Comme je le disais dans un post précédent, les tactiques d’Al Qaeda en Irak changent. Ne pouvant plus utiliser les véhicules piégés, l’organisation terroriste semble privilégier les attentats suicide.

Le vendredi 1er février, deux attentats à la bombe faisaient entre 50 et 100 morts sur des marchés traditionnels de Bagdad. Les témoins avaient alors souligné que l’un des deux « martyrs » était une femme, visiblement dérangée.

Hier, le directeur de l’hôpital psychiatrique de Bagdad a été arrêté sur le soupçon d’avoir fourni à AQI les deux femmes considérées comme les vecteurs des deux bombes.