Le Petit Mallarmé

Le site officiel du journal du Collège Stéphane Mallarmé – Paris 75017

EUROPUNKS

Une occasion à ne pas rater pour découvrir ce qu’a été réellement le mouvement punk au-delà des clichés et des a-priori. Du 15 octobre 2013 au 19 janvier 2014 vous pouvez visiter l’exposition Europunks à la Cité de la Musique qui rentre dans le cadre de l’histoire des arts.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=MO9iyjehaM4[/youtube]

A l’occasion de l’exposition, les fondateurs du mouvement punk, comme PiL ou les Buzzcocks, ont croisé leurs héritiers, de Kap Bambino à Cheveu lors de concerts. Le 23 octobre 2013 a eu lieu le concert exceptionnel de Public Image Limited, groupe mythique fondé par le chanteur des Sex Pistols John Lyndon : « J’ai appris comment écrire des chansons avec les Pistols, et ensuite comment déconstruire avec PiL. » C’est juste après la dissolution des Sex Pistols, en effet, que leur chanteur John Lydon (connu sous le pseudonyme de Johnny Rotten), fonde en 1978 un nouveau groupe qui deviendra bientôt Public Image Limited. Plus expérimental que les Sex Pistols, emblématique d’une mouvance qui sera plus tard qualifiée de post-punk, PiL enregistre des albums qui vont faire date, comme le mythique Metal Box en 1979. »

http://liveweb.arte.tv/fr/video/Europunk___Public_Image_Limited/

« Né sur les cendres froides de Mai 68, dans un contexte de crise économique et de faillite des idéologies, et dans un monde en proie à une menace protéiforme et confuse (nucléaire, totalitaire, terroriste), le punk est un mouvement aussi paradoxal que fondamental. Révolution sans cause, ambiguë, chaotique et radicale, faisant un usage systématique de la provocation et du second degré, le punk prônait le no future tout en proposant à chacun de changer le monde. L’injonction Do it yourself, exaltant les vertus de l’action autonome et faisant de chacun un acteur/créateur potentiel, est un axiome qui n’a rien perdu de sa pertinence.
L’exposition Europunk veut montrer le fruit de cette effervescence créative qui, entre 1976 et 1980, parallèlement à ce qui se produisait aux États-Unis, a agité le Royaume-Uni d’abord, puis l’ensemble du continent européen. Enfant illégitime de Dada, de Fluxus et du situationnisme, cette contre-culture qui rejetait l’Art aura en effet réussi, au mépris des canons esthétiques, à imprégner profondément et durablement tous les domaines de la création : la musique bien entendu, mais aussi le cinéma, les arts plastiques, la mode, la bande dessinée…
Au total, plus de 450 objets (vêtements, fanzines, affiches, tracts, dessins et collages, pochettes de disques, films, etc.), issus de collections privées et publiques, ainsi que de nombreux enregistrements audio et vidéo, témoignent de cette vitalité et de cette liberté créatrice qui ont fait du punk, malgré lui, une véritable révolution artistique. Les six chapitres de l’exposition seront encadrés par une frise chronologique replaçant les artistes dans le contexte politique et culturel de l’époque, tandis qu’une salle d’écoute constituée d’un mur d’enceintes fera ressentir, par l’image et le son, toute l’énergie innovante de cette révolution artistique. »

 http://www.citedelamusique.fr/francais/evenements/europunk/europunk.aspx

 http://content.citedelamusique.fr/pdf/presse/dp/dp_europunk.pdf

http://www.citedelamusique.fr/minisites/1310_europunk/index.asp?page=events

Punk’s not dead

No Comments :(

Your must be logged in to comment.