Aménagements généraux

Vous trouverez une liste d’aménagements raisonnables possibles pour un élève dysorthographique poursuivant sa scolarité au sein d’un établissement ordinaire de l’école primaire. Les aménagements doivent bien évidemment répondre aux besoins de l’enfant.

En général 

  • Trouver une place en classe qui permettra à l’élève d’être facilement soutenu que ce soit par l’enseignant ou par un camarade de classe.
  • Rester patient, tolérant et bienveillant face à la fatigabilité, la lenteur, les difficultés d’écriture, les omissions, les confusions …
  • Encourager toutes les améliorations (même minimes) et insister sur les points forts de l’élève.
  • Privilégier tous les canaux d’apprentissage : visuel, kinesthésique et auditif. Diversifier les travaux afin que l’élève puisse s’exprimer au travers des compétences préservées (dessin, expression orale …)
  • Vérifier régulièrement la tenue du journal de classe.
  • Accepter la possibilité que l’élève puisse se mettre en ordre avec l’utilisation de photocopies, d’un scanneur de poche, de photos prises avec un smartphone ou encore d’avoir recours à un camarade de classe référent.
  • Accepter les moyens d’aide tels que les correcteurs orthographiques (papier ou numérique), des logiciels adaptés ou de fiches d’aide si besoin.
  • Autoriser l’utilisation d’un outil numérique comme l’ordinateur ou la tablette surtout en cas de dysorthographie sévère. Attention à veiller à ce que l’élève dispose de batterie de rechange ou soit à proximité d’une prise de courant.
  •  Eviter de donner de trop longues consignes. Eviter de donner plusieurs consignes en même temps.

Par rapport aux notes et aux supports de cours

  • Fournir (ou écrire au tableau) les grands points et axes du cours.
  • Donner accès à l’avance au programme des cours à venir.
  • Fournir un support typographié (en version papier ou électronique) en respectant une taille de police suffisante (12 minimum), des interlignes assez larges (1,5) et une police de type Comic sans MS, Opendyslexic, Helvetica, Arial ou encore Verdana.
  • Fournir des rectos uniquement.
  • Numéroter toutes les feuilles, y compris les annexes.
  • Laisser le libre choix en ce qui concerne le papier utilisé (ligné ou carreaux de 1/1 cm de préférence) ainsi que du type d’instrument scripteur (crayon, bic, stylo …).
  • Accepter les ratures et les corrections ainsi que de l’emploi d’effaceur ou de Tipp-Ex.
  • Etre tolérant au niveau de la mise en page, des manques de ponctuation et de l’utilisation de certaines abréviations.

Par rapport aux évaluations

  • Prévenir l’élève suffisamment tôt de la date de remise d’un devoir ou d’une interrogation.
  • Accorder du temps supplémentaire durant les interrogations ou donner un nombre réduit d’exercices.
  • Si l’outil est utile pour l’élève, permettre l’usage d’un compte à rebours permettant à l’élève de savoir combien de temps il lui reste. Attention que ce genre d’outil peut être également stressant pour l’élève.
  • Favoriser l’oral dès que possible.
  • Lorsque les consignes de l’évaluation sont dictées, fournir à l’élève une copie typographiée de celles-ci. Demander à l’élève de reformuler les consignes afin de s’assurer de leur bonne compréhension.
  • Indiquer la répartition de la cotation. Cela permet à l’élève de commencer par les questions qui valent le plus de points.
  • Séquencer les questions afin de ne donner qu’une seule consigne à la fois.
  • Privilégier les textes lacunaires et/ou les questions sous forme de QCM.
  • Autoriser l’utilisation de fluos afin de surligner les mots clés.
  • Proposer un guide de lecture (cache, latte …) si des problèmes de lecture sont associés.
  • Accepter une version brouillon en guise de version finale.
  • Coter l’orthographe avec bienveillance. Par exemple, ne compter qu’une seule fois une faute même si celle-ci a été réalisée plusieurs fois. Une cote à part du sujet de l’évaluation est conseillée.  Ne pas coter l’orthographe si celui-ci n’est pas l’objectif visé.
  • Fournir des correctifs si l’évaluation n’est pas corrigée en cours.
  • Accepter de relire les résumés de cours, les prises de notes …

Par rapport au travail à domicile

  • Communiquer avec les parents
  • Encourager la mémorisation par des rappels fréquents, par la proposition de moyen mnémotechnique, des fiches outils, des résumés …
  • Insister sur la possibilité de surligner, d’utiliser des dessins, des cartes mentales afin de redonner du sens à ce qui doit être étudié.
  • Limiter la quantité d’exercices à réaliser à domicile. Privilégier la qualité à la quantité.
  • En ce qui concerne les dictées, communiquer suffisamment à l’avance afin que l’élève ait le temps de se préparer. Il est possible également de lui en proposer une différente, une plus courte ou encore de fixer des objectifs (par exemple : aucune faute d’accord verbal autorisée).
  • Accepter que planifier et réaliser seul les travaux soit compliqué pour l’élève.

Par rapport aux sanctions

  • Recourir à d’autres formes de punition que celles passant par l’écrit.
  • Ne pas attendre de l’élève qu’il s’améliore en orthographe en lui faisant répéter le même travail plusieurs fois que ce soit sous prétexte de punition ou d’exercice supplémentaire.
  • Viser le progrès et le dépassement de soi.