L’homme est-il « un loup pour l’homme » ?

Thomas Hobbes cite Plaute et fonde toute sa théorie du contrat social sur cette violence à l’état de nature intenable, invivable que l’on fuit et qui nous pousse à sacrifier notre liberté naturelle pour passer à l’état civil. Même si l’état de nature est une fiction théorique et n’a jamais existé pour Hobbes, cette situation de conflit, de tension, menace et méfiance est le postulat pour justifier le fait que tous déposent leur liberté dans les mains du souverain, le Léviathan.

Cette violence innée sera également défendue par Freud :

« L’homme n’est point cet être débonnaire, au coeur assoiffé d’amour, dont on dit qu’il se défend quand on l’attaque, mais un être au contraire qui doit porter au compte de ses données instinctives une bonne somme d’agressivité. Pour lui, par conséquent, le prochain n’est pas seulement un auxiliaire et un objet sexuel possibles, mais aussi un objet de tentation. L’homme est en effet tenté de satisfaire son besoin d’agression aux dépens de son prochain, d’exploiter son travail sans dédommagements, de l’utiliser sexuellement sans son consentement, de s’approprier ses biens, de l’humilier, de lui infliger des souffrances, de le martyriser et de le tuer. Homo homini lupus : qui aurait le courage, en face de tous les enseignements de la vie et de l’histoire, de s’inscrire en faux contre cet adage ? Cette tendance à l’agression, que nous pouvons déceler en nous-mêmes et dont nous supposons à bon droit l’existence chez autrui, constitue le facteur principal de perturbation dans nos rapports avec notre prochain ; c’est elle qui impose à la civilisation tant d’efforts. Par suite de cette hostilité primaire qui dresse les hommes les uns contre les autres, la société civilisée est constamment menacée de ruine. »

Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation, extrait (1929).

Si cette hypothèse semble se confirmer dans nos rapports quotidiens, les conflits incessants qui rythment l’histoire de l’humanité,  elle parait démentie par les études récentes en anthropologie et paléontologie, comme le montre l’article ci-dessous :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ac36cbf2-a325-11e4-b189-26eecf90f1b5/La_violence_naurait_pas_toujours_existé

Alors loup ou agneau ? agressivité ou empathie innées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *