logologo

« En classe de neige, le vivre ensemble a pris tout son sens. »

Isabelle Virth, professeur de physique-chimie au lycée La Providence, à Amiens (Somme) a emmené quatre classes de seconde en Savoie pour un séjour mémorable. L’occasion de resserrer les liens des élèves entre eux et avec les professeurs, sans négliger les apports pédagogiques.

Les élèves de La Providence, à La Giettaz (Savoie) : 6 jours pour découvrir les sports de glisse. Source : https://lewebpedagogique.com/classedeneigelapro/

Les élèves de La Providence, à La Giettaz (Savoie) : 6 jours pour découvrir les sports de glisse. Source : https://lewebpedagogique.com/classedeneigelapro/

 

  • Quels étaient les objectifs de la classe de neige ?

Au départ, l’envie est partie d’élèves qui voulaient découvrir un sport différent et non accessible dans notre région, dans le cadre de leur option EPS. Mais cette idée a fait « boule de neige », et plusieurs classes ont souhaité partir. Les professeurs principaux ont donc soutenu leurs élèves, très motivés par ce projet ! Les objectifs, pour nous, étaient de favoriser les liens intra- et inter-classes, de dispenser un enseignement dans un cadre hors norme, de faire découvrir ou redécouvrir la montagne aux élèves, et de créer un lien nouveau entre élèves et professeurs.

 

  • Préparer une classe de neige pour 100 élèves demande de l’organisation. Comment avez-vous procédé ?

C’est effectivement une très grosse organisation, notamment d’un point de vue administratif : nous devions monter un dossier interne pour expliquer les apports pédagogiques, le financement, l’organisation exacte de ce séjour. Il fallait aussi gérer les quelques élèves qui ne souhaitaient pas partir. Il y a également un dossier à faire remonter au rectorat qui reprend un peu les mêmes éléments. Cela prend du temps, mais au final, compléter ces dossiers permet de se poser les bonnes questions et de ne rien oublier. Le projet doit commencer à se monter au moins trois ou quatre mois à l’avance (communication aux parents, réservations, retour des autorisations de sortie et règlement, informations sur le voyage etc.). Mais le dossier au rectorat doit être rendu seulement un mois avant le départ.

Par ailleurs, nous avons sollicité l’association des parents d’élèves pour aider les familles aux revenus les plus modestes : ils n’ont rien eu à payer.

Faire partir autant d’élèves a suscité des questions et des inquiétudes mais cela n’a, au final, pas été un obstacle, car les familles et élèves étaient enchantés du projet et l’équipe organisatrice, vraiment soudée ; chacun son rôle à jouer. Il faut avant tout une excellente entente entre les enseignants pour que ce projet aboutisse et que le voyage se passe bien.

 

  • Comment informer au mieux les parents ?

En amont du voyage, j’ai créé un blog (sur LeWebPédagogique) : cela a permis de mettre en ligne toutes les informations utiles pour les parents (infos pratiques, autorisations de sortie, fiches sanitaires etc.), de répondre en temps réel à leurs questions, de communiquer les indications de dernière minute. Et les élèves ont pu poster leurs photos sur le blog tout au long du séjour, sous la surveillance des professeurs, avec des commentaires sur la journée. Vraiment, c’est un outil très pratique, qui a été très apprécié.

 

  • Quel était le programme de la classe de neige ?

Le matin, les enseignants qui étaient présents ont dispensé des cours dans des salles prévues à cet effet, par classe habituelle : du français, des maths et de la physique-chimie tous les matins. Une évaluation a eu lieu en fin de semaine. Globalement les élèves ont joué le jeu et se sont bien investis.(Un EDT aménagé pour la vingtaine d’élèves restés à La Providence leur a permis de bénéficier des mêmes cours.)

Les cours de l’après-midi étaient dispensés par des moniteurs : ski ou snowboard, en fonction du niveau de l’élève. Les groupes obligeaient les classes à se mélanger. Les élèves ont pu passer leur étoile en fin de semaine et tous ont reçu une médaille… D’autres activités étaient prévues : balade en raquettes, luge, goûter crêpes, etc.

Les soirées ont été bien remplies également : film débat dans le cadre du programme de français, intervention de guides de hautes montagnes (sensibilisation aux risques, prévention, etc.), soirée jeux de société, et soirée festive pour terminer la semaine.

Les activités, les chambrées de deux à quatre jeunes, ont bien entendu favorisé les liens entre élèves, quelles que soient leurs classes ; professeurs et élèves ont pu se découvrir sous un autre jour. Le « vivre ensemble » a pris tout son sens.

 

  • Quel fut le meilleur moment ?

« La boum » qui a clôturé ce séjour reste le meilleur moment : une soirée dansante où chacun s’est bien amusé et où élèves et professeurs ont pu échanger, faire un bilan sur l’apport de ce séjour, et rire des meilleurs moments (ou des plus difficiles aussi !), avec une extrême reconnaissance des deux côtés pour le respect et la motivation dont chacun a fait preuve pour que cette semaine se déroule sans encombres ! Une expérience riche qui s’est conclue par plusieurs mails reçus de familles enchantées…Allez, plus que quelques mois avant un nouveau départ !

Mots-clef :

Laisser un commentaire