Les arbres et la sécheresse

2 04 2021

Tour d’horizon des différentes espèces d’arbres impactées par la sécheresse :

  • l’épicéa (Grand Est, Bourgogne, France-Comté)
  • l’épicéa (Massif central)
  • le sapin
  • les pins
  • les hêtres
  • les chênes
  • le Douglas
  • le châtaignier

Toutes les espèces ne réagissent pas de la même manière à la sécheresse et les conséquences varient (apparition d’insectes). Une surveillance de la santé des arbres est primordiale. A l’avenir, des renouvellements d’arbres sont à penser ainsi que les techniques et les essences. Pour en savoir plus : le Département de la santé des forêts

 

Forêt entreprise, janvier-février 2021, n°256, p. 6-13.




Un statut juridique pour la nature ?

14 01 2021

Depuis André Le Nôtre et la création des jardins à la française, l’ordonnancement de la nature est une tradition. L’arbre, entre autres, est considéré comme un objet et sujet à arrachage s’il gène dans un endroit précis. Or des articles de loi protégeant la nature existe (L350-3 du code de l’environnement) mais sont souvent inappliqués. Des anonymes se battent pour changer les choses comme l’association A.R.B.R.E.S avec la création de la Déclaration des droits de l’arbre. Autre approche : donner une personnalité juridique pour avoir réparation devant les tribunaux. Un bouleversement de la vision occidentale !

Télérama, 16 décembre 2020, n°3701, p. 47-49.




Les arbres ont des choses à nous apprendre

20 12 2019

Dossier sur les arbres, bien de l’humanité par excellence. Ils sont menacés par la déforestation, les incendies. Or ils nous apportent aussi un tout autre aspect comme la sérénité et la sagesse.

  • un écrivain péruvien, Jaime Bayly parle de ce que lui apporte les arbres
  • la chercheuse Suzanne Simard a travaillé sur la communication des arbres entre eux
  • les arbres aident à guérir tel les peuples d’Indonésie ou le vétéran américain Bryan Box
  • des écrivains s’en inspirent comme Peter Wohlleben et Richard Powers

A découvrir !

Courrier international, 19 décembre 2019, n°1520, p. 30-41.

 

 




Un verger circulaire ?

13 11 2019

Expérimentation d’un nouveau type de verger, dit circulaire afin de préserver la biodiversité et de favoriser les auxiliaires des cultures. Ceci est mené à l’unité expérimentale INRA (Institut national de recherche agronomique) de Gotheron dans la Drôme.

Un schéma explique l’organisation du verger circulaire.

Attention le texte n’est accessible gratuitement que quelques mois.

Jardins de France, Septembre 2019, n°655




Les bienfaits de l’arbre champêtre

27 06 2019

L’arbre représente la longévité, la durée, des termes qui ne sont pas adaptés au XXIème siècle. Et pourtant, l’arbre est un atout fondamental de nos territoires et de notre agriculture :

  • Il favorise la biodiversité par des trames vertes et bleues en accueillant auxiliaires et pollinisateurs
  • Il enrichit le sol et permet une microbiologie beaucoup plus équilibrée
  • Il retient les eaux de surface et la vie microbienne épure celle-ci
  • Il influence le climat, protège des vents et de la chaleur
  • Il participe à l’identité visuelle du paysage
  • Il aide la vie économique par son embellissement mais aussi en l’exploitant

Découvrez ensuite comment planter les arbres, selon quelles méthodes et quelles aides vous pouvez avoir.

Nature et progrès, juin-juillet-août 2019, n°123, p.10-13.

 




Alignement d’arbres variés pour tirer le meilleur parti de l’agroforesterie

28 03 2019

Refuges à auxiliaires, production de bois, amélioration du sol… la plantation de lignes d’arbres dans les champs apporte une multitude de services sur la culture et pour la rentabilité de l’exploitation agricole. Témoignage d’un agriculteur de Laplume (Lot et Garonne) qui n’a pas hésité à planter des arbres de plus de 20 essences différentes.

Infographie sur les multiples vertus des arbres dans les champs.

 

Réussir grandes cultures, avril 2019, n° 334, p. 26-28




Des allées d’arbres pour l’éternité

19 12 2018

Dans les pays alliés de la première guerre mondiale, il est de tradition de créer des allées mémorielles représentant un arbre, un soldat, pour honorer les soldats disparus dont les corps n’ont pas toujours pu être rendus à leurs familles, surtout lorsque le pays est lointain. Une stèle et une plaque d’identification sont associées à chaque arbre. Les familles peuvent s’y recueillir et s’approprier l’arbre en le soignant.

D’autres pays vont d’adopter cette forme de commémoration : Australie, Nouvelle Zélande, Canada, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne. En France quelques allées mémorielles existent dans le nord-est de la France mais aucun nom de soldat n’y est associé.

L’arbre prend ici une valeur d’éternité, symbole patrimoniale contribuant à la diversité des paysages, à la biodiversité et au développement du territoire et du tourisme.

Paysage actualités, novembre-décembre 2018, n°414-415, p. 40-42.

 




Le hêtre, sentinelle climatique

30 11 2018

Présentation des caractéristiques du hêtre, arbre emblématique de l’Europe, qui a besoin d’humidité en été et de températures modérées. Aussi, les stations sont en régression voire en disparition sur certains sites du sud de la France.

Conseils pour la multiplication et la production de hêtre.

Encart sur l’étymologie de son nom botanique : Fagus sylvatica.

Lien horticole, 28 novembre 2018, n°1080, p. 18.

 




L’intelligence des plantes

25 05 2018

Entretien avec Stefano Mancuso, neurobiologiste et professeur à l’Université de Florence en Italie.

Il étudie depuis de nombreuses années les plantes. Pour lui, elles s’adaptent à leur milieu, communiquent entre elles, détectent les sons et seraient dotées d’une véritable intelligence. Le concept de neurobiologie végétale a été créé en 2005. Les plantes ont une intelligence différence de celle des hommes et des animaux. Etant immobiles, elles doivent s’adapter très vite aux dangers et aux changement de leur environnement. Les animaux ou les hommes possèdent, eux, le mouvement.

Télérama, 26 mai au 1er juin 2018, n°3567, p. 38-41.

 




Quid de la transplantation d’un arbre ?

12 01 2017

Opération délicate, il faut avant toute chose faire un état des lieux pour déterminer la valeur de l’arbre et l’avis du pépiniériste pour la partie souterraine. Si la transplantation est décidée, un plan d’action est préparé sur un à deux ans et ensuite des moyens exceptionnels sont mis en oeuvre.

Exemple avec la transplantation d’un tilleul.

Horticulture & paysage, janvier 2017, n°177, p. 58-59.