Les Roumains sont chrétiens, pour la majorité orthodoxes.

Le plus souvent on fête Pâques une semaine plus tard que les chrétiens catholiques. Mais les traditions ne sont pas si différentes finalement. Après une période de jeûne de plus de 40 jours, nous sommes mieux préparés pour accueillir la résurrection du Christ. Je pense que le moment le plus important de la fête, pour les Roumains, est la participation à la messe qui commence un peu avant minuit et dure jusque vers 4-5 heures du matin (même si tout le monde ne réussit pas à rester à l’église jusqu’à la fin). Les églises sont littéralement envahies par les gens. Cette année, comme je rentrais chez moi justement le soir de la fête (en voiture), en venant de la capitale (après un long voyage), dans les villages et les villes, je rencontrais des groupes de personnes se dirigeant vers les églises.

Après la messe, il y a le repas traditionnel à la maison avec toute la famille ou nos proches. D’habitude, on mange de l’agneau, mais il y a aussi des personnes qui préfèrent des plats plus légers. On peint les oeufs (le jeudi saint) et on fait un gâteau traditionnel, que vous allez regarder dans mes photos. Pour les oeufs, il y a des régions qui en ont fait un véritable art. J’ai trouvé au moins un site qui décrit cette tradition, et heureusement c’est en français. Le voilà: http://www.bucovine.com/fr/pages/culture/oeufs_peints.shtml

Certaines coutumes varient d’une région à l’autre, et il faut dire que Pâques est aussi important parce qu’on porte la lumière sainte aux tombes de nos proches qui sont morts, dans l’espoir de la résurrection de leurs esprits. C’est un moment où le monde entier semble être en union spirituelle. Et comme c’est aussi le printemps, on sent vraiment que l’on commence une nouvelle vie.

Et bien sûr, on souhaite Joyeuses Pâques, et on se rappelle par le salut quotidien que Jésus est ressuscité, vraiment Il est ressuscité.

Mots-clefs :,


Voilà, c’est déjà avril, mais notre petite Marie a fini sa composition sur le printemps et sa célébration au début de mars. Je la félicite et j’admire son plaisir à écrire en français et son esprit si sensible…

« Le printemps est le passage du froid à la chaleur, c’est la saison qui découvre les perce-neiges, l’hirondelle, les tulipes, etc. C’est le mois du petit pendentif, fêté le premier mars, le Martzisor. Mais le plus important, c’est le 8 mars, la Journée Internationale de la femme, la journée quand on dit à la femme qui est notre mère, notre sœur, qui est épouse ou grand-mère, qu’on l’aime, qu’on l’adore, qu’elle est tout pour nous. Nous nous présentons avec un petit bouquet de perce-neiges, de jacinthes ou de tulipes, un petit pendentif en rouge et blanc et un grand, grand embrassement, nous nous habillons des vêtements qu’elle adore et nous lui disons « je t’aime ».

Le printemps est, pour tout le monde, la saison où nous pouvons nous réjouir des premiers rayons de soleil, du beau temps, du gazouillement des petits oiseaux, nous pouvons jouer dans un parc ou dans un jardin, et nous pouvons donner et recevoir des petits pendentifs. (Pour se faire une idée sur son aspect, vous pouvez regarder http://ro.wikipedia.org/wiki/M%C4%83r%C5%A3i%C5%9For) Ce symbole en blanc et rouge est le symbole des deux saisons, l’hiver et l’été, mais il y a beaucoup de légendes qui expliquent son origine. On dit aussi que le rouge est le symbole de l’amour et le blanc le symbole de la pureté.

Dans mon pays, le peuple dit : « Lorsque le printemps arrive, les gens deviennent meilleurs, bienveillants et fortunés. C’est la vérité, parce que, quand il fait beau, nous sommes gais, tolérants et nous pouvons accepter tout le monde comme il est…

Mais il y a encore une fête importante, qu’on appelle « les vieilles dames » de Mars. Du premier au neuf du mois, chaque personne doit choisir un jour pour en faire sa « vieille » ; si le jour choisi est beau, on dit que toute son année sera belle et si le ce jour-là, il fait mauvais, son année sera mauvaise.

Voilà c’est tout. J’ai décrit notre printemps et j’espère que vous aimez notre renouveau. J’espère aussi (car c’est une saison de l’élan et du rêve) que, peut-être, un jour, nous nous rencontrerons… »

Mots-clefs :