Le désir nous condamne-t-il à être malheureux ?

Pour Schopenhauer dans Le monde comme volonté et comme représentation, l’homme est condamné à être malheureux. Tout d’abord, parce que le désir place l’homme dans un processus monotone et répétitif alternant frustration et ennui (comme UN pendule). Le paradis n’est finalement qu’un enfer où l’ennui a remplacé la souffrance. De plus, l’homme prend conscience de son bonheur toujours de manière rétrospective « j’ai été heureux » mais difficilement au présent.  (cf. p51 dans votre manuel), le bonheur se conjuguerait au passé.

2 thoughts on “Le désir nous condamne-t-il à être malheureux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *