Avec les parents

Comment le dire aux parents ? 

Le dialogue entre l’enseignant et les parents a pour objectif un échange d’informations qui permet une meilleure compréhension de l’enfant, afin de lui permettre d’être le citoyen de demain. Il s’agit d’établir  une relation fondée sur le respect et la confiance.  Il est important lors de vos rencontres de se rappeler de quelques points importants : 

  1. Ecoute et respect mutuel : les parents, les familles sont sensibles à ce qui touche leur enfant, sa scolarité, son bien-être et surtout son avenir.  Ils savent l’importance que représentent les notes données par les enseignants, sur la scolarité et la vie professionnelle de leur enfant.  Vous ne serez pas à l’abri de jugements, critiques, remise en question de la part de ces familles.  Il est primordial de bannir toute forme d’agressivité ou de discrimination.
  2. Inviter le parent  : afin de favoriser un climat plus serein, les parents doivent être invités et non pas convoqués.  Vous, en tant qu’enseignant, pouvez adapter la forme et le contenu. Vous pouvez utiliser un mail ou un cahier de communication. Le message contiendra de manière succincte la raison de l’invitation avec une mention spéciale si l’enfant doit être présent.
  3. Le lieu et l’horaire les plus appropriés pour toutes les parties :  il est important de tenir compte des horaires et contraintes matérielles des deux parties.  Fournir par exemple plusieurs dates et plusieurs plages horaires.
  4. Instaurer un climat de confiance :  veiller à ne pas juger les parents. Parfois, ceux-ci n’osent pas se confier ou aborder certains sujets (difficultés), par crainte d’être jugés, considérés comme » pas à la hauteur ».  Expliquez le rôle de chacun et la place qu’ils jouent dans la scolarité de leur enfant. Soyez clair, concis sur les difficultés rencontrées par l’enfant en question et sur les moyens d’y faire face, sans jamais rabaisser l’élève. L’enseignant valorise les efforts de l’élève, met en exergue les perspectives de son développement. Il pose des questions (uniquement sur les domaines relatifs à la scolarité) aux parents afin d’obtenir des éléments qui pourraient expliquer ses résultats insuffisants. 
  5. L’enseignant agit en professionnel : il doit être capable d’entendre les inquiétudes des parents et de répondre aux questions, dans un vocabulaire le plus simple et précis possible, de manière à être compris par son interlocuteur.  L’enseignant informera les parents sur les programmes scolaires et les objectifs poursuivis, les modalités d’apprentissage/d’évaluation qu’il utilise, les règle de vie en classe.  Il doit également prévenir au plus vite les parents des difficultés qu’il rencontre  et expliquer les démarches à suivre pour des progrès scolaires.  Ensemble, ils recherchent des solutions et les parcours les mieux adaptés à la situation scolaire de l’enfant.  Il est important que chacun échange sur les évolutions positives et négatives qu’ils perçoivent dans la relation de l’enfant avec l’école. Il est primordial d’expliquer les difficultés rencontrées et de conseiller une entrevue chez un spécialiste afin qu’un diagnostic soit posé. 

Plusieurs types de parents

Vous allez rencontrer plusieurs types de parents . Des parents simplement investis, des parents qui soutiennent et aident sans en faire trop ou trop peu. Il ne s’agit pas de catégoriser les parent mais bien de leur apporter l’écoute, la compréhension nécessaire. Deux types nécessitent un peu plus d’attention et de prise de recul  : 

  • LES PARENTS SURINVESTIS : ils sont témoins de la souffrance de leur enfant, mais ne la comprennent pas.  Ils vont se lancer dans la croisade à la connaissance de cette difficulté (association, livre, formations..).  Ces parents sont TRES demandeurs d’entrevues, parfois agressifs envers les professeurs qui ne veulent pas/peuvent pas aider leur enfant. Essayez de garder beaucoup d’empathie et de calme quand vous les rencontrer, permettez-les de participer, dans une certaine mesure.  Ayez toujours à l’oeil que l’enfant doit garder (ici reprendre) son autonomie.
  • LES PARENTS DANS LE DENI : Certains parents ne sont pas prêts à reconnaître les difficultés que rencontrent leur enfant. C’est NORMAL ! Malheureusement, cela risque de compromettre les aménagements qui pourraient être mis en place pour lui. C’est à vous de les convaincre, que pour le bien de l’enfant, il est important qu’il bénéficie d’aménagement. Il ne s’agit en aucun cas de le stigmatiser que du contraire, mais de lui permettre une marge d’erreur.

Comment illustrer vos propos ?

Vous pouvez illustrer vos propos grâce à cette vidéo lors d’une réunion avec les parents afin de leur expliquer ce que c’est la dysorthographie.  Assurez-vous qu’ils comprennent ce qui est dit, faites des pauses, réexpliquez et posez des questions. Les parents doivent sortir en ayant une idée ce qu’il se passe et de ce qu’on va faire pour aider leur enfant.

Vous pouvez leur rappeler que leur rôle est toujours aussi important. Qu’ils sont les personnes les mieux placées pour prendre soin de lui et de sa progression. Les parents doivent se sentir utiles, aptes à faire quelque chose pour leur enfant.  

  • Ils peuvent aider à la réalisation du diagnostic  : Les parents possèdent des observations qui sont précieuses aux professionnels.   Ils n’étaient pas à la maison quand votre enfant était petit. Quand a t’il marché ? parlé ? a-t’il eu des soucis d’articulation? …
  • Ils peuvent créer un réseau d’intervenant :  De nombreuses personnes peuvent aider l’ enfant, mais ce n’est pas pour autant qu’elles le connaissent. Le rôle des parents est d’être un intermédiaire, ce qui est essentiel. Ils favorisent ainsi la circulation de l’information utile à la progression de votre enfant. Pour ce faire, il est conseillé d’établir une liste des personnes ressources auxquelles s’adresser.
  • Ils adoptent les dispositions nécessaires à sa progression : l’ enfant a besoin que chaque parent mette en place certaines choses à la maison, en fonction des conseils donnés par les professionnels, et ce qui est faisable à la maison. Pour autant, la maison ne doit  pas devenir le lieu d’un surinvestissement thérapeutique. Ils peuvent aider en montrant l’exemple: s’il voit ses parents lire et écrire , il sera plus enclin à le faire.  Un regard positif sur ces actes en leur donnant du sens est alors compris par l’enfant: recopier une recette, planifier dans le calendrier vos rendez-vous, rédiger  un mail à un ami. Le rôle de soutien psychologique est aussi essentiel. Certains jeunes peuvent souffrir d’un manque d’estime de soi. Évidemment, la dysorthographie et le malaise qu’elle engendre ne sont pas une excuse à tout. Cela ne doit pas empêcher d’être juste et de sévir quand la situation l’exige.

Explication du PIA et du Pass Inclusion

  • LE PIA

Le Plan Individuel d’Apprentissage (P.I.A.) est un « Outil méthodologique élaboré pour chaque élève et ajusté durant toute sa scolarité par le Conseil de classe, sur base des observations fournies par ses différents membres et des données communiquées par l’organisme de guidance des élèves. Il énumère des objectifs particuliers à atteindre durant une période déterminée. C’est à partir des données du P.I.A. que chaque membre de l’équipe pluridisciplinaire met en œuvre le travail d’éducation, de rééducation et de formation. L’élève et ses parents ou, à défaut, leur délégué, sont invités à l’élaboration du P.I.A. ». (extrait du site enseignement catholique.be)

 

  • LE PASS INCLUSION

Les élèves à besoins spécifiques, dyslexiques et autres Dys (dyspraxiques, dyscalculiques, etc…), TDA/H, à hauts potentiels, autistes avec syndrome d’Asperger, présentant un handicap physique ou sensoriel, et tous les bénéficiaires du Décret intégration dans l’enseignement ordinaire, doivent, pour progresser dans leurs apprentissages, obtenir des adaptations pédagogiques, tant durant leurs apprentissages qu’à l’occasion de leurs évaluations. Le « Pass Inclusion » doit être envisagé comme un vecteur d’interactions entre les adultes qui entourent l’élève à besoins spécifiques. Ces interactions sont essentielles, afin d’assurer à l’élève la continuité dans les adaptations pédagogiques dont il a besoin.  (Extrait du site enseignement.be)

Promouvoir une vision positive axée sur les capacités

Il est important, voire essentiel que les parents puissent se rendre compte que d’autres personnes ont souffert des mêmes difficultés mais ont réussi dans la vie.  Voici deux vidéos dont un témoignage que vous pouvez leur montrer afin de les rassurer.  Rien n’est joué !

Pour aller plus loin …