà très gourmand : à lui seul, il utilise 20 % de l’énergie apportée par les aliments. Et quand il est sollicité par des opérations mentales longues et complexes, ses besoins énergétiques augmentent. Si tous les macronutriments (protéines, lipides, glucides) apportent de l’énergie, celle que le cerveau préfère est le glucose, issu des glucides. Pour assurer des apports réguliers, il faut miser sur une bonne base de glucides « lents » ou plus exactement, selon la terminologie actuelle, à index glycémique bas . C’est-à-dire des aliments qui, assimilés lentement par l’organisme, contribuent à maintenir le taux de sucre dans le sang à un niveau constant. Pendant les repas, privilégiez les aliments à index glycémique faible comme les pâtes, les légumineuses, les petits pois, les cerises, le pamplemousse, la pomme ou la pêche, les yaourts. Réservoirs d’énergie, ces aliments vous aideront à tenir le coup. En milieu de journée ou pendant les épreuves, n’hésitez pas si le besoin s’en fait sentir à prendre une collation sucrée (barres aux céréales, banane, barres chocolatées éventuellement).

Gérez le stress et l’anxiété

La veille de l’examen, la pression monte. Pour calmer l’angoisse misez un repas à base de riz ou de pâtes : effectivement des aliments riches en glucides et pauvres en protéines permettraient d’augmenter la sécrétion de tryptophane, un acide aminé qui se transforme en sérotonine. Or ce neuromédiateur est impliqué dans la lutte contre la dépression et l’anxiété. Pour le dessert, choisissez… ce que vous aimez le plus. Le plaisir favorise la production d’endorphines, des substances proches des opioïdes, qui calment l’angoisse.

Des conseils de bon sens

Voici quelques conseils pour vous aider à garder vos performances intellectuelles au top niveau :

  • Dormez suffisamment : le sommeil permet d’enregistrer et de fixer les connaissances acquises au cours de la journée. 8 heures par nuit serait l’idéal ;
  • Evitez les excitants licites comme le thé, le café, l’alcool, certains médicaments sans parler des substances illicites. Si vous avez besoin d’un coup de booster, prenez des agrumes ou des kiwis, riches en vitamine C ;
  • Bougez-vous : le sport dynamise le corps, libère l’esprit et aide à lutter contre le stress. Plus détendu, vous gagnez en concentration et en attention. N’hésitez pas à faire un petit footing d’une demi-heure chaque matin.
No Comments »

Brevet : gérer le stress !

Brevet No Stress

Voici encore quelques conseils d’Emeline !
Les raisons du trac
L’examen, c’est la conclusion d’une scolarité, et donc la reconnaissance d’un niveau d’études. Un jour précis où vous devez faire vos preuves en donnant votre maximum. Votre avenir en dépend. Or c’est justement cet enjeu qui fait craquer ; les candidats les plus investis dans la préparation d’un diplôme sont ceux qui ont le plus le trac : peur du jugement des proches, de celui du jury, crainte d’avoir à recommencer une année…

Comment ne pas avoir peur ?
– Même si le trac naît de l’investissement affectif dans l’examen, mieux vaut être bien préparé. Mais ne vous limitez pas à l’acquisition des connaissances ! Mettez-vous en condition :
– N’hésitez pas à vous exercer avec des proches, à découvrir quel type de questions vous déstabilise, pour apprendre à réagir.
– Présentez une image positive de vous-même. Ne prononcez pas de phrases qui vous dévalorisent. Partez gagnant plutôt que de chercher à savoir quelle opinion on a de vous.
– Pour les examens écrits, préparez à l’avance votre matériel et vérifiez son bon fonctionnement : rien de tel qu’un stylo qui n’écrit plus ou une calculatrice hors d’usage, pour paniquer !
– Choisissez des vêtements dans lesquels vous êtes à l’aise et vous ne transpirez pas ou accoutumez-vous à l’avance aux vêtements que vous devrez porter ce jour-là.
– Toutes les techniques de relaxation sont bonnes : yoga, sophrologie… A l’écrit, vider sa tête quelques minutes est parfois nécessaire et même très efficace. Si vous le pouvez, faites une petite sieste entre les épreuves du matin et celles de l’après-midi par exemple.
– Pour ne pas avoir le trac, il faut être bien dans son corps ! Evitez l’hypoglycémie et la soif : manger un fruit ou une barre de céréales redonne de l’énergie. En été, dans les salles d’examen surchauffées, il est indispensable de prendre avec vous une bouteille d’eau.

Dédramatiser la situation
Vous n’aviez pas prévu cette question, pourtant au programme, vous avez oublié de réviser cette partie du cours… Le monde s’écroule lorsque vous réalisez que vous n’avez aucune chance de réussir l’épreuve. Reprenez-vous ! Plutôt que de vous désoler, réunissez toute votre énergie pour éviter le désastre. Parfois, à l’oral, il suffit d’être sincère et avouer son ignorance sur le sujet : le jury vous offrira peut-être une seconde chance et une autre question ! Sinon, vous ne pouvez pas tout ignorer : calmez-vous et essayez de réunir vos souvenirs. Concentrez-vous non sur l’idée de l’échec mais sur les quelques connaissances qui pourraient vous faire gagner des points.

Enfin, dernier conseil : faites-vous confiance ! C’est la clé de la réussite…

No Comments »

Pour réussir… dort !

Brevet No Stress

Voici encore des conseils judicieux donnés par Emeline !

Examens, concours… Vous devez bientôt passer une épreuve et votre quotidien n’est que bachotage, nuits blanches, stress et surtout problèmes de mémoire… Devez-vous prendre des pilules qui facilitent l’apprentissage ? Peut-être que dormir, tout simplement, est la solution…

Le mémoire vient-elle dormant ? Bon nombre de spécialistes qui ont travaillé sur la question apportent aujourd’hui une réponse : oui, le sommeil est absolument nécessaire. Et sans sommeil, la mémoire ne peut pas se construire. Mais peut-on pour autant apprendre en dormant

Dormir pour être en forme
Sachez tout d’abord que le sommeil est vital. De la qualité de vos nuits va dépendre celle de vos jours. En dehors de sa fonction principale de repos, il a un rôle dans la consolidation de l’organisme. C’est d’ailleurs en cas de privation que l’on s’en rend compte : troubles de l’équilibre, du comportement, de la vigilance… Et de nombreux autres problèmes qui risquent d’affecter la vie personnelle et professionnelle.
Autant dire qu’il vaut mieux bien dormir pour être en forme et ce, à tout âge. Car pendant que vous dormez, votre cerveau s’active. En effet, selon l’une des principales théories en vigueur, il revit tout ce que vous avez appris dans la journée et l’emmagasine, ce qui renforce votre mémoire. Cette activité nocturne correspond ainsi à quelques heures de révision en plus, ce qui n’est pas négligeable !

Réviser avant de dormir
Des études récentes permettant de repérer les zones actives du cerveau ont montré que les régions cérébrales en fonction lors des périodes d’apprentissage, l’étaient de nouveau pendant certaines phases du sommeil. Attention, cela est valable uniquement si vous avez travaillé avant de dormir, c’est à dire si votre attention s’est déjà focalisée, en état d’éveil, sur la chose à retenir. Ce n’est pas le fait d’écouter pendant votre sommeil une cassette qui vous retrace votre cours d’histoire qui vous fera le retenir. En revanche, le relire et le réviser la veille d’une interrogation permettra à votre cerveau d’y « retravailler » la nuit.

Manger et faire de l’exercice
Le sommeil est la première victime en période d’examen. Tâchez de ne pas trop le raccourcir, cela pourrait affaiblir vos capacités intellectuelles. Et retenez qu’un bon sommeil ne suffit pas, il faut aussi manger sainement (c’est à dire éviter le café et les sandwichs, leur préférant les sucres lents (pâtes) et autres aliments vitaminés), et faire un minimum d’exercice. En appliquant ces simples conseils, votre mémoire devrait être plus efficace.
Et même si parfois vous avez l’impression d’avoir oublié toutes vos connaissances au réveil, ne paniquez pas ! Si vous avez bien travaillé la veille, votre cerveau aussi !

No Comments »

Brevet : Tout revoir en 10 jours

Tout revoir en 10 jours ???

C’est possible lorsque l’on est bien organisé !

Tu veux essayer !

Alors, télécharge et imprime le planning de révision spécial Brevet en cliquant sur le lien ci-dessous !

Planning-brevet.pdf

No Comments »

Emeline vous donne 10 conseils pour réussir votre brevet !

Brevet No Stress




A quelques semaines du début des examens, il n’y a pas de miracle: IL FAUT TRAVAILLER ET ETUDIER! Facile à dire mais pourtant malgré les heures interminables que l’on passe devant son cours, on est parfois étonné de voir nos résultats qui sont loin d’être ce que l’on espérait! Et si notre façon d’étudier n’était pas la bonne? J’ai sélectionné quelques conseils qui sont pour moi très important et très utiles!!! J’espère qu’ils vous seront EFFICACES! Ces conseils ne nous sont pas inconnus bien sûr mais on a trop souvent tendance à les négliger et c’est bien dommage car bien appliqués, ils sont relativement bénéfiques…

1 – L’ORGANISATION !
C’est sans aucun doute le plus important! Un travail organisé et planifié jour après jour dès maintenant nous permet de structuré notre étude. Un emploi du temps avec les différents cours répartis durant la semaine nous permet de tout relire et ainsi de se remémorer la matière vu en début de semestre.

2 – UN COURS EN ORDRE
Si vous n’êtes pas ordonné alors prenez le cahier d’un élève assez soigné et mettez-vous en ordre avant la veille de l’examen! Un cahier en ordre permet de se retrouver plus facilement et surtout on est sûr d’avoir toute la matière sous les yeux et donc il ne risque pas d’y avoir de mauvaises surprises à l’examen!!

3 – REVISIONS = DERNIERE CHANCE
Si vous faites parti de ces écoles où l’on organise des séances de révision juste avant les examens et bien n’en profitez pas pour vous amuser mais travaillez! C’est là notre dernière chance si l’on veut réussir ses examens. C’est le dernier moment où l’on peut encore demander des explications supplémentaires au professeur ou bien à un autre élève …

4 – EVITER LE « PAR COEUR »
Lorsque étudier « par coeur » n’est pas indispensable alors évitez de le faire!! Si vous oubliez un mot alors tout se mélange et ça ne veut plus du tout dire la même chose !!!

5 – SACHEZ TEMPORISER
Les réflexions du style « allez je m’amuse jusqu’à 2 jours avant les examens et après je me mets au travail » sont à éviter! Après un certain nombre d’heures, on est fatigué et notre cerveau emmagasine très difficilement les données qu’on essaye de connaître et même si on veut continuer, on ne peut plus le faire et on doit donc arrêter! Il faut donc s’y prendre à l’avance et faire une petite pause régulièrement (étudier 50 minutes et faire une pause de 10 minutes) ou une grande pause après quelques heures de travail. Regardez aussi votre horaire d’examen et étudier suivant la chronologie des cours dès maintenant!

6 – NE PRENEZ AUCUN MEDICAMENT
Inutile d’aller chez la pharmacienne et lui demander des gélules miracles! Le seul miracle c’est nous qui pouvons le faire!!! Ne prenez rien de plus que ce que vous avez l’habitude de prendre …

7 – SACHEZ DIRE « NON ! »
Untel vous propose un cinéma la veille d’un examen? Dites « non »! Vous aurez tout le loisir d’y aller lorsque vous aurez fini vos examens et que vous les aurez réussi ! Vous pourrez le fêter alors entre amis et en famille!

8 – DORMEZ BIEN !
« Je me couche à 02h et je me réveille à 05h pour continuer d’étudier  » et on en est qu’au premier jour alors ça non! Après l’examen on a sommeil on peut plus étudier le suivant et ça va plus du tout !!! Commencez à étudier ASSEZ TÔT je ne le répèterai jamais assez !!!Et dormez bien pour être en forme si vous avez bien étudier et que vous avez dormi 2 heures durant la nuit ça n’ira pas bien longtemps !!!

9 – DE L’OPTIMISME
Même si votre moyenne est déplorable et bien travailler pour les examens! Si vous travaillez durement et que vous les réussissez bien, même si vous ne rattrapez pas vos échecs, vos professeurs verront que vous avez bossé et ça peut les dissuader de vous faire redoubler!

10 – DESTRESSER
Facile à dire mais évitez de stresser! Si vous avez peur, vous perdez tous vos moyens! Alors soyez positif et dites-vous que ce n’est qu’une très grosse interro! Le professeur pour préparer vos examens ne se cassent pas la tête: ils posent des questions qu’ils reprennent des interros ou du cahier! Ils ne vous inventent rien de nouveau (enfin sauf ces professeurs qui ont la sale réputation de sortir des trucs de fous aux examens mais ça personne n’y peut rien!).

LA VEILLE DE L’EXAMEN
Relire toute la partie du cours qu’on est censé déjà avoir étudié. Lorsqu’on la connaît bien et bien alors on passe au reste. Lorsque vous avez fini d’étudier la dernière page et bien ne refermez pas votre cours en disant « c’est bon je connais tout » car ce n’est pas vrai! Relisez de nouveau votre cours et faites un petit test en vous mettant à la place du prof et en vous demandant ce qu’il pourrait bien poser comme question. Reprenez les interros faites pendant l’année et refaites-les et regardez si vous les avez réussi sans refaire les erreurs que vous faisiez avant.

LE JOUR DE L’EXAMEN
Levez-vous une petite heure à l’avance (en fonction de l’importance de la matière à étudier) et relisez tout! Ainsi votre mémoire sera rafraîchie! Ce n’est pas évidant de déjeuner un jour comme ça mais faites un effort et mangez c’est très important d’être en forme. N’oubliez pas de faire votre sac et d’emmener tout le matériel nécessaire!!! Soufflez un bon coup! Vous pouvez réussir cet examen !

No Comments »

Brevet : la méthode Thomas !


Voici la méthode Thomas pour le Brevet ou comment réussir son Brevet avec 78 points de retard !

un document réalisé par un élève qui a passé et réussi son Brevet en 2007

Publiez sur Calaméo ou explorez la bibliothèque.
No Comments »

Maths : conseils pour le Brevet des Collèges

Le jour de l’épreuve ne pas oublier sa carte d’identité ni son matériel !

L’épreuve de mathématiques dure deux heures .

Elle comporte trois parties notées chacune sur 12 points ,

La rédaction et la présentation sont notées sur 4 points .

Les copies , les feuilles de brouillon , les feuilles de papier millimétré sont fournies le jour de l’examen .

Ne pas oublier stylos, crayons papier et de couleurs, effaceur, gomme, règle,

compas, rapporteur et calculatrice .

Lire tout l’énoncé de l’exercice à traiter .

Définir la question posée .

Regarder si l’exercice comporte des questions dépendant les unes des autres (exercice à tiroir) pour trouver dans certaines questions des éléments de réponses relatifs aux questions précédentes.

Faire immédiatement une figure dans le cas d’un exercice de géométrie ou reporter sur la figure fournie les éléments importants afin de rendre concret le texte proposé .

Attention de ne pas prendre un cas particulier s’il n’est pas précisé dans l’énoncé !

La rédaction des réponses doit être claire .

Utiliser les feuilles de brouillon pour faire les calculs et les schémas puis reporter au propre .

Eviter les ratures .

Il est indispensable de citer précisément les théorèmes utilisés .

Un raisonnement mathématique doit comporter des enchaînements logiques

et ne doit pas être une suite de lignes sans liens entre elles .

Indiquer les références de l’exercice traité et

mettre en évidence les réponses (en les encadrant par exemple) .

No Comments »

Epreuve de français du brevet : lettre d’un professeur aux candidats

Quelques conseils pour le jour des épreuves.

Je m’adresse à vous en tant que professeur de collège qui, depuis de longues années, surveille et corrige les épreuves du brevet de français. A regarder travailler les candidats, j’ai souvent remarqué qu’il est des écueils qu’ils pourraient facilement éviter. En corrigeant les épreuves, je fais le même constat. Beaucoup d’entre eux perdent « bêtement » de nombreux points.

Mon intention est de vous faire part dans cette lettre de mes observations, en espérant qu’elles vous aideront à aborder ces épreuves dans des dispositions favorables et que le jour de l’examen, vous saurez donner le meilleur de vous-même.

Si vous lisez ce dossier, c’est que vous avez travaillé avec sérieux toute l’année et que vous entrez dans une intense période d’entraînement. Comme tous les artistes, sans doute commencez-vous aussi à ressentir « le trac » d’avant l’Epreuve. Dites-vous d’abord que c’est bon signe. Le stress d’avant les examens est avant tout la preuve que vous avez très envie de réussir et que la motivation est là. Toutefois, un certain nombre d’erreurs vient aussi du manque de confiance que l’appréhension entraîne quand elle n’est pas maîtrisée. Se préparer à l’examen, c’est aussi travailler sur soi-même pour gagner en confiance et en sérénité.

La première erreur à éviter est sans aucun doute liée à la précipitation. Soucieux de la gestion du temps, craignant de ne pas en avoir assez pour répondre à toutes les questions, de trop nombreux candidats se jettent sur leur copie avant d’avoir pris le temps de bien lire le texte. On en voit beaucoup qui, cinq minutes après que le texte ait été distribué, sont déjà en train d’écrire. Leurs voisins leur jettent des regards inquiets et cette précipitation devient parfois contagieuse. Or, souvenez-vous que ce n’est pas la bonne attitude à avoir ; celui qui écrit le premier n’a la plupart du temps aucune méthode et ses réponses sont souvent non pertinentes. Ne vous laissez pas influencer et restez tout aussi confiant que concentré sur votre propre travail. D’une manière générale d’ailleurs, s’intéresser à ce que font les autres pendant une épreuve ne vous aidera en rien; tâchez plutôt de les oublier et plongez dans votre texte.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit dans un premier temps. Aborder l’épreuve comme si c’était l’occasion d’une rencontre littéraire. Peut-être aurez-vous la chance de découvrir ce jour là un écrivain que vous aurez envie de lire par la suite. Qui sait? Cherchez d’abord « le plaisir du texte » avant d’aborder les exercices.

Le questionnaire qui suit le texte a pour objectif principal d’en vérifier votre compréhension voire votre interprétation. Les questions portant sur les outils de la langue (vocabulaire, syntaxe, grammaire de phrase) ciblent souvent les spécificités littéraires de l’extrait proposé et sont là aussi pour vous aider à les repérer. N’oubliez pas que dans la partie Rédaction –et notamment s’il s’agit d’une suite de texte- vous pourrez réutiliser des procédés stylistiques mis en évidence dans la première partie.

Il convient donc de commencer par lire tranquillement le texte pour en prendre connaissance et s’assurer qu’on en a une bonne compréhension « globale ». Dans un deuxième temps, lisez de même l’ensemble des questions proposées. Soyez particulièrement attentif aux titres de chacune des parties : ils vous donnent le plus souvent le plan d’un commentaire du texte et peuvent donc vous aider à mieux le comprendre.

Relisez ensuite le texte avec cette fois un crayon à la main et soulignez les éléments de réponses que vous trouvez immédiatement. Ensuite seulement, vous pouvez commencer à traiter les questions une à une et à rédiger vos réponses. Vous savez où vous devez aller, le terrain est déjà en partie balisé et vous aurez peut-être même la bonne surprise de découvrir que des éléments de réponses à une question sont donnés dans une autre.

N’oubliez pas que c’est avant tout votre bon sens qui est sollicité et vos compétences de lecteur qui vont être évaluées.

Le manque de confiance en soi pénalise de nombreux candidats qui, au lieu de lire et de réfléchir à ce qu’on leur demande, cherchent dans leur mémoire des phrases clés, apprises par cœur avec sérieux et qu’ils pensent judicieux de « ressortir » le jour de l’examen. Malheureusement, une fois sur deux, elles ne répondent pas à la question posée et quelle que soit leur pertinence, n’apportent strictement rien.

J’insiste plus particulièrement sur ce point (essentiel aussi pour éviter le hors sujet en rédaction). Cette erreur est fréquente et souvent mal analysée par les élèves qui bougonnent en apprenant leurs résultats : « Je ne comprends pas, je savais tout. J’ai recopié tout mon cours etc.… »

Et c’est sans doute vrai. Mais imaginez une seconde que dans une autre situation vos parents vous demandent d’aller acheter du pain pour un dîner de famille important et que vous reveniez non pas avec la baguette demandée mais avec un gros gâteau parce que vous avez l’intention de faire plaisir. Or votre mère en a déjà préparé un, voire deux. Votre initiative sera donc peu appréciée, d’autant qu’il manquera toujours du pain pour le fromage…

Une consigne, une question d’exercice, c’est un peu la même chose. On vous demande quelque chose de précis et il vous faut satisfaire cette attente, et uniquement celle-ci.

Même si bien sûr vous êtes seul face au sujet le temps de l’épreuve, n’oubliez jamais votre destinataire, qui est aussi votre correcteur : Se placer ainsi dans une posture de dialogue permet de corriger tout naturellement un certain nombre d’imperfections pénalisantes, à commencer par celles qu’on relève dans la présentation des copies et dans le graphisme.

Certaines feuilles sont parfois très difficiles à lire et il arrive que le correcteur, tout aussi agacé qu’épuisé, barre un paragraphe d’un grand trait et écrive en marge : illisible.

Toute épreuve d’examen est aussi une épreuve de communication. Si vous imaginez que vos mots sont comme des cadeaux que vous voulez offrir au lecteur, alors vous serez soigneux et penserez à sauter des lignes entre les questions pour plus de clarté et de facilité de lecture. On se fait beau pour aller à la fête. On donne mieux quand on ressent l’envie de faire plaisir à l’autre.

C’est dans cette même optique que vous devez comprendre qu’il est indispensable de rédiger vos réponses. Un mot, fût-il le bon, ne fera pas l’affaire si le correcteur ne sait pas de quoi vous parlez. En aucun cas il ne lira dans vos pensées et rétablira la partie du discours manquante. A cet égard, je me permets de vous rappeler qu’il en est de même en mathématiques (où vos calculs ne suffisent pas ; vous devez rédiger votre raisonnement) et en histoire géographie. Les conseils que je vous ai donnés valent en fait pour toutes les matières et pas seulement pour le jour de l’examen, parce que dans toutes les matières vous êtes évalués à l’écrit

J’ajouterai pour finir que maîtriser ses discours, et dans tous les sens du terme, est une compétence essentielle à acquérir, dont on a tous besoin toute la vie pour mieux aller à la rencontre de l’autre.

Bon travail à tous. Je vous souhaite une belle et vivifiante réussite.

No Comments »

Brevet d’Histoire/Géographie: les conseils d’un professeur !


Brevet d’histoire-géo : les cinq erreurs à ne pas commettre
envoyé par lewebpedagogiqueCollege experience videos.
No Comments »

Préparer le Brevet de Français

En quoi consiste l’épreuve de français au BREVET ?


L’épreuve dure 2 heures et comporte 2 parties :

la partie I : QUESTIONS – REECRITURE – DICTEE : 25 points

– questions sur un texte : 15 points
– réécriture : 4 ou 5 points

– dictée : 5 ou 6 points

la partie II : Expression écrite : 15 points

Cela peut être une lettre, un extrait de journal intime, un article de journal, une suite de texte.


Les conseils pour réviser


– révise ton cours et fais des fiches.

– revois les brevets blancs que tu as faits au cours de l’année et vérifie que tu as bien compris tes éventuelles erreurs.

– fais des annales en te mettant dans les conditions de l’épreuve, sans regarder tout de suite le corrigé.


Les conseils pour réussir l’épreuve le jour J

Questions

– Lis avec attention le texte, note le nom de l’auteur, le nom de l’oeuvre et son genre (roman, poésie, théâtre…).

– Lis toutes les questions avant de commencer, puis réponds dans l’ordre (c’est important, les correcteurs n’ont pas à chercher tes réponses et à perdre du temps), en soignant la présentation.


Dictée : Clique ici pour voir comment corriger sa dictée >>


Réécriture: Lis bien les consignes avant de commencer et corrige tes fautes d’orthographe.


Expression écrite

Analyse le sujet

1) tout décomposer

2) reformuler les exigences et précisez les éléments

3) m’impliquer

Clique ici pour voir comment analyser le sujet >>

Respecte bien le support demandé et déduis-en les indices :

– écrire une lettre suppose une formule d’appel, une formule de politesse, voire une signature anonyme (qui ne donne pas votre identité ex : initiales, expressions consacrées comme un fidèle lecteur, un collégien ….). Pensez à adapter le ton et les formules au destinataire (copain/copine, courrier des lecteurs ou futur patron…)

– écrire un article suppose un titre voire un sous-titre et le nom d’un organisme ou d’un individu signataire (ex : la troisième 6, les amis des hérissons…)

Clique ici pour voir les conseils d’une élève sur la rédaction >>


No Comments »

Méthodologie Brevet : Comment faire des fiches de révision ?

I- Faire des fiches de révision :

Avant tout, il faut faire des fiches de révision. Mais, que mettre sur celles-ci ? Comment s’y prendre ?

a- Le matériel :

Tu trouveras dans le commerce des fiches cartonnées de petit format, à petits carreaux, idéales pour faire tes fiches. Prends le matériel nécessaire pour les rédiger : stylos de couleur, règle, crayon à papier etc

b- Le contenu de la fiche de révision :

Prends ton cahier de cours, et, pour chaque leçon, retiens ce qui est le plus important à connaître ou à retenir. C’est ce que tu écriras sur ta fiche de révision.

Attention !
Cette fiche ne doit pas être un résumé de tout votre cours, ni être trop longue. Il s’agit juste de prendre les informations essentielles pour vous faciliter les révisions et mieux retenir les choses importantes comme : des formules de mathématiques, des théorèmes, des définitions en français, des dates en histoire…

II- Pour mieux retenir son cours / Recommandations :

L’idéal serait de faire une fiche de révision de chaque cours, chaque semaine, pendant l’année scolaire.

a- Lire son cours en faisant bien attention à ce qu’on lit.

b- Ne retenir que les informations essentielles pour faire sa fiche (celai aide beaucoup à retenir ses cours).

c- Ne jamais s’y prendre au dernier moment pour réviser (pour ne pas être stressé et ne pas avoir trop de travail d’un seul coup).

d- Selon le nombre de fiches de révision faites, et selon la date des examens, réviser entre 2 à 5 fiches par jour.

(Il ne faut pas forcément TOUT apprendre par coeur. Si l’on fait bien attention à ce qu’on lit et que l’on comprend, cela permet déjà de retenir beaucoup de choses)

e- Demander à une personne de son entourage de vous poser des questions sur les fiches révisées.

f- Relire vos fiches le soir juste avant de vous coucher, et une fois le lendemain matin.

Dernières recommandations :

Ne pas oublier de prendre un bon petit-déjeuner le matin avant de partir. Cela vous permettra d’avoir assez de forces pour tenir tout l’examen et rester concentré.

Sinon : emmener avec soi une petite bouteille d’eau, une barre de céréales et un fruit (à consommer avant ou pendant l’examen).

BON COURAGE ET BONNE RÉUSSITE !

No Comments »

Apprendre à organiser son temps pendant un examen ou un contrôle


I- La montre :

Pour t’aider dans cet exercice, l’outil essentiel va être la montre.

.

http://images.francetop.net/uploads/rolex_23787.jpg

Elle va te servir à surveiller le temps pour ne pas prendre de retard pendant ton examen ou ton contrôle.

Pour plus de facilité et ne pas être gêné pendant l’épreuve, tu peux mettre la montre sur la table, juste devant toi. Cela te permettra d’y jeter un oeil de temps en temps.

II- Organiser son temps :


Pour t’expliquer comment gérer ton temps et pour mieux te faire

comprendre, je vais te donner maintenant des exemples concrets.

a – Français : en expression écrite par exemple.

Temps : 1h (60min) Organisation Temps : 2h (2x60min)
10 min Lire le sujet, analyser les mots. Bien comprendre ce qui est demandé. 15 min
30 min faire un plan au brouillon.
Rédiger ses idées (au brouillon).
Se relire et se corriger.
1h10
15 min recopier au propre son brouillon. 15-25 min
5 min tout relire avant de rendre sa copie. 10 min

b – En mathématiques, en sciences, en histoire…

Temps : 1h (60min) Organisation Temps : 2h (2x60min)
10 min Lire son sujet/les questions/les
exercices demandés.
15 min
30 min Faire le travail demandé au brouillon. 1h10
15 min recopier au propre son brouillon. 15-25 min
5 min tout relire avant de rendre sa copie.Faire attention à ne pas laisser d’erreurs (calculs par exemple). 10 min

III- Recommandations :


Voici quelques conseils supplémentaires :

– Il faut toujours commencer par les questions ou les exercices qui te paraissent les plus faciles ou les plus rapides à faire. Ainsi tu garderas plus de temps pour les autres, à la fin (celles qui te paraissent difficiles et/ou longues à faire.)

La première lecture de ton sujet va t’aider à faire le tri entre ce qui est le plus facile et le plus dur à faire.

ATTENTION ! En mathématiques, avant d’effectuer en premier toutes les questions les plus faciles, il faut faire attention ! Souvent, les questions se suivent, c’est-à-dire que tu as par exemple besoin d’avoir fait la question 1 pour répondre à la question 2 et ainsi de suite.

– Il est très important de faire un brouillon auparavant pour organiser ses idées, faire ses calculs etc.

La veille de l’examen ou du contrôle, vérifier que l’on a bien tout son matériel. Les stylos sont neufs (on en prend un de rechange), avoir une règle, un crayon à papier bien taillé (et le matériel nécessaire pour la géométrie).

Ceci évitera de perdre du temps à chercher ses affaires ou déranger ses camarades et lors de l’examen de risquer l’exclusion de l’épreuve car il est interdit aux candidats de communiquer entre eux.


BON COURAGE ET BONNE RÉUSSITE !


No Comments »

Brevet : l’épreuve d’histoire/Géographie présentée par un élève !

Diplôme national du Brevet des collèges

L’épreuve d’Histoire-Géographie
.
Cette épreuve dure 2 heures et comporte 3 exercices :

  • Un exercice d’Histoire-Géographie noté sur 18 points:

2 sujets, sélectionnés dans des parties différentes du programme vous sont proposés. Cela peut-être 2 sujets d’histoire ou 2 sujets de géographie ou encore 1 sujet d’histoire et 1 sujet de géographie. Il ne faut traiter qu’un sujet.


Dans la première partie (sur 8 points), il s’agit de répondre à une dizaine de questions sur 2 ou 3 documents.
Ne perdez pas de temps: répondez avec rapidité et précision.

Dans la deuxième partie (sur 10 points) vous devrez rédiger sur le sujet indiqué un paragraphe argumenté d’une vingtaine de lignes en vous aidant de vos connaissances.
Ce paragraphe peut être rédigé en 2 parties: suivez les indications du sujet. D’autre part, les réponses aux questions sur documents de la 1ère partie peuvent vous aider mais elles sont insuffisantes et vous devrez faire appel à vos connaissances.


  • Un exercice d’Éducation Civique noté sur 12 points: Il comporte des question sur documents (sur 4 points) et la rédaction d’un paragraphe argumenté (sur 8 points)Les conseils donnés plus haut sont valables pour cet exercice.
  • Une épreuve de repérage spatio-temporel (dans l’espace et le temps) notée sur 6 points qui porte sur les principaux acquis depuis la 6ème.Le livre présente les repères à connaître.
  • Enfin 4 points sont attribués en fonction du soin et de l’orthographe de la copie. Ne négligez pas la présentation de la copie!
No Comments »

Préparer le Brevet de Maths

En quoi consiste l’épreuve de mathématiques au BREVET ?


L’épreuve dure 2 heures et comporte 3 parties indépendantes :

– la partie I : Activités numériques : 12 points

– la partie II : Activités géométriques : 12 points

– la partie III : Problème : 12 points

4 points sont attribués pour la qualité de rédaction et la présentation.


Les conseils pour réviser


– révise ton cours.

– revois les brevets blancs que tu as faits au cours de l’année et vérifie que tu as bien compris tes éventuelles erreurs.

– fais des annales en te mettant dans les conditions de l’épreuve, sans regarder tout de suite le corrigé.



Les conseils pour réussir l’épreuve le jour J


– Avant de commencer, lis une fois l’énoncé, afin de commencer par la partie qui te semble la plus facile.

– Essaie de passer la même durée sur les trois parties.

– 4 points sont attribués pour la rédaction et la présentation :

– fais tes calculs au brouillon

– relie bien pour corriger les fautes d’orthographe

– explique bien ta démarche : les hypothèses, les théorèmes utilisés, la conclusion.

No Comments »

Sécurité sur internet : apprenez en jouant avec « Through the Wild Web Woods »

Voici un jeu en ligne proposé par le conseil de l’Europe. Il permet de devenir un internaute averti et responsable grâce à des conseils à suivre selon les situations rencontrées sur la toile.

Allez jouer en apprenant sur le site « Through the Wild Web Woods » !

.

JOUEZ ICI

No Comments »

Sécurité sur internet : les recommandations fondamentales

Internet, ce n’est ni l’enfer, ni le paradis. à condition de savoir respecter quelques règles d’usage simple, si l’on veut éviter les désagréments de mauvaises rencontres en ligne.

Les enfants et les adolescents sont évidemment plus exposés à ce type de risques, et c’est à eux en particulier qu’il convient d’inculquer les règles de base qui leur assureront un  » surf  » en toute confiance.

Gare aux images chocs

La première recommandation, fondamentale, est de commencer par le dialogue et la responsabilisation. Aussi, pour éviter tout traumatisme, autant les avertir qu’ils risquent de tomber, par mégarde, sur des images crues, voire choquantes, simplement en pianotant sur un moteur de recherche par exemple.

Si cela doit arriver, mieux vaut qu’ils en parlent à des adultes – leurs parents, des enseignants, des proches. Cette étape de la confiance est une part essentielle du travail de prévention.

Qui se cache derrière l’écran ?

Second facteur de risque potentiel, les dialogues par messagerie instantanée (les chats). Collégiens, lycéens, étudiants sont vite devenus accrocs à ce mode de communication simple et direct. Mais, prudence : il est facile se faire passer pour quelqu’un d’autre que soi derrière un écran, et de masquer son âge ou son identité. Il est donc important que les plus jeunes conservent cette idée en tête, et restent sur leurs gardes avec des interlocuteurs qu’ils ne connaissent pas déjà dans la  » vie réelle « .

De même, le choix du  » pseudo « , qui va identifier l’utilisateur sur la messagerie, ne doit pas comporter d’information sur l’âge, le sexe, la commune de résidence, le nom de son établissement scolaire fréquenté, etc.

Surf en famille

Les parents ont tout intérêt à faire découvrir internet à leurs enfants en les accompagnant lors de leurs premières connexions. Un tour d’horizon des principaux portails et moteurs de recherche ou la présentation du système des marque-pages pour archiver l’adresse de ses sites favoris facilitera la navigation des mineurs, en toute confiance.

Il est également possible de verrouiller l’accès au PC au moyen d’un mot de passe ou bien d’installer l’ordinateur dans une pièce de vie commune, ce qui évite de laisser les enfants seuls avec la machine. Si l’usage de la télé peut être encadré par des plages horaires ou un temps maximum de consultation par jour, il en va de même pour la connexion à internet. Le tout est d’être clair dans l’accord passé avec ses enfants.

.

.

10 règles d’or pour les enfants connectés au Net :

.

  1. Sois prudent, tu ne sais pas qui se cache derrière l’écran !
  2. Ne donne ni ton nom, ni ton âge, ni ton adresse !
  3. Ne donne pas ton mot de passe !
  4. Fais attention à ton langage : pas de grossièretés ou de propos racistes !
  5. N’envoie pas de photo de toi ou de quelqu’un d’autre : on peut la modifier et l’envoyer à n’importe qui !
  6. Ne te déshabille pas devant une webcam, même si ton meilleur ami te le demande !
  7. N’accepte jamais un rendez-vous sans en informer un parent, ou vas-y accompagné d’amis, dans un lieu public !
  8. Ne crois pas toutes les informations que tu reçois !
  9. Ne réponds pas aux courriers électroniques qui te choquent, avertis plutôt tes parents !
  10. Si une image te dérange, quitte le site ou préviens tes parents !


Le phénomène  » blog « 

Le blog (journal personnel sur le Net) est la grande mode du moment ! Mais attention aux risques qui en découlent :

  • la divulgation de données personnelles permet à une personne mal intentionnée de les exploiter (par exemple, trucage puis mise en ligne d’une photo) ;
  • les injures et les propos diffamatoires sont condamnables par la loi.

Des sites conseils

Il existe des sites informatifs qui fournissent de précieux conseils quant à l’usage des technologies de l’Internet. Nous vous conseillons d’aller les consulter avec votre enfant. Pour la plupart, ces sites proposent des espaces  » juniors  » facilement compréhensibles par les plus jeunes.

  • www.mineurs.fr
    Le site mineurs.fr est animé par la Délégation aux usages d’Internet, organisme dépendant du gouvernement français. Il recense les différentes possibilités qui existent pour protéger les mineurs contre les contenus illicites d’Internet, que ce soit dans le cadre familial ou à l’école. Il met l’accent également sur la responsabilisation et l’éducation des enfants aux règles et usages du Net.
  • www.droitdunet.fr
    Forums, téléchargements, surf, courrier électronique et sites personnels : à la maison comme à l’école, tu as des droits et des devoirs sur Internet ! C’est clair et net à l’intention des juniors.
  • www.pointdecontact.net
    Vous avez trouvé sur Internet un contenu potentiellement attentatoire à la dignité humaine, n’attendez pas, signalez-le !

Un cran plus loin : les logiciels de contrôle

Au-delà de ces précautions d’usage, il est possible de pousser un peu plus le contrôle parental sur l’usage qui est fait d’Internet par leurs enfants. Il existe pour cela des logiciels dédiés. On distingue globalement deux grands types de logiciels :

  • ceux qui bloquent la divulgation de données personnelles (âge, coordonnées.) et qui sécurisent les conversations sur les messageries instantanées (logiciel LogProtect, à télécharger gratuitement sur www.logprotect.net) ;
  • ceux qui bloquent l’accès aux contenus inappropriés pour les enfants.

Parmi la multitude de logiciels de contrôle parental qui existent, comment s’y retrouver et lequel choisir ? Pour vous aider, vous pouvez vous rendre sur le site www.filtra.info qui donne gratuitement une analyse comparative des principaux logiciels du marché. Ce banc d’essai remis à jour régulièrement permet de connaître les logiciels les plus efficaces du moment.

Le portail MSN propose, dans son abonnement Premium, l’accès à des paramètres de navigation, de communication instantanée ou de téléchargement définis par les seuls parents. Vous aurez ainsi un droit de regard et de blocage sur les éventuels interlocuteurs de votre enfant, et disposerez d’un rapport d’activités hebdomadaire qui vous aidera à vous assurer que son utilisation d’Internet reste sûre et raisonnée.

La fonction Gestionnaire d’accès du navigateur Microsoft Internet Explorer 6 (bouton  » Activer  » de l’onglet  » Contenu « , dans la commande Outils > Options Internet) vous aide à restreindre les informations auxquelles vos enfants accèdent en ligne. Vous pouvez définir des limites selon vos propres critères ou vous fier aux règles du protocole PICS (Platform for Internet Content Selection, www.w3.org/PICS) ou d’un système d’évaluation d’un autre organisme auquel vous faites confiance.

Ces commandes d’évaluation proposent généralement différents niveaux de confidentialité, susceptibles d’empêcher l’affichage d’informations choquantes (propos orduriers, nudité, sexe, violence), pourvu que les sites Web visités par vos enfants intègrent à chaque page des informations précises permettant l’évaluation de leur contenu.

Enfin, le système d’exploitation Windows XP Édition familiale de Microsoft autorise la création de plusieurs comptes utilisateur sur votre ordinateur. Lorsqu’il souhaite utiliser le PC, chaque utilisateur ouvre une session distincte, avec son profil unique et son propre Bureau, son dossier Mes documents. Les enfants ne peuvent alors ni modifier les paramètres du système, ni installer de nouveaux matériels ou logiciels, y compris la plupart des jeux, lecteurs multimédias, logiciels peer-to-peer et programmes de conversation. Pour ce faire, ils auront besoin de votre autorisation.

No Comments »