La publicité : dossier Radio France

Vos suggestions d'achats 0 commentaire »

Luc Laurentin et Thierry Piérard

No pub : le jour où la pub s’est arrêtée

Eyrolles, Paris – 6 novembre 2008


Plus
une annonce, plus une affiche, plus un spot… Lasse de se voir
maltraiter par le gouvernement et pressurer financièrement par ses
clients, du jour au lendemain la pub s’est mise sur « off ». Le monde
politique, le monde des affaires, l’opinion publique sont pris de
court, et le paysage économique est totalement bouleversé. Plaidoyer
grinçant pour une profession mal considérée, ce scénario de fiction
tire le signal d’alarme et donne à réfléchir sur l’urgence d’un
changement des mentalités et, pourquoi pas, d’une véritable négociation.

– présentation de l’éditeur –

Jessica Scale et Jean-Marc Benoit

Bleu, blanc, pub

le Cherche Midi – octobre 2008


Depuis
l’apparition du premier slogan choc « En France, on n’a pas de pétrole
mais on a des idées » jusqu’au Grenelle de l’environnement, en passant
par Bison futé, « Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts », la
Fête de la musique, la lutte contre le sida, la professionnalisation de
l’armée, les 35 heures, le passage à l’euro ou les réformes des
retraites…
Ces grandes campagnes, témoins de l’évolution de notre débat public, font partie de la culture commune des Français.
Mais pourquoi le gouvernement communique-t-il ? Est-ce une nouvelle
manière d’agir ou une ruse pour éviter l’action ? Pourquoi l’État
fait-il appel à des « fils de pub » ? La communication est-elle un
signe d’adaptation ou de déclin de l’État ? Y a-t-il une différence
entre les communications des gouvernements de droite et de gauche ?
Peut-on identifier des limites ou des risques de l’État communicant, et
lesquels ?
Professionnels de la communication et enseignants à Sciences Po, les
auteurs, Jean-Marc Benoit et Jessica Scale, décryptent 50 campagnes
emblématiques de la communication gouvernementale. Un voyage
passionnant au cœur de la politique, dans les coulisses de ces «
publicités citoyennes », illustrées par les documents originaux et
analysées par ceux qui les ont voulues, créées, choisies.
– présentation de l’éditeur –

Serge Regourd

Vers la fin de la télévision publique ? : traité de savoir-vivre du service public audiovisuel

Editions de l’Attribut, Toulouse. Collection La culture en questions – 20 octobre 2008


Formidable
coup politique du président de la République, la décision de supprimer
la publicité dans le service public audiovisuel risque de remettre en
cause l’existence même de la télévision publique si elle n’est pas
accompagnée des financements nécessaires. Avec la rigueur du juriste et
la sagacité du fin analyste politique, Serge Regourd nous propose un
éclairage d’une rare précision sur les exigences d’une télévision de
service public et les conditions de sa rédemption. Fin connaisseur des
modèles européens, il prône une réévaluation des missions du service
public en termes de qualité des programmes, de pluralisme, de
définition d’un modèle culturel spécifique.
« Le débat sur l’audiovisuel public a permis de rappeler à quel point
la télévision joue un rôle majeur dans la manière de façonner les
imaginaires et les consciences, de se représenter le monde. Première «
pratique culturelle » : plus de trois heures de consommation
quotidienne moyenne, soit l’équivalent de douze ans de la vie moyenne
d’un individu… »
« Ce projet de suppression de la publicité remet directement en cause
la stabilité budgétaire du groupe public, ainsi potentiellement privé
de 833 millions d’euros correspondant à près de 30% de son budget,
alors qu’il se caractérise déjà par un état de sous-financement
chronique. »

– Présentation de l’éditeur –

Stéphane Pincas et Marc Loiseau

Une histoire de la publicité

Taschen, Cologne (Allemagne) – juillet 2008


Ceci
est une pomme. C’est même le degré ultime de la pomme, dans toute son
essence et son usage. Une pomme publicitaire, en quelque sorte, qui
véhicule avec insistance une idée, celle du désir – c’est normal, c’est
son rôle de pomme depuis quelques millénaires. Mais en plus, cette
pomme-ci, contrairement à celle de l’Eden qui était en état de nature,
s’est maquillée pour faire son travail de pomme. C’est une pomme à la
mode, encore plus craquante dans sa petite robe de sucre. C’est une
pomme populaire : la pomme d’amour est un délice de manèges et de
flonflons. C’est une pomme qui croît au progrès : le petit bâton en
bois sur lequel elle est juchée la rend plus commode, plus sophistiquée
que sa soeur des champs, tout juste descendue de son arbre. La pomme,
la pub, le progrès – tout ça c’est un peu la même histoire, celle d’un
manque qu’inlassablement on tente de combler. On n’y arrive jamais
mais, en attendant, ça fait tourner le monde.
– 4e de couverture –

Bernard Heidsieck

Publicité

ASPECT, Nancy – juin 2008


Piste gauche
Publicité
« Pour Participer Au Comité D’Action :
« Contresignez cet appel
« Nous demandons à tous ceux qui sont d’accord avec cet appel d’envoyer
leurs signatures et d’adresser leur soutien financier à…
Publicité
« Suite… de la liste… des signataires… de l’appel… pour l’amnistie totale en Espagne et la fin de la répression
Piste droite
« La Gauche après vingt ans de discours… Comité de solidarité avec les travailleurs du Cinéma
« … la seule voie salutaire…
« Action tricontinentale appel du comité d’action de l’école normale supérieure de l’enseignement technique
– 4e de couverture –

Didier Lavanant

Vices et vertus de la publicité : quand le discours publicitaire pose question

Vuibert, Paris – 30 juin 2008


La
publicité manipule-t-elle le consommateur ? Est-elle morale, utile,
futile ? Peut-elle prétendre au titre d’art ? Que vaut le discours des
antipubs ? Voici quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage
répond en apportant un nouvel éclairage, neutre mais lucide.

Attaquée de toutes parts, parfois jusqu’à la caricature, la publicité
peine à se défendre, les maladresses de ses représentants ne plaidant
pas toujours en sa faveur. Face aux accusations dont ils sont l’objet,
les publicitaires hésitent entre jouer les vierges effarouchées, faire
le dos rond, afficher un dédain de façade ou bien encore – mais c’est
plus rare – plaider coupable. Pour y voir plus clair, il est essentiel
de se demander d’abord si le pouvoir que l’on accorde à la publicité
n’est pas surestimé. Si c’est le cas, ses professionnels se voient dès
lors blanchis, exonérés de la plupart des méfaits dont on les soupçonne.

En analysant tant les vices que les vertus de la publicité, l’auteur
nous invite à une approche non partisane du rôle que cette dernière
tient dans notre société. Innocente ? Complice ? Responsable ? Coupable
? Avec tous les éléments en main pour peser le pour et le contre, il
appartient désormais au lecteur de se faire sa propre opinion.

– 4e de couverture –

Marc Combier

Anciennes publicités murales

Ouest-France, Rennes – mars 2008


photographies et textes Marc Combier, préface de Pierre Bonte
Passionné de photographies dès l’âge de 7 ans, Marc Combler fut éditeur
de cartes postales avant de créer avec Pierre Tchernia les fiches de
Monsieur Cinéma.
Auteur, éditeur, et photographe, Marc Combler a rassemblé dans cet
ouvrage les photographies de publicités murales qu’il a prises depuis
plus de vingt ans. Nombre d’entre elles ont désormais disparu et cet
album constitue un témoignage d’une France oubliée où les premières
publicités se fixaient sur les murs des fermes ou les pignons des
villes. Elles ont gagné avec le temps, et pour celles qui ont été
conservées, une patine qui ajoute à la nostalgie qu’elles apportent par
les slogans, les graphismes et les couleurs d’un autre temps.
Cet ouvrage présente les publicités par thèmes de produits et les aborde sous leur angle graphique et artistique.
– 4e de couverture –

Michèle Declerck

La publicité à la croisée des chemins ou Comment la publicité construit son histoire

Management et société, Colombelles (Calvados) – janvier 2008


L’histoire
de la publicité ne s’est écrite dans aucun livre. Il s’agit d’une
histoire vivante qui s’est construite à travers les « grandes figures
stratégiques », ces campagnes qui témoignent de l’intelligence de la
publicité.
L’auteur distingue 4 grandes époques dans cette histoire :
* les grandes sagas, autour du produit-roi,
* les marques militantes, porteuses de message,
* les marques bâtisseuses, soit le passage à l’image d’entreprise,
* les marques disruptives, une nouvelle « vision » de la publicité.
Mais l’aventure de la publicité ne s’arrête pas là. En contradiction
complète avec l’idée d’un appauvrissement global de la publicité, on la
voit répondre à des enjeux tels que l’internationalisation, tandis
qu’elle s’enrichit de nouveaux outils et de l’exigence d’interactivité
qui signe la communication d’aujourd’hui.
– 4e de couverture –

Julien Marcland

Réclame

les Cygnes, Paris – décembre 2007


Des solitudes muettes, seules ou en couple, à leur bureau, chez elles, en terrain vague…
Étrangement coaché sur le sens de sa vie et de son parcours par Jean-Jacques, William fait un rêve :
une soirée mondaine qui dégénère dans un galerie d’art moderne devenue labyrinthe…
Des corps se cherchent alors sans se trouver.
Dans son cauchemar, William forme un vœu, un rêve d’Icare…
Et c’est la parole qui s’abîme.
La solitude demeure, non aliénée et sans salut, réfléchie en ses multiples miroirs.
– 4e de couverture –

François Bertin et Claude Weill

Cub’ de pub

Ouest-France, Rennes – octobre 2007


Un cube de pub qui présente une sélection des « réclames » les plus belles, les plus insolites et les plus marquantes.
Au fil des 400 pages de cet ouvrage, sont réunis des plaques émaillées,
des cartons, des calendriers, plaques, présentoirs et autant d’objets
publicitaires qui séduiront tous les amateurs de la « pub ».
– 4e de couverture –

Philippe Lorin

Pères de pub : histoires de la publicité

CODA – septembre 2007


Avec ce Pères de Pub,
l’histoire de la publicité est détaillée à travers celle des
personnages les plus influents de son évolution. En particulier,
Etienne Damour, pionnier touchant et enthousiaste qui élabora les bases
de la théorie du marketing à travers sa revue Vendre ; Albert Davis
Lasker qui modifia les habitudes de consommation des Américains avec
ses campagnes pour Palmolive, Kotex et Lucky Strike ; Leo Burnett qui
créa des personnages devenus mythiques comme le cow boy Marlboro et le
géant vert ; Marcel Bleustein-Blanchet, créateur légendaire de Publicis
qui prit sa place aux côtés des géants d’outre-Atlantique ; David
Ogilvy qui apporta le «British style» à la publicité américaine ; et
finalement Bill Bernbach qui inventa de nouvelles formes publicitaires,
en particulier lors du lancement du film Polaroid.
Au-delà du récit des inventions et parfois des audaces de ces
personnages qui d’une certaine manière ont façonné les mentalités
collectives et notre paysage urbain, ce livre aide à comprendre les
origines de l’effet publicitaire, constituant de toutes les stratégies
de communication aujourd’hui massivement à l’oeuvre.
En outre, et de manière plus générale, il dresse avec humour un tableau
alerte, vivant, de vies passionnantes illustrant un type humain
universel : l’entrepeneur.
– 4e de couverture –

Tags : ,

Liste des titres en lice pour le prix lycéen de la BD 2009

Quoi de neuf au CDR ? 0 commentaire »

TITRES-AUTEURS
1-Crrisp !-Collectif
2-Naïve-Sylvie FONTAINE
3-Sous tes yeux-François MATTON
4-Ouvert la nuit-Warren PLEECE, Jessica ABEL, Gabe SORIA
5-Celle de ma vie, celle de mes rêves-Joâo FAZENDA, Pedro BRITO
6-Quatuor-CATEL, José-Louis BOCQUET, Thierry BELLEFROID
7-Ruminations-Frédéric PEETERS
8-Zazie dans le métro-Clément OUBRERIE,Raymond QUENEAU
9-La maison dans les blés-Jean-Christophe POL
10-Odi’s blog-Sergio GARCIA, Lola MORAL
11-Le chant des sabres-Eye TENTACLE, Antoine OZANAM
12-La fille de Mendel-Martin LEMELMAN
13-Auto Bio-Cyril PEDROSA
14-Epinoche-Graham ANNABLE
15-Les marins perdus-Clément BELIN-Jean-Claude IZZO
16-Terre Rouge-Julie BLANCHIN, Laurent SICK
MANGAS
17-Drug-On T1-Saitoh MISAKI
18-Midnight Eye Goku-TERASAWA
19-Amours blessantes-Kiriko NANANAN
20-Les nourritures de l’âme-Kim DONG-HWA

Choisir dans chaque catégorie 1 à 3 titres par ordre de préférence (graphisme, humour, scénario) et 2 mangas.
Ecrivez sur le blog dans la catégorie BD vos commentaires, appréciations, critiques …
Bonne lecture!

Tags : , ,

Prix lycéen de la BD 2009, c’est reparti!

BD 0 commentaire »

Le concours de la BD 2009 est lancé au lycée des Arènes. 20 titres d’albums sont proposés à la critique des amateurs, lecteurs « bédéphiles ».

Pour participer, c’est simple : il faut s’inscrire au CDR , emprunter des albums et porter une appréciation  sur le graphisme, l’humour, le scénario. Des réunions permettrons d’échanger et de défendre ses titres favoris.

Venez faire partie du jury

Tags : ,

Encres de crimes

Ecrivains en herbe 0 commentaire »

Adeptes du grand frisson et de l’énigme policière, essayez vous à l’écriture ! La 4ème édition du concours de nouvelles policières « Encres de crimes » organisée par la ville de Castres en partenariat avec la revue littéraire « L’Encrier Renversé » est ouvert du 1er avril au 23 août 2008.
Les participants doivent écrire une nouvelle inédite appartenant au genre policier. Après une pré-sélection effectuée par la bibliothèque municipale de Castres, le jury composé de 2 membres du Conseil Municipal, d’enseignants, de professionnels du livre, et du Directeur de la revue « L’Encrier Renversé », décernera les prix parmi les œuvres présentées.
Le lauréat recevra un chèque-lire de 250 € et la revue « L’Encrier Renversé » pendant 1 an. Sa nouvelle sera en outre publiée dans cette revue.
De plus, de nombreux romans policiers attendent les amateurs du genre au CDR !

Pour participer :

  • Règlement complet
  • Concours ouvert à tous sans distinction d’âge (autorisation parentale pour les – de 18 ans)
  • Adresser le texte par la poste en 8 exemplaires avant le 23 août 2008 à : Bibliothèque municipale, Concours de nouvelles policières « Encres de Crimes », 2 avenue du Sidobre, 81100 Castres

 

p1010029.JPG

Tags : ,

L’Age d’or des sciences arabes

L'agenda culturel 0 commentaire »

En ce moment et jusqu’au 14 juillet 2008, une exposition sur l’Age d’or des sciences arabes a lieu à l’Ensemble Conventuel des Jacobins à Toulouse (rue Lakanal). Cette exposition conçue par l’institut du Monde Arabe se propose de révéler l’apport essentiel de la civilisation arabe au monde occidental et à l’histoire universelle des sciences.

Pour plus d’informations sur l’exposition : Age d’or des sciences arabes

Tags : ,

Mai 68

Les animations du CDR 0 commentaire »

Mai 68 était bien plus qu’une série de manifestations étudiantes. Avant tout, il s’agissait du plus grand mouvement de grève qu’ait jamais connue l’Europe. Cette explosion de colère n’était nullement « spontanée » au sens où elle serait venue de nulle part, n’aurait aucun signe précurseur ni aucune raison d’être. Les causes du conflit s’enracinaient profondément dans la société française de l’époque.

A l’occasion des quarante ans de ce mouvement, retrouvez au CDR une exposition consacrée à mai 68, ainsi qu’une sitographie disponible ici : sitographie-mai-68.pdf

p1010023.JPG

p1010026.JPG

Tags : , ,

Prix lycéen de la BD 2008

BD 0 commentaire »

Le prix lycéen de la BD a pour objectif de construire, en une année scolaire, un palmarès à partir des 20 albums de bande-dessinée proposés. Chaque établissement défend sa sélection et un vote final valide le palmarès définitif :
. Un Grand-Prix réunissant le maximum de suffrages pour ses qualités graphiques et d’écriture,
. Le prix du meilleur scénario,

. Le prix de l’humour,
. Le prix du meilleur graphisme.

Le palmarès établi en fin d’année scolaire, est présenté en novembre suivant, lors du festival de la bande dessinée de Colomiers. La remise des prix aux auteurs y est organisée, ainsi que des rencontres entre les lycéens et les auteurs primés.

Alors si tu aimes la BD et souhaites participer au comité de lecture qui décernera à un auteur « Le grand prix lycéen de la BD », rendez-vous sur le blog « Prix lycéen de la BD 2008 » et au CDR pour emprunter les albums sélectionnés cette année.

Tags : ,

Journées du développement durable au lycée du 1er au 11 avril 2008

Les animations du CDR 0 commentaire »

Dans le cadre de la « Semaine du Développement Durable », les élèves de Seconde 3 et leur professeur d’histoire-géographie, vous invitent à découvrir dans le hall du lycée, l’exposition qu’ils ont réalisés sur le thème du réchauffement climatique.

Il vous invitent également à participer à deux actions :

  • le mardi 8 avril : ils vous aideront à calculer « votre empreinte écologique » pour prendre conscience de votre impact sur l’environnement,
  • le jeudi 10 Avril, participez à « un geste éco-citoyen! «  : une collecte exceptionnelle de piles, cartouches d’encre et portables usagés organisée dans le lycée ( Points de collecte à la vie scolaire et au CDR).

p1010015.JPG

p1010016.JPG

p1010014.JPG

p1010017.JPG

p1010019.JPG

p1010020.JPG

p1010021.JPG

Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, un jeu-concours est également organisé. Les professeurs-documentalistes mettent à votre disposition, au CDR, une sélection d’ouvrages, de magazines et de DVD sur cette thématique pour répondre à toutes les questions !

* Questionnaires disponibles au CDR . 10 prix à gagner.

p1010004.JPG

p1010005.JPG

p1010008.JPGp1010010.JPG

Tags :

20ème Rencontres Cinémas d’Amérique Latine du 28 mars au 6 avril 2008

Les animations du CDR 0 commentaire »

affiche2008.jpg

Depuis 20 ans, les Rencontres des Cinémas d’Amérique Latine montrent à Toulouse au début du printemps les oeuvres actuelles et passées des cinéastes hispanophones, lusophones, français et de langues autochtones du sous continent. Plus de trois mille films, longs métrages de fiction, documentaires, courts-métrages et films d’animation y ont été projetés ; la plupart des réalisateurs, acteurs, critiques et historiens du cinéma latino-américain sont venus présenter leurs oeuvres ou en débattre.

En 2008, les Rencontres Cinémas d’Amérique Latine vous proposent :

Un panorama de la production récente,

  • La découverte de nouveaux visages du cinéma Latino,
  • La découverte ou la redécouverte de films qui ont marqué l’histoire des Rencontres et celle du cinéma Latino,
  • Une programmation particulière autour du tango (projections de films documentaires et de fictions, débats, concerts et milongas),
  • Des courts-métrages,
  • Des projections/rencontres/débats/littérature,
  • Des rendez-vous avec les réalisateurs,
  • Des apéros concerts,

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel des Rencontres : http://www.cinelatino.com.fr/fr/festival/2008/accueil.htm

A cette occasion, le CDR vous propose une exposition autour d’une sélection de livres et de films documentaires et de fictions consacrée à la culture latino-américaine et hispanique. Venez nombreux la découvrir !

p1010001.JPG

p1010002.JPG

Tags :

Syntax error

Ecrivains en herbe 0 commentaire »

syntax-error.jpg

 

« Mais … que s’est-il passé ? »

C’est vrai, après tout, il ne s’est rien passé. Comment pouvais-je me douter de ce qui arriverait ? C’est à cause de mon travail, peut-être. C’est vrai, c’est au travail que tout a commencé.

J’étais comptable dans une entreprise. Et là, toute la journée, je comptais. J’adorais ça, j’avais ma calculatrice toujours avec moi. Rien de plus banal, finalement. Il ne se passait rien. Je calculais, je comptais, j’additionnais, je retenais, je multipliais, je revenais, et je recommençais, encore, encore et encore, à l’infini ! Le nombre n’ont pas de limite, tout est calculable, tout est mesurable, pourquoi s’en priver ? Un problème ? Hop, je sors ma calculatrice, quelques calculs simples et la solution se retrouve affichée devant vos yeux, comme par magie. Combien de bénéfices pouvons-nous tirer de cette affaire ? Calculatrice. Combien pouvons-nous acheter de matériel ? Calculatrice. Dans combien de temps ce chantier sera-t-il terminé ? Combien de fois aurais-je le temps de faire le tour de la terre en ce laps de temps ? Quelle est l’aire de mon bureau ? Calculatrice, calculatrice, calculatrice.
Comme c’était pratique !

Sachant qu’il y a trente-deux marches pour sortir de mon immeuble, puis vingt-quatre plus douze petites dans le métro, plus les quarante-huit à mon bureau, en sachant que je fais l’aller retour plus la pause pour manger où je descend dans la rue, cela fais … calculatrice: deux fois trente deux, plus deux fois vingt-quatre, plus deux fois douze, que j’additionne à quatre multiplié par quarante-huit, égal … trois cent vingt huit marches passées dans la joumée ! Mais combien descendues, combien montées ? Combien en un mois, en un an ? Calculatrice.

C’est devenu une obsession, je calculais tout ce que je faisais, combien de temps je dormais, combien de grammes d’aliments je mangeais. Et puis je ne dormais plus, je ne mangeais plus pour pouvoir calculer. Et, évidemment, je ne travaillais plus non plus. Il a fallu trois mois à mon chef pour ne plus me supporter. Il lui a fallu un jour pour me mettre à la porte. Il m’a fallu deux heures trois quart pour expliquer à ma femme ce qui s’était passé.

« Mais il ne s’est rien passé ! Cela fait deux ans et cinq mois que je vais dans cette boîte tous les matins, que je fais le même boulot ! Comment veux tu que j ‘y comprenne quelque chose ?

– Ecoute, tu ne fais plus attention à rien, tu es complètement obnubilé par cette … calculette ! Il faut te ressaisir ! Tu vas devoir retrouver un emploi et … tu m’écoutes ?

– Oui … Oui, c’est ça, deux ans, cinq mois et treize jours, exactement.

– Regarde-moi quand je te parle ! Il faut que tu retrouves du travail !

– Laisse-moi, je travaille ! »

Elle a piqué une crise de nerfs. Finalement, elle a dû en avoir marre et partir, mais je ne m’en suis aperçut que le lendemain matin, quand j’ai trouvé la table du petit déjeuner vide. Partie !
Ah, elle était partie ! Ah … mais, comment allais-je manger, moi? J’ai cinq euro vingt-cinq centimes. Combien de croissants pouvais-je me payer avec vingt-cinq centimes ? Calculatrice. Finalement, c’était très bien comme ça. J’avais la journée pour moi ! Pas de travail, pas de femme, rien que moi et mes calculs ! Ah ! Ah ! Le monde entier m’était ouvert !

Le soir venu, ma femme revint. Elle partit dans la chambre, faire des valises. Ah, elle partait définitivement ! Enfin ! Dire que j’avais passé … c’est ça, cinq ans, un mois et quatre jours avec elle. Que de temps perdu, environs …

J’étais déjà en train de faire des pronostics, lorsque quelqu’un frappa à la porte et des hommes entrèrent.

– Bonjour madame. C est lui ?

– Oui, je … ses valises sont prêtes. Chéri ?

– Mais qu’est-ce que … comment, « Syntax error » ? Il était parfaitement clair, ce calcul !

– Chéri, tu vas devoir suivre les messieurs, je … c’est pour un certain temps seulement … tu m’écoutes ?

– Syntax error ! C’est la meilleure, celle là ! Il y a des gens qui ne manquent pas d’air ! SYNTAX ERROR !

Je m’étais levé, à présent, et je parcourais la pièce en faisant de grands gestes.

– Syntax error ! Tu sais ce qu’il te dit, Syntax error ? Il te dit vas te faire calculer ailleurs, ouais !

– Mais … que s’est-il passé ? demanda un des médecins.

Ma femme me regarda avec un air triste.

– Rien … il ne s’est rien passé.

Mais déjà les médecins m’emmenaient, loin, très loin de mes ennuis, dans une petite maison avec une chambre blanche, dans laquelle je pourrais calculer, encore et toujours, jusqu’à la fin de ma vie …

Tags :