Le CDI des matagots

S'Informer Découvrir Echanger Apprendre

Mise en voix des textes poétiques des élèves de la classe écriture:un comédien pour les guider

Farid Chebout, comédien , intervient à trois reprises pendant deux heures pour aider les élèves de la classe écriture à « mettre en voix » leurs textes poétiques , élaborés dans le cadre du travail avec le poète Arno Calleja.(voir précédent article)


Les élèves, après quelques exercices de théâtre sur le corps et la voix, apprennent à « dire » le texte avec le ton et l’énergie qui convient.


classe ecriture mise en voix farid 001

classe ecriture mise en voix farid 002

Voici les textes sur lesquels les enfants travaillent.

En général un bouquet de fleurs tient dans la main,

plein de douceur

Mais du fond de ses prunelles,

il prend déjà le chemin de la poubelle.

En général un bouquet de fleurs nous embaume de bonheur

Mais il se fanera et le bonheur disparaîtra.

En général un bouquet de fleurs désigne quelque chose

en dévoilant ses couleurs

Mais le lendemain toutes les couleurs pleurent.

Amélie Vigier, Lou Fouet et Luna Huynh

Le livre n’est pas fini, il reste à lire des panneaux, des pare-brises, des portes, des parlottes, des papiers, des parures. Je dois lire le livre des lascars, des larmes, des larves, des lagons, des limousines, des lions et des lionnes.

J’ai déjà lu le livre des vaillants, des valses, des varans mais j’ai aussi lu le livres des serpents, des serpentins, des serpentines, des seigneurs, des saintes, le livre des dessins et le livre qui descend.

Louise Aquadro

On dit que les chansons d’amour sont pour les romantiques

mais elles intéressent parfois les gros durs.

On dit que les chansons d’amour nous dévorent le cœur

mais parfois elles nous grignotent le foie.

On dit que les chansons d’amour sont pour les gens qu’on aime

mais parfois elles sont pour ceux qu’on déteste.

Louise Aquadro, Pauline Milhaud et Tocze Tiffany

On a l’habitude de penser

que les filles sont calmes et gentilles

mais parfois non.

On a l’habitude de penser

que les filles font très bien la cuisine

mais la plupart des grands-chefs sont des garçons.

On a l’habitude de penser

que les filles sont coquettes

mais elles se creusent aussi la tête.

Justine Eva Lucie

Les arbres sont verts

ils ne sont pas bleus

s’ils étaient rouges

nous serions en automne.

Le cheval est noir

avec une tâche blanche

on dirait un éclair dans un ciel sombre

Clémentine Ansel

Toutes les murailles du monde enferment tous les chênes du monde, tous les chênes du monde écrasent tous les amandiers du monde mais les chênes sont écrasés par tous les baobabs du monde, accrochés à toutes les branches des baobabs du monde il y a les conifères, les pins ont peur de tomber si bien que leurs aiguilles tremblent dans le vent, les sapins agglutinés aux branches se sont endormis, les mélèzes souples et élastiques font des figures acrobatiques, mais toutes les murailles du monde cèdent sous le poids du rien.

Tous les mots du monde se sont échappés en phrases, elles ne veulent plus rien dire, Ponctuation reste seule avec Phrase, et s’en va.

Clémentine Ansel

Vous bougez

lentement

silencieusement

vous vous arrêtez

instantanément

momentanément

vous recommencez

rapidement

nettement

vous vous stoppez

distinctement

définitivement

vous réfléchissez

activement

très longtemps

vous méditez

sagement

posément

vous pleurez

tristement

bruyamment

vous rougissez

honteux

regrettant

vous riez

gaiement

joyeusement

définitivement

Clémentine Ansel

Tous les présidents du monde

habillés comme des pingouins

sérieux froids et sévères

ont des chiens de garde enragés

qui mordent

qui dévorent tout ce qui

leur passe sous la dent

Laura Boukli-Hacene


Tu es

tu aimes ça

tu aimes être

tu es donc tu aimes

tu es un être

être un être c’est aimer

tu es

tu aimes cet être

donc tu es

aimer c’est être

être c’est aimer

tu es vivant

être vivant c’est aimer

être c’est aimer

donc être vivant c’est être

Mario

Sur un nuage j’ai dormi. Il était froid, il était mouillé, et gris. Il y avait aussi Cupidon. Je n’ai pas aimé dormir sur un nuage de pluie.

J’ai dormi sur les flammes, il faisait chaud, un peu trop chaud, je transpirais, j’ai vu le diable. J’ai cru que j’étais dans un spa. J’y étais.

J’étais sur une fleur, elle était belle. Il y avait une abeille, elle m’a piquée, je n’ai rien dit, car je dormais. Je dormais sur un lit de pétales.

Yellis

Tu marches, tu marches sur les nuages, c’est doux, doucement, douloureux, dommage, tu redescends, tu redescends sur terre, tu es triste et tu pleures, tu t’étonnes, tu résonnes, tu marches pour oublier, tu marches dans l’herbe, tu t’allonges, tu t’allonges dans l’herbe et tu t’endors, et tu marches, tu marches dans le rêve, c’est doux, doucement, douloureux, dommage.

Noémie Commier

La poubelle est pleine de bonbons, de balles, de boules, de bombes, de bébés, de biberons, de billes, de ballons, de bidons, de bières, de baobabs, de bananes, de babouins, de bourses, de bateaux, de bouchons, de barbecues, de barreaux, de beaux bureaux. Les éboueurs arrivent. La poubelle est vidée de piments, de poulets, de poivres, de poules, de panneaux, de pare-brises, de paparazis, de pantalons, de papiers, de portes, de pliages, de parents, de piles, de pas, de poneys, de poussins, de pirates, de poèmes, de poésie, de poissons, de poison.

Luna Huynh

Je t’orage ( te déteste )

Je te journal ( t’informe )

Je te clef ( t’enferme )

Je te coeur ( t’aime )

je te livre ( t’instruis )

je t’oiseau ( te fais voyager )

je t’alarme ( te crie dessus )

je te pinceau ( te dessine )

je te puzzle ( te reconstruis )

Alix

Il y a des pas dans le couloir

des lumières blafardes

je ne dors pas souvent

quand je suis chez mes grands parents

je regarde les nuages

j’avais cinq ans d’âge

je sors mes crayons

quand je suis dans l’avion

je sens le tango de l’eau

dehors, il fait beau

j’ai mal au coeur, je mets mon chapeau

quand je suis en bateau

Alix

Les mots dansent, dansons, dansez, danseront, ont dansé, se mettront à danser, les mots dansent une danse dansante, chantante, valsante, éblouissante, souriante, foudroyante, bouleversante, les mots dansent un

alphabet, un alphabet phonétique, international, constitutionnel, élastique, grammatique, dramatique, hypodramatique, apocalyptique, hiéroglyphique, pictographique, photographique, énergétique.

Les mots s’immobilisent, les verbes s’écrasent au sol, les adjectifs s’endorment, les adverbes disparaissent, les noms propres se décomposent, les pronoms se taisent, ils se taisent à jamais.

Collectif

Tous les mots du monde sont des mots doux et des mots durs,

tous les mots du monde ont des sons étranges,

parfois blanc, parfois noir.

L’imaginaire

est un étrange

fil magique qu’on ne peut contrôler

Tiffany

Je respire sur le sable chaud, le soleil me caresse le visage, une douce chaleur m’entoure le corps, je rêve de magie, je rêve de musique, je souris, j’entends l’eau, l’océan pacifique peut être, ou l’océan atlantique, ou l’océan indien, je ne sais pas, le monde est si vaste, si grand, et je connais si peu d’endroits, je connais de petits villages, je connais des mers des rivières et des fleuves, j’entends les vagues qui se cassent sur le sable chaud, un beau son, mélodique, vrai, le ciel est rose, bleu, le soleil me réchauffe, le soleil me brûle, mes pieds sont dans l’eau, une eau claire, froide et salée, je reste couchée, les yeux fermés, à attendre que le sommeil vienne, j’attends depuis longtemps, peut être quelques instants, peut être quelques années.

Tiffany Tocze

No Comments »

Arno Calleja et la classe écriture vous présentent leurs textes poètiques…

arno calleja 003

On a l’habitude de penser que les livres que l’on n’a pas lu seront sûrement passionnants, pourtant, on n’en sait rien, on ne les a pas lu pour l’instant.

On a l’habitude de penser que les livres que l’on n’a pas lu ne nous plairons pas, pourtant, quand on commence à en lire un, on ne s’arrête plus.

On a l’habitude de penser que les livres que l’on n’a pas lu ne sont pas intéressants, pourtant, ils nous plongent dans un univers constant.

Amélie Vigier, Luna Huynh et Lou Fouet.


En général une maison est carré et rarement en mousse.

En général une maison ne se laisse pas habiter par n’importe qui, mais si elle est très polie.

En général une maison a un toit, un toit en pente ou un toit plat mais en général elle a une toiture.

En général une maison est : carrée, colorée, toiturée, mais quand elle tombe en ruine elle est en général : cassée, ruinée, enveloppée de poussières.

On dit que les lunettes noires portent malheur mais parfois elles nous sont utiles lorsqu’il y a du soleil.

On dit que les lunettes noires donnent des boutons.

On dit que les lunettes noires nous empêchent de bronzer mais si on les enlève on sera café au lait.

On dit que les lunettes noires sont à la mode mais parfois personne n’en porte.

On a l’habitude de penser que penser à rien est impossible mais c’est seulement l’avis des scientifiques.

On a l’habitude de penser que penser à rien n’est rien pourtant on a toujours quelque chose dans la tête.

On a l’habitude de penser qu’en ne pensant à rien on ne fait rien pourtant on peut faire quelque chose, mais toujours en ne pensant à rien.

On a l’habitude de penser qu’en ne pensant à rien on a quelque chose dans le coeur pourtant c’est vrai.

Madison Giglio, Clémentine Ansel, Aya Remmache et Pauline Damblon

arno calleja 002

On dit que les sens interdits nous disent de ne pas passer par là mais parfois on ne les calcule pas.

On dit que les sens interdits ne sont pas toujours respectés mais parfois on est obligé de les suivre pour ne pas s’accidenter.

On dit que les sens interdits ne connaissent que l’aller mais parfois, ils essayent d’y retourner.

Lou Fouet, Amélie Vigier, Luna Huynh


En général les cheveux tombent comme ils poussent, mais ils poussent plus vite qu’ils ne tombent.

En général les cheveux sont un reflet de la personnalité, mais uniquement quand il y en a.

En général les cheveux sont brillants, mais uniquement quand on les entretient.

Manuel Caliendo, Noé Gardon et Dorian Tachet


On a l’habitude de penser que les fêtes foraines sont faites pour les enfants alors qu’elles sont pleines de petits et de grands.

On a l’habitude de penser que les fêtes foraines ne durent qu’un temps mais parfois elles sont là pour l’éternité.

On a l’habitude de penser que les fêtes foraines attirent beaucoup de monde alors que certaines sont des fêtes désertes.

Noémie Commier, Laura Boukli-Hacene et Andrea Tafanelli


En général un bouquet de fleur tient dans la main, plein de douceur

Mais du fond de ses prunelles, il prend déjà le chemin de la poubelle.

En général un bouquet de fleur nous embaume de bonheur

Mais il se fanera et le bonheur disparaîtra.

En général un bouquet de fleur désigne quelque chose en dévoilant ses couleurs

Mais le lendemain toutes les couleurs pleurent.

Amélie Vigier, Lou Fouet et Luna Huynh


Le livre n’est pas fini, il reste à lire des panneaux, des pare-brises, des portes, des parlottes, des papiers, des parures. Je dois lire le livre des lascars, des larmes, des larves, des lagons, des limousines, des lions et des lionnes. J’ai déjà lu le livre des vaillants, des valses, des varans mais aussi j’ai aussi lu le livres des serpents, des serpentins, des serpentines, des seigneurs, des saintes, le livre des dessins et le livre qui descend.

Louise Aquadro

arno calleja 001

En général un miroir reflète la personnalité des gens

mais pas notre beauté intérieure.

En général un miroir peut détruire une vie

mais il peut aussi la reconstruire.

En général un miroir sert à dévoiler une apparence

mais malheureusement ce n’est pas la beauté.

On dit que les chansons d’amour sont pour les romantiques

mais elles intéressent parfois les gros durs.

On dit que les chansons d’amour nous dévore le coeur

mais parfois elle nous grignote le foie.

On dit que les chansons d’amour sont pour les gens qu’on aime

mais parfois elle sont pour ceux qu’on déteste.

Louise Aquadro, Pauline Milhaud et Tocze Tiffany


On dit que les vieilles personnes n’ont pas de cerveaux

mais parfois elles peuvent réfléchir.

On dit que les vieilles personnes savent beaucoup de choses

mais parfois elles perdent leur connaissance.

On dit que les vieilles personnes sont plus sages

mais parfois elles le sont moins.

Eva, Justine et Lucie.


En général une chambre en désordre est pleine d’objets sans dessus dessous

mais on est mieux quand c’est rangé partout.

En général une chambre en désordre n’est pas agréable à vivre

mais on arrive à s’y faire.

En général une chambre en désordre a des objets de partout

dans tous les coins et les recoins

et c’est comme ça qu’elle est bien.

Justine Eva Lucie


On a l’habitude de penser que les filles sont calmes et gentilles

mais parfois non.

On a l’habitude de penser que les filles font très bien la cuisine

mais la plupart des grands-chefs dont des garçons.

On a l’habitude de penser que les filles sont coquettes

mais elles se creusent aussi la tête.

Justine Eva Lucie


Les arbres sont verts

ils ne sont pas bleus

s’ils étaient rouges nous serions en automne.

Le cheval est noir

avec une tâche blanche

on dirait un éclair dans un ciel sombre

Clémentine Ansel




arno calleja 004

Vous bougez

lentement

silencieusement

vous vous arrêtez

instantanément

momentanément

vous recommencez

rapidement

nettement

vous vous stoppez

distinctement

définitivement

vous réfléchissez

activement

très longtemps

vous méditez

sagement

posément

vous pleurez

tristement

bruyamment

vous rougissez

honteux

regrettant

vous riez

gaiement

joyeusement

définitivement

Clémentine Ansel


Toutes les murailles du monde enferment tous les chênes du monde, tous les chênes du monde écrasent tous les amandiers du monde mais les chênes sont écrasés par tous les baobabs du monde, accroché à toutes les branches des baobabs du monde il y a les conifères, les pins ont peur de tomber si bien que leurs feuilles tremblent dans le vent, les sapins agglutinés aux branches se sont endormis, les mélèzes souples et élastiques font des figures acrobatiques, mais toutes les murailles du monde cèdent sous le poids du rien.

Tous les mots du monde se sont échappés en phrases, elles ne veulent plus rien dire, Ponctuation reste seule avec Phrase, et s’en va.

Clémentine Ansel


Tous les téléphones du monde ont des forfaits

Tous les téléphones du monde ont des jeux

Tous les téléphones du monde font des portraits

Tous les téléphones du monde ont des yeux

Kévin


arno calleja 005

Tous les présidents du monde

habillés comme des pingouins

sérieux froids et sévères

ont des chiens de garde enragés

qui mordent qui dévorent tout ce qui

leur passe sous la dent

Tous les mots du monde

volent et tourbillonnent

tous les mots du monde

peuvent en cacher d’autres

Laura Boukli-Hacene


Tu pars

tu me parles

tu pinces

tu me presses

tu me pousses

tu ponces

tu portes

tu portes une fleur

tu la plantes

tu l’arrose

tu la soignes

Eva Burgarella



Tous les lave-linges du monde

tournent à l’envers

remontent le temps

les tâches s’envolent

tous les mots du monde

sont prisonniers du dictionnaire.

Tu es

tu aimes ça

tu aimes être

tu es donc tu aimes

tu es un être

être un être c’est aimer

tu es

tu aimes cet être

donc tu es

aimer c’est être

être c’est aimer

tu es vivant

être vivant c’est aimer

être c’est aimer

donc être vivant c’est être

Le miroir de verre

est tombé par terre

Il ne s’est pas cassé juste fissuré

Sur la montagne

se découpe sur la neige

la silhouette d’un corbeau noir charbon

L’arbre est mort ce matin

une grosse feuille est tombée

le vent d’automne semblait la faire voler

Manuel


Sur un nuage j’ai dormi. Il était froid, il était mouillé, et gris. Il y avait aussi Cupidon. Je n’ai pas aimé dormir sur un nuage de pluie.

J’ai dormi sur les flammes, il faisait chaud, un peu trop chaud, je transpirais, j’ai vu le diable. J’ai cru que j’étais dans un SPA. J’y étais.

J’étais sur une fleur, elle était belle. Il y avait une abeille, elle m’a piqué, je n’ai rien dit, car je dormais. Je dormais sur un lit de pétales.

Yellis

tu sautes

tu rebondis

tu tombes

tu te dégonfle

tu rebondis

tu écrabouille

une coccinelle

tu ressautes

tu retombes

sur un caillou

tu te relèves

tu retombes

sur un caillou

tu te crèves

Yellis

Tu marches, tu marches sur les nuages, c’est doux, doucement, douloureux, dommage, tu redescends, tu redescends sur terre, tu es triste et tu pleures, tu t’étonnes, tu résonnes, tu marches pour oublier, tu marches dans l’herbe, tu t’allonges, tu t’allonges dans l’herbe et tu t’endors, et tu marches, tu marches dans le rêve, c’est doux, doucement, douloureux, dommage.

Noémie Commier

Toutes les chaises de bureau du monde sont dans une maison, dans les nuages. Toutes les chaises de bureau du monde renferment tous les secrets du monde. Toutes les chaises du bureau du monde s’envolent dans les airs et s’immobilisent dans tous les nuages du monde.

Pauline

La poubelle est pleine de bonbons, de balles, de boules, de bombes, de bébés, de biberons, de billes, de ballons, de bidons, de bières, de baobabs, de bananes, de babouins, de bourses, de bateaux, de bouchons, de barbecues, de barreaux, de beaux bureaux. Les éboueurs arrivent. La poubelle est vidée de piments, de poulets, de poivres, de poules, de panneaux, de pare-brises, de paparazis, de pantalons, de papiers, de portes, de pliages, de parents, de piles, de pas, de poneys, de poussins, de pirates, de poèmes, de poésie, de poissons, de poison.

Luna Huynh


Tous les mouvements du monde sont des nouveaux langage que l’on lève ou que l’on descend de ses mains. Tous les mouvements du monde sont des signes d’amour, des émotions, des sentiments d’amour et de désespoir que personne ne peut comprendre.

Pauline Milhaud

Le ballon est rond, envoûtant, entouré de forme envoûtante, délirante, marrante, rafraîchissante. Le ballon est rond, il n’est pas ovale, il est ronronnant, activant, arrondissant, arrondi, atténuant, délivrant, divertissant, admirant, galant, reflétant, savant, méchant, admirant, resplendissant.

Pauline Milhaud

Tous les mots du monde ont des notes, ont des rythme.

Alix

Tous les mots du monde se lisent, se pensent, se décrivent, se taisent.

Lisa Nardini

Journée normale

Je me lève en Afrique

Je me lave au Kenya

Je vais au collège à New-York

Je mange en France

Je regarde la télé en Australie

Je m’endors en Afrique

Alix

Je t’orage ( te déteste )

Je te journal ( t’informe )

Je te clef ( t’enferme )

Je te coeur ( t’aime )

je te livre ( t’instruis )

je t’oiseau ( te fais voyager )

je t’alarme ( te crie dessus )

je te pinceau ( te dessine )

je te puzzle ( te reconstruis )

Alix

arno calleja 006

Il y a des pas dans le couloir

des lumières blafardes

je ne dors pas souvent

quand je suis chez mes grands parents

Je regarde les nuages

j’avais cinq ans d’âge

je sors mes crayons

quand je suis dans l’avion

je sens le tango de l’eau

dehors, il fait beau

j’ai mal au coeur, je mets mon chapeau

quand je suis en bateau

La jolie poubelle

est en porcelaine

et curieusement elle ne se casse pas

Ce gros nuage

a une forme étrange

il ressemble à un lapin papillon

Un squelette est

un ensemble d’os

longs courts ronds épais fins : c’est le corps humain

Un ordinateur

est un long circuit

informatique et très compliqué

Les insectes volent

rampent et marchent

c’est le festival : de la bougeotte

Alix


Tu bois

tu bois de la bière

de l’alcool

des boissons alcoolisées

tu bois tu es ivre

demain tu auras

la gueule de bois

mais tu es dans

une bonheur fou

les mots ont disparu

tu danses

tu bois

tu n’es pas vraiment là

tu rêves debout

tu bouges

tu vibres

tu es ivre

tu n’es pas vraiment là

tu ris

tu danses

tu bois

tu joues

tu es ivre

tu pleures

Tiffany Toczé

Tu tombes, tu t’assoies, tu as froid, tu rigoles, mais tu ne te lèves pas, tu restes assise et tu as froid, tu es joyeuse, tu rigoles de plaisir, tu regardes, tu regardes autour de toi, l’air est froid, la neige est froide, tu prends plaisir, tu baignes dans un plaisir fou, plein de blanc, tu rigoles, dans la poudreuse.

Tiffany Toczé

Tous les mots du monde sont des mots doux et des mots durs, tous les mots du monde ont des sons étranges, parfois blanc, parfois noir.

L’imaginaire

est un étrange

fil magique qu’on ne peut contrôler

Dans la pluie tombante

tard le soir mouillé

elle pleure tristement son amour

Au soleil brûlant

sur le sable chaud

un lézard grand et long cherche l’eau pure

Tiffany Toczé

Les mots dansent, dansons, dansez, danseront, ont dansé, se mettront à danser, les mots dansent une danse dansante, chantante, valsante, éblouissante, souriante, foudroyante, bouleversante, les mots dansent un alphabet, un alphabet phonétique, international, constitutionnel, élastique, grammatique, dramatique, hypodramatique, apocalyptique, hyérogliphique, pictographique, photographique, énergétique.

Les mots s’immobilisent, les verbes s’écrasent au sol, les adjectifs s’endorment, les adverbes disparaissent, les noms propres se décomposent, les pronoms se taisent, ils se taisent à jamais.

Collectif


Toute l’ordure du monde

se jette de nos poubelles

Toute l’ordure du monde

se vide de nos maisons

Toute l’ordure du monde

part à cloche pied

Toute l’ordure du monde

pue et salie nos sols.

Andrea

Tu le regardes

attentivement

tu penses vraiment

tu penses

tu as peur

tu as peur

tu trembles

tu trembles très fort

tu trembles

tu as mal au coeur

tu as mal

tu as le coeur brisé

tu le regarde partir

tu le regardes

Andrea


Les mots sont des moteurs, des moteurs pour la langue. La langue qui n’est rien sans les mots. Les mots expriment, ils expriment des mouvement d’amour, et l’amour, tout le monde a de l’amour. Les moteurs sont des coeurs pour les voitures, les mots sont lancés, ils roulent a toute vitesse. On peut toujours dire que le coeur est un moteur.

Tiffany

Une voiture, dans mon rêve, a des yeux, des chaussures. Ses phares sont des yeux blancs. Ses roues sont des chaussures noires, et parfois grises. Ses sièges sont remplis de plumes d’oies, des plumes chaudes. Pour passer les cols.

Pour les nouveaux humains, les voitures sont les yeux du monde. Pour nous, les yeux nous dirigent. Ils ne pensent plus à nos chaussures, qui nous transportent aussi loin. Aux plumes des oiseaux, ils s’en servent pour les oreillers, et parfois aussi pour voler.

Il était une fois un pays, un pays qui fût enlevé du monde. C’était le pays des mots. Les mots étaient ses habitants. Un jour, ils sont revenus, mais dans nos phrases, et dans nos mouvements. Ils sont devenus le moteur de nos vies.


No Comments »

Brevet : Quiz de français sur La poésie

http://www.mmedelafayette.ac-creteil.fr/clubs/imagesclub/logo_poesie.gif

Ce quiz vous propose de réviser le thème de la poésie dans la littérature. Vous êtes prêts ? Alors n’hésitez plus.


No Comments »

Les CM1- CM2 de l’école de l’Abeille visitent la rue de la poésie et reçoivent le prix du Printemps des Poètes

Les élèves de l’école de l’Abeille accompagnés de leur maitresse Katia Bruno, sont venus visiter ce jour, Mardi 14 Avril , la rue de la Poésie au collège.

Ils ont découvert à cette occasion leurs propre production (en effet, il ont participé au concours de poèmes organisé lors du Printemps de la Poésie) mêlée à celle des collégiens de tous les âges.

Ils ont ensuite accroché leurs poèmes sur l’arbre de la Poésie, pour qu’ils soient vus et lus de tous les autres élèves.

Enfin, ils ont reçu, avec un petit goûter, les prix pour leurs poèmes ainsi que pour chacun un petit souvenir en forme de Marque-Page…

Nous remercions l’enseignante pour sa collaboration ainsi que Corinne Angel, coordonatrice de l’action, et souhaitons à tous les futurs élèves de 6ème une future bonne rentrée au collège!

No Comments »

L’arbre à poèmes

La Poésie est vivante : elle doit être lue, vue et entendue…

Les mots s’échappent et sortent de leurs livres…

Les élèves des classes de Monsieur Vibert ont écrit sur des morceaux de tissu de couleurs, les poèmes qui les touchaient le plus .

Haikus, vers libres ou sonnets étaient à l’honneur et flottaient au vent dans la cours de notre établissement pour tous les lecteurs qui le souhaitaient.

Un arbre existait aussi au CDI pendant la manifestation.

.

.

.

.


.


1 Comment »

Classe écriture 6ème : Présentation

.

C’est la deuxième année que l’expérience « écriture » est menée sous la forme d’un atelier.  Cette classe écriture destinée aux élèves de 6ème s’inscrit dans un projet dont les objectifs sont :

– Donner à l’élève confiance en sa propre écriture et améliorer sa relation à l’écrit – Permettre à l’enfant de s’approprier la langue et d’en explorer les ressources

– Accéder à une meilleure connaissance de soi à travers la mise en mots de l’imaginaire – Découvrir le plaisir d’écrire et de lire

– Meilleure maîtrise de la langue Cette classe est menée par Mmes Tourneur, Bonnaffons et Sassatelli dans le cadre d’une heure par semaine.

.

.

Si Mmes Tourneur et Sassatelli animent les ateliers d’écriture, Mme Bonnaffons intervient, elle, en Arts plastiques dans le cadre de cette classe et apporte sa collaboration pour l’aspect créatif.
Les élèves finaliseront leur travail comme l’année dernière par un album collectif de leurs textes, illustré pendant les heures d’Arts plastiques.

Tout au long de l’année, les élèves bénéficient (outre l’atelier d’écriture mené par les professeurs) de rencontres avec des auteurs, des conteurs, des poètes :

L’année derniere par exemple, Jean Hugues Malineau (poète pour les plus jeunes) les a initiés à l’art du haïku. René Mengui les a fait travailler autour du conte puisqu’il est lui même conteur professionnel.
Annick Combier, auteur de littérature de jeunesse, a mené un atelier autour des origines de la langue.

De plus,la classe avait bénéficié de 20 heures d’intervention d’une poète-slameuse Paul Anders , dans le cadre des projets financés par le Conseil général et le CIPN.

Pour cette année , nous attendons à nouveau des professionnels.

Nous ne manquerons pas de vous les présenter à chaque occasion !

.


No Comments »

Non, la poésie n’est pas morte !

.

.
.
.
.
.
.

.

Le concours de poésie 2009 sur les thèmes de « la mer » de « l’arbre » et de « la rue » est terminé ! Bientôt le palmarès sera publié en ligne ainsi que les poèmes élus.

.

Non, la poésie n’est pas morte ! Elle est bien vivante et actuelle !

.

Hokusai Fuji-San

.

Nos élèves nous le prouvent chaque année avec beaucoup de talent !

Ils pourraient d’ailleurs reprendre à leur compte cette citation du poète Lionel Ray.

.

« Quant à l’avenir de la poésie je crois que tant qu’il y aura des hommes, tant qu’il y aura des coeurs qui battent et qui aiment, il y aura des poètes, il y aura des poèmes. »

Entretien avec Lionel Ray aux editions la Différence réalisé par Sumana Sinha

.

http://www.dailymotion.com/video/x7zxsy_entretien-lionel-ray_creation

.

1 Comment »

Ecoutez des poèmes !

.

A l’occasion du printemps des poètes nous vous proposons des sites où vous pouvez entendre des lectures de textes littéraires célèbres…

Cliquez sur les liens suivants et bonne écoute !

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/categorie/poesie

http://www.uark.edu/depts/flaninfo/fr/frenlit/frenlitfiles.html

http://www.wheatoncollege.edu/Academic/academicdept/French/ViveVoix/Resources/parauteur.html

.

.

No Comments »

Rencontres « enslamées  » de poésie…..Nos élèves nous livrent leurs textes!

.

Les élèves des classes de 4ème SEGPA ont reçu une slameuse dans leur classe durant plusieurs séances.

Paul Anders, aidée par le professeur de la classe Dominique Gatuingt, a permis aux élèves de composer des textes qu’ils ont ensuite « mis en mots » lors d’une rencontre SLAM, le lundi 9 juin devant d’autres classes du collège.

Voici quelques uns de leurs textes….

Read the rest of this entry »

No Comments »

Classe écriture

Cette  classe écriture destinée aux élèves de 6ème s’inscrit dans un projet dont les objectifs sont:

-Donner à l’élève confiance en sa propre écriture et améliorer sa relation à l’écrit

-Permettre à l’enfant de s’approprier la langue et d’en explorer les ressources

Accéder à une meilleure connaissance de soi à travers la mise en mots de l’imaginaire

-Découvrir le plaisir d’écrire et de lire

Cette classe est menée par Mmes Tourneur et Sassatelli dans le cadre d’une heure par semaine. Mme Bonnaffons intervient en Arts plastiques dans le cadre de cette classe et apporte sa collaboration pour l’aspect créatif.

Les élèves finaliseront leur travail par un petit album collectif de leurs textes,
illustré pendant les heures d’Arts plastiques.

Tout au long de l’année , les élèves ont bénéficié (outre l’atelier d’écriture mené par les professeurs) de rencontres avec des auteurs , des conteurs , des poètes

Au mois de Novembre , les élèves de la 6ème 6 et leurs professeurs ont eu le plaisir de recevoir un grand poète du monde la littérature de jeunesse: Jean-Hugues Malineau.

Avec lui, ils ont compris le foctionnement d’un Haiku et en ont réalisé dans un atelier d’écriture très créatif.

Début janvier , les élèves ont rencontré un conteur local René Mengui pour un atelier de contes.

Les élèves ont pu écrire un conte et le mettre en voix. Ce fut un moment très convivial et très chaleureux.

Cette classe a bénéficié de 20 heures d’intervention d’une poète-slameuse Paul Anders .

Le point d’orgue fut la rencontre avec d’autres classes et d’autres poètes lors d’une matinée à la Bibliothèque départementale de prêt de Marseille.

Les élèves ont enfin reçu un écrivain Annick Combier au début du mois d’Avril.

Les élèves ont imaginé le parcours et les voyages de mots usuels de la langue française ( ex:jungle, écarlate , alcôve, baldaquin…).

Ils ont inventé des définitions colorées à ces mots pendant les ateliers d’écriture et ont composé des mots nouveaux (ou mots valises ) aux significations étonnantes.

Novembre 2007 : Jean-Hugues Malineau

et les élèves de 6ème 6


Les poussières dansent

Dans un rai de lumière

Sièste d’enfance


Nu dans l’arbre

Un chant de mésange

Matin d’hiver

Janvier 2007 : Atelier de contes avec René Menguy


Avec Paul Anders Poète-slameuse

dsc00521.JPG

No Comments »