La gomme arabique, une boule d’or

17 11 2021

Reportage au Soudan sur la gomme arabique, qui est récoltée par les paysans. Issue de l’acacia senegal, la gomme arabique provient à 80% du Soudan. Elle est utilisée pour ses propriétés antalgiques et probiotiques mais aussi dans différents secteurs de l’industrie comme épaississant, stabilisant, émulsifiant ou de glaçage. Vendu à un prix de haute qualité, les paysans ne récoltent pourtant que 4 à 5 % de la valeur de la gomme transformée. Outre les exportations, le Soudan devrait davantage contrôler les étapes de la transformation finale de la gomme qui rapportent beaucoup plus.

Courrier international, 10 novembre 2021, n°1619, p. 40-41.




Le concept de phytoremédiation

26 03 2021

Explication du principe de phytoremédiation qui utilise plantes, algues et champignons pour assainir les espaces pollués. Cette méthode fait partie des objectifs de l’agenda 2030 des Nations-Unis. La dépollution se fait au niveau d’organes bien précis de la plante.

Le principe peut être aussi utilisé pour l’assainissement des eaux usées, les filtres plantés verticaux ou horizontaux sont aussi une autre solution économique et écologique. L’idée est de recréer un écosystème  naturel pour éliminer les polluants.

Espace public et paysage, mars-avril 2021, n°215-216, p.60-62.




L’urine, un fertilisant comme les autres ?

5 03 2021

Premier résultat du programme Agrocapi mené par la Chambre d’agriculture d’Ile-de-France et de l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, de l’alimentation et de d’environnement) qui consiste à faire des essais en champ avec un fertilisant à base d’urine humaine. La comparaison des effets se fait avec les résultats de l’ammonitrate et du lisier de bovins.

Les bénéfices agronomiques semblent positifs mais il reste à étudier l’impact des micropolluants organiques (résidus pharmaceutiques, hormonaux et soins personnels) dans le sol, les eaux et les plantes cultivés et leur transfert vers la chaîne alimentaire.

Encart sur une expérimentation possible en Ile-de-France.

La France agricole, 5 mars 2021, n°3893, p.37.




Des TCO à la place des insecticides et fongicides ?

20 01 2021

Présentation d’une nouvelle solution, le TCO (Thé de compost oxygéné) qui permet de ne plus employer de fongicides et de pesticides. Une préparation TCO consiste à infuser dans une eau déchlorée une base de lombricompost, en système aérobie, avec ajout de divers oligoéléments.

Un exploitant de la Vienne traite ainsi ses 59ha de terre de rotation céréalière diversifiée avec un maximum de couvert depuis 2019 en test et généralisé depuis 2020. Le dosage doit être très précis pour éviter des déconvenues. La solution est répandue au pulvérisateur ou en enrobage de semences. Cet itinéraire sera suivi tout au long de la campagne pour le magazine.

Cultivar Leaders, décembre 2020, HS n°33, p. 24-26.




L’appli qu’il vous faut : l’appli mobile Index ACTA

4 12 2020

L’ACTA (Association de coordination technique agricole) a créé une application de l’Index ACTA qui regroupe des informations de l’index phytosanitaire et de l’index biocontrôle. Elle permet :

  • d’accéder aux informations réglementaires sur les produits phytopharmaceutiques et leurs usages
  • d’effectuer une recherche sur les produits de biocontrôle ou sur les produits utilisables en agriculture biologique (UAB)
  • de mettre à jour en continu des informations sur les produits de santé végétale
  • de visualiser les fiches de données de sécurité (FDS)
  • de vérifier la validité des mélanges de produits sur une culture choisie

Pour tester gratuitement l’appli Index ACTA, offre valable 15 jours




Vignoble et biodynamie

24 09 2020

Expériences de vignobles gérés en biodynamie où la vie biologique est au coeur du processus. L’échange entre la vigne et la terre se fait par le biais des énergies, des vibrations, de l’influence du cosmos, des sols vivants. Pas d’intrants chimiques mais des préparations de plantes, de bouse de vache, de poudre de silice pulvérisées sur le sol et sur la plante.

Pour être en biodynamie, il faut être déjà en agriculture biologique. Par contre, aucun label officiel n’existe. Seuls deux organismes privés font des contrôles avec un cahier des charges : Demeter et Biodyvin. Le but est de retrouver le goût du terroir.

Encart sur Rudolph Steiner, théoricien de la biodynamie.

Ca m’intéresse, septembre 2020, n°475, p.78-81.




Comment lutter contre la processionnaire du pin ?

20 09 2019

La chenille processionnaire du pin progresse en France à cause du réchauffement climatique. Aussi pour la contrée, il convient de comprendre son cycle de reproduction (papillon, éclosion des oeufs, formation des nids, processions).

Quatre principaux moyens de lutte existent :

  • les pièges à phéromones pour contrôler la propagation
  • la lutte mécanique (échenilloir, écopiège)
  • la lutte par pulvérisation (insecticides biologiques)
  • la lutte par les auxiliaires (mésanges, chauve-souris).

Exemple de la ville de Perpignan, qui combine les différents moyens de lutte selon le contexte. Cela coûte 10€/pin/an.

Espace public & paysage, août-septembre 2019, n°201, p.58-60.

 




Désherber au naturel ?

5 09 2019

L’interdiction d’utiliser les produits phytosanitaires par les collectivités et les particuliers entraîne un développement de différentes techniques :

  • le déherbage thermique pour éradiquer la plante indésirable (gaz, ail pulsé, eau chaude)
  • le déherbage mécanique pour maîtriser la pousse de la plante (moteur électrique ou thermique, outils à griffes, brosses rotatives)
  • le désherbage manuel et l’écopâturage

Toutes ces techniques s’utilisent dans des conditions particulières et sont adaptées à certains terrains. Le regard de la société change aussi puisque les mauvaises herbes sont désormais appelées « plantes spontanées ».

Encart sur le désherbage thermique au gaz qui sera de plus en plus renouvelable.

Paysage actualités, juin-juillet 2019, n°420, p. 22-27.

 




La luzixine, futur super aliment ?

3 07 2019

La luzixine est un extrait foliaire de luzerne (EFL). La France est le seul pays à produire des extraits foliaires de luzerne sous la forme « concentré sec ». Le produit est donc un dérivé de la déshysdratation de la luzerne, utilisée dans l’alimentation animale.

Explication du processus de fabrication, suivi de son utilisation pour les carences alimentaires dans les pays en développement. Cette découverte a été faite par deux nutritionnistes anglais : Waterlow et Pirie dans les années 1960.

La luzixine est un Clean label, vegan, sans OGM et sans gluten et a été agréée « Novel Food » (aliment non consommé de façon significative avant mai 1997) par la Commission européenne.

D’autres renseignements sur le site de l’APEF (Association pour la promotion des extraits foliaires en nutrition).

La France agricole, 28 juin 2019, n°3806, p.36.




La permaculture : une démarche proche de la nature

28 06 2019

Le point sur la permaculture, cette technique très à la mode actuellement mais qui n’est pas toute récente car elle date des années 1970. Trois objectifs essentiels :

  • des écosystèmes cultivés et viables économiquement
  • le respect de l’environnement
  • être en autonomie

Pour ce faire, la permaculture se base sur l’observation de la nature, les pratiques agricoles traditionnelles et aussi sur les connaissances modernes actuelles. Aujourd’hui, 80% des projets de fermes maraîchères sont en permaculture. Ensuite, une autre étape consiste à la mise en place des différents éléments de la ferme pour les optimiser (cf schéma sur le design).

Ces fermes sont aussi performantes car il y a intensification : une petite surface avec plein de cultures.

Encart sur les cinq gestes pour débuter en permaculture.

Le site d’une ferme en permaculture : la Ferme du Bec-Hellouin (Eure)

Ca m’intéresse, juin 2019, n°461, p.40-44.