L’origine des couleurs

Les pigments et colorants sont extraits de végétaux, de minéraux, ou bien d’animaux. Certaines couleurs sont également fabriquées par des procédés se rapprochant de l’alchimie, ce sont les pigments artificiels.

Au Moyen Age, la majorité des couleurs est fabriquée à partir de végétaux ; les procédés pour extraire des colorants de plantes sont divers : cela peut se faire par macération, ou par décoction et cuisson. On peut aussi extraire des pigments de matières minérales comme des pierres ou de la terre. Les pierres, broyées (différemment selon la nature de la pierre), sont réduites en poudre. Quant aux terres, elles sont lavées puis décantées pour séparer le pigment du sable. Enfin, le monde animal peut fournir certaines couleurs, comme le noir obtenu par calcination d’os de cerf, ou d’ivoire d’éléphant, ou le rouge kermès fabriqué à partir d’un insecte.

Tous ces pigments sont la base des peintures ou teintures utilisées autrefois : la peinture n’est en réalité que le simple mélange d’un pigment avec un liant.

Fabriquer des pigments

On peut utiliser différentes sortes de terres ou de pierre pour créer des pigments : par exemple l’ardoise une fois préparée donnera une poudre noire bleutée, des terres peuvent donner de l’ocre, la brique un rouge brun etc. Fabriquer un pigment est à la portée de tous, cependant il n’est pas évident de se procurer de bonnes matières premières, à l’origine de couleurs intéressantes.

Afin d’obtenir de jolies couleurs de pigment, une astuce consiste à se servir de pigments déjà utilisés, et de les remettre en poudre. On peut ainsi réutiliser les pigments de crayons de pastels secs, qui seront faciles à réduire en poudre à l’aide d’une feuille de papier de verre très fine (grain 600), ou d’une râpe à craie.

Les pigments obtenus n’ont plus qu’à être mélangés à un liant pour devenir de la peinture.

Le broyage

Pour fabriquer des pigments à partir d’éléments naturels « secs » comme la terre ou la pierre, il faut commencer par écraser l’élément au mortier, jusqu’à l’obtention d’une poudre fine et homogène. Cette étape peut être longue et fastidieuse, c’est pourquoi il vaut mieux choisir une matière plutôt molle, comme de la brique, ou certaines pierres tendres. Il faut ensuite séparer la poudre de ses impuretés par la lévigation : c’est l’action de purification des minéraux par un courant liquide. Cela demande un équipement de chimie adapté, ce qui rend la fabrication de pigments à partir d’éléments minéraux compliquée.

Pour obtenir une pâte, il est important de mélanger les poudres obtenues à un liant en veillant bien à respecter les bonnes proportions de pigments et de liant. Attention certains pigments sont incompatibles avec certains liants par exemple !

Les liants

En peinture, il n’est pas faux, même si c’est un peu simplificateur, de considérer le liant comme une « colle à pigments et à supports » donnant à la couleur une viscosité qu’elle n’a pas naturellement, tout en la protégeant. Si on mélange les pigments seulement avec de l’eau, ils redeviendront une poudre qui s’envolera dès que l’eau sera évaporée.

Les premières peintures rupestres connues (Tsodilo, Arnhem, Lascaux, Chauvet, Altamira, etc.) étaient souvent réalisées sans liant. La plupart n’aurait pas résisté à une exposition même brève à l’air libre. En Australie, on commença très tôt (cf. Anne Varichon) à utiliser le suc d’orchidée sauvage, le jaune d’œuf, la cire et divers produits d’origine végétale comme liants. On mentionne l’emploi de graisses animales au paléolithique en Europe. Mais parmi les tous premiers liants de grande efficacité, outre l’œuf et la cire qui on fait leurs preuves, nous citerons la gomme arabique et probablement aussi la gomme de merisier (que nous connaissons mal). Les huiles à peindre n’apparaîtront que très tardivement, bien après le jaune de l’œuf, et une bonne quantité de produits ayant démontré leur bonne adaptation à des contextes précis d’emploi pictural.

Toute peinture est constituée au moins :

–   de pigments

–   d’un, voire de plusieurs liants qui mouillent et collent les pigments entre eux tout en les faisant adhérer au support.

Chaque procédé de peinture réfère à un liant spécifique. On parle de « procédé à l’huile », de « tempera à l’œuf, à la caséine ou à la colle », de peintures synthétiques, acryliques, vinyliques, de peinture à fresque au mortier, etc.

Les artistes ont élaboré des recettes de peintures, que nous pouvons tester pour la plupart :

– les peintres de l’Antiquité peignaient à l’encaustique : ils mélangeaient leurs pigments avec de la cire d’abeille qu’il faut chauffer pour pouvoir ensuite l’étaler. L’ajout d’une résine à la préparation durcissait l’ensemble une fois sec.

– au Moyen Age et à la Renaissance, on utilise la tempera (l’ancêtre de notre gouache). C’est le jaune d’œuf qui sert de liant. On mélange ce jaune (avec une goutte de vinaigre) aux pigments pour obtenir une peinture brillante avec des couleurs vives. Attention : la peinture ainsi fabriquée ne se conserve pas, il faut l’utiliser aussitôt !

– les frères Van Eyck passent pour être les inventeurs de la peinture à l’huile. Cette peinture est difficile à fabriquer (il faut des huiles spéciales et faire très attention aux proportions). Cette peinture ne se dilue pas à l’eau, mais à l’huile, à la thérébentine ou au white spirit. Elle a des qualités de transparence et de souplesse très intéressantes.

– le XX° siècle a vu l’invention d’un liant: l’acrylique. Il permet de réunir les avantages de la gouache (se dilue à l’eau) et ceux de l’huile (imperméable une fois sec, permet des empâtements qui ne se craquellent pas, devient transparent une fois dilué et permet des glacis…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.