Baccalauréat

Menu

Compréhension de l’oral
Compréhension de l’écrit
Les grilles de notations officielles

Compréhension de l’oral

Un document sonore (éventuellement deux) de 90 secondes maximum

Avant l’écoute – sur votre brouillon
Commencez par regarder le titre. Essayer d’anticiper le contenu du document audio en essayant de trouver des indices. Mobilisez vos connaissances (culturelles, lexicales et personnelles).

  • Essayez de penser aux éléments de réponse que vous pourriez apporter si vous deviez traiter la problématique.
  • Faites une liste des différents aspects qui peuvent être traités dans le document.
  • Pour chaque point de votre liste,  trouver un ou deux mots-clés qui sont susceptibles d’être entendus dans le document audio
  • Vous avez dégagé des pistes, et vous êtes maintenant prêts à écouter le document audio. Faites-le avec un esprit ouvert, sans vous limiter à ce que vous avez anticipé.

La première écoute

Le but de cette première écoute est de comprendre le document dans ses grandes lignes. Elle permet de saisir :

  • De quel type de document audio il s’agit (interview, dialogue, présentation, …)
  • De qui il est question (nom des personnages présents et leur fonction)
  • Le thème ou les thèmes abordés
  • De repérer des éléments chiffrés
  • Tirer des informations de l’environnement sonore de celui ou ceux qui parlent (bruits, sons, …)
  • De vérifier si vos hypothèses de départ sont les bonnes ou non

Cette première écoute permet aussi de repérer l’accent du ou des locuteurs. Essayez de vous souvenir des spécificités majeures de chaque type d’accent. L’accent peut aussi vous permettre de situer le document géographiquement et culturellement.
N’écrivez pas encore à ce stade : concentrez vous sur l’écoute.

Profitez du temps qui vous est laissé après cette première écoute (1 minute), pour prendre vos premières notes au brouillon. Par exemple, vous pouvez préparer le plan sommaire du document audio sous forme de bulles, d’un tableau ou d’une grille  dans laquelle vous pouvez noter les différentes parties et sous-parties que vous avez repérées, …

La deuxième écoute

Vous pouvez commencer à noter au vol ce que vous entendez. Attention à ne pas céder à la tentation d’écrire d’emblée des phrases entières ! Le document sonore peut faire jusqu’à 90 secondes. Vous risqueriez de perdre des informations essentielles.
Mieux vaut noter des mots clés.
La prise de notes peut se faire en anglais ou en français, au choix.

Profitez de la pause intermédiaire d’une minute pour classer les mots, si ce n’est pas encore fait, si possible en remplissant et complétant les bulles, le tableau ou la grille que vous avez notés au brouillon précédemment.
A ce stade, il faut avoir réfléchi à la traduction en français des mots-clés.

La troisième écoute

Elle vous permet de vous concentrer sur les points qui vous paraissent encore obscurs, compléter les éléments qui vous manquent encore , détailler plus encore ceux que vous avez trouvés et réfléchir sur la meilleure façon de rendre en français certains choix grammaticaux dans le document sonore (ex : les modaux, les tournures passives, …)
A ce stade, vous devez avoir été capable de repérer:
– le thème                                                              – les enjeux de la ou des situations présentées
– le lieu                                                                    – la perspective narrative
– les personnes                                                    – ce qui fait l’intérêt du document audio
– événements

Vous devez aussi avoir repéré les liens de causalité, la chronologie des faits / événements relatés et éventuellement, les sauts en arrière s’il y en a.

Il vous reste maintenant dix minutes …

… pour faire un compte-rendu du document audio en français.

Reprenez vos notes, et écrivez en entier les mots en abrégé. Reclassez si nécessaire vos différentes parties et sous-parties.
Préparer la présentation des informations en suivant le plan que vous avez défini après la première écoute.
Soulignez tous les termes qui devront se trouver dans votre compte-rendu.
Assurez-vous que vous pourrez faire des phrases complètes à partir de vos notes car on ne vous demande pas de faire simplement la liste des mots que vous avez compris.
Vérifiez  la cohérence de l’ensemble.
Vous pouvez maintenant préparer votre introduction, votre développement et votre conclusion : type de document, personnages, lieu, thème, enjeux, perspective narrative, intérêt du document audio.

Il ne vous est pas demandé de faire un compte-rendu exhaustif (c’est à dire de noter TOUT ce qui a été dit dans le document audio), mais bien de reprendre ses idées principales en les présentant de manière cohérente, construite et ordonnée en rendant compte du ton et du ou des points de vue  exprimés et en organisant vos idées.

Les pièges à éviter ! 

La rédaction se faisant en français, on a parfois tendance à vouloir broder à partir d’une ou deux choses que l’on a comprises. C’est d’autant plus facile si on connaît le sujet abordé dans le document sonore. Attention ! Il s’agit bien de faire le compte-rendu d’un document audio, donc les informations que vous notez doivent s’y trouver.
On ne vous demande pas non plus de restituer le cours (si le sujet a été abordé pendant l’année).
Par exemple, si le document sonore parle des filles du Président Obama, ce n’est pas la peine de dire dans le compte-rendu tout ce que vous savez sur lui (étiquette politique, date d’élection, éléments biographiques, …). Cela ne vous rapportera pas de points supplémentaires et risque de vous faire perdre un temps précieux.

Un autre écueil, surtout si le support est un document vidéo, est de se concentrer sur le contenu des images et négliger le contenu sonore. On ne vous demande pas de décrire ce que vous avez vu, mais bien de faire le compte-rendu de ce que vous avez entendu et compris.
Les images sont parfois trompeuses ! Elles peuvent vous induire sur de fausses pistes.

Bon à savoir : les fautes de français ne sont pas pénalisées. Cela ne vous dispense pas de vous exprimer dans une langue correcte.
Retour haut de page

Compréhension de l’écrit

Type 1 : Lors de cette épreuve, il vous sera peut-être demandé d’identifier puis d’expliciter l’articulation entre deux textes. En d’autres mots, on vous demande de mettre en contraste 2 documents qui ont été choisis parce qu’ils traitent d’une problématique commune que vous devez trouver. Vous devez ensuite montrer de quelle façon cette problématique est traitée dans l’un et l’autre document, en expliquant les points communs mais aussi les divergences.

  1. Prenez le temps de lire plusieurs fois les documents. Eventuellement, surlignez toutes les parties qui ne vous posent aucun problème de compréhension.
    Concentrez-vous ensuite sur celles qui vous en posent. A partir des éléments connus, essayez d’en deviner le sens.
    Ne paniquez pas : on ne vous demandera pas le jour de l’épreuve de montrer que vous avez TOUT compris parfaitement, – y compris les mots rares.
    A ce stade, la compréhension globale du document doit vous permettre de répondre au moins aux questions suivantes pour chacun des textes : Who … ? What … ? Where … ? When … ?
  2. Repérer les différents points de vue. Parfois, ils sont clairement expliqués. A d’autres moments, il va falloir faire un (petit) travail d’analyse pour les repérer.
    Vous devez montrer votre capacité à comprendre l’implicite, c’est à dire une information qui n’est pas donnée par le texte mais qui est construite par le lecteur.
    – Faites attention aux formes verbales.
    – Les questions clés comment désormais par Why …? Etablissez des liens, notamment de causalité en vous appuyant à la fois sur vos connaissances et sur votre expérience.
    – Penchez vous sur les liens logiques entre les phrases ou sur leur absence. Dans ce cas, demandez-vous pourquoi l’auteur a-t-il fait le choix de s’en passer.
    Cette étape va vous demander un vrai travail d’interprétation.
  3. Pour chaque document, essayer d’identifier la problématique générale. Dans chaque paragraphe, les mots-clés et les idées principales vont vous mettre sur la voie.
    – Recherchez ensuite tous les éléments que les textes en en commun.
    – Listez ensuite tout ce en quoi ils différent
    Vous pouvez désormais réunir les informations principales, peut-être sous forme de tableau comme celui suggéré ici :

    TEXTE 1 TEXTE 2
    Sujet / thématique
    Type de texte
    Date / lieu
    Opinion / point de vue / …
  4. Vous pouvez maintenant recouper le contenu des deux documents.
    – En quoi sont-ils semblables ?
    – En quoi sont-ils différents ?
    Organisez votre synthèse de manière ordonnée et construite. Vos arguments doivent s’appuyer sur des extraits tirés des deux documents.

Voici des expressions bien utiles à connaître pour ce type de compréhension :

Compare Contrast

Like A, B is …
A is similar to B.
A is … . In the same way, B is …
A is …, so is B.
A is …. B is … too.
A and B are both …
Both A and B are …
Neither A nor B is … (are is acceptable here)
There is a great deal of similarity between A and B.
Although A and B bear minor differences, they have / share several things / points in common
A & B are similar in that they …
A second way in which A and B are similar is that …
Another way in which A & B are similar is that …
It is possible to draw parallels between A and B

Unlike A, B is …
A is different from B.
A is … . In contrast (=On the contrary), B is …
A is … . ,whereas (= while) B is …
A is … , however B is …
Compared to A, B is more / less …
Although (= Even though) A is …, B is …
A is … but B is …
The main difference between A & B is that …
Although A and B have minor similarities, the differences between them are very clear/sharp .
A & B are different in that they …
A second way in which A differs from B is that …
Another way in which A & B are different is that …
It is possible to draw sharp contrasts between A and B…
Instead of …, the journalist / writer …
The first text underlines …. On the other hand …
Despite the evidence / arguments presented in the first text, the second text is …

N.b. : Les mots ‘diference’ et ‘similarity’peuvent être soit dénombrables soit indénombrables. Il faut les accorder en conséquence.

Retour haut de page