Découvertes merveilleuses dans les profondeurs d’une cité-bibliothèque

Peter, jeune garçon, vit dans les profondeurs secrètes d’une bibliothèqueAu cœur du livre se trouve le livre. Cette double-page adopte la ... hors du commun. Il passe ses nuits à la arpenter et à l’explorer ; jusqu’au jour où il constate la disparition d’un livre plein de promesses : « Comment ne jamais vieillir ». Raison de plus pour partir encore plus loin à l’aventure dans,les endroits les plus inexplorés de son univers. D’ailleurs, il espère aussi trouver le secret de l’immortalité.
Cet album, devenu un classique, est magique. La quête de l’enfant et ses découvertes ont un grand intérêt. Mais, pour moi, l’enchantement réside dans chaque petit recoin des illustrations qui font vivre sous nos yeux ébahis, comme en lecture, les rues d’une immense cité-bibliothèque. Balcons, planchers, canaux, ports et fenêtres ouvertes sur l’infini (ou sur des vies quotidiennes se déroulant juste là devant nous)), des escaliers de pierre, de bois, des échelles de fortune, des rambardes, guident nitre regard et nous livrent moultes scènes des plus anodines aux plus surprenantes : ici, une fillette fait sa toilette, là, une souris nargue un chat ; ici, un homme regarde la télévision, là, une sorcière sort de son atelier ; ici, le sable s’égrene dans un sablier, là, il coule en rivière d’un sablier brisé, etc. A chaque fois que je pars à l’aventure du regard dans ces denses illustrations, elles me procurent le plaisir inouï d’être hors du temps et de l’espace comme si j’étais Alice poursuivant le lapin blanc dans son trou. J’ajouteraiIMG_2293 que les titres des livres ornant les rayons de cette bien originale et très vivante bibliothèque m amusent ; j’ai un très grand faible pour « Si Rano Deberge raque ! », « Rartatatin de Ratascon » et « Les pépins de la colère ». Je n’ose pas imaginer la foule d’ateliers d’écriture que cet ouvrage unique peut inspirer, avec, par exemple :
– le détournement des titres de sa propre bibliothèque (le mieux serait à l’aide de collages, de mettre en scène, en images, cette nouvelle bibliothèque imaginaire et rêvée)
– des portraits imaginés, tant physique que moral, des personnages que Peter pourraient rencontrer dans cette bibliothèque
– l’écriture d’une nouvelle étape dans l’itinéraire de Peter, dans laquelle on décrirait, par exemple, le quartier des pirates, celui d’un commissariat ou celui des marins.
Vous l’aurez évidemment compris, je suis une inconditionnelle de ce livre, qui est à la fois une histoire, un bel objet, des aventures et surtout une merveille.

Références :

Titre : Le livre disparu

Auteur : Colin Thompson

livre disparu 2

Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.