Les élèves sur les pas de Léo Drouyn

Par Louis Le Cor (avec les classes de CM2)   SUD OUEST du 15/06/2012
 

Décalque du dessin sur la plaque vernissée.

 Le vendredi 4 mai, Bertrand Gaultier, graveur professionnel avait transporté son atelier à l’école. Cette journée venait en point d’orgue d’un projet auquel ont participé deux classes de CM2 de Macau : mettre en exergue Léo Drouyn, passeur de patrimoine. Il s’agit d’un projet mené et subventionné par l’Éducation nationale en Gironde. Soixante classes étaient candidates, 12 ont été sélectionnées sur dossiers, dont deux de Macau.

Cet érudit bordelais du XIXe siècle, architecte, archéologue, dessinateur et graveur a laissé, avant les témoignages photographiques, un fond iconographique exceptionnel sur le patrimoine aquitain ; son œuvre est riche de 5 000 dessins et 1 500 gravures. Il a fait notamment plusieurs croquis du château d’Agassac à Ludon et de l’église de Macau. Les élèves, après avoir visité à Bordeaux une exposition sur cet artiste, se sont distribués la tâche : la classe de Mme Ogden et de Mlle Mouyen a tourné un court-métrage sur le château d’Agassac, dont les élèves ont été scénaristes et acteurs ; la classe de Jean-Pierre Lafon a réalisé des gravures sur l’église de Macau.

Conseillés par des spécialistes

Pour cela, ils ont d’abord visité l’église sous la conduite de Catherine Martin, historienne de l’art au Comité de liaison de l’Entre-deux-Mers, porteur du projet ; les élèves ont ensuite sélectionné le sujet de leur future gravure, fait les dessins au crayon et décalqué leurs ouvrages. Ils ont été conseillés par des spécialistes des arts plastiques de l’Éducation nationale. La journée du 4 mai a été bien employée : vernissage des plaques zinguées, reproduction des dessins à la pointe sèche, creusement à l’eau-forte (acide), rinçage, essuyage et impression de véritables œuvres d’art. Les artistes ont travaillé avec soin et admiré les résultats obtenus. Ils se souviendront de cette rencontre exceptionnelle avec un artiste et d’une expression qu’ils ne connaissaient pas. Ils ont appris également à respecter et valoriser le patrimoine local.Ces travaux n’ont pas pour vocation de rester confidentiels. Fin juin, les Macaudais seront conviés à l’école pour contempler les gravures et visionner le film. Pour voir l’article dans son contexte : cliquer ici 

Nos jardins idéaux

Quand Bernard Pradier (le spécialiste des arts visuels) est venu, nous nous sommes intéressés aux jardins. Nous avons décrit des œuvres d’art parlant des jardins du Moyen-Âge ou des jardins de notre époque.
Nous avons dit ce qu’on trouvait dans un jardin et à quoi cela servait : des cailloux ou des buissons pour faire des bordures, des arbres pour manger les fruits ou faire de l’ombre pour un pique-nique, de la pelouse pour se rouler dedans, des allées pour se promener, un potager pour se nourrir, des animaux pour manger ou pour jouer avec eux, des pots de fleurs et des sculptures pour décorer, une serre pour protéger les plantes en hiver, une véranda pour se protéger de la pluie ou « être » dans le jardin même quand il fait trop froid.
Du coup, nous avons voulu inventer nos jardins idéaux : dans nos jardins idéaux, on peut trouver des piscines, des fleurs, des panneaux, des cailloux, des cascades, des statues, de l’herbe, des arbres, des graines, des mares, des allées, des buissons, un papillon, un tennis, des rivières, des fontaines, des montagnes, des maisons, des bonshommes, des potagers, des escargots, un arrosoir automatique, une école, de l’ombre et bien sûr… le soleil et des nuages.
Dans nos jardins idéaux, on peut faire tout ce qu’on veut, tout ce dont on rêve : planter des plantes du Moyen-Âge, creuser, ratisser, enlever les fleurs fanées, se reposer, pique-niquer, faire pousser des fleurs et d’autres choses (tomates, concombres, artichauts,…), dormir, jouer, faire une fête, boire, bronzer, se rafraîchir, jardiner, escalader, regarder, cueillir des fleurs, marcher, récolter, écouter, se baigner, se promener, sentir l’odeur des fleurs, courir, donner à manger aux oiseaux, admirer, construire une terrasse, arroser, tailler.
Voilà nos jardins idéaux. Nous espérons que vous aussi vous rêvez de nous y accompagner.
À bientôt.

Les GS/CP et CE1/CE2 découvrent leur village et font du Land Art

Jeudi 6 octobre, nous sommes allés au château de Marsan qui est situé sur les côteaux de Lestiac afin d’observer le village sous l’angle d’une plongée. Nous avons fait un croquis de Lestiac sous cet angle. Nous en avons profité pour récolter des éléments de la nature pour faire du Land Art.  Les maîtresses nous avaient donné des étiquettes avec des mots dont nous nous sommes inspirés pour réaliser nos oeuvres.

Mardi 11 octobre, nous sommes allés dans la palud en bas de Lestiac afin d’observer le village sous l’angle de la contre plongée. Nous avons dessiné un croquis de Lestiac. Puis nous avons prélevé des éléments naturels. Les maîtresses nous avaient donné des étiquettes où étaient dessinées des formes géométriques. Nous nous en sommes inspirés afin de réaliser nos oeuvres. C’était chouette.

Voici notre travail : 


Les classes des GS/CP et CE1 / CE de Lestiac

Dessins des CE1 de l’école Gambetta de Bègles

Bonjour,

Nous avons regardé le travail de chaque école avec beaucoup d’intérêt. Voici notre travail (en bas de l’article)

Depuis le début de l’année nous avons surtout dessiné.

Nous avons d’abord étudié les tilleuls de la cour de récréation. Pour cela nous avons dessiné le tronc à la craie grasse, au crayon de couleur et au fusain.

Ensuite nous avons travaillé sur le feuillage à l’aide photocopie : peinture du feuillage et copie de l’arbre avec des mines de plomb.

Nous avons aussi travaillé sur un dessin de Léo Drouyn que nous avons essayé de reproduire au crayon à papier.

En ce moment nous travaillons sur l’ombre.

Nous sommes partis d’une photographie et nous avons essayé de la reproduire avec de l’encre de chine et de l’eau pour faire un lavis, avec des fusains et enfin au stylo bille. Pour chaque technique nous avons voulu faire différentes valeurs du noir très foncé au gris clair. 

Voici notre travail

A bientôt

Les CE1 de l’école Gambetta de Bègles 

Lavis et Peintures des CE2 de Parempuyre

Bonjour,

     Nous sommes ravis de vous envoyer les photos de nos lavis et de nos peintures acryliques. Nous avons beaucoup aimé les dessins d’arbres et de forêts réalisés par Léo Drouyn « La forêt d’ Arcachon  ». 

    Nous avons voulu peindre des arbres et des forêts avant de nous rendre sur un site dessiné par Léo. 

    Nous avons appris la technique du lavis. Nous avons utilisé de l’encre rouge, jaune et terre de sienne diluée dans plus ou moins d’eau. Quand on les mélange c’est merveilleux !

   

Nous avons peint des arbres, des forêts, directement avec des pinceaux.

    Nous avons peint des forêts imaginaires avec parfois une maison, un chemin, des fleurs, et pour donner vie au paysage nous avons dessiné des arbres en perspective.

Visite de la chapelle de Magrigne par les CE1 de Saint-André-de-Cubzac

Mardi 31 janvier, nous sommes allés visiter une chapelle du Moyen Âge à Magrigne (St Laurent d’Arce). Cette chapelle a été construite vers 1180 par les moines Templiers.

Elle se trouve sur le chemin de St Jacques de Compostelle.

Les moines soignaient les voyageurs avec des plantes qu’ils cultivaient. Ils accueillaient aussi les voyageurs et leur donnaient à manger. En échange, les pèlerins donnaient de l’argent ou travaillaient dans les champs.

Les corbeaux servaient à poser des poutres en bois. Ces poutres en bois maintenaient les bâtiments construits à côté de la chapelle. C’est là que les voyageurs étaient (sans doute) hébergés et soignés.

 

Et pour compléter ce travail voici un dessin réalisé par Léo Drouyn le 15 mai 1859. 

L’art de la nature à Sallebruneau (les CP de Gradignan)

 

Le long de la commanderie de Sallebruneau passe un chemin. Sur ce chemin ont marché des pèlerins en route vers St Jacques de Compostelle, en Espagne.

 

Les CP de l’école St Géry leur ont balisé le chemin : ils leur ont donné des directions, ils leur ont aménagé un tapis et enfin ils leur ont offert une lettrine, le C de Compostelle, pour les assurer qu’ils étaient bien sur la bonne route.

Bon voyage à vous et à eux?!


La coquille Saint-Jacques (par les CP de Gradignan)


La coquille St-Jacques est portée par les pèlerins qui vont à St-Jacques-de-Compostelle, en Espagne.

On la trouve sur le blason et le logo de la ville de Gradignan, car les pèlerins s’arrêtaient et s’arrêtent encore tous les soirs pour se reposer, manger et se soigner au prieuré de Cayac.

A côté du prieuré, on peut voir la statue d’un pèlerin avec sa calebasse (1), sa besace (2), son bourdon (3), sa pèlerine (4) et sa coquille.

(1) sa gourde, (2) son sac,(3) son bâton,(4) son manteau