Exposition des gravures des CP de Bazas

Au long de l’année scolaire, deux classes de CP de l’école Léo Drouyn de Bazas ont travaillé à la manière de l’artiste qui a donné son nom à l’établissement.
Dans le cadre du projet pédagogique « Léo Drouyn, passeur de patrimoine », ils se sont initiés aux techniques du dessin, ont visité la cathédrale de Bazas et ont réalisé des gravures à l’eau-forte à partir d’un élément de l’église.
La fin de l’année a été l’occasion, lors de la soirée école ouverte, d’exposer les travaux des graveurs bazadais !

Deux articles ont également été publiés sur le projet :

IMG_20160623_0001

Article Sud-Ouest soirée Ecole ouverte

Gustave Doré : exposition virtuelle de la BNF

La bibliothèque nationale de France propose sur son site Internet une exposition virtuelle portant sur l’artiste Gustave Doré, contemporain de Léo Drouyn : http://expositions.bnf.fr/orsay-gustavedore/

Dessinateur, peintre, sculpteur et graveur du XIXe siècle, Gustave Doré est surtout célèbre pour son oeuvre d’illustrateur. Au cours de sa vie, il a réalisé environ dix mille dessins pour des ouvrages ou des périodiques, traduits ensuite par des graveurs de métier, avec de grands succès comme les Oeuvres de François Rabelais, l’Enfer de Dante, les Contes de Charles Perrault, Atala de Chateaubriand, Don Quichotte de Cervantès, ou encore la Sainte Bible selon la Vulgate. Ses dessins étaient interprétés par les graveurs grâce à une technique particulière de gravure sur bois dite gravure de teinte. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à parcourir cette riche exposition.

Capture2

Léo Drouyn et la Commission des Monuments historiques de la Gironde

L’idée de préserver les bâtiments anciens est apparue juste après la Révolution, pendant laquelle de nombreuses destructions d’églises et de châteaux ont eu lieu. Auparavant, on n’hésitait pas à raser les monuments pour en construire de nouveaux, adaptés aux goûts et aux besoins de l’époque. Pour repérer et conserver les monuments importants d’un point de vue historique ou architectural, l’Etat crée en 1830 le poste d’Inspecteur général des Monuments historiques. Prosper Mérimée, célèbre écrivain, est nommé à ce poste en 1834. Il réalise une longue série de tournées à travers la France pour découvrir les bâtiments en péril. En 1837, il participe à la création de la Commission nationale des Monuments historiques dont le but est de prendre en charge la sauvegarde des monuments et de les protéger des projets d’urbanisme ou des restaurations sans autorisation. Un site Internet est consacré à cet homme, qui incarne cette volonté de conservation des monuments. Pour le découvrir, cliquez sur le lien suivant :

http://www.merimee.culture.fr/accueil_flash.html

La  Commission des Monuments historiques de la Gironde est mise en place en 1839 sur le modèle de la Commission nationale des Monuments historiques. Léo Drouyn travaille pour elle de 1842 à 1849. La mission de cette commission est de réaliser un inventaire des monuments dignes d’être conservés, d’en indiquer l’état de conservation et d’assurer leur protection. Elle fait donc appel à des architectes et des dessinateurs pour représenter les monuments choisis. La Commission des Monuments historiques de la Gironde commande à Léo Drouyn des « études pittoresques », c’est-à-dire des dessins en élévation de nombreux monuments. Léo Drouyn doit également parfois, lorsqu’il se rend sur place pour dessiner les monuments, les étudier ou en dresser un inventaire sommaire. Mais Léo Drouyn quitte cette commission en 1849, devenue selon lui complice du « vandalisme restaurateur », c’est-à-dire des restaurations excessives qui dénaturent les monuments.

Vous trouverez en suivant ce lien une exposition virtuelle réalisée par les Archives départementales de la Gironde, entièrement dédiée à l’histoire de la Commission des Monuments historiques, et où il est question de Léo Drouyn : http://fonds-archives.gironde.fr/4T/exposition/defaut/index.jsp

 

Du côté des CM2 de Génissac

Voici en intégralité le projet Léo Drouyn des CM2 de Génissac !

L’approche du projet : cliquez ici

La visite du château de Génissac et la préparation de la gravure : cliquez ici

La journée gravure avec Bertrand : cliquez ici, et encore !

Le résultat final : les gravures des élèves !

Et enfin, voici des photographies du colloque organisé à l’école autour du projet Léo Drouyn ! On y voit les enfants au micro, leurs parents qui devaient écrire au TBI quelques mots de vocabulaire liés au château fort (donjon, merlon, courtine…) et les gravures exposées.

Bravo à tous !