Le rucher du Jardin du Luxembourg

2 12 2021

Si vous êtes allés à Paris du coté de la rue Vavin, vous avez peut-être croisé des apiculteurs en tenue de cosmonautes. En effet depuis 165 ans, des abeilles séjournent en plein Paris.

Histoire du rucher-école de la Société Centrale d’Apiculture installé au Jardin du Luxembourg à Paris. Ceci concerne l’enseignement apicole et l’édification du rucher-école. Celui-ci est encore actif aujourd’hui et il nous donne un regard sur les auditeurs qui s’y forment.

L’abeille de France et l’apiculteur, octobre 2021, n°1094, 40-43.




Des ruches sur la ferme

8 12 2020

Bilan de l’expérience de la présence de ruches sur une ferme à Milly-la-Forêt (Essonne). Des pratiques en faveur des abeilles ont été mises en place sur l’exploitation (alimentation équilibrée, réflexion phytosanitaire, ruches connectées). L’agriculteur et l’apiculteur font partie du réseau Fermes Leader qui a lancé en 2020 Apitech, un réseau de ruches connectées.

Tableau récapitulatif des pratiques mises en place.

Encadré sur les ruches connectées, développées par la société Beeguard .

La France agricole, 4 décembre 2020, n°3880, p. 38-39.




L’abeille domestique, un danger pour la nature ?

27 11 2020

Remise en question des préjugés scientifiques existant sur l’abeille domestique, Apis mellifera. L’abeille domestique est un animal d’élevage et répond aux besoins de l’agriculture et de l’apiculture professionnelles. De même la transhumance est le résultat de l’intensification agricole et des monocultures.

Plusieurs études montrent que les abeilles sauvages assurent plus la diversité des pollinisateurs et la faune sauvage en est plus riche grâce à elles. Des exemples comme le Parc des Cévennes ou les ruchers sur les toits des grandes villes montrent un perte de la biodiversité naturelle du milieu lorsque des ruchers d’abeilles domestiques y sont installés.

Conclusion : Apis mellifera ne fait pas partie de la biodiversité sauvage mais représente un enjeu agricole, industriel et financier.

Tableau récapitulatif des butineuses et de la compétition abeilles domestiques – abeilles sauvages.

Testez vos connaissances sur les abeilles (Quiz Géo)

Géo, décembre 2020, n°502, p.114-121.




Les abeilles vont bien !

24 09 2020

Présentation de l’avis de plusieurs agriculteurs et apiculteurs qui ne constatent pas de mortalité inquiétante des abeilles. Pour eux, les néonicotinoïdes étaient pulvérisés sur un seul passage pour le traitement alors que maintenant plusieurs passages sont nécessaires avec des produits différents. Des abeilles ont succombé dernièrement alors qu’il n’y avait aucun cas avant.

L’accent est mis sur la « mention abeille » sur les insecticides, de plus la réglementation devrait se durcir dans les mois qui viennent.

La France agricole, 25 septembre 2020, n°3870, p.16-17.




Le frelon asiatique, ce qu’il faut savoir

3 09 2020

Dossier sur le frelon asiatique sur différentes approches :

  • un état des lieux (description, localisation, connaissances actuelles)
  • des outils de lutte et de maîtrise, de préférence sans chimie
  • un symptôme en soi qui se révèle un indicateur de comportement à corriger

Abeilles en liberté, été 2020, n°7, p. 40-63.




Le nourrissement en question

6 12 2019

Dossier sur le nourrissement des abeilles, pratique devenue aujourd’hui incontournable tant chez les professionnels que chez les amateurs.

D’une pratique exceptionnelle il y a trente ans, le nourrissement des abeilles est présenté comme une question de survie. Après un état des lieux liés à l’appauvrissement des ressources, il faut savoir que l’apport de sucre  (sirop ou candi industriels) n’est pas sans conséquences sur les abeilles. La physiologie de l’abeille est alors abordée entre ses besoins en eau, en sucre, en pollen et en oligo-éléments. Toutefois certains apiculteurs revendiquent une approche éthique.

Conseils pour adopter des méthodes alternatives : cultures mellifères, changement de regard sur les jardins privés et les amateurs, réduire sa consommation de sucre, nourrir les abeilles avec leur miel, …

Abeilles en liberté, octobre 2019, n°4, p.42.




Intermiel : ferme apicole canadienne

26 11 2019

Visite de la ferme apicole Intermiel, à Mirabel au Québec. Fondée en 1976 par la famille Macle, elle compte aujourd’hui 12 000 ruches et 2 500 ruchettes. Une quarantaine d’ouvriers y travaillent. Explication du travail sur les ruches pour au final avoir une production annuel de miel de 500 tonnes.

Conditionnement et transformation du miel sont faits sur place de même que la commercialisation et l’accueil pédagogique.

Toutefois, l’entreprise doit constamment se remettre en cause : éliminer un coléoptère nommé Aethina tumida, matrîser la varroase, renouveler ses propres reines et non plus les acheter des reines californiennes, anticiper le nourrissage intensif, diversification des produits de la ruche, …

L’abeille de France, novembre 2019, n°1073, p.30-35.




Protéger les abeilles en hiver

26 11 2019

Présentation des opérations à effectuer en hiver:

  • au rucher, surveillance des colonies par le poids, alimentation à base de candi
  • traitement à l’acide oxalique pour tuer les varroas sur les abeilles
  • à la maison, planification de la saison apicole 2020 selon les objectifs voulus
  • enfin, un cadeau pour Noël spécial apiculteur sera toujours le bien venu !

L’abeille de France, novembre 2019, n°1073, p.27-29.




Pour connaître l’origine du miel

5 09 2019

80% du miel vendu en France est importé (Chine, Ukraine, Argentine, Espagne) et son origine est souvent très flou et peuvent contenir d’autres substances que le miel comme l’ajout du sirop de sucre. De plus, le prix de vente d’un miel chinois au kilo revient à 1,30 € alors que pour les apiculteurs français il est de 4,50 €.

Le gouvernement promet depuis 2017 un étiquetage obligatoire sur l’origine du miel. Aussi, participez à la pétition initiée par plusieurs organismes apicoles français.




La transhumance des ruches

26 06 2019

Deux articles sur la transhumances des ruches : l’un destiné aux amateurs et l’autre aux professionnels.

  • Pour les petits apiculteurs, le but est de récolter des miels et des pollens différents. Toutefois l’organisation est à prévoir (trouver le terrain, préparer les ruches, transport des ruches).
  • Pour les apiculteurs professionnels, tout un tas d’outils et de matériels sont à disposition (palettisation, manutention, élévateurs, grue hydraulique, conditions du travail).

 

  L’abeille de France, juin 2019, n°1069, p. 26-34.