Popper = la Psychanalyse, une pseudo-science.

Trouvez le thème et la thèse du texte de texte Popper tiré de Conjectures et Réfutations.

1- A quoi l’auteur compare-t-il la psychanalyse à la fin du texte ? Pourquoi (rapport avec la thèse) ?

2- Dégagez l’argument au début du texte qui prouve la pseudo-scientificité de la psychanalyse pour Popper ? (deux phrases)

3-La réfutabilité est un critère de scientificité pour Popper, montrez le paradoxe de cette thèse. En quel sens faut-il alors comprendre ici irréfutable ?

4-La colère divine cause de l’orage : est-ce réfutable ?; Le marxisme, le darwinisme ? Le système ptoléméen est-il scientifique (géocentrique) ?

Les trois critères de scientificité d’une théorie selon Popper sont :

-la vérifiabilité

-la reproductibilité

-la réfutabilité ou falsifiabilité.

un énoncé est falsifiable « si la logique autorise l’existence d’un énoncé ou d’une série d’énoncés d’observation qui lui sont contradictoires, c’est-à-dire, qui la falsifieraient s’ils se révélaient vrais » Qu’est-ce que la science ? K. Popper

Si un comportement inverse de celui qui est observé se révèle tout aussi compatible avec la théorie proposée, alors cette théorie n’explique rien. L’idéal du chercheur est pour Popper celui qui, ayant défini au préalable les critères de réfutabilité de sa propre hypothèse, part lui-même à la recherche des faits susceptibles de prouver la fausseté de son intuition.

Le chercheur, dans son rapport à l’expérience, ne doit pas se mettre à la recherche d’une confirmation de sa théorie qui se résumerait à une addition d’exemples résolument non-scientifique. C’est bien d’ailleurs ce qu’il reproche aux marxistes et aux psychanalystes, qui développent des stratégies qui « immunisent » leurs théories en dérogeant au critère de réfutabilité, et finissent par tout expliquer, tout englober dans leurs théories, même des comportements contradictoires, et n’ont alors plus rien de scientifique ; ce sont des systèmes de pensée, des « visions du monde », mais pas des théories scientifiques.

Une théorie qui se verrait confirmer dans tous les cas (mêmes contradictoires) est le contraire d’une théorie scientifique car deux effets opposés ne peuvent être expliqués par la même cause. 

 

De plus, pour pouvoir être réfutée, une théorie doit pouvoir identifier, observer, mesurer la cause. Si la cause est l’inconscient, alors vous vous condamnez à ne jamais pouvoir l’observer tel quel. Car si c’est en tant qu’inconscient qu’il agit, si la pulsion n’est plus refoulée, les symptômes doivent disparaître. S’ils persistent, alors c’est que ce n’était pas la cause.

Enfin, si le patient ne guérit pas une fois que le psychanalyste a interprété et mise au jour la pulsion refoulée, ce dernier l’expliquera par un déni inconscient du patient. C’est encore l’inconscient qui vient justifier l’impossibilité de le prouver.

On a donc une pétition de principe : soit une théorie qui cherche à démontrer ce qu’elle présuppose.  

Pour Popper, aucune théorie ne peut jamais être absolument vérifiée, on ne peut jamais atteindre la vérité, on ne peut que démontrer avec certitude la fausseté de théories antérieures. On ne peut que démontrer le faux, jamais le vrai pour ce qui est de l’induction. Une observation (ou deux ou mille) ne prouvent pas la vérité d’une théorie. En revanche, un contre-exemple prouve sa fausseté.

La falsifiabilité est le fondement sur lequel construire solidement notre savoir scientifique, car elle permet le progrès continu des théories en direction d’une vérité jamais atteinte, toujours approchée à la manière d’une asymptote. En effet, pour Popper, les sciences sont condamnées à progresser ou à n’être pas véritablement des sciences.

Ainsi, il faut distinguer vérité et scientificité : Une théorie peut être scientifique mais fausse. L’histoire des sciences nous le confirme. Galilée, Newton restent des scientifiques quand bien même leurs théories ont été révisées par Einstein. La théorie ptoléméenne, par exemple, reste scientifique car on a pu prouver qu’elle était fausse. La psychanalyse ne contient pas les conditions d’une telle réfutation. On peut donc croire en l’inconscient mais jamais le prouver scientifiquement.

2 thoughts on “Popper = la Psychanalyse, une pseudo-science.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *