Tous les billets de janvier 2008

DU ROMAN AU FILM

Les animations du CDR 0 commentaire »

Difficile de retranscrire les mots en images et de calquer l’univers du roman dans un film. Et pourtant, nombreux sont les films qui sont des adaptations littéraires. Voir l’Exposition au CDR

Depuis quand adapte- t on ?

On adapte depuis toujours des romans au cinéma. La preuve : en 1902, Georges Méliès, pionnier du cinéma avec les Frères Lumière, réalisait Le Voyage dans la lune, une adaptation du célèbre roman de Jules Verne De la Terre à la lune. Et sans remonter aussi loin, beaucoup de classiques que l’on croit originaux s’inspirent en fait d’un livre ou d’une pièce plus ou moins célèbre : West Side Story, Full Metal Jacket, Les Dents de la mer, Mary Poppins.

Les différents types d’adaptation

L’adaptation fidèle : elle permet de porter directement un roman à l’écran avec le minimum d’interférence apparente. C’est le cas par exemple du Seigneur des anneaux de Peter Jackson qui retranscrit fidèlement l’œuvre originale de J R R Tolkien.

L’adaptation libre : elle permet au réalisateur de s’inspirer du livre tout en revendiquant le droit de le modifier. Il renouvelle le regard de l’écrivain et apporte un nouveau souffle à l’œuvre.

C’est ce que fait par exemple René Clément avec « L’assommoir » d’ Emile Zola, quand il filme l’un des personnages principaux, Gervaise (1955) et prend des libertés avec l’œuvre originale.

L’adaptation transposition : c’est le cas le plus original d’adaptation car il permet de recréer une œuvre. Le cinéaste a lu le roman mais décide de le réécrire entièrement, avec de multiples modifications comme des scènes inédites. C’est ce que fait, par exemple, Dieterlé en 1939 avec « Notre-Dame de Paris »; mais aussi Manuel de Oliveira pour « Madame Bovary ».

Quels sont les livres les plus adaptés ?

De tous les livres jamais écrits, Roméo et Juliette est certainement le plus adapté. On compte pas moins d’une cinquantaine de films tirés de cette pièce de William Shakespeare. On ne compte plus les adaptations des Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas ou encore des Misérables de Victor Hugo. Le personnage littéraire le plus adapté reste en revanche Sherlock Holmes avec plus de 200 adaptations .

Combien ça coûte?

Best-seller oblige, les droits d’adaptation des romans ont connu une incroyable inflation ces dernières années. Logique au vue des bénéfices générés par les films qui en sont tirés. Le Da Vinci Code de Dan Brown s’est ainsi négocié à 1,6 millions d’euros, comme Et Si c’était vrai de Marc Levy. Parmi les films à sortir, les droits du Parfum de Patrick Süskind ont été vendus pour la somme de 8,2 millions d’euros.

Et vous ? Que pensez vous des adaptations de romans au cinéma ? Avez vous déjà été déçu ? Enthousiaste ?

Donnez votre avis. Déposez vos commentaires sur le blog.

Sources :
Garcia, Alain. L’adaptation du roman au Film.
Gesbert, Christelle. « Des mots à l’image » http://www.linternaute.com/sortir/livre/adaptations-livre-cinema/

 

 

Tags : , , ,

Produire.

Ecrivains en herbe 0 commentaire »

Produire, produire, produire.
L’arène en tout genre nous fait produire de tout. Mots, idées noires ou roses, sourires et larmes, affinités inconnues et partage.
Après le cahier tournant voici le blog. Et ces deux idées sont sans aucun doute bien à la hauteur de ce lycée.
Faites oui, mais faites artistique. Du flou au net, construis toi et construis nous.
Artiste est le plus dur des métiers en somme: il faut accepter d’être simplement soi, après s’être trouvé. Trouve toi. Erre dans tous les styles et les couloirs. Mélange toi aux gens sans compter et ne t’oublie jamais. Créé des amitiés qui s’en iront trop vite et garde un bout de chacun des secrets que gardent ces murs pour être quelqu’un; et tu deviendras toi.
Quand tu seras toi, tu produiras sans fin au rythme effreiné des soirées étudiantes et des lendemains dans le coton, les yeux aussi ouverts que les portes du lycée en ce moment: aux trois quart. Produit plus vite que le vent et tu seras peut-être à la vitesse de bord. Croisière.

Au milieu de tout ça, quelque part au fond de l’esprit de ce nouveau toi, pose toi et réfléchit. On est le dix janvier deux mille huit. Que feras-tu l’an prochain? De quoi sera fait ton avenir? Que sera demain?

Stop. Le temps file. Produit ta vie.