Enquête de sociologie au collège

Cette année 2018-2019, nous avons réalisé une enquête sur les relations entre les adultes et les élèves au collège des Chartreux avec une classe de 4e. En effet, M. Lacascade, docteur en sociologie, a entrepris depuis 2017 un travail  sur notre collège.

Trois élèves sont venues présenter le résultats de nos recherches à l’assemblée des professeurs début juillet.

Une école juste ou juste une école ?

Une enquête réalisée par les élèves de 4ème B du Collège Chartreux (2018-2019) pilotée par Marion Breuzet et Yves Lacascade (l’analyse ci-après relevant de la seule responsabilité de ce dernier).

  1. Le questionnaire

Titre : Une école juste ou juste une école ?

Entourer la mention correspondante ou répondre par des phrases.

Es-tu : en 6è en 4è ?

Garçon Fille ?

1. Est-ce que tu dirais que tes relations avec les adultes en général (dans le collège et hors du collège) sont :

Très bonnes Bonnes Assez bonnes

Mauvaises Très mauvaises

2. Pourquoi ? Donne quelques exemples.

3. Te sens-tu suffisamment respecté.e par les adultes (dans le collège et hors du collège) ?

4. Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

5. Te sens-tu davantage respecté.e par les adultes chez toi ou au collège ?

6. Pourquoi ?

7. Est-ce qu’il y des situations dans lesquelles tu n’as pas pu dire ce que tu pensais à un adulte?

8. Raconte une de ces situations.

9. Dirais-tu que tes relations avec les adultes au collège sont :

Très bonnes Bonnes Assez bonnes

Mauvaises Très mauvaises

10. Pourquoi ? Donne quelques exemples.

11. Considères-tu que les adolescents sont traités avec justice par les adultes au collège ?

12. Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

13. Donne un exemple d’une situation qui t’a semblé injuste.

14. Penses-tu que tous les élèves sont traités de manière égale au collège ?

15. Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

16. Qu’est-ce qui pourrait selon toi améliorer les relations entre adolescents et adultes au collège ?

 

  1. Analyse des réponses

À l’enquête que nous avons réalisée, 88 élèves ont répondu : 60 de 6ème et 28 de 4ème.

Pour la restitution des résultats de cette enquête, nous nous sommes concentrés sur la seconde partie du questionnaire qui porte sur les relations entre adolescents et adultes au collège, la première partie portant, elle, sur les relations entre adolescents et adultes en général.

  1. Qualité des relations entre adolescents et adultes au collège

Sur les 88 élèves de 6ème et de 4ème ayant répondu, 84 % (75) jugent les relations avec les adultes du collège plutôt bonnes voire très bonnes. 9% (8) jugent celles-ci mauvaises voire très mauvaises et 7 % (5) ne savent pas ou n’ont pas répondu.

Parmi les élèves de 6ème ayant répondu au questionnaire, 93 % jugent les relations avec les adultes du collège bonnes voire très bonnes contre seulement 66 % des élèves de 4ème.

Parmi ces mêmes élèves de 6ème, 5% jugent ces relations mauvaises voire très mauvaises contre 17% des élèves de 4ème.

Le degré de « satisfaction » des élèves quant aux relations qu’ils entretiennent avec les adultes du collège est donc nettement plus faible chez les élèves plus âgés. Pour expliquer ce constat, plusieurs hypothèses complémentaires peuvent être émises selon nous :

– Plus les élèves sont âgés plus leur attente est forte à l’égard des adultes, les élèves de 6ème ayant plus de difficultés et de réticences que les élèves de 4ème à apprécier la qualité de leurs relations avec ces derniers. Apprécier négativement la relation avec les adultes suppose en effet de se distancier à l’égard de celle-ci, exercice ou travail auquel les 6èmes ont peut-être de plus grandes difficultés à se risquer.

– Le « niveau d’exigence » des élèves à l’égard des adultes s’accroit avec leur montée en âge et leur degré de connaissance du fonctionnement du collège et de ses rouages. Les 4èmes sont plus exigeants car moins « naïfs » que les 6èmes.

 

– Au cours des trois premières années de scolarité au collège, les relations entre certains élèves et certains adultes du collège ont pu progressivement et durablement se dégrader et s’enkyster, d’où l’appréciation négative portée par les premiers sur les relations qu’ils entretiennent avec les seconds.

 

  1. Le sentiment de justice

À la question « Considères-tu que les adolescents sont traités avec justice par les adultes au collège ? », 34% de l’ensemble des enquêtés répondent oui, et 41%, non, oui et non, ou pas trop, le restant n’ayant pas répondu ou ne sachant pas.

Si l’on détaille par niveau, on constate que l’écart est de nouveau important entre les 6èmes et les 4èmes : 47% des élèves de 6ème répondent oui à cette question contre seulement 7% de ceux de 4ème. À cette même question, les 4èmes sont par ailleurs 53 % à répondre non, oui et non, ou pas trop, alors qu’ils ne sont que 35 % chez les 6èmes.

Le « sentiment d’injustice » à l’égard des adultes est donc majoritaire chez les 4èmes, minoritaire, chez les 6èmes et il progresse fortement entre ces deux classes (+ 40%). Quels motifs sont invoqués par les élèves pour expliquer la présence chez eux de ce sentiment ?

– Le motif le plus invoqué par l’ensemble des élèves interrogés est celui des punitions qui sont considérées soit comme injustifiées (avec parfois erreur sur la personne sanctionnée) ou non méritées car collectives (20 occurrences pour ces deux items), soit tout simplement trop nombreuses, trop systématiques, ou trop sévères (10 occurrences).

– Les élèves de 6ème semblent particulièrement sensibles aux inégalités de traitement dont les collégiens peuvent faire l’objet selon leur âge, notamment de la part du personnel de la vie scolaire : ils constatent que les relations sont plus familières et plus détendues entre celui-ci et les élèves des classes supérieures (4ème, 3ème) et vivent parfois cette situation comme une injustice : leurs aînés auraient acquis des droits dont eux-mêmes ne peuvent se prévaloir.

 

– La troisième source d’injustice relevée par les élèves tient au manque de crédit accordé, en général, par les adultes, aux récits qu’ils leur présentent : les élèves se plaignent de ne pas être crus par les adultes, d’être trop systématiquement soupçonnés de ne pas dire la vérité, la confiance accordée par les adultes à l’élève étant indexée à la qualité de son comportement à leur égard et variant donc fortement selon les élèves. Ce qui entraîne, par surcroit, une inégalité de traitement d’un élève à un autre ou d’une situation à une autre (8 occurrences).

 

– Enfin, certains élèves se plaignent de l’inégalité globale de traitement entre adolescents et adultes et des privilèges dont jouissent ces derniers (avoir le droit d’être en retard, ne pas avoir à reconnaître ses torts…). Ce qu’ils interrogent, c’est également le bienfondé de l’inégalité de position entre adultes et adolescents au collège avec parfois des formulations telles que « ils se croient au-dessus de nous » (deux occurrences).

 

Certains élèves se disent cependant globalement satisfaits de la façon dont ils sont traités. On relève ainsi des commentaires tels que « les profs sont super sympas, ils nous écoutent, ils nous expliquent », « il n’y a pas de discrimination, pas de racisme » ou encore « je respecte les adultes et ils me respectent. Ils s’occupent bien des élèves », « les profs et les surveillants sont très respectueux des élèves ». Compte tenu de l’objectif principal de l’enquête (relever et analyser l’éventuel sentiment d’injustice présent chez les élèves), il n’est guère étonnant que les critiques exprimées dans le détail à l’égard des adultes soient plus souvent négatives que positives.

Globalement, il semble que la perception du juste et de l’injuste s’affine avec l’âge sans que la possibilité d’être entendu sur cette question ne s’accroisse, elle, réellement. D’où un (certain) déséquilibre.