La forêt, bien commun ?

18 06 2021

Explication sur comment la forêt est perçue dans la société. Dans l’opinion publique, la forêt est un patrimoine commun que l’on doit préserver.

Le forestier professionnel, à l’origine pionnier de la gestion durable, se retrouve accusé de mettre la forêt en péril. Quand aux propriétaires privés, ils doivent mettre en place un plan simple de gestion mais aussi envisager les conséquences de sa gestion sur l’environnement. Néanmoins, la vision de tous les acteurs n’est pas si éloignée que cela.

Forêt entreprise, mars-avril 2021, n°257, p. 26.

 




Récolter les cônes

7 05 2021

Présentation du métier de grimpeurs-cueilleurs dans le Médoc. L’ONF (Office national des forêts) dirige la régénération artificielle de la forêt de pins maritimes. Créé dans les années 1950, une sélection des plants ont été effectuée afin de récolter uniquement les graines. La saison dure de septembre à février. 2 000 cônes sont récoltés en moyenne par jour.

Ca m’intéresse, mai 2021, n°483, p.56-59.




Pour une gestion durable des forêts

2 04 2021

Détail des différents documents permettant de gérer la forêt sur le long terme : le plan simple de gestion, le code des bonnes pratiques sylvicoles et le règlement type de gestion pour les forêts de moins de 25 ha. Pour chacun, les caractéristiques sont expliquées.

La gestion de la forêt peut être confiée à des gestionnaires (propriétaires, famille, coopératives forestières, experts forestiers, techniciens).

Deux organismes non gouvernementaux certifient la gestion durable des forêts : PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) et FSC (Forest stewardship council).

Forêt entreprise, janvier-février 2021, n° 256, p.32-35.

 




Les arbres et la sécheresse

2 04 2021

Tour d’horizon des différentes espèces d’arbres impactées par la sécheresse :

  • l’épicéa (Grand Est, Bourgogne, France-Comté)
  • l’épicéa (Massif central)
  • le sapin
  • les pins
  • les hêtres
  • les chênes
  • le Douglas
  • le châtaignier

Toutes les espèces ne réagissent pas de la même manière à la sécheresse et les conséquences varient (apparition d’insectes). Une surveillance de la santé des arbres est primordiale. A l’avenir, des renouvellements d’arbres sont à penser ainsi que les techniques et les essences. Pour en savoir plus : le Département de la santé des forêts

 

Forêt entreprise, janvier-février 2021, n°256, p. 6-13.




Tout sur la biodiversité forestière

27 11 2020

Dossier d’ensemble sur la biodiversité forestière afin de la connaître, la préserver et l’intégrer dans la gestion forestière :

  • la stratégie nationale et réglementaire en France
  • les projets européens LIFE
  • l’importance de la biodiversité
  • l’indice de biodiversité potentielle (IBP)
  • le bilan du site Natura 2000 en Sologne
  • l’apport des mares et ruisseaux
  • le patrimoine forestier
  • l’importance des habitats forestiers

Forêt entreprise, novembre-décembre, n°255, p. 10-59.

 




Les arbres à l’épreuve de la sécheresse

9 09 2020

2020 aura eu un été de sécheresse, une fois de plus. Toutes les espèces présentes en France sont touchées. Explication du processus de réactions de l’arbre en cas de sécheresse.

Autre danger, les ravageurs (scolytes, hannetons) qui détruisent les feuilles, les racines, les bois. Ayant moins de force, les arbres jouent moins leur rôle d’absorbeur de carbone et ralentissent leur croissance.

Les arbres s’adaptent aidés par les hommes au changement climatique  :

  • l’hétérogénéité des espèces est privilégiée au lieu de la monoculture
  • l’introduction de nouvelles espèces, habituées à de température plus chaudes, dans des parcelles appelées « îlots d’avenir »
  • l’introduction d’espèces exotiques, tout en veillant à leur non-invasion

Néanmoins, il faudra attendre une dizaine d’années pour voir si les bons choix ont été faits.

Le Monde, 9 septembre 2020, p.11.

 




Renaissance de la forêt atlantique brésilienne

3 09 2019

Vous entendez beaucoup parler en ce moment de la forêt amazonienne. Mais sachez qu’il existe une autre forêt au Brésil : la forêt atlantique. Elle ne représente aujourd’hui que 10 à 15% de sa surface d’origine sur la côte est du Brésil.

Néanmoins depuis 20 ans, Sabastiao Salgado, photographe et sa femme replantent des arbres dans la vallée de la rivière Doce (6 km2). Aujourd’hui, c’est devenu une forêt tropicale humide avec ses essences propres à une forêt atlantique.

Le couple a aussi replanté d’autres parcelles. Les sols ont ainsi été restaurés, l’humidité retenue et les animaux sauvages revenus.

Science et vie junior, septembre 2019, n°360, p. 10.




Connaissez-vous l’empreinte forêt ?

23 11 2018

L’empreinte forêt calcule la surface de forêt que nos habitudes d’achat contribuent à faire disparaître. C’est la matière première, le bois mais aussi la déforestation pour transformer la forêt en champ ou pâturage qui sont pris en compte. L’exemple le plus connu est celui de l’huile de palme qui a entraîné la destruction de la forêt indonésienne et mis en danger les orangs-outans.

Pour calculer son empreinte forêt, l’association Envol vert a créé un quiz.

Ca m’intéresse, décembre 2018, n°454, p. 42-43.




L’Amazonie, un potentiel pour le futur

5 10 2018

Dossier sur l’Amazonie, partagée par neuf pays, qui est l’enjeu d’un développement économique fondé sur la biodiversité. L’enjeu est de combiner savoirs traditionnels et secteur de pointe technologique pour stimuler l’économie. Mais la volonté des pouvoirs publics reste toujours incertaine. De plus, l’industrie pétrolière se déploie toujours.

Exemple de la culture de la noix du Brésil qui assure la subsistance d’une communauté et protège du déboisement. A savoir que 70% de la déforestation est liée à l’élevage du bétail.

Infographie sur l’Amazonie en chiffres.

Carte sur la déforestation sur vingt ans.

 

Courrier international, 20-26 septembre 2018, n°1455, p. 34-45.




La forêt de Bialowieza menacée

30 06 2017

Bialowieza, la dernière forêt primaire de plaine d’Europe, située en Pologne, est menacée par un plan de gestion augmentant les coupes sous l’égide du Ministère de l’environnement et de l’administration forestière. En plus de ce danger, un petit coléoptère, le scolyte de l’épicéa s’étend. En effet, il s’attaque aux arbres fraîchement abattus  ou affaiblis.

Au delà de ces deux difficultés, l’enjeu est de savoir si l’homme accorde à la nature quelque espaces où subsister et si l’homme doit constamment intervenir sur ce lieu préservé.

Pour en savoir plus :

 

La Garance voyageuse, été 2017, n°118, p. 17-21.