L’épreuve d’histoire-géographie et d’éducation civique au brevet des collèges

3 REUSSIR SON ANNEE SCOLAIRE Aucun commentaire

Le diplôme national du brevet est non seulement un contrôle des connaissances et des compétences acquises tout au long de la formation du collège, mais aussi une préparation aux examens futurs notamment du baccalauréat. Le contrôle porte principalement sur le Français, les mathémathiques, l’histoire- géographie et l’éducation civique. C’est cette dernière épreuve qui sera décrite ici.

L’épreuve d’histoire -géographie/éducation civique dure 2 heures et comprend trois parties. Chaque partie traite un domaine (l’histoire, la géographie et l’éducation civique),  présente un ou plusieurs documents et suivis d’un questionnaire et un paragraphe argumenté à rédiger.

LES CONSEILS A SUIVRE :

1. Si le document proposé est une carte, lire attentivement le titre puis la légende. Le premier indique la date ou la période sur laquelle porte la carte. La légende montre les transformations apportées.

2. Si le document est une caricature, croisez l’observation du dessin avec vos connaissances personnelles pour comprendre le message que l’auteur veut faire passer.

3. si le document est un tableau avec des chiffres, ne vous contentez pas de recopier les chiffres. Pensez à calculez la différence entre deux années par exemple.

4. En éducation civique, illustrez vos propos d’exemples concrets.

5. Eviter la paraphrase du paragraphe.

6. Soignez la présentation, attention aux fautes d’orthographe, aux ratures et aux pâtés de blanc correcteur.

Il est vrai que l’épreuve à lieu en fin d’année. Mais, l’entraînement, lui, débute dès le début de l’année de troisième.  Faites donc un travail régulier à l’école, chez vous ou au CDI de votre collège…grâce aux éléments à votre portée : des annales, des enseignants, des sites d’entraînement tels que : http://www.lewebpedagogique.com/brevet/ 

 

BONNE CHANCE !!!

Tags :

L’épreuve de mathématiques du diplôme national du brevet des collèges

3 REUSSIR SON ANNEE SCOLAIRE Aucun commentaire

Le diplôme national du brevet, premier diplôme de la scolarité du jeune, atteste des connaissances et des compétences générales acquises au collège. Il se passe dans les mêmes conditions d’examen que le baccalauréat par exemple.

L’épreuve de mathématiques, une des trois épreuves du brevet, dure deux heures, est notée sur 40 points et comporte trois parties indépendantes les unes des autres. En quoi consistent-elles ? Quels conseils pour bien réussir ?

1. Première partie : Activités numériques (12 points)

Elle se compose de plusieurs exercices relatifs au calculs, aux équations, au fractions, à des problèmes à résoudre,…

2. Deuxième partie : Activités géométriques (12 points)

Il s’agit ici d’exercices permettant de vérifier vos connaissances en trigonométrie, sur le théorème de Pythagore, de thalès,…

3. Troisième partie : Problème (12 points)

Le problème proposé porte généralement sur la fonction linéaire, la fonction affine, la résolution d’une inéquation, les statistiques, les calculs d’aire, la lecture et la représentation graphique, les proportionnalités, la trigonométrie, …

4. Quelques conseils à suivre

N’oubliez pas : votre calculatrice en bon état de fonctionnement, votre compas, votre règle, votre rapporteur, votre équerre, votre crayon à papier, votre gomme et votre stylo.

Evitez les téléphones portables. Ils sont strictement interdits pour donner l’heure et faire des calculs !

Accordez 40 minutes à chaque partie et 10 minutes à la relecture de la copie.

Utilsez une feuille différente pour chaque partie, attention aux fautes d’orthographe, aux ratures…vous risquez de perdre 4 points.

Traitez les questions les unes après les autres et encadrez le résultat.

Travaillez régulièrement tout au long de l’année de troisième, en classe, au cdi avec les annales disponibles ou encore chez vous via le site d’entraînement gratuit : http://www.webpedagogique.com/brevet/

BONNE CHANCE A TOUS !!!

 

Tags :

L’homme est un roseau… pensant

Petite phrase du jour Aucun commentaire
L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible
de la nature ; mais c’est un roseau pensant.

 

Pascal, Pensées, L. 200